Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

23 octobre 2007

Parlez-vous sarkozien ?

Filed under: 01 - Etudes et analyses — iledere @ 20:20

Encore un doigt de Sarkozy ?Par Sophie : Pour bien occuper son temps de cerveau disponible

Le langage est l’expression de la pensée, mais aussi son déploiement.
« Le mot donne à la pensée son existence la plus haute et la plus vraie », établit Hegel (« Philosophie de l’esprit »).
« La parole ou les mots portent une première couche de signification qui leur est adhérente et qui donne la pensée comme style, comme valeur affective, comme mimique existentielle, plutôt que comme énoncé conceptuel », affirme Merleau-Ponty (« Phénoménologie de la perception »).
« La pensée dépend des mots », écrit Orwell (« 1984 »).

D’où la propension, pour les communicants politiques et leurs brochettes de docteurs ès manipulation, à bricoler le langage pour orienter émotionnellement l’opinion publique vers l’acquiescement placide, au détriment de ses facultés de raisonnement et de jugement. A ce jeu, l’actuel président est assurément habile, comme le circuit électoral l’a montré, cuirassant sous une rhétorique publicitaire ses objectifs brutaux comme le chocolat chaud enrobe le cœur glacé des profiteroles… Mais hormis évidemment pour ce qui est de l’effet répulsif qu’elle provoque dans la troupe serrée de ses détracteurs, il n’ignore pas que c’est seulement en continuant à conditionner fermement sa majorité électorale qu’il est susceptible de lui faire avaler sa très grosse gélule néolibérale. S’ingéniant à faire passer le mouvement et la prolixité pour des présupposés de modernité, d’efficacité et de pédagogie, il persiste donc, fidèlement secondé par son assistance média, à la canonner à jets continus d’allocutions, conférences de presse, interviews et discours divers.

La majeure partie de ce verbe prodigue est disponible sur le site internet de Nicolas Sarkozy, enfin… celui de la présidence de la République Française, mais entre portrait du susdit imposé à chaque clic, chaînes de la « PR TV », agenda, photos et autre fanclubesque « retrouvez tous les déplacements de Nicolas Sarkozy », on a quelque excuse si l’on confond; le bleu républicain dont l’outil est habillé en prend comme une tonalité bleu roi ; la dignité du poste en paraît toute cyanosée… Rien n’y suggère en tout cas, conformément à l’attitude globale de l’élu du 6 mai, l’effacement de la personne devant la fonction, « la transcendance du rôle-titre sur le titulaire » qui est « son honneur, son humilité et notre assurance-vie », affirme Régis Debray dans son dernier ouvrage (« L’obscénité démocratique »). L’ordre républicain, explique-t-il, est notamment tributaire de « l’écart maintenu contre vents et marées entre le dépôt et le dépositaire de l’autorité, la fonction publique et l’individu privé. […] La République ignore les corps de gloire. C’est une majesté fantôme et incorporelle qui proscrit l’allégeance, la mystique du chef. »

Dans ce mince opus exposant en exergue que « c’est ce n’est pas la démocratie qui est obscène ! C’est la scène républicaine qu’il faut sauver de l’obscénité, au moment où la politique devient le tout-à-l’égo d’un pays en proie aux tyrannies de l’audimat, de l’émotif et de l’intime », le philosophe médiologue, d’une plume élégamment incisive, entre autres cibles taille un joli costard à Nicolas Sarkozy ; sans le désigner nommément mais sans ambiguïté non plus. Le langage déversé notamment par le plus haut sommet de l’Etat se fait clairement aligner : « le brut, l’émotionnel, le naïf, le babil, le cru, le ’’on se lâche’’, […] le nettoyage rhétorique de notre langue et le diktat partout du premier degré, […] place au coup de colère ou de sang, aux yeux humides, au dérapage verbal, […] la décontraction dérive en désinvolture, l’élaboré passe pour alambiqué, le digne, pour hautain, le poli pour maniéré », […] une infralangue orale. »

Le niveau de l’infralangue, mouture postmoderne de la langue de bois, pratiquée par Nicolas Sarkozy, est d’autant plus bas qu’il s’adresse à ce qu’il considère probablement comme un infrapeuple… Le discours prononcé le 8 octobre à la Maison de l’Emploi de Mâcon, pour annoncer le projet de fusion de l’ANPE et de l’UNEDIC est à cet égard édifiant. On reste ébaudi par la puissance de la dialectique : « d’abord cela montre que c’est possible, et que ce n’est pas impossible » ; par la finesse de la syntaxe et des expressions : je vais mettre les pieds dans le plat », « c’est bien beau votre truc », « nous, on a pas inventé le fil à couper le beurre », « si c’est une bonne idée, là où tout le monde est, il n’y a qu’à faire la fusion », ou autres « on va à la bagarre »… Il s’agirait de se faire comprendre d’un aréopage de polytraumatisés crâniens qu’on ne parlerait pas autrement – à faire douter le demandeur d’emploi mâconnais des capacités cognitives de son conseiller…
Le discours est en outre généreusement arrosé des noms des fonctionnaires présents, histoire d’établir un semblant de proximité à coups de « je ne l’ai pas dit, mais je le dis à Mme Jaillet », et autres « Mme Thomas peut le dire, il y avait beaucoup de réticences à l’origine, Mme Chamoullaud il y a des inquiétudes, je le dis à M. San Filippo également »… Cela permet de faire passer rapidement le beaucoup plus précis « on mettra fin au doublon de certaines fonctions supports », mais grâce auquel « vous pourrez avoir une polyvalence qui va accroître l’intérêt de votre travail » – traduit en français, cela pourait donner : chacun devra accomplir le travail de deux personnes.

Le même jour, les ouvriers de l’entreprise mâconnaise Metso Minerals ont droit à un autre discours. Le vocabulaire et la syntaxe sont à peine moins triviaux (« il a trouvé cela tout seul, lui », « il ne faut pas compter sur moi pour aller raconter des salades »)… Mais avec « je voulais vous dire cela, du fond de ma sincérité. Je sais bien ce qu’on attend d’un Chef de l’Etat dans les sommets internationaux, il faut que je le fasse aussi, mais ma place, elle est aussi là, à rencontrer les gens. Je suis aussi le Président des ouvriers, même de ceux qui n’ont pas voté pour moi », l’hypocrisie du propos atteint le risible : pauvre président obligé de se coltiner les dirigeants des plus puissants pays du monde et de prendre des vacances dans le Bush, alors qu’il se sent si bien avec les gens ses semblables…
La lourdeur avec laquelle Nicolas Sarkozy commente sa présence dans cette usine, lui qui se dit pourtant simple et pragmatique, trahit en outre la malignité subliminale de la novlangue présidentielle : les truismes du genre « si le chef de l’Etat ne va pas dans les usines, qui ira ? », « je rencontre des gens. C’est quand même mon rôle », « je dois aller sur le terrain, je dois aller voir des gens », sont des antiphrases qui suggèrent le contraire de ce qu’elles signifient : insister ainsi sur une présence qu’il prétend normale lui permet de se conférer un mérite particulier à être là. Chanceux métallos, le président en personne condescend à vous expliquer sa politique… Politique qui tient principalement dans une bonne grosse invocation : « je souhaite que les entreprises vous donnent le maximum d’heures supplémentaires, que vous preniez le maximum de rémunérations pour ces heures supplémentaires, que cela crée le maximum d’activité. » Amen. Sans oublier au passage de diriger la vindicte ouvrière sur le commode bouc émissaire, celui qui « gagne davantage avec l’assistanat qu’avec le travail. » Point de RMI ou autres minima sociaux : « assistanat » est évidemment choisi comme le vocable le plus péjoratif possible.

Le discours prononcé à l’université de Dakar le 26 juillet était situé sur un tout autre niveau de langue que ces derniers, puisque l’auditoire n’était pas composé d’électeurs auxquels faire croire qu’on est l’ami du peuple. Il s’était au contraire drapé d’un lyrisme que son auteur Henri Guaino voulait sans doute majestueux (« que feriez-vous, jeunesse africaine, de ma pitié », « jeunes d’Afrique, ne cédez pas à la tentation de la pureté », « frères à travers cette foi mystérieuse qui vous rattache à la terre africaine »), appelant Senghor, Camara Laye et Rimbaud en renfort, mais qui avait visiblement pour mission de faire passer des tartines à connotation paternaliste et discriminatoire qui n’ont pas manqué de susciter l’indignation en France et encore davantage en Afrique.
Quelle pitié, alors que Nicolas Sarkozy était venu proposer rien moins que la « Renaissance de l’Afrique », grâce à une « stratégie commune dans la mondialisation »… Ce n’était pourtant pas si difficile à comprendre, puisque comme il l’expliquait doctement aux Sénégalais « l’homme africain est aussi logique et raisonnable que l’homme européen »…
Sans blague. Notre président en est sûr : figurez-vous que les Africains ne sont pas plus bêtes que nous… ; ils ont dû avoir grand plaisir à l’apprendre, tout autant que de savoir qu’une fois « l’homme africain » embringué dans un vaste et vague projet « Eurafrique », « alors là seulement […] il se sentira enfin un homme comme tous les autres hommes de l’humanité. » Ce qui implique qu’en attendant d’y souscrire, il se sentira comme il peut, mais enfin pas tout à fait comme un homme ?… Le contraste avec l’évocation de l’Afrique dans le discours aux ambassadeurs (27 août) est frappant : « l’Afrique reste encore à l’écart de la prospérité mondiale. Elle ne peut tirer le meilleur parti de ses immenses richesses naturelles, trop souvent menacées de pillage, et elle souffre plus que d’autres des conséquences des changements climatiques. A mi-chemin du calendrier des objectifs du millénaire, nous allons poursuivre notre effort d’aide. »

Les Africains n’ont donc pas été jugés capables de saisir des propos sobres et précis de ce genre ? A la place ils ont eu un long pensum ampoulé posant le diagnostic du président français sur les malheurs du continent africain, « qui ne réussit pas parce qu’il n’arrive pas à se libérer de ses mythes. » Ici point de pillage. Rien évidemment sur la part de responsabilité de la France dans le sous-développement africain, sur son soutien néocolonial aux dictateurs corrompus et aux réseaux poussant certains pays à sacrifier leur agriculture et leur environnement au profit de l’exploitation des matière premières.
On ne s’attend pas hélas, quelque soit l’abyssale sincérité d’un président, à ce qu’il fasse la pleine lumière sur les dessous pas très chics de cette politique, mais de là à aller jeter benoîtement à la figure des Africains que tout ce qui leur arrive est de leur faute, il y a une marge de décence. Quant aux anciens colonisateurs, « ils ont eu tort », certes, d’avoir notamment « abîmé une sagesse ancestrale », mais quitus leur est ensuite décerné : « la colonisation n’est pas responsable de toutes les difficultés actuelles de l’Afrique. Elle n’est pas responsable des guerres sanglantes que se font les Africains entre eux. Elle n’est pas responsable des génocides. Elle n’est pas responsable des dictateurs. Elle n’est pas responsable du fanatisme. Elle n’est pas responsable de la corruption, de la prévarication. Elle n’est pas responsable du gaspillage et de la pollution. »

On a ici un exemple d’une figure de style dont Nicolas Sarkozy et ses scribes ne sont certes pas les précurseurs en rhétorique politique, mais dont il use et abuse dans presque tous ces discours : la répétition d’un élément en début de phrases (dite anaphore, en rhétorique), utilisée pour marquer la fermeté de ses intentions, mais de façon si insistante qu’elle s’apparente à une sorte de scansion dont le rythme obsessionnel est censé emporter et convaincre plus encore que le sens.
Le discours du 30 août à l’université d’été du Medef en était truffé, tel le morceau de bravoure : « cette rupture je la crois nécessaire. Cette rupture je m’y suis engagé. Cette rupture les Français l’ont approuvée. Cette rupture je la ferai. Je ne laisserai personne y faire obstacle. Je ne laisserai personne l’édulcorer. Je ne laisserai personne la dénaturer. » Yoh… Notre président ferait sans doute un bon rapeur… Voilà en tout cas les patrons rassurés, et au-delà de son auditoire direct, l’opinion publique et la classe politique dûment chapitrées, si ce n’est menacées. La parole de Nicolas Sarkozy contient beaucoup de ces bouffées narcissiques de toute puissance, dignes d’un régime autocratique plus que d’une démocratie parlementaire. Le « nous » est plutôt rare, à croire que gouvernement et majorité parlementaire sont inutiles. Le « on », utilisé pour désigner une entité globalisée d’opposants et de prédécesseurs, est par contre très fréquent.

Dans le long discours au Medef vendant sa politique économique et sociale, on trouve aussi des perles comme « je veux en finir avec l’idéologie qui met l’entrepreneur au ban de la société » – Ah bon ? C’est bizarre, on n’a encore jamais vu un entrepreneur raser les murs de peur d’être reconnu… Avec le sophisme et l’hyperbole, Nicolas Sarkozy n’y va pas à la petite cuillère, mais à la truelle : postulant une stigmatisation qui n’existe pas, il peut se donner le rôle de protecteur de la supposée victime, ainsi qu’il s’y était livré lors de l’interview télévisée du 20 septembre à propos des professions concernées par les régimes spéciaux de retraites, décryptée par l’excellente Judith Bernard d’Arrêt sur Images. Il n’hésite pas entre outre à manier le paradoxe : dans le discours du 3 octobre aux parlementaires de la majorité, il explique qu’« alléger les rythmes scolaires » permettra « d’apprendre mieux ». Autrement dit, moins d’école, plus de réussite scolaire…
Bel exemple de renversement orwellien du langage. Sur le même sujet, Nicolas Sarkozy était nettement plus proche de son but réel face au Medef : « je me suis engagé à ne pas renouveler un emploi de fonctionnaire sur deux partant à la retraite. […] Comment voulez-vous supprimer des postes à l’Education Nationale si nous laissons le même nombre d’heures de cours ? » C’est ce qu’il appelle « des économies intelligentes »… Il est intéressant de noter que le président manipule davantage le langage face à sa majorité parlementaire mais parle plus direct face aux patrons. Il a donc plus confiance dans l’adhésion des seconds à ses objectifs que dans celle des premiers. S’adressant au Medef, il est d’ailleurs question de « nos idées », tandis qu’en s’adressant aux parlementaires, c’est un comminatoire « j’ai pris des engagements pendant la campagne présidentielle. Ces engagements sont aussi les vôtres. […] Que les choses soient donc claires pour tout le monde. » C’est très clair : le représentant du Medef tient le pouvoir exécutif, et l’Etat est désormais considéré comme une entreprise.

Le discours aux parlementaires contient des effets manipulatoires proches de ceux du discours de Dakar : « je veux dire aux fonctionnaires qu’ils sont des citoyens à part entière » ; et parlant des électeurs : « il faut penser aux 64 millions, y compris à ceux qui n’ont pas voté pour vous et qui n’en sont pas moins Français. » Encore heureux ! Qui a pu prétendre que les fonctionnaires et les électeurs de gauche étaient des citoyens ou des Français de seconde zone ? Mais en insistant sur ces évidences comme s’il fallait en convaincre l’opinion, Nicolas Sarkozy suggère implicitement qu’il est possible de penser le contraire ; tout en se posant en défenseur de la pluralité et du respect, il introduit un doute. Ces tropes, procédés utilisés pour faire passer un sentiment de manière tacite, sont largement présents dans le sarkozien. Une infralangue, au sens cette fois-ci d’infrason…

Le langage de Nicolas Sarkozy est par ailleurs gorgé d’expressions à la première personne suggérant l’autorité et le courage, (« je veux », « je me battrai », « j’ai pris tous les risques », « je n’ai pas peur »), le tout entrecoupé par le matraquage du mot magique, « rupture », bulldozer subliminal dont il a déjà réussi à faire un substantif connoté.
Il expose en outre fréquemment sa propre énonciation (« je le dis », « je le redis », « je veux le dire », « je vais dire », « je veux l’expliquer », « je veux parler »), tout en affirmant qu’il se situe en permanence dans le registre de la parrhésie (« je dis la vérité », « je le dis franchement », « je joue carte sur tables », « il faut avoir le courage de le dire », « si je l’ai dit, c’est que je le pense »). Une langue la plupart du temps redondante, cabotine, affabulatrice, incantatoire plus qu’explicative, impropre à penser la complexité.
Mais doit-on s’en étonner, alors que Nicolas Sarkozy évoquait dans le discours de Dakar « ce besoin auquel je crois moi-même tant, ce besoin de croire plutôt que de comprendre, ce besoin de ressentir plutôt que de raisonner »… Jouer sur la foi et l’émotion, plutôt que sur la compréhension et le raisonnement ? Méthode idéale pour éradiquer tout esprit critique.
N’en doutons pas : de la dérégulation néolibérale dont Nicolas Sarkozy est aujourd’hui dans notre pays le principal chargé de mission, le langage est la tête de pont.
Alors continuons de décrypter, d’alerter, de résister : ce qui ce conçoit bien se dénonce clairement…

Souvenez vous : dans la catégorie dialectique creuse, Jean Patrick Capdevielle faisait, dans les années 80, mieux que Sarkosy en 2008 : Quand t’es dans le désert…
[dailymotion=http://www.dailymotion.com/swf/uTuadmD0Q2KlolFGh]

14 réponses à “Parlez-vous sarkozien ?”

  1. C’est sûr que pour notre société la culture est devenu un produit comme un autre… Aussi, sorti des supermarchés des Malors, Point de salut…
    Triste…

  2. Fifou dit :

    Je dirais pas que j’ai tout compris aux images des paroles, c’est un langage assez particulier. Mais  » on est cinquante millions d’poêtes, c’est ça qui doit faire notre charme  » je trouve ça bien envoyé dans l’ironie. C’est plus adroit que de dire que la France est plus une nation vendeuse d’armes qu’une terre de poêtes.
    Assez visionnaire aussi le coup du thermonucléaire.
    Pour la fée des neiges et les marchands de certitudes là je sèche.
    Pour ce qui est du chanteur il a récemment sorti un disque hors major,  » Hérétique 13 « , relativement bon, il a l’air d’avoir retrouvé sa fougue. Perso j’espère un jour le voir sur scène mais vendre quelques milliers d’exemplaires et ne passer que sur les radios locales, c’est pas gagné pour monter sa tournée…

  3. iledere dit :

    Cela dit, Capdevielle en discours creux je te trouve très dur…

    Mon cher Fifou, démonstration :

    Moi je traîne dans le désert depuis plus de vingt-huit jours
    Et déjà quelques mirages me disent de faire demi-tour
    La fée des neiges me suit tapant sur son tambour
    Les fantômes du syndicat des marchands de certitudes
    Se sont glissés jusqu’à ma dune, reprochant mon attitude
    C’est pas très populaire le goût d’la solitude

    Les gens disent que les poètes finissent tous trafiquants d’armes
    On est cinquante millions d’poètes, c’est ça qui doit faire notre charme
    Sur une lune de Saturne mon perroquet sonne l’alarme
    C’est drôle mais tout l’monde s’en fout
    Vendredi tombant d’nulle part, y a Robinson solitaire
    Qui m’a dit : « J’trouve plus mon île, vous n’auriez pas vu la mer ? »
    Va falloir que j’lui parle du thermonucléaire…

    😉

    Cela dit, le Jean Patrick nous a bien diverti. Dans le bon sens du terme..
    Qu’est ce qu’il devient ?

  4. Fifou dit :

    toujours pas remis du 6 mai… il finira bien par avoir son retour de manivelle. Ce qui me désole c’est l’amnésie prochaine de ceux qui l’ont élu, et ceux qui rampent seront les premiers à lyncher.
    Cela dit, Capdevielle en discours creux je te trouve très dur. Raymond Barre en clown sinistre et Giscard en piètre accordéonniste je trouve ça plus consistant et drôle que nos gentils chanteurs actuels…

  5. Bidochon 1er dit :

    Avec Sfar même Platon devient fréquentable !
    Pour le questionnement ci-dessus je te répond, mais j’ai quelques trucs à rouler et c’est prioritaire.
    A +.

  6. @sophie
    Les enfants, les chiens, les chats ne posent pas de problèmes, les moutons et la jument… Bah…, nous en avons chez nous…
    En tous cas l’invitation est lancée…
    Je t’envie de pouvoir découvrir Joann Sfar…
    Personnellement je craque sur la série « le chat du Rabin », « la fille du professeur » en collaboration avec Emmauel Guibert (déjà évoqué), et la série des « donjon »où tu trouveras le top : Lewis trondheim, Walter et le génial Manu Larcenet (idole de mon fils,16 ans et de moi-même… Dont il faut absolument posséder la série « retour à la terre » et surtout « combat ordinaire » un vrai chef d’oeuvre ! Et je pèse arpagonesquement mes mots… )

    Mais dans Sfar, comme dans le cochon, tout est bon…

    Cerise sur le gâteau : Sfar a subit une maîtrise de philo.. Il en reste quelque chose….

    Bien à toi

    Alain Renaldini

  7. Sophie dit :

    Merci Alain, pour cette cordiale invitation dans votre île, difficile pour moi de prendre des vacances avec les enfants, les chiens, le chat, les moutons et la jument qui tous à des titres divers ont besoin qu’on s’occupe d’eux ! Mais j’espère un jour avoir tout de même la possibilité de la visiter.
    Je ne connais pas l’auteur de BD Joann Sfar et je vais tâcher comme vous le conseillez de combler cette lacune !

  8. Décidément les blogs apportent des satisfactions inespérées :

    Tout d’abord, Sophie vient faire un tour chez nous (en attendant de venir passer ses vacances dans l’île ?) commenter son excellent texte. Bienvenue Sophie.
    Et Hé hé finit son pertinent commentaire par un clin d’oeil à Sfar.. Moi qui suis un fan de BD… Et Sfar habite le panthéon de mes auteurs de BD favoris… Les bras m’en tombent…
    Dis-donc Hé Hé, on se connait ?

    Pour ceux qui ne connaissent pas le Prolifique Joann Sfar vite une lacune à combler.
    Et je vous recommande les albums de la série « olives noires » où il collabore avec Emmanuel Guibert, par ailleurs co-auteur des trois tomes de la série « le photographe »…

  9. Hé hé dit :

    Oui sophie,
    La question est bien idéologique.
    Sous l’apparence du « pragmatisme » sarkozien et de sa traduction en discours qui se veut accessible au peuple se cache une idéologie des plus raides.
    Celle qui énonce qu’il existe un ordre, un déterminisme et qui réintroduit l’inégalité primordiale.
    Mais en ces temps de paresse intellectuelle et de distration organisée par TF, cela va être difficile de faire bouger les esprits.

    Le peuple est un golem. (clin d’oeil à Yoann Sfar)

  10. Sophie dit :

    Bonjour à tous,
    Je suis contente que mon article vous ait intéressé. Il me semble que Hegel et Merleau-Ponty ne sont pas si éloignés sur la question du langage. Les rapports entre langage et pensée sont d’ailleurs un thème philosophique majeur, et il est certain qu’au quotidien nous pouvons expérimenter le fait que les mots sont trompeurs (au-delà du simple mensonge volontaire) : ils peuvent être réducteurs et ne pas exprimer la complexité de la pensée, ou s’imprimer profondément en nous et faire naître des opinions auparavant impensées. C’est sur les deux tableaux que joue la rhétorique manipulatoire de Sarkozy, complétée par la fabrication de son image. En tant qu’opposants nous ne sommes pas dupes, mais ce n’est pas le cas d’une large part de l’opinion publique. Lutter sur le plan du langage, en tâchant de redonner aux mots qu’il emploie leur réelle signification, me semble donc des plus importants.

  11. iledere dit :

    Bonjour Bibochon 1er,

    Peux-tu m’expliquer pourquoi « juxtaposer Hegel et Merleau-Ponty dans le chapeau de l’article c’est peut-être un chouïa scabreux » ?

    Il m’a toujours semblé, et je ne crois pas avoir lu une opinion contraire, que la réflexion de Maurice Merleau-Ponty s’enracine dans une quadruple influence
    Husserl: revenir aux choses mêmes. Une idée qui a été constamment reprise par Merleau-Ponty.
    Heidegger, qui a influencé Merleau-Ponty en soutenant que l’homme n’est homme que pour autant qu’il s’ouvre à l’être.
    la tradition française (Maine de Biran, Bergson) ne doit pas non plus être négligée dans la genèse de la pensée de Merleau-Ponty.
    Hegel enfin puisque dans toute son œuvre, ainsi que dans ses cours au Collège de France, Merleau-Ponty a été attentif à la dialectique, conçue, pensée des contradictoires. Même si on peut dire que Merleau-Ponty a, dans ce domaine, une pensée moins systématique et plus ouverte que celle de Hegel.

    Juxtaposer Hegel et Merleau-Ponty dans le chapeau de cet article ne me semble donc en rien scabreux…
    Et bravo encore à Sophie…

  12. SERGE dit :

    Pour répondre à la « main gauche », je suis certain que « le sarko » finira lui-même dans une poubelle, c’est effectivement là sa place !

    Par ailleurs, il ne faut pas désespérer de la « gauche » même si les militants de base et les sympathisants piaffent d’impatience, il est peut-être sage d’attendre quelques semaines avant les échéances municipales et cantonales pour que le PS contre attaque et dévoile son projet.

    Agir dès maintenant permettrait au « bonimenteur 1er » avec l’aide inconditionnelle des médias de « casser » la gauche et de la retrouver dans la même situation qu’aux présidentielles.

    Cependant, il faut que le P.S. parle à l’unisson pour éviter les quolibets de Sarko, Fillon « le faux 1er ministre » et leur clique.

  13. Bidochon 1er dit :

    Sophie elle décoiffe
    Sauf que juxtaposer Hegel et Merleau-Ponty dans le chapeau de l’article c’est peut-être un chouïa scabreux, mais enfin à côté des éructations militantes de certains ça laisse rêveur sur l’écart qui existe entre la qualité d’analyse de certains membres ou sympathisants du PS et les résultats des élections en général.
    Y’en à de l’argument là dedans, reste à en faire quelque chose d’audible pour ces braves électeurs qui font pas la différence entre politique de gôche et politique de drouâte mais qui la font dans les urnes.
    Et c’est la que ça coince, c’est là que se situe une partie du problème à gôche.
    Y’en à un qui à bien compris tout ça : cela fait dix ans que Sarko fait plancher des équipes de linguistes, de psy, de spécialistes de la sémantique (payés avec nos impôts) uniquement pour rendre accessible et vendre aux électeurs moyens sa dialectique.
    Car l’électeur de base ne vote que pour ce qu’il comprend… ou du moins croit comprendre et je crois qu’il n’a pas très bien compris la fortitude et autres néologismes boboïsants du même acabit, par contre les enseignants ont bien compris sous les propos ampoulés que gôche ou droite ils allaient se faire mettre !
    Si le PS arrête enfin pousser des barrissements (excuse moi Raymond) qui font ricaner l’Europe entière, et pleurer de désespoir les trois quarts de la gauche française (lisez donc en ligne les journaux européen, c’est édifiants) et suit la méthode Sarko y’en à donc que pour dix ans, mais comme la gauche est plus intelligente que la droite…

  14. La main gauche dit :

    En conclusion, on pourrait ajouter :

    1 Ces techniques de langage sont toutes orientées pour manipuler l’esprit (les sectes sont fortes dans ce domaine)

    2 Vouloir manipuler l’esprit cache toujours de mauvaises intentions

    3 Sarko s’est acharné à devenir le champion de ces techniques, il y a donc fort à parier que ses intentions sont mauvaises.

    Pour la politique au sein d’une démocratie, chercher son inspiration dans les poubelles des sectes, c’est quand même pas terrible… restera pas dans l’histoire celui-là.. sauf peut-être dans le chapître « Gros bug historique »

Laisser un commentaire

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons