Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

10 octobre 2008

In memorum : Yama Rade

Filed under: 09 - Evènement — iledere @ 5:28

Que sont-ils devenus (1) : Rama YadeEn 2007, Rama Yade attaquait bille en tête Mouammar Kadhafi. En 2008, la jeune secrétaire d’Etat aux droits de l’Homme, comme plusieurs de ses camarades du gouvernement, a plutôt pointé aux ministres absents. Marianne2 est partie à la recherche de ces ministres disparus…

Aurait-elle fini par se résoudre au fait que sa fonction nécessite de chasser le naturel et d’éviter à tout prix qu’il ne revienne au triple galop ? C’est en tout cas ce que Rama Yade laissait entendre dans un portrait que lui consacrait le journal La Croix en mai dernier : « Ministre, c’est dur. Je pensais que c’était plus joyeux, qu’il y avait plus de bonheur. Or, c’est grave, il n’y a que des contraintes qu’il faut gérer au mieux. Je suis chargée des droits de l’Homme et si je parle modérément on me dira que je manque de courage, si je parle beaucoup, comme pour Kadhafi, je suis convoquée à l’Elysée.»

Aujourd’hui, le discours a un peu changé. Du côté de son cabinet, on explique que si la ministre se fait discrète, ce n’est pas parce qu’elle a mis de l’eau dans son vin mais simplement parce que « l’actualité veut ça ». Et pour preuve de son activité, on n’hésite pas énumérer ses derniers déplacements à l’étranger (en Afghanistan pour saluer la mémoire des dix soldats français tombés sous le feu des Talibans, à New York pour participer à l’assemblée générale des Nations Unies et déjeuner avec Condie Rice, l’autre « femme noire » présente « sur la scène internationale » dixit Nicolas Sarkozy ).
Que sont-ils devenus (1) : Rama YadeSon agenda fait pitié

C’est certain, ce n’est pas parce que les médias ne parlent pas d’un des membres du gouvernement que ce dernier ne travaille pas. Mais là, il faut bien reconnaître que l’agenda de Rama Yade semble avoir subi un régime minceur. Celui de la première semaine de septembre, consultable sur le site du ministère des Affaires étrangères, fait même peine à voir. Invitée il y a quelques jours par les Grandes Gueules de RMC , la secrétaire d’Etat entonnait cependant le même refrain que les membres de son cabinet pour expliquer sa discrétion : « Les médias ne s’intéressent qu’à ce qui est spectaculaire ». Et d’ajouter : « Les droits de l’Homme, ce n’est pas une marche triomphale, c’est un combat. Un combat qui se mène au quotidien. » Mais c’est aussi apparemment un combat qui se mène dans l’ombre, à tel point que Rama Yade en viendrait presque à disparaître !

Restent les rumeurs. Depuis le début de l’été, on la dit sur le départ du gouvernement pour briguer un mandat de député européen. Le Figaro précise que « le président de la République apprécie la secrétaire d’Etat aux droits de l’Homme mais veut mettre fin aux critiques insistantes et répétées formulées par les autres ministres, y compris Bernard Kouchner. » Selon eux, elle « ne (saurait) pas travailler en équipe » ! Pour L’Express , ce n’est pas Rama Yade le problème, mais son secrétariat d’Etat aux droits de l’Homme : Nicolas Sarkozy considèrerait que sa création était finalement « une erreur »… La jeune femme a pourtant démenti, sur les ondes de RMC, toute candidature aux élections européennes. En revanche, elle a expliqué être « impatiente » d’avoir « une implantation locale », « une légitimité électorale ». C’est pourquoi elle « n’exclut rien ». Pas même de participer au prochain scrutin régional de 2010.

Que sont-ils devenus (1) : Rama Yade

Un livre de souvenirs à paraître

Ça sent donc bien le départ pour Rama Yade. Et à l’heure du bilan, rien de tel qu’un livre. De fait, un ouvrage publié aux éditions du Seuil doit sortir le 23 octobre prochain. Les « épreuves » ne sont pas encore prêtes mais le synopsis de cette « œuvre » intitulée « Les Droits de l’Homme expliqués aux enfants de 7 à 77 ans » (sic) résonne déjà comme un au revoir à sa fonction de ministre : « A travers ce livre, Rama Yade révèle les coulisses de son activité, sans rien cacher des contraintes de cette mission exaltante qui, à bien des égards, participe au supplément d’âme de notre politique étrangère. » Et comme avec Rama Yade le poste de secrétaire de d’Etat aux droits de l’Homme devrait disparaître, ce supplément d’âme de notre politique étrangère n’aura finalement été qu’une parenthèse…

Gérald Andrieu pour Marianne 2

2 réponses à “In memorum : Yama Rade”

  1. linou dit :

    Pauvre Rama,
    après avoir avalé tant de couleuvres, la voici bonne pour la retraite. Un sort difficile pour cette femme qui a courageusement renié ses convictions, ses valeurs pour avoir un ministère.

    Elle avait pourtant suivi son maître, en bon chien fidèle, dans de nombreux pays ou les droits de l’homme ne sont que des pensées subversives. Et toujours avec un égal courage elle avait su se taire, ne rien critiquer et serrer la main de dictateurs pour le rayonnement de la France…
    Se trahir et être mise au rancard… La vie de courtisane est impitoyable…

  2. Serge dit :

    Si elle considère que pour défendre les droits de l’Homme est une « bataille » constante et quotidienne, elle n’a pas choisi le bon camp lorque la France a à sa tête un individu qui reçoit en grandes pompes des dictateurs tel que Kadhafi.

    On ne peut contester l’engagement de Rama Yade mais elle n’est pas consciente que son « maître » se fout des droits de l’homme tout en l’affichant « haut et fort ». En effet, il trimbale dans ses valises tout un tas de slogans qui ont même parfois une apparence gauchisante mais les couleuvres qu’il a fait avalées avant son élection sont devenues indigestes pour une majorité de français.

Laisser un commentaire

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons