Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

3 janvier 2009

Madame de Fontenay va-t-elle avaler son chapeau ?

Filed under: 10 - Chronique de la haine ordinaire — iledere @ 5:50

le blog de l'île de RéLors de l’élection de Miss France, au Puy du Fou, Geneviève de Fontenay s’est distinguée par sa grande générosité. Elle a remis une enveloppe en faveur du Téléthon qui s’est révélée vide !

Il est des âmes exceptionnelles, qui frisent l’abnégation ! En ces temps de fêtes de Nativité et de solstice d’hiver réunis, les actes de générosité, voire d’amour méritent qu’on s’y attarde avec humilité. Ainsi, en est-il de l’attitude de Madame de Fontenay, du Fermoir de mon Sac, lors de son passage en Vendée, il y a quelques jours à l’occasion de l’élection de Miss France.

C’était au Puy du Fou, où le vicomte Philippe le Jolis, de Villiers de Saintignon – Philippe de Villiers – , avait convié la bonne fée et ses candidates au grand concours des plus belles « miss » de France. Une opération médiatique bien huilée, dont le Vicomte a le secret, réunissant toute la fine fleur du petit monde politique vendéen : députés MPF déclarés, députés UMP masqués, mais villiéro-compatibles, conseillers régionaux, généraux et quelques ratons laveurs, dans une cérémonie au faste irréprochable, animée par l’ineffable Jean-Pierre Foucault, amuseur officiel et quelques factotums du Vicomte, comme la député Véronique Besse, qui a la réputation d’avoir plus d’un tour dans son sac… et aussi dans son œil. Mais à côté des paillettes et des jeux, on s’occupait aussi du pain, spécialement en ces temps de crise et de disette annoncée.

En effet, à quelques heures de cheval du Puy du Fou, prospère une cité industrieuse, dont le maire, Marcel Albert, est la bête noire de Philippe de Villiers. Hasard ou préméditation, Madame de Fontenay déboule dans la cité en question : Les Herbiers, capitale du pays des Herbauges, le haut-bocage vendéen, si l’on préfère.

Madame de Fontenay et son enveloppe miraculeuse
Il se trouve que les Herbiers, est à ce moment en pleine action du Téléthon, comme un peu partout en France. Grand émoi dans la ville ! Madame de Fontenay et d’autres lieux s’annonce sans crier gare, en ligne directe du Puy du Fou, et en palanquin, sans avoir été annoncée, ni sans avoir prévenu le maire de son arrivée.

Son chapeau capelé, un peu de côté, elle se rend incontinent sur les lieux où les bénévoles du Téléthon, recueillent les dons. Là, superbe elle présente ostensiblement une large enveloppe qui normalement contient un gros chèque, en faveur de l’association caritative Les badauds réunis, autour de l’urne en ont les larmes aux yeux. Le maire aussi qui finalement, prévenu à la hâte, a pu rejoindre la manifestation « improvisée » et selon lui conseillée par l’Amphytrion du Puy du Fou. Après que les clameurs se soient tues, et la bonne dame de Fontenay partie dans un dernier frou-frou, quelle ne fut pas la surprise des gens du lieu, en ouvrant l’enveloppe miraculeuse. Dans celle-ci, en effet, pas la queue d’un chèque ! Pas même un ticket de métro ! On imagine la déception, puis la colère des braves gens des Herbiers.

Il s’agit sans aucun doute d’une regrettable distraction, que la dame au chapeau aura à cœur de réparer (on parle d’un chèque de 2 500 euros). Le Vicomte de son côté, instruit de « l’affaire de l’enveloppe » des Herbiers en ricane encore de plaisir. Soit, la reine des « Miss » envoie un chèque (avec provision on espère) et on communiquera sur la générosité des amis du Puy du Fou, soit il n’y aura pas de chèque – ce qui est impensable – et il se trouvera parmi les citoyens, des esprits fâcheux pour incriminer le maire qui aura manqué d’inattention en la matière.

Dans tous les cas de figure, ce n’est surtout pas le Vicomte qui portera le chapeau.

par Jean-Philippe Caillaux pour « Bakchich »

Et il y a une suite :

Mme De Fontenay était toute colère après les révélations de Bakchich quant à ses enveloppes pour le téléthon. Ni une, ni deux, elle a sorti un vrai-faux démenti de son chapeau.

« On me fait passer pour je-ne-sais-quoi, alors que je verse des dons depuis des années. Ce jour-là, aux Herbiers, j’ai prévenu les gens qui m’entouraient que j’allais donner deux chèques, mais qu’ils seraient envoyés à l’AFM (Association française contre les myopathies) d’Évry. »

Grosse colère donc de Geneviève après les révélations de Bakchich qui révélait comment en marge de l’élection de miss France, Mme de Fontenay avait glissé le 6 décembre dernier une belle enveloppe vide au profit du Téléthon.
Du démenti indigné de Geneviève, il ressort, comme l’affirmait Bakchich, que l’enveloppe supposée contenir 2500 euros en chèque était bien vide. Et c’est bien ainsi qu’elle a été glissée dans l’urne, sous les applaudissements de l’assistance ébahie …Un geste en définitive pas totalement gratuit puisque devant la polémique montante, Mme de Fontenay explique qu’elle a depuis –comme prévu de longue date ! – adressé deux chèques à l’ AFM : « Un de 5 000 € au nom du comité Miss France, et un second chèque personnel de 2 500 € » selon Ouest-France.

Souhaitons à Geneviève de pas avoir cette fois omis de timbrer son courrier.

Je ne pouvais la rater celle là : voici « the entertainer« , la musique de « l’arnaque« .
Cette bande son est originellement écrite pour le piano par Scott Joplin, mais en voici une version à la guitare par le grand Chet Atkins… Merci qui ?
[youtube=http://www.youtube.com/v/kHtwF-gpluc&hl=fr&fs=1]

L’Arnaque (The Sting) est une comédie américaine de George Roy Hill sorti en 1973.
La musique du film est un célèbre morceau de style « Ragtime »
Le ragtime est un genre musical d’origine américaine, extrêmement populaire dans les années 1900-1915. On trouve dans le Cakewalk et les musiques de salon une forme primitive de ragtime, mais on en situe généralement l’émergence, dans sa forme classique, en 1897, année où furent publiées plusieurs compositions importantes de (communément appelées rags).

Le ragtime est généralement considéré comme l’un des principaux précurseurs du jazz (avec le blues). À partir des années 1920, le jazz l’a rapidement supplanté.
Le ragtime est principalement associé au piano, mais est aussi joué avec d’autres instruments, tels que la guitare comme ici, ou le banjo, et peut être interprété avec une formation de type fanfare.

Du point de vue musical, le ragtime se caractérise principalement par l’introduction de syncopes dans la mélodie : les notes sont parfois jouées entre les temps principaux du rythme, créant un effet de décalage. Au piano, la main gauche assure un battement à quatre temps bien marqué (alternant basses et accords plaqués, mouvement appelé « faire des pompes » dans l’argot musical) que vient syncoper la mélodie jouée par la main droite. C’est ce Ragged-time (temps en lambeaux, déchiqueté) qui a donné son nom au genre.
D’un point de vue stylistique, les ragtimes sont plutôt joués binaires, à l’inverse du jazz. La structure classique AA/BB/A/CC/DD des airs de ragtime semble avoir été adoptée à la suite du gros succès de « Maple Leaf Rag » du même Scott Joplin, un des grands compositeurs dela période classique, publié en 1899.

Pour les lecteurs de ma génération, il faut se souvenir également de Chicken reel (1910) de Joseph M. Daly, popularisé par une interprétation de Jean Wiener dans l’ancienne émission de télévision, Histoires sans paroles.

Laisser un commentaire

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons