Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

28 mars 2009

Retraite complémentaire: l’accord de 2003 serait prolongé jusqu’à fin 2010

Filed under: 12 - Brèves — iledere @ 12:00

le blog de l'île de RéPatronat et syndicats ont conclu lundi leurs négociations sur l’avenir des retraites complémentaires et soumettront à leurs
instances un texte d’accord prévoyant de reconduire jusqu’à fin 2010 les règles actuelles, qui arrivaient à expiration le 31 mars, ont indiqué les syndicats.
Cette prolongation lèvera l’incertitude qui pesait sur le financement de la retraite complémentaire entre 60 et 65 ans et qui constituait l’enjeu le plus immédiat de la négociation.
Le projet d’accord prévoit en effet la reconduction du dispositif (AGFF) qui permet de bénéficier d’une retraite complémentaire avant 65 ans sans pénalités. Une non-reconduction, que le patronat n’avait pas exclu, aurait entraîné une baisse de jusqu’à 22% des pensions complémentaires pour les salariés liquidant leur pension après le 1er avril.
La retraite complémentaire représente en moyenne deux tiers de la retraite globale des cadres et un tiers de celle des employés.

Merci à J. L. Besnard

Manuel Valls est-il le prochain Eric Besson?

Filed under: 13 - PS — iledere @ 6:15

le blog de l'île de RéPour lui, le Bonaparte en Ray-ban n’est pas un problème… Mais s’il ne se reconnaît pas dans le PS, pourquoi ne quitte-t-il pas ce parti?

« On est jamais déçu par Manuel Valls » me disait hier soir un proche de Martine Aubry. Il visait les propos du député « socialiste » relatifs à la journée des libertés et retranscrits sur son blog. On peut se demander en effet, du point de vue des membres du Parti socialiste, si le camarade Valls, largement déconnecté des vrais gens depuis qu’il a fréquenté les dorures de Matignon trop jeune et avoir été l’un des principaux artisans de la belle campagne présidentielle de 2007, est revenu depuis vivre, ne serait-ce qu’un peu, dans le monde réel?

Que dit-il?
Evoquant le bilan tiré par le au sujet du traitement infligé par l’actuel chef de l’Etat et ses copains aux libertés publiques, voici ce qu’il en pense:

« Tout cela constitue-t-il, pour autant, « un mouvement historique de régression des droits » et un projet concerté « d’étouffement systématique de tous les contre-pouvoirs » ? Ma réponse est non. Faut-il voir dans ces évolutions la manœuvre réfléchie et diabolique d’un Bonaparte en Ray-ban ? Ma réponse est encore non. »

Et il ajoute: »Faire de Sarkozy un démiurge capable d’ébranler, à lui seul, les institutions républicaines et les droits fondamentaux, c’est témoigner d’une répulsion qui confine à la fascination. En noircissant son portrait à l’excès, il grandit le personnage et donne le sentiment d’une réaction hystérique de la faiblesse devant la manifestation de la force. » (more…)

Eric Le Boucher… La tête au bout d’un pic ?

Filed under: 10 - Chronique de la haine ordinaire — iledere @ 6:00

le blog de l'île de RéNotre ami Marc Vasseur, émérite blogueur de gauche, vient, à juste titre d’allumer, le cuistre Eric Le Boucher, nouvel éditorialiste de Slate.fr (Ne comptez pas sur moi pour mettre un lien vers ce bastion du libéralisme triomphant).
En effet ce dernier défenseur du libéralisme s’y livre a des « analyses » qui fleurent bon la haine anti-socialiste le plus primaire…

Ce tartufe libéral qui sévissait au Monde est désormais scribouillard sur le « site d’infos » Slate.fr de ses potes Colombani et Attali.

Aujourd’hui, j‘ai lu sa dernière livraison et pour tout dire, je me suis arrêté après 4 lignes et ce jugement définitif, je cite : «Ce pays est menacé par l’égalitarisme, virus de la médiocrité, et par l’envie, cancer du socialisme».

Comment dire sans choquer…

«Pauv’ con» où as tu vu une dérive égalitariste dans de ce pays depuis une trentaine d’années ? Où ? As tu déjà regardé une courbe de répartition des richesses dans ce pays ? Que montre-t-elle ? Un glissement très certain du travail, vers le capital, vers la rente. Ce n’est pas moi qui le dit, juste les études de l’OCDE, de l’INSEE, du FMI…

D’autre part, je veux juste faire un rappel à ton misérable cerveau sans mémoire. En 1970, le rapport entre le salaire d’un ouvrier et d’un patron était de combien ? Aujourd’hui, on en est où… quand je lis des rapports de 1 à 600… soit je dois retourner en cours de math, soit c’est toi, pour qu’on se fasse ré-expliquer la notion d’égalité sans rentrer dans le détail du «sensiblement égal». Sans parler des stocks-options, des golden parachutes, des hellos parachutes, des retraites dorées, les jetons de présence pour tel ou tel conseil d’administration.

(more…)

27 mars 2009

Pour un député UMP, le PS = le parti nazi ?

le blog de l'île de RéPropos scandaleux du député UMP des Yvelines Jean-Michel Fourgous lors d’un débat télévisé sur LCI avec Liêm Hoang-Ngoc :

« Là je voudrais dire un truc grave à notre collègue socialiste. C’est que ne vous trompez pas, ne vous trompez pas, les marchands d’allumettes, ils paieront la facture des pompiers. Ne vous trompez pas, en démocratie ça se passe toujours comme ça! Quand vous utilisez le terme ‘bouclier fiscal’, vous savez le parti national socialiste, vous vous souvenez de cette grande expérience du monde, s’est construit quand il y avait une augmentation du chômage, et surtout, surtout, quand il y avait des gens dans la rue qui soulignaient les riches contre les pauvres! C’était la même technique. Ils passaient dans les entreprises et ils racontaient ça, les pauvres contre les riches. Attention ce que vous faites, vous allez en faire payer un coût au pays et de toute façon on démocratie, en élections, ça finit toujours contre le marchand d’allumettes, vous êtes un marchand d’allumettes! »

Lu sur le blog de J.L. Bianco

Discours de Nicolas Sarkozy : De la mégalomanie à l’impuissance

Filed under: 20 - UMP,21 - Mensonges de Sarko — iledere @ 6:15

le blog de l'île de RéA quoi bon rémunérer des ministres et leurs membres de cabinets puisque notre Président ne connaît qu’une seule façon d’exprimer la mission de son gouvernement et de sa majorité : Le « JE »

Il s’en est donné à coeur joie à Saint Quentin en essayant de calmer les français par des propos lénifiants sans toutefois convaincre de sa capacité à gouverner le pays dans la crise.

Forme extrême de mégalomanie ou manifestation d’impuissance. En ce qui nous concerne, nous pensons que celui qui croyait qu’il était aussi facile de gérer un pays que la mairie de Neuilly ou les Hauts de Seine est en train de renforcer l’ambiance anxiogène que connaissent les français et augmenter leur colère.

– Obsédé par l’imminence des conflits sociaux pour partie déconnectés de l’action syndicale
– En reconquête permanente d’un électorat qui le fuit un peu plus chaque jour
– Humilié de ne plus être que le Président d’un « petit » pays

Et surtout pris dans les contradictions de l’aide à ses amis aisés, industriels ou rentiers.

Nicolas Sarkozy bredouille et surtout radote

« J’ai le devoir d’entendre ceux qui manifestent. Mais, j’ai aussi la responsabilité de ceux qui ne défilent pas », avant d’évoquer « ceux qui n’ont pas les moyens de faire grève ». « Ceux qui souffrent le plus ne sont pas ceux qui contestent le plus » … / … « Avant la fin de l’été, nous réfléchirons à d’autres mesures. Mais mon devoir c’est d’être dans le bon tempo »

Cette phrase est symptomatique de quelqu’un qui voit son « destin » lui filer entre les doigts et qui ne comprends pas que la révolte peut prendre de multiples formes. Ceux qui ne défilent pas Monsieur le Président ne sont certainement pas ceux qui vous soutiennent et ceux qui souffrent vous vouent aux gémonies. Vous ressemblez de plus en plus monsieur le Président à Jacques Chirac, votre prédécesseur et maître en politique : Vous ne comprenez pas que votre action soit remise en cause. Et pourtant, en vous entourant de conseillers du prince et vous comportant comme un boutiquier enrichi, vous n’avez que ce que vous méritez : La désapprobation publique (more…)

Gagner plus pour acheter plus ou la folie des hommes

Filed under: 09 - Evènement — iledere @ 6:15

le blog de l'île de Ré Sur France Inter Bernard Maris, journaliste et écrivain tient une chronique. Et s’interroge sur les pulsions consuméristes et le stakhanovisme de certains. L’économie n’aurait donc rien de raisonnable?

L’économie est-elle le domaine des pulsions et non celui de la raison ? Quand vous regardez une publicité sur une voiture, laquelle suscite votre désir d’acheter une voiture… On vous présente toujours cette machine dans un magnifique paysage désertique, où elle file à une vitesse invraisemblable et dans un bien-être et un silence absolu. On ne vous vend pas cette voiture immobilisée dans un embouteillage à coté d’un camionneur hargneux qui vient de vous faire une queue de poisson. Autrement dit on ne vous vend pas une voiture, mais de la beauté et de la liberté. On ne vous vend pas de la pollution, des paysages saccagés par les autoroutes, des forêts détruites pour produire de l’éthanol, mais du bien-être ; on ne s’adresse pas vraiment à votre raison. Les publicitaires ont bien compris depuis longtemps, que l’homme économique, l’acheteur en l’occurrence, n’est pas un animal raisonnable…

Il est à craindre qu’il soit mu par des « pulsions ». Le désir d’acheter toujours plus, d’accumuler toujours plus, de s’enrichir au-delà de ce qu’on ne pourra jamais consommer, le besoin de détruire, d’épuiser la nature, pour des satisfactions immédiates, ne sont pas très « rationnels ». Et surtout pourquoi désirer toujours et toujours plus d’argent ? Keynes, le grand économiste disait que ce désir relevait, je cite, de la maladie mentale un peu répugnante. Il était fasciné par le mythe du Roi Midas, qui avait demandé à Dyonisos le pouvoir de tout transformer en or : Mais quand il voulut manger, il fut bien marri ! A tel point que je crois qu’il faut se poser la question : n’existe-t-il pas une certaine volupté dans la destruction et le massacre de la nature, ce qui expliquerait que l’on détruise aujourd’hui les dernières forêts d’Indonésie pour y planter des palmeraies pour les futurs « biocarburants » (avec 3000 guillemets à bio).

(more…)

26 mars 2009

Casse toi pov’con : en appel, toujours 30 euros avec sursis

Filed under: 12 - Brèves,20 - UMP — iledere @ 12:00

le blog de l'île de RéHervé Eon, le militant de Laval (Mayenne) poursuivi pour « offense au chef de l’Etat » pour avoir écrit « Casse toi pov’ con » sur une pancarte en prévision d’une manifestation contre Nicolas Sarkozy, a reçu ce mardi, en début d’après-midi, le jugement de la cour d’appel d’Angers :  il est condamné à 30 euros avec sursis. C’est-à-dire exactement la même peine qu’en première instance.

C’est lui qui avait fait appel, estimant que « en tant que militant politique », il n’était pas condamnable pour insulte en haut lieu, affirmant à chacun de ses procès qu’il pratiquait « non pas l’insulte mais le slogan politique ».

Sur le papier, Hervé Eon, déjà poursuivi par le passé pour fauchage de maïs OGM, risquait bien davantage :  le délit d’offense au chef de l’Etat, bien que tombé dans l’oubli, est toujours passible de 45 000 euros d’amende en France au nom de la loi de 1881 sur la liberté de la presse.

Pourtant, Me Dominique Noguères, son avocate, avait plaidé contre ce qu’elle estimait être une justice infantilisante.

Au procès en appel, auquel Rue89 avait assisté début 2009, le président de la cour d’appel d’Angers avait demandé à Hervé Eon s’il était prêt à s’excuser en échange d’un jugement clément -« une condamnation sans amende par exemple », avait-il précisé. Mais Hervé Eon avait refusé, promettant d’aller jusque devant la justice européenne s’il n’obtenait pas gain de cause en France.

Mardi après-midi, il a aussitôt déposé un recours en cassation. Il avait cinq jours pour le faire.

Chloé Leprince pour rue 89

Et après ?

Filed under: 01 - Etudes et analyses — iledere @ 6:15

le blog de l'île de RéLe 19 mars 2009 restera une date importante pour le mouvement social. Est-ce pour autant la date d’un « tournant » ? C’est peu probable. Il faut revenir à des aspects fondamentaux du cadre politique tel qu’il a été redessiné par le président Sarkozy.

D’une part, la confusion –volontaire- entre présider et gouverner. C’est son premier « accroc » à la pratique antérieure et à l’interprétation de la Constitution de ceux qui l’ont précédé. Nous ne sommes nullement passés dans un régime « présidentiel » mais dans un système profondément personnalisé dans lequel le président gère tout avec ses « collaborateurs », qui ont avec lui un lien personnel et non politique. Le gouvernement tel que le prévoit la Constitution encore en vigueur est rabaissé, les contre-pouvoirs affaiblis ce qui crée une situation où toute difficulté se répercute sur la tête de l’Etat, sans échelon intermédiaire. Ce que le président ne peut ou ne veut pas résoudre ne trouve pas de solution.

D’autre part, l’approche politique n’est plus idéologique, mais dogmatique. C’est ce que la crise est en train de mettre en évidence pour ceux qui auraient pu en douter. Le président a des idées bien arrêtées sur la société telle qu’il la souhaite. Son pragmatisme apparent n’est que de façade : Il excelle dans l’exploitation permanente des écrans de fumée qu’il crée pour ne pas prendre en compte une situation qui ne va pas dans son sens. Le dernier exemple en date est l’annonce d’une législation « anti-bandes » au moment où la crise sociale et économique s’aggrave dans le pays. Cette « diversion » prend la place que devrait occuper la considération du chômage croissant et des conséquences qu’il devrait entrainer sur la politique économique sociale et fiscale du gouvernement.

Les lunettes à travers desquelles le président voit la France correspondent au paysage de Neuilly sur Seine. Avant même d’être élu, J.P. Raffarin disait qu’il tentait d’expliquer à N. Sarkozy que la France ne se réduisait ni ne se résumait à Neuilly. (more…)

Société Générale: 32,92 millions d’euros pour les mandataires sociaux?

Filed under: 09 - Evènement,21 - Mensonges de Sarko — iledere @ 6:00

le blog de l'île de RéJe ne suis pas très doué dans les matières économiques. Les banques, la bourse, la crise, les stock-options, les parachutes dorés, le gros pognon, etc., ne sont pas du tout mon élément naturel.

C’est donc avec modestie, naïveté et une grande prudence que je veux évoquer avec vous les déboires des patrons de la Société Générale

Alors, vous savez qu’hier, contraints et forcés, les pauvres dirigeants de cette banque ont dû renoncer à « exercer » leurs stocks-options.

Forcément, dans le climat, l’annonce, mercredi dernier, de l’attribution de stock-options à plusieurs dirigeants (notamment 70.000 stock-options au président Daniel Bouton et 150.000 au directeur général Frédéric Oudéa) n’était pas très bien « passée ».

Sous la pression du gouvernement et des syndicats, les quatre mousquetaires de la Société Génarale ont donc accepté, vendredi, de ne pas « exercer » leurs stock-options, c’est-à-dire de ne pas les convertir en actions... Tant que l’établissement continuerait à bénéficier de l’aide de l’Etat, qui lui a déjà prêté 1,7 milliard d’euros.

C’était un bel effort déjà.

Mais dimanche, sur Europe 1, Christine Lagarde a été plus loin.

Elle exigé que les dirigeants « renoncent à l’attribution » de ces stock-options et ne se contentent pas de renoncer à les convertir en actions.

Elle a même ajouté, « il serait grand temps que Société Générale rime un peu plus avec intérêt général ».

Alors, du coup, les quatre ont pris leur plus belle plume et ils ont écrit une  jolie lettre aux gentils salariés, dans laquelle ils promettent ce qui suit… : « Pour couper court aux polémiques actuelles, nous avons décidé de renoncer au bénéfice de l’attribution de ces stock-options et en avons informé le conseil d’administration »…

(more…)

« Page précédentePage suivante »

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons