Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

27 mars 2007

L’homme neuf de la politique oublie son passé… Pas nous !

Filed under: 18 - UDF-MoDem-Centre — iledere @ 18:12

bayrou-clown.jpgFrançois Bayrou se présente comme un homme neuf de la politique, « ni de gauche, ni de droite, bien au contraire ».Il se conforme ainsi à cette vieille formule qui dit que les Français ont la mémoire courte (Discours de Pétain 17 juin 1941)

Et bien rafraichissons leur la mémoire cela permettra de tordre le cou à l’idée que le sieur Bayrou ne serait pas de droite, qui plus est d’une droite mafieuse revancharde et ou l’ambition personnelle l’emporte largement sur l’idéal. Une droite ou la fin justifie, hélas, tous les moyens… :

Ainsi sur un site agiographe consacré à l’histoire du RPR il nous est rappelé l’histoire des rénovateurs UDF et néo-rénovateurs UMP. Comme l’a rappelé Maxime Bono, vendredi soir, Bayrou, était il y a quelques années membre des rénovateurs de l’UDF, un groupe dont voici la liste des membres :

Bernard Bosson, Charles Millon, François d’Aubert, Dominique Baudis, Philippe de Villiers, François Bayrou

Toujours dans le but généreux de faire devoir de mémoire, je vous rappelle que :

Bernard Bosson a été Secrétaire d’État du gouvernement Jacques Chirac (1986) Ministre délégué du gouvernement Jacques Chirac (1986-1988) Ministre de l’Équipement, des Transports et du Tourisme du gouvernement Édouard Balladur (1993 à 1995). Voici un parcours clairement marqué. Et pas vraiment à gauche.

Charles Millon, à l’issue du scrutin régional de 1998, ne disposait pas de la majorité absolue pour diriger l’exécutif. Il s’allia, encouragé par ses amis politiques qui l’ont ensuite trahi dans cette orientation, avec le Front National, ce qui a largement contribué à le mettre au ban de la vie politique française, tout comme ses collègues UDF Charles Baur en Picardie, Jacques Blanc en Languedoc-Roussillon, et Jean-Pierre Soisson en Bourgogne

François D’Aubert : Trois fois ministre de gouvernements de droite il est connu à l’assemblée pour son petit fait divers. En date du 02/02/1984 : Infraction : « Injures ou menace envers le président de la République française » Peine : « Censure simple » (privation pendant un mois de l’indemnité parlementaire). Contexte : François d’Aubert, Alain Madelin et Jacques Toubon avaient mis en cause l’honneur du président Mitterrand, Grand-Maître de l’ordre de la Légion d’honneur (cf. Chronique constitutionnelle française (revue Pouvoirs), n°30, p. 159). Un vrai gauchiste donc…

Dominique Baudis : peut-être le moins marqué à droite. Encore qu’en 1994, il conduit la liste UDF-RPR aux élections européennes. En outre, en mai 2000, il devient pour un an le président du comité éditorial du Le Figaro un quotidien assez peu connu pour son engagement à gauche…

Lorsqu’il est nommé président du CSA (poste pour lequel il abandonne tous ses mandats électifs, dont la mairie de Toulouse confiée à son ami,(aujourd’hui ennemi) Douste Blabla) c’est sur proposition de Jacques Chirac.

Enfin, mis en cause dans une affaire de proxénétisme, de viol, de meurtre et d’actes de barbarie impliquant le tueur en série Patrice Alègre, il sera innocenté par la Justice., mais néanmoins condamné pour diffamation, en première instance (9 août 2006)

Nous ne nous étendrons pas sur le cas de Philippe Le Jolis de Villiers de Saintignon, plus connu sous le nom de Philippe de Villiers, que personne ne peut soupçonner d’un quelconque penchant pour la gauche. Ce personnage sulfureux collectionne les histoires sombres. Un florilège des affaires Villiéristes prendrait trop de temps, voici donc quelques fait marquants :

En octobre 1988, Philippe de Villiers est élu à la présidence du conseil général de la Vendée. Quelques semaines plus tard, le 31 décembre 1988, Jean-Franklin Yavchitz, directeur des services du département est licencié et se suicide dans le bureau de Philippe de Villiers.

Le 24 septembre 1997, Le Canard enchaîné soupçonne Philippe de Villiers d’avoir soudoyé Olivier Chiabodo, animateur du jeu télévisé Intervilles, afin d’assurer la victoire à l’équipe du Puy du Fou. L’affaire se soldera par un non-lieu mais Olivier Chiabodo sera licencié de TF1.

Plus récemment, en novembre 2006, la presse révèle que l’aîné des fils de Philippe de Villiers (Guillaume, âgé de 29 ans) a été mis en examen pour faits de viols qui auraient été commis une quinzaine d’années auparavant sur son frère cadet, Laurent, plus jeune de sept années…

Voici donc les amis de Mr Bayrou, le président de l’UDF, qui se dit au dessus des partis, quand il en dirige un et envisage la création d’un deuxième après les élections !!!

Tellement au dessus des partis, d’ailleurs, qu’à l’époque les rénovateurs de l’UDF frayaient avec les néo-rénovateurs du RPR : Michel Barnier, Alain Carignon, François Fillon, Philippe Séguin, Etienne Pinte, Michel Noir, eux aussi de belles pointures qui ont largement, pour certains, rempli les pages « faits divers » des journaux et les cellules de la république !!!

N’ayons pas, nous, la mémoire courte et souvenons-nous que les fréquentations de Bayrou, tiennent plus de l’association de malfaiteurs que d’un mouvement démocratique à fibre sociale.

Laisser un commentaire

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons