Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

29 septembre 2008

Rachida Dati / Georges-André Hoarau

Filed under: 07 - Justice — iledere @ 5:09

Rachida Dati / Georges-André Hoarau: Verdict le 3 octobreLe canard enchaîné a évoqué l’affaire car pour la première fois un tribunal va devoir se pencher sur la réalité des diplômes de Rachida Dati et notamment de son MBA qu’elle revendiquait de manière alambiquée dans un  CV pour son admission à l’Ecole de la Magistrature… Pour mémoire ce diplôme a déjà été évoqué dans ce blog dans un article ancien.
Quoiqu’il en soit, voici le compte rendu du procès par Zinfo974.com

La salle du Tribunal de Grande Instance de Saint-Pierre était trop petite, cet après-midi, pour accueillir la centaine d’avocats venus apporter leur soutien au bâtonnier de Saint-Pierre, Georges-André Hoarau, contre lequel la Ministre de la Justice a porté plainte pour diffamation. Elle lui reproche d’avoir déclaré le 15 mai dernier, dans une plaidoirie: « On poursuit des gens qui produisent des faux pour des allocations, mais un procès qui n’aura jamais lieu, c’est celui de notre grande chef à tous, Mme Rachida Dati, qui utilise un faux, un MBA… »
Le procès s’est divisé en deux parties. Une première au cours de laquelle on a évoqué la procédure, avant de se pencher sur le fond du dossier, à savoir si oui ou non la Ministre de la Justice avait évoqué dans son CV un diplôme qu’elle ne possédait pas, et si Me Georges-André Hoarau était en droit d’évoquer cet épisode pour défendre son client.
Dans une chaleur moite, c’est à Me Djalil Gangate qu’il est revenu, en début d’après-midi, le rôle de porter la première attaque contre la demande de Rachida Dati.
Il s’est attaché à démontrer, dans une brillante plaidoirie, que la plainte était entachée de nullité car, selon lui, elle reviendrait à remettre en cause les principes essentiels de respect des droits de la défense et de liberté d’expression.
Selon lui, la forme n’aurait pas été respectée, une loi de 1881 imposant à un membre du gouvernement qui souhaiterait porter plainte de faire « une demande »… au Ministre de la Justice. C’est à dire à elle même… Ce que voyant, elle s’est contentée de demander une enquête et le cas échéant des poursuites, à la Direction des Affaires criminelles et des Grâces. Suffisant, selon l’avocat de Me Georges-André Hoarau, pour rendre nulle sa requête.
Ce n’était bien entendu pas l’avis du Procureur de la République Patrice Cambérou, même si certains observateurs l’ont trouvé quelque peu embarrassé dans ses explications.
Le tribunal, emmené par le président Philippe Cavalerie, s’est retiré pour statuer sur les demandes de nullité, et a décidé de les joindre au fond, c’est à dire de les juger en même temps que la diffamation elle même.
Le Procureur de la République a demandé une amende de 5.000 euros pour la diffamation.
De son côté, Me Jean-Louis Keita, de la conférence des bâtonniers, a conclu sa plaidoirie en s’adressant au représentant du Parquet: « Napoléon, empereur, a essayé de couper la langue des avocats et il n’y est pas parvenu. Ce n’est pas un Procureur de la République de Saint-Pierre qui y parviendra« .
Le jugement a été mis en délibéré au 3 octobre.

5 réponses à “Rachida Dati / Georges-André Hoarau”

  1. bloy dit :

    Mais ce Camberou est le comique juge d’instruction de l’affaire des paillotes corses!

  2. vb dit :

    Bravo maitre pour votre combat : La liberté de la parole. Votre passion pour votre métier fait de vous un homme exemplaire!

  3. La main gauche dit :

    peut-être a-t-elle confondu Grand Sceau et Grand Saut…dans l’abîme…

  4. Raoul dit :

    Ha ben tien, j’aurais pas écrit « sceaux » comme ça, moi…

  5. Serge dit :

    Diplôme ou pas diplôme, elle reste, malheureusement, la Garde des Sceaux !

Laisser un commentaire

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons