Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

21 décembre 2007

Et mauvais joueur en plus…

Filed under: 09 - Evènement — iledere @ 14:11

ba74f56e5a523e881edb586735ce8ac4.jpgBon, exit Jean-Paul Bolufer.
Le directeur de cabinet de Mme Boutin, ministre du logement avait été épinglé par le Canard Enchaîné ainsi que nous l’avons relaté dans ces colonnes. N’ayant pas une excuse présentable pour justifier le passe droit dont il a bénéficié durant plus de 20 ans , le triste individu a été viré du ministère.

Bravo le Canard !!

Mais le triste sire est mauvais perdant : alors qu’il paye un loyer de misère pour une appartement de luxe de 190 m2, il refuse de quitter les lieux et crie au complot. Il attaque dur en voulant dénoncer ceux qui bénéficient des mêmes largesses que lui…

Ainsi il demande à Bertrand Delanoë de publier la liste des bénéficiaires d’avantages similaires. « Je voudrais poser une question au maire de Paris et lui demander s’il est disposé de faire publier par la Régie immobilière de la Ville de Paris la liste de l’ensemble des appartements gérés par cette société, de leur superficie, de leur localisation et de leurs loyers. (…) Les locataires, c’est à lui d’en décider. »(…)
Même tonalité chez le député UMP Yves Jego. Tout en jugeant Il est aussi « inacceptable » le loyer modéré de Jean-Paul Bolufer, il a critiqué jeudi « la gestion de la Régie immobilière de la ville Paris assurée depuis 2001 par Bertrand Delanoë« .(…)

Jego a cru faire un (mauvais) coup politique, mais il vient, en fait, de faire une grosse bêtise.
Et il risque de mettre ses propres amis politiques dans l’embarras. En effet, la municipalité de Paris a immédiatement régit : elle répète n’avoir pris le contrôle qu’en 2006 de l’organisme régissant les immeubles. Ses élus ont alors été chargés « de s’assurer de la gestion incontestable des appartements de cette SEM« . « Les propos de M. Jego s’assimilent donc au plus implacable des réquisitoires contre ses amis politiques, lorsque ceux-ci géraient la collectivité parisienne et que n’existait aucune des procédures de transparence mises en place à partir de 2001« , estime le cabinet de Bertrand Delanoë.

Sans compter que le maire de Paris aura beau jeu de rappeler que Chirac puis Tiberi ont occupé le logement de fonction du maire de 1000 m2, alors que lui a refusé de l’habiter compte tenu de sa démesure et en a fait une crèche…

Quoiqu’il en soit, cette affaire est symptomatique de la vision de la droite décomplexée a de la société : cadeaux aux amis riches, collusion avec le pouvoir financier, proximité avec les leaders du CAC 40, avantages indus et augmentation de salaire pharaonique du Président, tout cela sur fond de ruine du pays pour incompétence économique.
Et bientôt on demandera au français de se serrer la ceinture pour sauver le pays !

Elle montre également le fonctionnement de ce gouvernement ou une ministre, Christine Boutin annonce ne pas savoir où habite son plus proche collaborateur !!! Et souhaite régler personnellement l’affaire, entre elle et son collaborateur, c’est à dire en douceur, en toute discrétion… de plus elle crie à la manipulation politique. C’est sans doute vrai mais le coup ne vient peut être pas de l’opposition si on en juge par les réactions de ses collègues du gouvernement.
Ainsi Martin Hirsch, ministre des solidarités actives (??) montrait que pour une fois, la solidarité ne s’appliquait plus : il s’est empressé de demander sur les ondes la tête de Bolufer.
Autre ministre, autre attitude, mais même descente en flamme, Xavier Bertrand estimait sur RTL qu' »il fallait régulariser au plus vite la situation« . Il précisait même qu’il était envisageable que Jean-Paul Bolufer soit mis en demeure de payer les arriérés de loyers !! Un vrai copain celui-là !
Quand au soutien de Sarkozy, il a été des plus mesuré puisque Raymond Soubie, alias Raymond la science, son conseiller social a enfoncé le clou en précisant : « Il faut toujours faire preuve d’exemplarité lorsqu’on a quelque pouvoir dans la République »

C’est finalement Fillon qui s’est souvenu qu’il était premier ministre et qui a exigé et obtenu la tête du chef de cabinet.
Christine Boutin n’a pas caché son amertume sur RMC et BFM TV, s’en prenant à Martin Hirsch.
« Moi, je sais ce que c’est la solidarité amicale et gouvernementale« , a-t-elle lancé.

Cette affaire risque bien de lui coûter très cher lors du prochain remaniement ministériel. D’autant que Bolufer a crânement annoncé qu’il ne quitterait pas son logement… Allez Christine, au charbon.

Reste à connaître les suites de cette triste affaire : Bolufer dénoncera-t-il ses amis politiques bénéficiant des mêmes privilèges que lui ? Lui enverra-t-on un bataillon de CRS pour le mettre à la rue, lui qui était chargé de régler le sort des sans abris ?

Quoiqu’il en soit, du coté des affaires immobilières, de Juppé à Bolufer en passant par Gaymard et le duplex de Sarkozy pas de doute, c’est bien la politique de la continuité.

Ben , Et la rupture alors ?

Alain Renaldini

4 réponses à “Et mauvais joueur en plus…”

  1. Serge dit :

    Je condamne Bolufer sur le fait de ses déclarations jugeant scandaleux que certains locataires ayant de bons revenus occupent des logements sociaux, alors qu’il occupait ou sous-loué de 190m2.

    On peut s’étonner du caractère social d’un logement de 190 m2 !

    Cependant, si on veut que la notion « essentielle » de mixité sociale prenne un sens, il faut admettre qu’ un secteur d’habitation soit occupé par une populaton diverse, dans le cas contraire on aboutit au ghetto.

    Mais cela implique une modulation des loyers en fonction des revenus, ce qui est d’ailleurs en théorie le cas.

    Donc, au cas d’espèce, il faut faire éviter de faire la « chasse aux sorcières ».

    Quant à Bolufer, par ses « déclarations fracassantes » il s’est tiré lui-même « une balle dans le pied ».

  2. bonjour, je pense que tout cela est scandaleux, à droite comme à gauche, ils doivent laisser les HLM aux plus démunis, et surtout ne pas essayer de faire la morale aux autres. Que les listes soient publiées des personnes bénéficiant de ces avantages, et qu’elles déménagent.ce serait à leur honneur. Il est temps de faire un vrai changement. malheureusement, plus ils en ont, plus ils en veulent…..Chantal

  3. Lulusmicard dit :

    Décidément les noms tombent… Vu dans Libé :

    Jean-Pierre Chevènement pourrait bien faire à son tour les frais de la polémique sur l’occupation indue de HLM.
    Ce n’est pas la première fois que ce locataire de deux HLM, à Paris et à Belfort, se voit reprocher sa situation. Mais la démission jeudi du directeur de cabinet de Christine Boutin relance les critiques.
    Vendredi, c’est Christophe Grudler, un candidat divers droite soutenu par le Modem pour les élections municipales à Belfort, qui invite l’ex-maire à quitter son HLM de la ville de Belfort occupé depuis 1988. Il estime «indispensable que les politiques montrent l’exemple et ne dévoient pas la vocation sociale du parc HLM».

    «Je dénonce ainsi depuis des années le fait que Jean-Pierre Chevènement occupe depuis 1988 un logement HLM à la Vieille Ville. C’est doublement choquant: d’abord parce que Jean-Pierre Chevènement est assujetti à l’impôt sur la fortune, ensuite parce que ce logement n’est que la résidence secondaire dans laquelle il habite seulement en fin de semaine quand il vient à Belfort», affirme le conseiller général.

    Réponse de l’intéressé sur France Inter: «Je peux traiter par le mépris ce qui est une provocation en période électorale. Je paye 25% de mon revenu pour mes loyers. J’acquitte un surloyer à Territoire Habitat (l’office HLM belfortain, ndlr). Ce que je fais est parfaitement conforme à la légalité» a réagi Jean-Pierre Chevènement, ancien député-maire de Belfort et toujours président de la communauté d’agglomération. «M. Grudler est lamentable», a-t-il ajouté.

  4. AFP-Libé dit :

    Les révélations sur les membres de ministères occupant des HLM se succèdent.
    La secrétaire d’Etat à la politique de la Ville paye un loyer au prix du marché selon son entourage. En revanche, sa chef de cabinet paie 420 euros pour 80 m2. Elle se dit prête à payer plus. (AFP)

    La chef de cabinet de la secrétaire d’Etat à la politique de la Ville Fadela Amara, Marie-Christine Blanchard-Amelin, logée dans une HLM de 80m2 pour 420 euros par mois, est prête à payer un surloyer «si la réglementation l’exige», mais n’envisage pas de quitter son appartement.

    La secrétaire d’Etat à la politique de la Ville, Fadela Amara, et sa chef de cabinet sont logées en HLM, tout comme l’ex-directeur de cabinet de Christine Boutin.

    Leur situation n’est cependant pas tout à fait comparable à celle de Jean-Paul Bolufer, qui a été contraint de démissionner hier. Fadela Amara paye un loyer au prix du marché, affirme son entourage.

    Contrairement à ses voisins de l’immeuble HLM, Fadela Amara, nommée en juin, paye le «prix du marché, comme si elle était dans n’importe quel autre immeuble», a-t-on ajouté.

    La secrétaire d’Etat occupe un appartement dans le XIIIe arrondissement appartenant à la Régie immobilière de la ville de Paris (RIVP).

    Par ailleurs, sa chef de cabinet Marie-Christine Blanchard-Amelin vit dans une HLM d’une zone urbaine sensible (ZUS) de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), selon la radio RTL. Elle avait obtenu cet appartement il y a 23 ans quand elle était fonctionnaire au bas de l’échelle, puis sa carrière a progressé.

    «Je serais prête à payer un surloyer si la réglementation l’exige. Cela fait 30 ans que je vis dans cette cité, j’y ai créé un tissu amical, je ne souhaite pas quitter cette cité, c’est ma vie», a-t-elle déclaré ce matin à RTL.

    «Je n’ai pas d’état d’âme par rapport à ça»

    «Je n’ai pas d’état d’âme par rapport à ça. Moi je pense qu’il faut que toutes les couches de la population soient mélangées, de façon à ce qu’on évite les ghettos et qu’on sorte de cette situation qui devient impossible, dans les banlieues par exemple», a-t-elle ajouté.
    La chef de cabinet de Fadela Amara a acheté pour sa retraite une maison dans le Puy-de-Dôme. Et elle n’envisage pas de démissionner, contrairement à Jean-Paul Bolufer, ex-directeur de cabinet de Christine Boutin.

    «200.000 personnes sont dans cette situation» d’être locataires d’un appartement au loyer très modéré tout en ayant des revenus élevés, a assuré hier Jean-Paul Bolufer.

    Le Canard Enchaîné a révélé que Jean Paul Bolufer était logé depuis 1981 dans un appartement à loyer très modéré de 190 m2 boulevard de Port-Royal à Paris, en lisière du Vè, au prix de 6,30 euros le m2 par mois. Un appartement qu’il a sous-loué pendant plusieurs années avec l’aval de Jacques Chirac, alors maire de Paris, a aussi révélé Liberation.

Laisser un commentaire

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons