Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

31 janvier 2008

Fusion ANPE-ASSEDIC. Inquiétudes sur les intentions…

Filed under: 06 - Travail-Entreprises — iledere @ 2:31

les soldes…Il y a des sujets graves qui justifient que soit abandonné tout réflexe partisan. Le chômage, l’inactivité prolongée, la désocialisation progressive de certains de nos concitoyens sont autant de situations douloureuses qui rendent toutes polémiques vaines.

Chaque fois qu’une idée émerge et permet de rendre espoir à des populations fragilisées, elle mérite d’être saluée et, pourquoi pas, soutenue.

Les socialistes ne sont ainsi pas hostiles à la fusion entre ANPE et Unedic. Les principes de la réforme ne sont guère contestables : créer un service public de l’emploi unifié, plus performant, pour mieux orienter, accompagner, indemniser les demandeurs d’emplois et mieux identifier les offres à pourvoir. Simplement des bonnes intentions à leur traduction, il y a comme un gouffre… La réforme bricolée à la hâte, suite à une injonction présidentielle, ne répond à aucun des préalables indispensables à la réussite du projet. Il eut fallu notamment conduire une réforme de la formation professionnelle pour que ses fonds bénéficient réellement à ceux qui en ont besoin et soient mobilisés vers la sécurisation des parcours professionnels.

Passe encore que l’ambition ne soit pas au rendezvous, l’examen du projet révèle un risque majeur : celui de la création d’un service public fonctionnant à la manière des « job centers », focalisant moyens et attentions au service des secteurs d’activité sous tension et délaissant les publics les moins adaptés à leurs exigences. Le revenu de solidarité active (RSA), dont l’inspiration d’origine n’est pas suspecte, serait une création paradoxale s’il avait finalement pour effet de recueillir les exclus du nouveau service public de l’emploi, qui sortiraient par ce biais des chiffres du chômage. Derrière l’affichage opportun d’un guichet unique destiné à faciliter les démarches des demandeurs d’emploi se profile la mise en place d’une politique de traitement statistique du chômage qui a pour poiirss préccccaaaaiiiiressss corollaire la stigmatisation et la culpabilisation des chômeurs. Ces derniers seront sommés d’accepter les propositions qui leur seront adressées, faute de quoi, après deux « offres valables » (1), ils seront radiés des listes de ce nouveau service public de l’emploi.

Une fois encore, les réformes sont sans rapport avec les attentes et les besoins. Le candidat de l’UMP, déclarant qu’il avait changé, se refusait à opposer les Français entre eux. Le président de la République, en chute libre dans les sondages, renoue avec ses fondamentaux : diviser pour mieux régner. La formule n’est pas neuve, mais elle a déjà fait ses preuves.

Que chacun se résigne : sous Nicolas Sarkozy, même l’espoir est précaire.

Thomas Colognac
« la lettre de Jaurès »
(1) Chacun appréciera le flou du concept dont la définition est renvoyée à une date ultérieure, c’est-à-dire hors du contrôle du législateur…

C’est vrai, il n’y a pas que la guitare dans la musique… il y a aussi le sax !! En voici un très beau qui accompagne Hazel O’Connor sur « Will you » avec un solo final de toute beauté…
Je vous ai éviter le clip officiel d’un romantisme de supermarché pour une animation façon Space Opera, avec un explicite message anti-drogue… Enjoy …
[youtube=http://www.youtube.com/v/53KgldPMllE&rel=1]
« Will you » fait partie de la bande originale du film de Brian Gibson BREAKING GLASS. Hazel O’Connor qui est l’actrice principale du film en est l’auteur et l’interprète.

Une réponse à “Fusion ANPE-ASSEDIC. Inquiétudes sur les intentions…”

  1. La main gauche dit :

    Tout ceci ne va que renforcer la logique actuelle d’entretiens digne de l’inquisition, de pression des agents par des système de quotas comme pour l’immigration visant plus faire baisser le chômage par radiations ou prises d’emplois précaires et mal rémunérés. On est loin du but vertueux, ce qui compte c’est de pouvoir afficher un chiffre qui n’aura plus rien de significatif de 5% de chômeurs.
    Et avant qu’on atteigne ce chiffre, on se gargarisera, par communication bien orchestrée, pendant quelques mois ou années sur la baisse progressive sans avoir avancé d’un pouce sur la réalité qui voudrait qu’on se penche sur une réelle augmentation générale du pouvoir d’achat des Français (travailleurs et exclus) par des actions qui favorise le développement économique des entreprises socialement correctes, par un rééquilibrage à l’avantage du revenu du travail plutôt qu’à celui du capital et aussi par des actions ciblées d’amorçage du processus du type des emplois jeunes.

Laisser un commentaire

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons