Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

9 octobre 2008

IUMM, pendant la crise les affaires continuent…

Filed under: 07 - Justice — iledere @ 4:05

Le blog de l'île de RéLe baron Seillière convoqué chez le juge

Un témoin a raconté à la justice que le patronat était financé en douce par l’UIMM, la fédération métallurgique. L’ancien président du MEDEF Ernest-Antoine Seillière va donc bientôt s’expliquer devant le juge Roger Le Loire.

Les déclarations, le 16 juillet, dans le cabinet du juge Roger Le Loire, chargé de découvrir à qui plus de 20 millions en argent liquide ont été distribués par l’UIMM, de Jacques Gagliardi, longtemps chargé des relations avec le monde politique ou économique au sein de la fédération métallurgique, causent quelques soucis à d’anciens patrons du MEDEF. Notamment le prédécesseur de Laurence Parisot, le baron Ernest-Antoine Seillière : le juge l’a convoqué pour l’entendre comme témoin le 17 octobre prochain, audition qui vient tout juste d’être reportée à un peu plus tard.

Jacques Gagliardi, qui a été mis en examen pour « recel d’abus de confiance », pour avoir perçu des compléments de salaire et de retraite en cash, avait raconté au magistrat que le Conseil national du patronat français (CNPF, l’ex-petit nom du Medef) a bénéficié, pendant de longues années, d’un financement occulte de l’UIMM.
« Le CNPF comptait un service des études législatives qui en réalité avait une tout autre activité. Je dirais qu’un représentant du CNPF venait régulièrement s’alimenter en munitions auprès de Pierre Guillen ».
Ce dernier, un vieux monsieur qui a dirigé l’UIMM de 1985 à 1995, décédé quelques temps après son audition par la justice, avait balancé quelques généralités, soulignant que, oui, des politiques et des syndicalistes avaient bien été arrosés. Et même la presse, avait-il ajouté, avait été « fluidifiée », comme Bakchich l’avait révélé.

Bakchich a également raconté comment le fameux service du CNPF, le SEL, pratiquait aussi l’usage des valises dans ses locaux de la rue Pierre 1er de Serbie. « A mon départ, en 1995, ça continuait », a également raconté Jacques Gagliardi dans son procès verbal publié en juillet par Le Monde. L’intéressé s’est dit étonné que Laurence Parisot se dise « au courant de rien ».

Après avoir entendu Yvan Gattaz au printemps, le magistrat compte sur l’audition du baron pour éclairer sa lanterne sur les usages en vigueur au sein du patronat et les destinataires des millions en bons vieux billets. Bon courage monsieur le juge !

Laurent Léger pour « Bakchich »

Curriculum Vitefait d’Ernest Antoine Seillière

Bien né (petit fils de la dynastie François de Wendel ( Forges depuis 1704 s’il vous plaît quand Jean Martin Wendel acquiert les forges d’Hayange en Lorraine) en 1936, premier garçon après 3 filles, mauvais à l’école, sa maman Renée de Wendel et son papa Jean Seillière banquier … des Wendel depuis le XIX ème siècle l’envoient à 13 ans dans un collège anglais à Ladycross dans le Sussex.com bien fait ! . Il en conservera un anglais parfait et un goût immodéré pour les bastons ( c’est vrai) et les sites pornographiques ( ça l’est moins) . Enarque comme tout le monde, Il fut un élève moyen ( mauvaises notes dans le social) camarade de promo de Jospin. Puis Il part faire son service en Algérie pendant trente mois du côté d’Oran ville sous la mecace d’OAS. 2 ans plus tard il devient Haut-commissiare de la république en Algérie; il fut même -le veinard- chargé du transport d’or de la banque d’Algérie  » cela peut surprendre mais je me sens en communion avec la spontéinité et la sensualité arabe » Tu parles . En 68, il rachète la Mercedes au patron du cirque Bouglione (authentique) et l’emmena ( la caisse pas le patron) même en Amérique pour frimer et pour la revendre à bon prix comme antiquité. Au quay d’Orsay, il retrouve comme collègue de bureau Yoyo et palpe 7000 balles par mois une misère ! De 69 à 72, introduit par Simon Nora, il rejoint le cabinet du premier ministre Chaban (il a reçu de Chaban la légion d’honneur en 88) et participe au projet de « nouvelle société ». En 75, il touche 11000 balles ( pres de 9 fois le smig de l’époque). Président de la CGIP en 87. 2001 : il vit enfin décemment puisqu’il touche 530000 euros hors stock options évidemment, fier comme un pape c’est le premier patron à publier sa fiche de paie avant que la loi ne l’impose. En 75 le groupe Wendel possède une trentaine de PME vieillissantes qu’ Ernest se fera un plaisir de fermer en supprimant 6000 emplois en six ans. Ca c’est un patron! et ce même s’il dût faire face à la colère des employés de la société La Paumellerie près de Brive. EAS énervé vire les 450 employés. En décembre 97 il est élu président du CNPF. Aujourd’hui Ernest dirige Wendel investissements; il possède des parts de Valéo, Cap Gémini, Biomérieux à ce titre Il fut mouillé dans l’affaire AOM Swissair. En 2003 il est réelu 3 ans à la tête du MEDEF
Biographie non autorisée de Kerbreizh

Laisser un commentaire

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons