Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

23 août 2007

Manuel Valls : « Dulce et decorum est pro sarkozy mori »

Filed under: 09 - Evènement — iledere @ 12:23

valls.jpgJe viens de lire l’interview de Monsieur Manuel Valls dans « Le Figaro« …
L’indignation m’a étouffé quelques instants avant qu’une Sainte Colère ne me permettre d’exprimer, dans des mots qu’il serait irresponsable de prononcer devant des enfants, tout le dégoût que m’inspirait cet individu, prêt à tout pour prêt à tout pour avoir la plus petite place, le plus insignifiant des strapontins, quitte à ramper pour lécher les mocassins à glands de Nain 1er. Ab imo pectore : vade retro Satanas,
Puis, ira furor brevis est, je me suis calmé, et j’ai repris l’article plus lentement. Un peu comme lorsqu’on prend un médicament qui a mauvais goût mais dont on sait qu’il faut le prendre malgré tout.
Franchement, à la deuxième lecture, le goût de s’était pas amélioré.
Ainsi je lis :
« Nous sommes dans une économie de marché, il faut l’admettre définitivement. Nous devons dire également que le travail est une valeur, que nous ne sommes pas favorables à une société de l’assistanat. Nous devons tirer le bilan des 35 heures, être au clair sur les retraites et reconnaître que nous avons perdu une grande partie des salariés, séduits par le discours de Nicolas Sarkozy. Nous devons être aussi le parti de l’entreprise et des entrepreneurs, créateurs de richesses« 
Et Monsieur Valls se dit socialiste. Faut qu’il arrête de fumer la moquette, ou de chercher in vino veritas. Il ressasse les vieilles rengaines dont l’UMP, le Modem, Le FN, l’UDF, nous ont rabattu les oreilles depuis… trop longtemps …
Il est grand temps que Mr Valls rende sa carte du PS et rejoigne les Bockell, Kouchner, et autre Besson dans le club des « ambitieux prêts à tout renier pour exister. »

Quoiqu’il en soit, j’ai eu un moment de doute. J’ai relu un post commis le 4 Juillet qui s’appelait « De la rénovation du Parti Socialiste… Ce que je crois »
Et à comparer mes pauvres élucubrations aux pensées profondes (dans le sens de creux) de Valls, j’ai réellement douté… Ne suis-je pas un dinosaure ? Après tout, Valls est un cadre supérieur du Parti, un professionnel de la politique. Il est peut être, lui, porteur par l’infaillibilité doctrinale, et moi, un immonde ignorant sur le chemin de l’apostasie…
Alors j’ai recherché le chemin dans la blogosphère, et j’ai trouvé la lumière. Quit habet aures audiendi, audiat :

« En vérité, je vous le dit, ne doutez plus ! Valls n’est que la réincarnation du démon : mensonge, vanité, appétit de pouvoir qui frise le pêché de Gourmandise, et envie de se renier pour exister ». Regardez sa photo : les oreilles grandes ouvertes aux propositions Sarkozienne, la bouche en cul de poule qui se refuse à prononcer les mots impies (socialisme, humanité, fraternité…) les narines frémissantes d’indignation devant le coût de la solidarité sociale, le regard noir figé sur l’effondrement des cours de la Bourse… C’est clair, Nicolas l’a envoûté! Vite, un exorcisme… A coup de pied au cul….

La tonalité de mes propos pourra sembler étranges dans la bouche d’un athée pratiquant. Certes, mais voici un post piqué à CSP qui me semble touché par la Grâce :
__________________________________________________

Acte de Foi
Inutile de se raconter des jolies histoires, hein ? On entre dans une sale période, et on le sait tous. On est en colère, toujours, et on a ô combien raison de l’être, plus que hier et moins que demain, pour le coup.
Mais il n’y a pas que de la colère, il y’a aussi le doute. Pas le doute d’être de gauche, non, ça, seuls l’ont ceux qui n’ont jamais vraiment su ce que ça signifiait. Mais le doute qui ait qu’on en arrive à se demander « Quand est-ce qui se passe enfin quelque chose de bien ? »
Vous voyez ce que je veux dire, n’est-ce pas ?
Oh, une seconde, je vois mes lecteurs de droite rigoler dans le fond. C’est que je commence à avoir un petit fan-club chez eux, dites moi. Des lecteurs très réguliers, très fidèles, pas très nombreux bien sûr, mais il reviennent, certains tous les jours…Il faudra quand même m’expliquer ce que vous trouvez ici, à l’occasion. Bon, vous avez gagné politiquement, et vous êtes contents, quoi de plus normal ? Mais vous savez aussi, sans nécessairement le formuler ainsi, que la victoire est avant tout idéologique. C’est cela qui a préparé les esprits, qui a façonné les têtes. Y compris les vôtres : pour gagner, il faut croire, quitte à s’éloigner un peu du monde réel (le pays tout entier aux mains des syndicats rouges, non, sérieusement ?). Vouloir la victoire est un acte de foi, avant tout, foi en ses convictions, foi dans les moyens qu’on se donne, foi dans l’absolue justesse de sa cause. Hors cet état d’esprit, ce mental, comme on dit pour les sportifs, aucune bataille ne peut être remportée. La foi est la clé de tout. C’est pour ça que nous sommes, à gauche, tellement confus en ce moment : la foi est intacte, mais le dogme est dans une confusion extrême. La pratique est dispersée en chapelles qui s’excommunient mutuellement, le trouble est porté à son comble par des apostats qui rejoignent l’Adversaire. Celle qui fut un temps la principale représentante du culte porte sur elle le soupçon de n’être pas vraiment croyante…Finalement, la droite s’est trouvé un berger pour rassembler ses brebis, et les mener vers leur terre promise. Nous n’avons pas perdu la foi, mais à force de défaites, nous nous sentons abandonnés…
On me pardonnera cette divagation mystico-politique. J’ai reçu une éducation catholique assez stricte, ça laisse des traces. N’empêche, on peut trouver d’étranges similitudes…
Moi, ça ne me dérange pas de parler de mes convictions comme d’une foi laïque. Je sais que ça choque certains camarades, mais quoi ? Toutes convictions qui poussent à agir sur le réel, à le plier dans le sens de sa vision, ne sont-elles pas autant d’actes de foi, précisément ?
Et puis, le nombre de fois où on m’a traité de curé rouge…
C’est ça qu’il faut faire, à gauche. Retrouver la foi et l’endurcir, vouloir que celle-ci plie le monde, se débarrasser du doute qui ronge et fait hésiter, rejeter les tentations du compromis et de la mollesse. En somme, redevenir fanatiques, car le fanatique ne veut qu’une seule chose : que ces idées triomphent.
Quand je vous disais qu’il y’a des parallèles troublants, mh ?

_____________________________________________________
Note, toute les citations latines sont tirées de mes plus saines lectures : les aventures d’Astérix… Et nunc reges, intelligite… erudimini, qui judicatis terram
En vous recommandant la lecture de « Le profane et le sacré » de Mircea Eliade, voici un petit morceau de musique profane associée à une petite vidéo tirée du jeu pour console Final Fantasy 9 et 10.
[dailymotion=http://www.dailymotion.com/swf/1gRZdYh5XVna86Uis]
Carmina Burana: Cantiones profanae cantoribus et choris cantandae comitantibus instrumentis atque imaginibus magicis, ou « Chansons de Beuern: Chansons profanes pour chanteurs et chœurs devant être chantées avec instruments et images magiques »
Carmina Burana est une partie de Trionfi, une trilogie musicale incluant également les cantates Catulli carmina et Trionfo di Afrodite.
Le mouvement le plus célèbre est le chœur O Fortuna, qui sert de musique à cette vidéo (images magiques), qui est à la fois le premier et le dernier mouvement de l’œuvre, une cantate scénique composée par Carl Orff en 1935-1936. Poussez le son…

12 réponses à “Manuel Valls : « Dulce et decorum est pro sarkozy mori »”

  1. […] autre synonyme du degré zéro en politique ! Alain Renaldini, animateur de l’excellent blog de l’île de Ré, en lien dans notre blogoliste, vient d’écrire un excellent article sur le mauvais, très […]

  2. SERGE dit :

    Il faut espérer que le « félon ou félin » Manuel Valls quittera le P.S. et le plus rapidement possible.

    Si la modernité doit s’inscrire dans l’évolution du P.S. mais surtout pas sur des valeurs revendiquées par ce « quadra » reniant les valeurs de gauche.

    Même si effectivement le P.C et la LCR se positionnent sur des concepts idéologiques « dépassés », rechercher une alliance avec eux me paraît plus saine que toute compromission avec des partis d’une sensibilité plus de droite que de gauche.

    Evoluer, certes, mais sans renier nos valeurs basées sur une Société plus juste et solidaire.

  3. Sur le même sujet on lira avec profit le post d’Olivier Bonnet sur son blog...
    Un membre de plus de l’anti fan club Valls…

  4. Jean Glavany dit :

    Et allez donc, c’est la Saint Manu… Récupéré sur le blog de Jean Glavany :

    9 Juillet : J’écoute nos quadras-rénovateurs du P.S. dire leur impatience…mais je m’étonne qu’un garçon que j’aime bien au demeurant, Manuel Valls, à qui me lie une longue amitié, résume ce besoin en des déclarations dont les errements m’interpellent : la semaine dernière il disait pis-que-pendre de François Hollande, « cause de tous nos maux », et cette semaine, il fait l’éloge du discours de politique générale de François Fillon.
    Manquer de solidarité à l’égard de son parti et louer ses adversaires, est-ce cela la rénovation ?

    Son opinion sur Valls n’a pas du évoluer positivement depuis…
    Hé Nanou, si Valls vient à La Rochelle, il va pas avoir un « fan club » pour l’accueillir…

  5. Guy birenbaum dit :

    En guise de commentaire un post récupéré sur l’excellent blog de Guy Birenbaum  » extention du domaine de la lutte »

    L’objectif.

    Ainsi parlait hier l’un des ‘nouveaux espoirs estivaux socialistes’ – NEES -, Manuel Valls, dans Le Figaro :

    Nous sommes au bout d’un cycle: une grande partie des idées de gauche se sont épuisées. Pour que le PS retrouve une crédibilité, il doit être porteur d’un projet vraiment différent. Cela demande du temps et beaucoup de travail. Si nous ne changeons pas en profondeur notre logiciel, nous resterons durablement dans l’opposition. Face à la droite, nous devons nous opposer en trouvant le ton juste, contrôler l’action du gouvernement, mais aussi proposer. Nous pouvons faire un bout de chemin avec la majorité, à condition qu’elle nous entende, sur des sujets qui peuvent faire consensus. Je pense aux moyens qu’il faut donner à la justice, à la lutte contre la criminalité ou encore au dossier de l’immigration.

    Prenons donc le dossier de l’immigration.

    J’aimerai que Manuel Valls – que je connais bien – m’explique par quel bout, par quel chemin, par quel chemin du bout, il entend accompagner ou s’associer à l’action du gouvernement et notamment à celle du ministre de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Codéveloppement, Brice Hortefeux.

    Ce dernier a, en effet, déclaré, justement hier, être « légèrement en dessous », de l’objectif 2007 de 25 000 reconduites à la frontière d’étrangers en situation irrégulière. Ajoutant « C’est pour cela qu’il faut redoubler d’efforts pour interpeller les personnes en situation irrégulière » ; et demandant à Michel Gaudin, nouveau Préfet de Police de Paris, d' »augmenter de façon significative le nombre d’interpellations d’étrangers en situation irrégulière » ; en lui rappelant que l’objectif de reconduites à la frontière était fixé, sur Paris, à 3 680 pour l’année 2007.

    « L’objectif ».
    25000.
    3860.

    Un « bout de chemin » ? Vraiment Manuel ? « Sur des sujets qui peuvent faire consensus » ?

    En haut à gauche, la mère d’Ivan, 12 ans.

    Une famille à qui Manuel Valls expliquera sans nul doute, et avec maestria, ce que signifient les expressions « des sujets qui peuvent faire consensus » et  » un bout de chemin ».

  6. Je sais j’ai pas mis de majuscule à hortefeux. C’est exprès : ce gugus est vraiment tellement grave qu’on ne peux imaginer que son nom soit propre et qu’il en mérite une…
    Regardez la vidéo du Monde ou il explique ses résultats, et essayez de vous convaincre que ça, c’est ministre !!!

  7. Si les propos de Valls n’ont pas eu le même effet que la gestuelle mythique que l’on utilise, en cas d’abus, pour se dégager l’estomac, c’est à dire se coller deux doigts dans le gosier, il est possible d’utiliser une autre méthode pour provoquer le renvoi salvateur : lire les déclaration d’hortefeux dans « le monde » : « Lors d’une visite à la préfecture de police de Paris, le ministre de l’immigration et de l’identité nationale, Brice Hortefeux, a affirmé mardi 21 août être « légèrement en dessous », de l’objectif 2007 de 25 000 reconduites à la frontière d’étrangers en situation irrégulière. C’est pour cela qu’il faut redoubler d’efforts pour interpeller les personnes en situation irrégulière »
    Quand vous aurez vomi votre quatre heure sur le clavier vous pourrez aller pour vous refaire une pensée…

  8. Je serais étonné que Valls viennent à La Rochelle après ses déclarations au Figaro. De ce que je peux lire sur le net, nous ne sommes pas les seuls à avoir été choqués et sa venue pourrait lui apporter quelques déconvenues. J’aurai, pour ma part, quelques démangeaisons autour de mon pied droit…
    Cela dit, « les cons ça ose tout. C’est même à cela qu’on les reconnaît » (Audiard)

  9. nanou dit :

    Rassure toi Alain, c’est pas toi le dinosaure! C’est bien lui (on peut avoir 40 ans et être un dinosaure, preuve en est!). C’est lui qui prend les vieilles recettes et essaie de les recycler alors même que les ingrédients sont périmés voire viciés… En plus d’être lâche et de n’avoir aucune volonté politique, c’est lui le ringard. 20 ans qu’on entend ça: « c’est la fatalité, on ne peut pas faire autrement, c’est triste mais c’est comme ça… » Ils pourraient se moderniser un peu…
    Cadre supérieur du parti, ça ? Professionnel de la politique ? C’est vrai. Alors ça confirme ce qu’on se dit depuis un moment: il faut changer le parti en profondeur. Il faut changer la politique.
    Nous, nous ne nous sommes pas trompés de combat. Les preuves arrivent tous les jours. Et plus on entend ce genre d’horreur de la part de nos « camarades », plus on devrait avoir envie de se battre. Nos revendications sont légitimes. Notre lutte est juste. Et, moi, ça me donne encore plus la gnac!
    Si son chemin a le malheur de croiser le mien la semaine prochaine à L’ancan, je pense qu’il se souviendra de son séjour à LR.

  10. La main gauche dit :

    Il existe tout un tas de normes un peu partout pour protéger l’individu, on pourrait imaginer par exemple des normes en matière de formation et de séminaire d’encadrement qui introduiraient obligatoirement un certain nombre de concepts qui tendrait à impliquer l’entreprise privée dans une vision plus collective, plus humaine.

  11. La main gauche dit :

    Alors Monsieur Valls, l’Etat devrait agir (même sans réfléchir comme le fait si bien Sarkosy) et refuser toute fatalité en matière d’insécurité, en matière d’immigration, de catastrophes et autres faits divers, MAIS lorsqu’il s’agit de l’économie de marché telle qu’elle se pratique aujourd’hui la fatalité deviendrait d’un seul coup acceptable !??!!

    Seriez vous en train de vouloir nous faire avaler la couleuvre que quand en politique les solutions tardent à venir il vaut mieux se coucher pour continuer à exister?

    Vivre à l’époque de l’économie de marché n’est pas, pour autant, se satisfaire de ses méthodes. et peut-être que l’Etat ne doit pas seulement s’investir dans le social, le solidaire, la défense de l’emploi et du salarié, le garde fou anti-misère mais aussi faire valoir ses valeurs humaines, solidaires au niveau même des politiques managériales des entreprises. Il ne doit peut-être plus s’instituer comme seul garant des solidarités mais faire voyager ces idées au sein même de l’économie de marché en facilitant leur infiltration et parfois s’il le faut en forçant le passage.

  12. bonjour, moi qui suis de l’après guerre, mais qui lis beaucoup, et sur la période precedent ma venue dans ce monde, il y a eu un petit homme qui a fait croire à son peuple qu’en restant entre soi, que tous les basanés, ceux qui ont des  » religions que le bon peuple ne saurait accepter « , ceux qui ont une évolution sexuelle qui ne correspond pas à la norme bien pensante, enfin ces intellectuels qui ont osés se lever, qu’ils soient bannis de quelque manière qu’il soit. L’europe fut en sang, il aura fallu des hommes comme De Gaulle et Adenauer pour pouvoir à nouveau espérer un possible, que nous arrive t-il maintenant? Nous n’en sommes pas encore à ces temps « révolus », mais attention, (la bête n’est pas morte seulement en sommeil). J’ai peur maintenant. chantal

Laisser un commentaire

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons