Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

18 mars 2007

Tentative de vulgarisation

Filed under: 03 - Economie — iledere @ 18:54

Etre à gauche de la Droite permet-il de se situer plus à gauche que ceux qui se trouvent à droite de la Gauche , ( et lycée de Versailles…) ?
Il fut une époque ou une telle question aurait enrichie les débats du « café du commerce » inénarrable rubrique de l’aujourd’hui disparue « Jour de France » de Marcel Dassault. Quand Tonton Marcel installât cette rubrique dans son journal sur papier glacé (avec publicité pour les avions de chasse de la firme Dassault, critiques des films produits par Marcel lui-même… ) le but était de transcrire les discussions politiques entre ouvriers et petits bourgeois, telles que Marcel Dassault les imaginait… Si ce journal dont la vacuité intellectuelle atteignait des sommets seulement fréquentés de nos jours par les magazines « People », a disparu, il n’en reste pas moins qu’une certaine presse continue d’alimenter des débats soi-disant politiques sur des bases de réflexions tellement faussées qu’on en arrive à voir Sarkozy plus à gauche, sur certains sujets, que certains socialistes. Tout cela n’est bien sûr que billevesées de journalistes incompétents ou manipulateurs.
C’est pourquoi je souhaite faire un petit retour sur certaines bases de Politique et d’Économie. Car Économie et Politique sont intimement liées, au point qu’il est difficile de traiter l’une sans l’autre, un peu comme le derme et l’épiderme, ou la prévarication et Jacques Chirac…
Il existe plusieurs théories économiques et dans chaque théorie, des courants. Plusieurs théories peuvent être regroupées !! Essayons d’être clair, et, au nom de cette clarté je vais essayer d’être simplificateur, sans dénaturer les pensées.
Les théories dites « Néo libérales » sont issues des travaux de Smith et de Ricardo. Elles datent du 18ème siècle. Elles préconisent que l’État n’a pas à se mêler de la régulation des marchés. L’État n’a vocation qu’à assumer ses tâches régaliennes : la sécurité, la justice, la défense. Éventuellement la banque centrale et les monopoles de l’État. Pour le reste, la puissance publique reste spectatrice. Elle peut malgré tout intervenir lorsque le système dysfonctionne. Par exemple lorsqu’aux États-unis, des groupes sont devenus des sociétés monopolistiques privées, comme Rockefeller qui à travers Standard Oil contrôlât le marché du pétrole et qui fût obligé d’éclater en sept sociétés différentes pour briser ce monopole (loi Sherman 1890). D’autres modes dérogatoires ont vu le jour depuis, comme la diffusion (ou la non diffusion de technologies), l’aide publique à des marchés concurrentiels (agriculture aux USA)… Dans ces théories, l’État existe, mais reste spectateur, quitte à remettre de l’ordre dans le jeu ou/et sanctionner ceux qui ne respectent pas les règles établies par ledit État. Notons, que les politiques tenant d’une économie libérale préconisent des monopoles d’État dans certains domaines. Smith lui-même proposait des sociétés nationales pour tout ce qui touchait de près ou de loin à l’indépendance de l’État : Défense, Énergies…
La privatisation d’EDF, par exemple, ne relève donc pas d’une théorie libérale, mais Ultra libérale, nous allons y venir.

En face du Néo-libéralisme, nous trouvons les théories alternatives. Celles dont se recommandent les socialistes entre autres. Elles ont été développées notamment par Keynes d’où le terme Économie Keynésienne. Il existe un certain nombre de courants dont les quatre principaux sont :
Commerce international : L’État peut intervenir pour faciliter la création de « champions nationaux » ou selon Leeds, pour protéger le marché intérieur (pour permettre la naissance d’industries nouvelles). L’exemple le plus évident est la politique japonaise dans les années 70 avec un taux d’importation inférieur à 3 %. La jeune industrie japonaise s’est développée dans un cocon protectionniste et, une fois devenue adulte, a pu se lancer dans le conquête du marché mondial (voir le développement de l’industrie automobile).
Système national d’innovation : L’État joue un rôle important dans la mise en relation des acteurs de l’innovation : recherche, industrie, laboratoires, facultés…
Système géographique : L’État joue un rôle dans la mise en relation territoriale et les développements des territoires. La création de pôles de compétitivité, par exemple, procède de ce système.
Système évolutionniste : Ce système considère que les vraies valeurs qui fondent le développement économique se trouvent dans le savoir-faire, les compétences et le capital humain. L’État jouera donc un rôle important dans la formation, initiale ou récurrente.

Dans ces quatre courants, l’État n’est pas spectateur. Il est un acteur important, quelquefois l’acteur principal, souvent l’initiateur. Ceci présume donc de la présence d’un État fort. Cette puissance publique doit être soutenue par des ressources importantes, venues de l’impôt, un impôt qui doit être, bien sûr, équitable, progressif, et surtout redistributif.

Alors, pourquoi baisse-t-on l’impôt et vend-on les sociétés nationales, alors que chez Keynes comme chez Smith, l’existence de l’État (ce qui impose des personnes pour le faire fonctionner, les fonctionnaires) n’est pas nié ? Simplement parce qu’un nouveau modèle économique est apparut, né de la mondialisation : l’Ultra Libéralisme.

Attention, l’Ultra Libéralisme ce n’est pas plus de Libéralisme. C’est bien pire ! L’Ultra Libéralisme, fondé sur les travaux de Von Hayeck ou plus récemment de Milton Friedman, pose comme principe que l’économie est trop complexe pour qu’on puisse l’organiser. Sa théorie de l’État minimal est devenue la religion des républicain américains, en opposition au « new deal » des démocrates.
L’Ultra Libéral, estimant ne pouvoir, via l’État, contrôler l’économie, pose que l’État ne sert à rien et doit donc disparaître, ou, s’il subsiste, être le plus petit possible. Toutes les missions régaliennes sont externalisées, et l’État n’a plus qu’un rôle minimal de représentation internationale.
D’où la logique de vente des sociétés nationales, profitables ou non, et des baisses d’impôts. En effet, l’État ne faisant rien, il n’a besoin que de pas grand-chose pour subsister. De plus, la baisse des ressources étranglant le fonctionnement de l’État (State Starvation), il est facile aux Ultra Libéraux de montrer que l’État fonctionnant mal il est donc nécessaire de s’en passer. CQFD.

De manière générale, les pays émergeants ont des politiques économiques alternatives. Les promoteurs du libre échange, de l’Ultra Libéralisme sont toujours les plus forts. Il est, en effet, bien plus simple d’envisager l’abolition de toutes les règles lorsqu’on se sent puissant que lorsqu’on se sait vulnérable.
Par contre rien n’empêche de choisir une théorie en fonction de sa position présente, quitte à en changer lorsqu’on aura une position dominante.
Les valeurs socialistes sont, elles, intangibles. Économie alternative, avec présence d’un état fort. Lorsque la situation du pays le met en position de force, sa puissance acquise est mise au service de tous. Pas question d’en profiter pour écraser les autres pays. Les valeurs de fraternité, de solidarité, d’entraide fonctionnent également dans le domaine économique. C’est pourquoi un Libéral et encore moins un Ultra libéral, quelque soit son discours ne sera jamais un Socialiste.
A.R.

5 réponses à “Tentative de vulgarisation”

  1. Louise dit :

    Bonjour,

    Après la lecture de votre article, je fais face à plusieurs interrogations. Je ne connais pas bien la pensée de Hayek, malgré tout, j’arrive tout de même à épeler son nom correctement. Pas de majuscule à « von », car c’est une particule, et Hayek, sans « c ». Cela me conduit à une deuxième question : avez-vous lu Hayek et Friedman ? Quand je dis lire, j’imagine au moins leur fiche Wikipedia respective. Vous semblez assimiler le positivisme de Friedman et l’apriorisme de Hayek. Ce qui est méthodologiquement faux. Autre inexactitude, l’emploi du néologisme franco-français « ultra-libéralisme », qui n’a aucun fondement épistémologique.
    Et quand vous dites : « Les théories dites « Néo libérales » sont issues des travaux de Smith et de Ricardo ». Ricardo fonde la plupart de ses réflexions sur la « valeur travail » (largement reprise par Karl Marx), par opposition à la théorie subjective de la valeur, développée par Carl Menger. Et si les libéraux retiennent les travaux de Smith, ce sont surtout ceux du moraliste avec la Théorie des Sentiments Moraux.
    Un dernier point : « Les promoteurs du libre échange, de l’Ultra Libéralisme sont toujours les plus forts. Il est, en effet, bien plus simple d’envisager l’abolition de toutes les règles lorsqu’on se sent puissant que lorsqu’on se sait vulnérable. » Aucun libéral ne prétend abolir toutes les règles ! Vous mettez ici au placard l’un des principes fondateurs du libéralisme – celui du respect de la règle de droit. J’espère que cette modeste contribution viendra nourrir votre réflexion philosophique.

    Cordialement,
    Louise

  2. alain dit :

    Ce n’est parce que les choses sont difficiles qu’on n’ose pas, c’est parce qu’on ose pas que les choses sont difficiles…

    Merci de ton soutien.

  3. Philippe dit :

    J’ai l’impression que vous voulez vous attaquer au treizième travail d’hercule..
    Bon courage et amitiés…

  4. Alain dit :

    Merci Maxime de tes encouragements.
    Oui, un nombre grandissant de rétais souhaite du changement, notre île en a bien besoin pour que nos jeunes puissent vivre dans l’île, y travailler, s’y loger, s’y épanouir…

    La vistoire de Ségolène et tout de suite après la tienne contribueront à faire avancer nos idées et à mettre l’île dans le chemin d’un futur harmonieux.

  5. maxime dit :

    Bravo les amis ! C’est dur de faire vivre un blog … j’ en sais quelque chose … Amical salut à votre travail qui témoigne de la volonté des rétais et de bien d’ autres de voir le changement à l’ oeuvre dans notre pays. Nous connaissons la vraie capacité de Ségolène ROYAL à faire bouger les choses, il nous faut la faire partager , ce blog y participe !

Laisser un commentaire

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons