Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

19 octobre 2007

Et pendant ce temps là, DGS est toujours libre…

Filed under: 07 - Justice,20 - UMP — iledere @ 19:43

379758.jpgDenis Gautier-Sauvagnac est toujours libre, même pas inculpé, alors qu’un voleur de pomme au royaume de France risque la prison…
Serait-ce qu’il n’y a plus de place dans la cellule VIP de la Santé ?
Nous avions, sur ce blog, évoqué l’affaire Denis Gautier-Sauvagac dés le 26 septembre. A ce moment on parlait d’un détournement d’à peine 5,6 petits millions d’Euros, en liquide certes, mais peste, vous connaissez le problème, de plus en plus de commerçants se méfient des chèques. Il y a tant de malfaisants de nos jours.
Depuis, d’une annonce à l’autre, souvent rendues discrètes par l’actualité, l’enquête avance et les sommes grossissent. Toujours pas d’inculpation, mais beaucoup de millions, en billets, dissimulés ici et là. Et encore, on n’a pas encore retourné tous les matelas, et depuis quelques temps, quelques valises ont bien du trouver le chemin de la Suisse.

Voici, en quelques dates, le déroulé de cette affaire du nom du président de l’Union des industries et des métiers de la métallurgie (UIMM).
Le lien entre l’IUMM et le Medef est plus facile à saisir lorsque l’on sait que l’IUMM est la branche la plus puissante et la plus riche du syndicat patronal… Quoiqu’il en soit, l’avancée de l’enquête est, elle aussi, riche… De rebondissements : un vrai polar…

– 26 septembre: Le Figaro révèle que le parquet de Paris a été saisi d’une enquête de Tracfin, la cellule anti-blanchiment du ministère des Finances, sur des retraits suspects de quelque 5,6 millions d’euros en liquide réalisés sur demande de Denis Gautier-Sauvagnac, président de l’UIMM, sur un compte de son organisation à la BNP entre 2000 et 2007.
Le parquet de Paris ouvre une enquête préliminaire, confiée à la brigade financière.
L’intéressé dément toute malversation.

– 27 septembre: Les syndicats CFE-CGC, CFDT et CFTC de la métallurgie démentent les « rumeurs » selon lesquelles ils pourraient avoir profité de ces sommes.
Le bureau de l’UIMM assure Denis Gautier-Sauvagnac de « sa totale confiance« . (sic)

– 3 octobre: Des perquisitions ont lieu au siège de l’UIMM, au domicile de « DGS » et chez une femme chargée de certains retraits. Une somme estimée entre 400.000 et 500.000 euros est saisie. Probablement quelque menue monnaie pour assurer le quotidien : Diantre, les prix n’arrêtent pas de grimper, et acheter son Beluga par carte bancaire, c’est d’un vulgaire…

– 4 octobre: La présidente du Medef, Laurence Parisot, maintient Denis Gautier-Sauvagnac à la tête de la délégation du Medef dans la négociation avec les syndicats sur la modernisation du marché du travail.

– 6 octobre: Des sources proches de l’enquête révèlent que la brigade financière a découvert l’existence de deux autres comptes bancaires.

– 8 octobre: Laurence Parisot prône une « gouvernance plus démocratique » et « plus de transparence financière » pour les partenaires sociaux. Seulement pour les partenaires sociaux ?

– 9 octobre: Nouvelle perquisition dans une propriété de Denis Gautier-Sauvagnac.
Le ministre du Travail Xavier Bertrand se dit prêt à aborder les questions de la représentativité et du financement des syndicats et du patronat avant 2008. Après des décennies où ce sujet est resté tabou, les avancées de l’enquête mettent le ministre en émoi. Il s’engage à réformer quarante années d’immobilisme dans les trois mois à venir… C’est beau, on dirait du Sarkozy…

– 10 octobre: La CGT-métallurgie dénonce « une attaque » qui « tombe à point nommé » contre les syndicats. Plus que l’accusé qui pompe l’argent ce sont les soit-disant bénéficiaires qui sont montrés du doigt. Il semble, dans la logique patronale que le corrupteur est toujours honnête et le corrompu destiné à la bastonnade…

– 12 octobre: Les policiers saisissent environ 2 millions d’euros dans un coffre loué par l’UIMM. Certainement un paquet de billets oubliés par mégarde. Lorsqu’on se lève tôt et qu’on travaille beaucoup, on peut être sujet à des étourderies, par la palsambleu !!!

– 13 octobre: L’analyse de deux comptes à la BNP aurait permis de détecter des retraits de 5,6 millions d’euros sur l’un, et de 4 millions d’euros sur un deuxième, sur une période allant de 2000 à 2007, ainsi que plus 7 millions à la banque Martin-Maurel, soit un total de 16,6 millions d’euros. Mais vous le savez, l’argent ça va, ça vient… Enfin, quand ça vient, ça va…

– 14 octobre: Le premier secrétaire du PS, François Hollande, estime que « tout le patronat est concerné ». veut-il englober Guillaume Georges Didier Sarkozy de Nagy-Bocsa, frère de …, Président de la commission sociale du Medef, Président de l’Union des Textiles et ancien candidat malheureux à la succession du Baron Ernest de Seillère ? C’est la faillite de son entreprise qui a compromis ses chances. Difficile effectivement du haut du Medef de donner des conseils de gouvernance quandon a coulé sa boite. Et accessoirement mis tous ses employés au chômage…

– 15 octobre: Denis Gautier-Sauvagnac, sous d’amicales pression du Medef, renonce à son mandat de négociateur au Medef. Il conserve néanmoins tous ses autres mandats dans l’organisation patronale… Ahhh… Que c’est beau un tel respect de la présomption d’innocence !

– 16 octobre: Le Medef annonce une réforme rapide de ses statuts et l’obligation pour ses adhérents de publier des comptes certifiés. Après 40 ans d’obscures magouilles, le Mesef s’impose les règles qui régissent les plus petites entreprises… Des perquisitions ont eu lieu aux domiciles de membres de l’UIMM, dont celui de l’ancien président Daniel Dewavrin.

– 17 octobre: Cathy Kopp, DRH d’Accor, remplace Denis Gautier-Sauvagnac comme chef de file des négociations avec les syndicats. Denis Gautier-Sauvagnac, responsable de premier plan du Medef, continuera toutefois « de présider la commission Relations du travail et politiques de l’emploi » et de participer aux travaux du conseil exécutif de l’organisation. Pour la tenue de la caisse noire, qui s’y colle ?

sarkoparisot.jpgLaurence Parisot avait maintenu DGS à son poste début octobre, justifiant sa décision par la « compétence » de ce dernier, le fait qu’il soit en « état physique et moral pour continuer », et le respect de la présomption d’innocence. Mais la présidente du Medef avait simultanément signifié que cette position pourrait évoluer : « s’il ne l’était pas (innocent), lui-même me dirait qu’il n’est plus en état de respecter ces trois critères ». Qu’en termes chois c’est choses sont joliment dite : s’il se dénonce il est viré, sinon il reste…

Présomption d’innocence !!! Comme si le fait d’effectuer des retraits vertigineux en liquide étaient anodins et peu susceptibles d’émouvoir l’organisation patronale…
De ce fait, sûr de son impunité, Denis Gautier Sauvagnac se tait, ne donne aucunes explications, des explications que la justice lui demande d’ailleurs très mollement,alors qu’on en est à 20 millions de retraits… De quoi acheter bien des consciences, bien des connivences, bien des silences…
Nul doute que dans les milieux patronaux, certains doivent avoir des nuits agitées… La recherche de la vérité, de ce fait, n’est pas réellement une priorité et tout se passe comme si, au plus haut niveau de la collusion Etat/patrons, personne ne souhaitait réellement voir cette affaire plus avant sur la place publique.
Des luttes intestines et des excès ont déclenchés l’enquête, mais aujourd’hui beaucoup se demandent s’ils n’ont pas ouvert la boite de pandore : « fluidification des relations sociales », « financement des syndicats », ou ce que Gautier-Sauvagnac appelle « le financement des oeuvres de l’IUMM », nul ne sait ce qui va sortir de tout cela quand le « présumé innocent » va se mettre à table…
Car DGS tiendra-t-il encore sa langue lorsque la justice sera obligée de lui demander sérieusement des comptes ? Quand la honte et de déshonneur se profileront à l’horizon, et qu’il se rapprochera de la cellule VIP de la Santé.

Il y a fort à parier qu’à ce moment, un certain nombre de « costard-cravate » des milieux patronaux regretteront qu’il ne fusse muet…
Tiens, il ne manquerait plus à ce polar que DGS ait un « accident »…
Voici donc quelques conseils que les relations de Bernard Laporte pourraient te donner mon cher Denis, avec l’assentiment de Boulin, Renaud, Fayard et autre De Broglie :
« Le soir, à la maison resteras
Au restaurant le dos au mur, face à l’entrée, mangeras
Jamais, en forêt seul, ne te promèneras
Ton revolver plus jamais ne nettoieras
Aucun « amis », sans garde du corps, ne recevras… »

Alain Renaldini

ABBA – Money, money, money
[dailymotion=http://www.dailymotion.com/swf/5v00ak3VE1eL6ycO]
ABBA est une formation musicale suédoise fondée à Stockholm en novembre 1970 par Agnetha Fälkstog, Benny Andersson, Björn Ulvaeus et Anni-Frid Lyngstad (dite Frida). Les initiales des 4 prénoms formant le palindrome ABBA, ce n’est qu’en 1976 que le désormais célèbre logo (avec un B inversé) sera utilisé (ce logo est un ambigramme).
Grand vainqueur du Concours Eurovision de la chanson en 1974 avec Waterloo, n° 1 à l’échelle internationale, ABBA débute sa carrière modestement avec les titres People Need Love en 1972, Ring Ring en 1973 et Hasta Mañana (dans certains pays) en 1974, I Do, I Do, I Do, I Do, I Do et SOS en 1975. Par ailleurs, le groupe est l’un des pionniers en matière de vidéo-clips et son image aux costumes excentriques est rapidement associée au kitsch.

7 réponses à “Et pendant ce temps là, DGS est toujours libre…”

  1. Vu dans Libération.fr

    Soupçonné de malversation, le responsable de l’organisation patronale a déjà renoncé à son mandat de négociateur du Medef la semaine dernière.

    Denis Gautier-Sauvagnac, dont le mandat de président de l’Union des industries et métiers de la métallurgie (UIMM) devait s’achever fin 2009, a annoncé mardi qu’il allait quitter la présidence en novembre, lors de la réunion du conseil de l’organisation.

    Il a précisé qu’il ne se représenterait pas à sa succession mais qu’il resterait délégué général de l’organisation patronale. Il a déjà renoncé la semaine dernière à son mandat de négociateur du Medef avec les organisations syndicales sur le marché du travail.

    Denis Gautier-Sauvagnac, qui nie toute malversation, fait l’objet d’une enquête préliminaire du parquet de Paris pour des retraits suspects effectués sur différents comptes de l’UIMM. Jusqu’à présent, les investigations ont permis de mettre au jour des retraits sur différents comptes, entre 2000 et 2007, d’un montant total estimé entre 15 et 20 millions d’euros.

    Le début de la fin pour DGS, ou le projet d’une retraite dorée sous les palmiers ?

  2. J’aime beaucoup CSP, notamment son style d’écriture et ses coups de gueule revigorants.
    Pour autant je suis loin de partager toutes ses idées.
    La gauche de la gauche doit être un laboratoire d’idées. C’est son rôle depuis toujours. Ensuite nous pouvons évaluer ses idées à l’aune de leur faisabilité pour les expliquer et les appliquer le cas échéant. sans vouloir imposer. Depuis quelques décennies nous savons qu’on ne fait pas le bonheur du peuple malgré lui..
    De plus, la gauche de la gauche s’est dévoyée depuis qu’elle passe plus de temps à taper sur le PS que sur la Droite qui est quoi qu’il en soit notre ennemi commun.
    Lorsque les alliés d’hier se déchirent, c’est la droite qui rigole (cf présidentielle 2002)

    Enfin, sur la gauche de la gauche, je t’invite à relire ce texte de Thierry Pelletier qui m’a rappelé bien des souvenirs. Et à toi, ça te parle ???

    Au delà de tout cela, je suis d’accord avec toi qu’il y a certainement des choses à changer dans le fonctionnement de notre Parti.
    Ce n’est certainement pas dans le sens de l’UMP avec distribution de « matériel militant » au nouveau accompagné de tongs UMP de stylo UMP avec photo dédicacée du Gourou, et pour les plus chanceux , invitation à serre la main du leader Pequeno. Si, si, cela s’est fait avant son sacre. 400 crétins en rang d’oignon qui attendant leur tour pour toucher la menotte de leur seigneur et maître.
    Je n’ai jamais eu la mentalité Fan Club, c’st pourquoi les actions de Désir d’Avenir m’avait fatiguées : courriel 1  » attention Ségolène sera ce soir sur FR3 à 20h30 ne la ratez pas ! » Courriel 2 : « Avez vous vu comme Ségolène était belle hier soir sur FR3 ? » Courriel 3 « Ségolène parlera à Europe 1 ce soir à 18h, soutenez là en l’écoutant » Courriel 4 « De superbes photos de Ségolène dans Paris match »…
    Au rythme de 5 courriels de ce style par jour (de Désir d’avenir National, de Désir d’Avenir Départemental, de Désir d’Avenir local, tous des copié-collés des autres, j’ai fini pas mettre cela dans les indésirables. Pourtant j’avais voté Ségolène à l’investiture…

    Pour autant, nous devons mettre en place à l’usage des militants, nouveaux et anciens, des formations performantes… Je suis attéré par le système de formation interne du PS.
    Ayant participé à l’Université permanente du PS, je peux témoigner de la qualité des formations dispensées. Seulement cela ne s’adresse qu’à une centaine de cadres par an (et encore il n’y en a pas eu l’en dernier). Cela dit nous avons rendus des mémoires dont nous n’avons jamais eu de nouvelles depuis… Si je me permettait de prendre un plus d’un an avant de rendre leur copies à mes élèves, je me ferais tuer….

    Il faut mettre en place au niveau départemental des formations à l’usage des nouveaux militants. Histoire du PS (notre camarade Bergounioux fait cela très bien) économie générale, déclinaison locale, grands axes du projet…
    Trop souvent les nouveaux militants sont livrés à eux-même.
    Je rêve d’un site internet qui leur serait dédié, avec des billets pédagogiques sur tous les sujets de société, qui pourraient d’ailleurs, une fois réécrits, réargumentés, et réactualisés, servir d’argumentaires…
    Au lieu de cela un site national fouillis et peu affriolant et un blog du secteur national à la formation dont le dernier billet date du 29 janvier 2007 !!! Le précédent datait de septembre 2006…

    Oui nous devons rénover le Parti, y compris dans son fonctionnement (ici il s’agit de son non-fonctionnement) interne….

  3. superpado dit :

    D’abord, merci pour la réponse.
    J’en conclue qu’il y a une certaine normalité dans ses vas et viens mais je m’interroge quand même sur certains modes de fonctionnement.
    J’ai appris par exemple qu’a l’UMP, depuis Sarkozy qui rêve d’un grand parti de masse (chez lui presque tout est grand) les nouveaux adhérents était accueillis dans des réunions spéciales avec remise de tout en tas de « matériel » militant.
    Chez nous, je peut en témoigner, rien de tout cela.
    Ne pourrait on pas revoir un peu notre mode de fonctionnement ?
    Attention, je ne suis pas aussi exigeant que CSP 😉
    « Aujourd’hui c’est samedi, il fait beau, et keskil va faire, CSP, aujourd’hui, mh ? Ben il va aller à Ramonville pour la fête de la Ligue, voilà ! J’attends surtout le débat sur la constitution de notre Nouveau Grand Parti Anticapitaliste pour voir dans quelle direction on va s’inscrire, et surtout comment on va interpeller les gens par rapport à ça. La nécessité d’une force politique de rassemblement à la gauche de la gauche, je ne la discute pas, tellement ça me semble évident. Et même si l’exemple semble mal choisi, oui, il faut faire comme a su faire le FN à son époque : rassembler des bouts épars pour les structurer en machine de guerre cohérente. »

  4. Mon cher Superpado,

    Nous n’avons pas encore de statistiques précises chez nous quant au renouvellement des cartes, car les militants sont toujours assez lents à se mettre en règle, mais il y a fort à parier que nous aurons les mêmes soucis.

    J’ai toujours différencié les militants des adhérents. Pour moi, les premiers, (qui sont parfois des anciens nouveaux adhérents à 20 €), sont venus se battre. Ils participent aux réunions, collent les affiches distribuent les tracts, écrivent sur des forums, animent des blogs, font du prosélytisme dans leurs entreprises, dans leur entourage bref ils militent.
    Ceux-là restent fidèles et lorsque quelque chose ne va pas dans le Parti, ils élèvent le ton, ce qui fait des réunions parfois houleuses, mais ils cherchent à influencer la ligne politique de l’intérieur.
    Ceux que j’appelle les adhérents, alors que leur statut officiel est le même que celui des militants, ont voulu, par leur adhésion, signifier un soutien.
    Ils ne sont pas très assidus aux réunions, et en général, il peuvent filer un coup de main dans les campagnes, mais il est préférable de ne pas trop y compter. Ils ont souvent des problèmes de disponibilité. Ils vont défendre les idées socialistes auprès de leurs proches, mais seront assez discrets dans leur milieu professionnel, ou vis à vis de leur voisinage.
    Ils sont souvent au Parti pour soutenir une tendance, un courant voire un homme ou une femme.
    Mais dés que quelque chose ne va pas dans le Parti, au niveau national, s’ils sont déçus par un résultat électif, ils ne se reprennent pas leur carte. Ils expriment par là un mécontentement qu’ils n’arrivent peut-être pas à exprimer dans les sections où dans les débats…sans doute
    Quitte d’ailleurs à revenir un an après, car ils savent qu’ils sont toujours les bienvenus, que nous n’avons aucun doute sur le fait que lorsqu’ils sont en dehors du Parti, ils votent toujours à gauche… Si nous ne pouvons pas toujours compter sur leur activisme, nous connaissons leur fidélité.

    Nos sections sont toutes constituées sur le même modèle : un noyau dur de militants, qui sont les animateurs des débats et des campagnes, et des adhérents.
    J’assimile souvent cela à des cercles concentriques avec au milieu les militants, dans le deuxième cercle les adhérants et en périphérie les sympathisants. Le PS est constitué des deux premiers cercles, le troisième venant s’additionner lorsque l’on considère l’assise électorale.
    Avec des passages d’un cercle à l’autre, dans les deux sens, et un mouvement qu’il nous appartient de développer : l’attraction vers le premier cercle. – J’avais écrit attraction vers le centre, mais cela aurait pu être mal interprété 😉 –
    Avoir beaucoup d’adhérent est plutôt la mission que se fixe le trésorier de la section, mais le secrétaire ou le directeur de campagne lui, se soucie plus du nombre de militants. Le candidat sera plus focalisé sur l’assise…

    C’est du moins ma vision de la vie en section, elle ne reste que l’expression d’une analyse personnelle.

    Amicalement

    Alain

  5. superpado dit :

    J’ai un hors sujet mais comme il me tient à coeur…
    Je débats depuis longtemps avec une secrétaire de section et au hasard d’une de nos confrontations sur les « nouveaux adhérents » elle m’apprend qu’en 2006 elle en a inscrit 25 et qu’aujourd’hui il n’y en a plus que 5.
    Est ce pareil chez vous?
    Et si oui connaissez vous les raisons qu’ils invoquent pour ne plus revenir?

  6. SERGE dit :

    Il est urgent de « toiletter » (c’est normal, il s’agit de linge sale) le droit des affaires, sinon Rachida Dati au nom de son « maître » va être obligé de demander le déblocage de crédits pour construire un établissemnt pénitentiaire « 3 étoiles » pour nos « VIP » verreux !

  7. La main gauche dit :

    Avec un CV pareil, Gautier-Sauvagnac vise au moins un poste de ministre d’état dans la mafia-bande à sarko

Laisser un commentaire

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons