Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

21 décembre 2007

De qui se moque -t-on ? Mais de nous…

Filed under: 10 - Chronique de la haine ordinaire — iledere @ 23:17

valeriebegue_b.jpgla maquerelle au chapeauAinsi, la dame au chapeau, l’inénarrable Geneviève de Fontenay, celle qui a fait des miss son gagne-pain est en colère… La miss France 2008 est une fille indigne…
Après un fils aussi fourbe que fornicateur, Me de F. hérite d’une fille indigne… Et elle demande sa démission (tiens c’est à la mode ces derniers jours) au prétexte que la-dite miss, Valérie Bègue, aurait posé pour une magazine dans des « poses suggestives » en train de lécher ce qui semble être du lait de coco… Vade retro Satanas…

Quelle époque !!! D’un coté notre président « bling-bling » organise une séance photo à Disneyland pour présenter sa « nouvelle fiancée » dont le palmarès de croqueuse d’homme la place dans la catégorie glorieuse des « fieffées salopes », de l’autre une championne de natation s’insurge que la vidéo de ses exploits sexuels se retrouve sur la toile.
Et Me de Fontenay s’insupporte que la miss ait osé poser en maillot deux-pièces dans une allégorie du Christ en croix dans une piscine.
Une piscine qui dans les fantasmes courants des français rappelle les ébats d’une certaine Loana, qui forniquait gaillardement quoique sur commande d’Endemol, en « prime time » dans une émission de télé-poubelle…
carla_bruni.jpg Dans un pays ou les photos nues de celle que certains tabloids présentent comme la future première dame de France, sont légions sur Internet et tapissent les chambres d’adolescents boutonneux, Mme de Fontenay réussit à faire la Une des gazettes en exigeant la tête d’une miss qui ose poser devant des photographes.
Moi qui pensait que c’était justement son boulot. Que c’était pour cela qu’elle avait été élue. Sans doute que la maquerelle au chapeau n’a pas touché sa commission. A moins que le concours des misse soit en fait l’examen d’entrée au couvent des oiseaux…

061229_sdf_tente.jpgBien sûr, pendant ce temps les patrons du CAC 40 engrangent des bénéfices faramineux qui grâce au bouclier fiscal ne rapporteront pas un sou au pays, les sénateurs suppriment le plafond des parachutes dorés (qui limitait à seulement 1 million d’euros la part non imposable, un scandale…) les pauvres claquent des dents sur les trottoirs quand les HLM qui leur sont destinés sont occupés par des membres du gouvernement. Le Droit du travail se détricote et les 35 heures agonisent, mais le plan de rigueur est à l’étude. Les lendemains qui déchantent c’est ici et maintenant…
Alors comment détourner l’attention des français ? Comment faire pour mener brouter les boeufs en paix ? Du spectacle, encore du spectacle, toujours du spectacle.
Probablement que les prochaines mesures désagréables pour ceux qui se lèvent tôt le matin, ou les prochains cadeaux aux nantis qui font la grasse matinée, seront masqués par l’annonce de la rupture de Sarkozy, de la présentation de la collection Dior par Dati ou le remariage de Cécilia…
Et vous savez le pire ? Ca marche…

Alain Renaldini

2 réponses à “De qui se moque -t-on ? Mais de nous…”

  1. Chris dit :

    Vu sur Le blog de Philippe Bilger

    Pour la Miss !

    Les conditions techniques de l’écriture de ce billet vont me contraindre – j’entends d’ici le soupir ravi de ceux qui me reprochent d’être trop long – à la brièveté.
    Le sujet, certes, n’est pas d’une importance capitale même si on ne peut que s’étonner de l’émotion qu’il a fait naître, notamment à la Réunion, et du tintamarre médiatique qu’il a suscité. Les périodes creuses sont propices à de tels débordements mais tout de même !
    Geneviève de Fontenay ne mérite pas un tel intérêt. Aussi, je me contenterai du minimum pour ce qui la concerne.
    Lorsqu’on est soi-même grotesque, avec un chapeau ridicule, des propos faussement distingués mais profondément vulgaires, au bord du racisme, lorsqu’on s’ébat sur les plateaux de télévision et qu’on constitue une permanente offense au bon goût et à la véritable allure, on a un peu de pudeur.
    Oser invoquer un réglement stupide, dans un tel contexte, pour priver une jolie femme de sa couronne de miss France, représente le comble de ce que je pourrais qualifier de bêtise snob.
    Bêtise assurément. Attacher une telle importance à des poses gracieuses, libertines, qui n’ont même pas choqué – selon le Figaro – l’évêque de la Réunion relève de la frustration aigre et imbécile. On sent le dépit, on devine la morale étriquée qui s’emballe parce qu’elle ne peut pas accepter l’éclatante simplicité de la jeunesse. L’éthique qui interdit est le dernier recours pour ceux que la beauté et sa scandaleuse liberté mettent mal à l’aise.
    Bêtise snob, aussi. Se réfugier derrière une règle – pour laisser penser que ce concours est sérieux et même austère – manifeste le désir éperdu d’être reconnu et consacré. On n’est pas n’importe qui puisqu’on se donne le droit de déclasser au nom d’une violation dérisoire pour laisser imaginer une « classe » impossible.
    Je comprends l’émoi à la Réunion. Rien n’est plus exaspérant que d’être taxé d’inélégance par la grossièreté.
    J’arrive trop tard mais peu importe. Vive Miss France !

  2. Hé hé dit :

    Bien sûr que l’on se moque de nous.

    Le futile est placé en tête de gondole, euh à la une des journaux.

    Tu es bien critique envers Mme de Fontenay (sous bois?), elle qui s’est affichée comme ségoléniste à Charletty un certain 1er mai 2007.

    Bon pour en revenir à la communication politique, les socialistes devraient travailler leurs dossiers. Ce sera long mais celà est payant à long terme.

Laisser un commentaire

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons