Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

31 août 2008

Qui veut d’une poubelle nucléaire au bout de son jardin

Filed under: 09 - Evènement — iledere @ 5:36

Le blog de l'île de RéConfirmant son choix du nucléaire, la France doit faire face à un délicat problème : le stockage des déchets. Aujourd’hui dispersés aux quatre coins du territoire, ceux-ci ont vocation à être profondément enterrés sous terre. Oui mais où ? Les autorités mettent la pression sur vingt départements pour trouver un nouveau site d’enfouissement. Surveillez votre maire jusqu’au 31 octobre !

Le gouvernement cherche un nouveau site pour enfouir des déchets radioactifs « de faible activité à vie longue ». 3 115 communes ont été contactées en juin dernier par l’Andra, l’agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs. Si vous habitez dans l’un des départements concernés (Ardennes, Aube, Aveyron, Cher, Eure, Indre, Lot, Marne, Haute-Marne, Meurthe-et-Moselle, Meuse, Moselle, Nord, Oise, Pas-de-Calais, Bas-Rhin, Seine-Maritime, Somme, Tarn-et-Garonne, Vosges), il est peut-être temps de rendre une petite visite au premier magistrat de votre village. Bizarrement, la liste précise des communes n’a pas été publiée par l’Andra…

L’objectif est donc d’ouvrir un nouveau centre d’enfouissement de déchets nucléaires, quatrième du genre en France, en 2019. Les maires dont la commune est située sur un terrain géologique favorable ont jusqu’au 31 octobre 2008 pour donner leur accord afin que soient menées les premières investigations sur leur territoire. Pour les convaincre, il n’y a pas de petits arguments. Dans le dossier qu’elle envoie aux élus, l’Andra dédramatise la dangerosité des déchets, promet de consulter les citoyens, vante les mérites d’une telle installation pour la vitalité économique et touristique de la région… Décryptage de la propagande officielle.

Intox numéro 1 : des déchets de faible activité
Selon l’Andra, « les impacts sur l’environnement » du centre de stockage seront limités : « forages, circulation d’engins et de camions, déblais, construction d’ouvrages, nuisances sonores… » C’est tout ? Nous voilà rassurés ! De plus, les déchets concernés sont « à faible activité et à vie longue ». Pourquoi se faire des cheveux blancs ?
Ces termes, le réseau Sortir du nucléaire les qualifie de « trompeurs ». En effet, selon ces militants anti-nucléaire, « les déchets « à faible activité » sont excessivement dangereux et problématiques ». Leur durée de vie se compte en quelques dizaines de milliers d’années, voire en millions d’années. Or « sur d’aussi longues périodes, personne ne peut garantir la fiabilité des conteneurs, ni la stabilité des roches »…

Intox numéro 2 : le mirage de la « concertation »

« L’implication et l’appropriation locale sont essentielles au bon déroulement d’un tel projet », affirme l’Andra, qui rappelle aux maires volontaires qu’ils seront obligés de mener une concertation…
Oui, mais pas trop tôt, leur conseille Jacques Pélissard ! Le président de l’Association des maires de France donne le mode d’emploi dans la brochure envoyée aux collectivités locales : « Il est essentiel de mener une première démarche d’investigation quant à l’opportunité de se positionner comme commune d’accueil et de mener ce travail en petit comité. L’étape suivante est la plus importante, il s’agit (…) de bien articuler l’accueil d’un tel équipement avec le projet territorial ambitieux porté par les élus. Ensuite, il s’agit, le cas échéant, de s’engager dans la démarche de candidature et de mettre en œuvre un processus le plus participatif possible avec la population pour qu’elle soit bien partie prenante du projet. »
Le terme de « petit comité » est éloquent, non ?

Le blog de l'île de Ré
Intox numéro 3 : les retombées économiques
L’Andra promet monts et merveilles aux maires candidats pendant la vingtaine d’années d’exploitation du site. « Ce projet constitue une véritable opportunité de développement économique », promet l’agence. Taxe professionnelle, taxe foncière : l’argent va couler à flot ! Pour une fois, ce serait plus une info qu’une intox. « On peut s’attendre au déversement de puissantes mannes financières, une sorte de « corruption légale » destinée à s’assurer la collaboration d’élus au détriment des populations locales », confirme le réseau Sortir du nucléaire, qui s’appuie sur le précédent que constitue la désignation de Bure, dans la Meuse, pour recevoir un site de stockage profond de déchets nucléaires.

L’Andra promet aussi des créations d’emploi… Innombrables, comme on va le voir : « Pour la construction du centre, le projet fera appel à des entreprises de travaux publics ce qui impliquera l’emploi d’une centaine de personnes (…) « On estime que le site pourra employer une cinquantaine de personnes à temps plein (…) La fermeture du site pourra également générer un surcroît d’activité et de travaux mobilisant ainsi des entreprises spécialisées. » Dans le Monde du 26 août 2008, François Chastagner, son directeur industriel de l’Andra, pousse encore plus loin l’argument de vente : « C’est une activité sans risque de délocalisation. Il y a peu d’industries qui possèdent un carnet de commandes assuré pour soixante ans. » Certes. Il y en a encore moins qui s’engage à vous polluer pour des millions d’années.

Intox numéro 4 : c’est bon pour le tourisme
Mais le plus drôle est à venir. Selon l’Andra, un tel centre de stockage sert « l’’image du territoire ». Eh oui, « un centre de stockage reste une installation « rare », en ce sens qu’il n’existe que peu d’installations industrielles de ce type en France ou même dans le monde. Il est donc possible de proposer une offre de parcours de visite adaptée à différents publics et en lien avec les acteurs du territoire. Le site peut ainsi contribuer à la notoriété du territoire. »

Le tourisme local va faire un bond phénoménal ! Le modèle ? Tchernobyl, où l’on peut vivre une expérience de « tourisme extrême »…

Écrit par Sylvain Marcelli pour « l’interdit« 

2 réponses à “Qui veut d’une poubelle nucléaire au bout de son jardin”

  1. dominique dit :

    je te place en lien le blog d’une amie:collegue » vert », qui aborde cela aussi..le gers n’est pas épargné au contraire…..et nous sommes dans une collectivité socialiste…

Laisser un commentaire

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons