Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

29 août 2008

Du rififi à RFI

Filed under: 05 - Presse, média, Internet — iledere @ 5:44

Le blog de l'île de RéEn plein mois d’août, la nouvelle direction de RFI, sous la houlette de Christine Ockrent et Alain de Pouzilhac, a viré, pour faute grave, un des meilleurs spécialistes de politique étrangère de la radio, Richard Labévière. Sous prétexte qu’il a commis l’irréparable en obtenant un entretien exclusif, le 11 juillet dernier, avec le président syrien. Et pire encore, en collaborant avec ses collègues de TV5, en voie pourtant de rapprochement, croyait-on, avec RFI.

Qu’en plein été, entre Jeux Olympiques et embrasement en Georgie, la nouvelle direction de RFI licencie, pour faute grave, un des meilleurs spécialistes de politique étrangère de la station présage mal des projets de regroupement de l’audiovisuel extérieur. Le règne de la reine Christine, comme on baptisait Ockrent du temps de sa splendeur, et de son coadjuteur, Alain de Pouzilhac, débute fort mal. Et on ne parlera pas de la lettre antidatée de Pouzilhac découverte la veille du conseil de discipline, par les défenseurs du journaliste. Laquelle lettre le licenciait avant de l’avoir entendu, ce qui est simplement illégal. Quelle importance ! Comme le faisait remarquer une rédactrice en chef, nommée par les nouveaux patrons de RFI : « Peu importe que des recours soient déposés, lorsque l’affaire sera jugée, nous ne serons plus en place ». C’est ce qui s’appelle nettoyer une rédaction au kärcher !

Péché véniel

Revenons à la « faute grave » qui vaut à notre confrère un tel traitement après de nombreuses années passées à travailler pour le service public, tout à tout rédacteur en chef, éditorialiste puis animateur d’une émission hebdomadaire. Grand connaisseur du monde méditerranéen, dont il connaît les arabesques, Richard Labévière a réussi, à la veille du sommet organisé par le chef de l’Etat en juillet, à obtenir une interview avec le président syrien.

« Cet entretien présente un intérêt éditorial évident », reconnaît dans une lettre à Labévière, le 3 juillet, la nouvelle patronne de la rédaction de RFI, une certaine Geneviève Goëtzinger. Et la même de lui reprocher, en termes mesurés, de ne pas avoir averti suffisamment tôt sa hiérarchie. Le contentieux aurait dû en rester là et le pêcheur pardonné. Cet excellent journaliste, qui connaît Damas comme sa poche, n’avait-il pas obtenu une interview exclusive pour RFI et TV5 que ses collègues du « desk » Moyen-Orient avaient été bien en peine de négocier ?

Et bien non, la faute était terrible et quelques jours plus tard, la procédure de licenciement engagée contre ce journaliste dont le tort était d’avoir fait son travail. « Vous avez fait bénéficier d’autres entreprises de la primeur de cette interview », lui explique la directrice des relations humaines de la station. La faute grave, la voici : TV5 a diffusé l’entretien avec le président syrien le 9 juillet, et Labévière, dans son émission sur RFI, deux jours plus tard. Diable, l’affaire est grave entre deux entreprises qui sont destinées à cohabiter bientôt au sein de « France Monde », qui devrait regrouper l’audiovisuel public extérieur. « Vous avez gravement porté atteinte à l’image et à la crédibilité de RFI qui apparaît tributaire de TV5 (…) », poursuit la direction des ressources humaines.

Disons que le regroupement des forces débute bien mal !

La règle du Je

Dans un excellent petit bouquin, La règle du Je, paru l’année dernière, Richard Labévière disséquait l’égo de notre philosophe préféré, BHL. Mais il a sous-estimé l’égo des nouveaux patrons de RFI et des rédacteurs en chef aux ordres ( tous venus du journalisme politique) qui dirigent désormais la station. Pas une tête qui dépasse ! Et surtout pas celle d’un journaliste et auteur reconnu ! Labévière a commis plusieurs ouvrages de référence sur l’international. Et en particulier le dernier, Le grand retournement, où la politique chiraquienne, de Bagdad à Beyrouth, est mise à plat. Lorsqu’on sait que le même Labévière anime la revue de défense nationale, qui recense les anlayses des anciens de l’Institut des hautes études de la sécurité intérieure. Cette institution respectable ne passe pas pour aimer les trublions. Et Labévière n’en est pas un, comme on peut le juger par la vidéo qu’il a enregistrée pour se défendre Richard Labévière.

Le départ de Richard Labèvière fait moins de bruit médiatique que celui de PPDA, sauf à Beyrouth où nos confrères libanais lui ont organisé une conférence de presse le 25 août. Dommage pour les auditeurs de RFI !

Nicolas Beau pour « Bakchich« 

Laisser un commentaire

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons