Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

10 juin 2009

Hortefeux : Nicolas, sauve moi de Strasbourg…

Filed under: 20 - UMP,21 - Mensonges de Sarko — iledere @ 6:16

le blog de l'île de Ré« En 2009, on ne peut plus être élu et ne pas siéger… Les élus siègent à Strasbourg, c’est la règle. » C’était le 23 janvier dernier en marge des états généraux de la presse et c’est Nicolas Sarkozy qui édictait « la règle ».
Et il récidivait en fixant « les sept engagements » de l’UMP pour les élections européennes où figurait celui que « les candidats de la Majorité Présidentielle s’engagent à être présents au Parlement européen à Strasbourg et à Bruxelles. »

A l’époque, le chef de l’Etat pensait à la ministre de la Justice, Rachida Dati, qu’il avait d’autorité placé en deuxième position sur la liste UMP en Ile-de-France derrière le ministre de l’Agriculture, Michel Barnier.
La règle avait un avantage certain : se débarrasser de l' »endive », le surnom qu’avait donné Sarkozy à son peu charismatique ministre de l’agriculture. De même, située en deuxième position, à une place forcément éligible, il se débarrassait de « l’erreur de casting », c’est à dire Rachida Dati.

Une manière de montrer son mépris pour l’Europe en y envoyant ceux dont il ne voulait plus au gouvernement.

Brice hortefeux, qui fut un ministre européen peu assidu, ambitionne de devenir le premier ministre de Sarkozy. Il est aussi intéressé par Strasbourg que Rachida, ce qui est peu dire…
Pendant la campagne électorale, Brice arpentait l’Auvergne… en pensant aux régionales de 2010.
Lui, élu aux européennes ? C’était impossible, assurait-il, alors qu’il figurait au troisième rang sur la liste UMP Massif Central-Centre. Et le voilà porté par la vague bleue, élu contre son gré à Strasbourg. L’ancien député européen, qui ne fut guère assidu entre 1999 et 2004, ne veut pas retourner dans les institutions européennes.
Du coup, voici Sarkozy obligé de se renier pour ne pas envoyer son ami fidèle en enfer…
Nous avons assisté à une offensive médiatique croquignolette, ou tous les cadres du parti ont volé au secours de l’ami du chef avec des arguments quelques fois étonnants.
Je vous passe les « je pense qu’on a besoin de Brice Hortefeux au gouvernement » de Xavier Bertrand, prince de la lèche, qui en rajoute, pour faire bonne mesure : « Il s’est engagé dans cette campagne de manière tout à fait désintéressée« . Que c’est beau…
Il faut dire que côté coup de langue, il est talonné par  » Les partenaires sociaux ont besoin de stabilité, a fortiori en période de crise  » de Dominique Paillé, dont l’art de la flagornerie lui assure un train de vie que ses défaites électorales à répétition lui avaient ôté.
Plus tiré par les cheveux, le « pitre Bull » de Sarko, l’inénarrable Lefebvre, auquel aucune imbécilité ne fait peur, lâche une explication savoureuse : « Si Brice Hortefeux avait été choisi pour siéger au Parlement européen, il aurait été tête de liste… A l’UMP, nous avons présenté des binomes et Brice Hortefeux n’y était pas ». Il ose tout, il parait même que c’est comme ça qu’on le reconnait…

L’Elysée a volé à son secours lundi 8 juin dans l’après midi avec une prise de position officielle: Brice Hortefeux n’est pas concerné par l’obligation faite aux candidats UMP de siéger au Parlement. « Brice Hortefeux n’avait pas pris l’engagement d’être sur les listes pour être élu. Il s’était inscrit pour pousser la liste. Sinon, il se serait mis en premier« , explique l’Elysée. Bon, voilà qui est clair : la règle ne s’applique pas aux amis, seulement aux ringards qu’on met au placard…

M. Hortefeux, lui, joue les discrets : « Je ne dis rien du tout« . Et puis il précise au Monde : « un député peut entrer au gouvernement, un sénateur peut entrer au gouvernement. Il serait curieux qu’un député européen ne le puisse pas. Il va y avoir un remaniement, on verra au remaniement si j’y suis ou si je n’y suis pas« , explique-t-il. Il va finir par donner des idées à Barnier et autre Dati…

Certains français osent penser que notre pays est devenue une république bananière soumise aux caprices du prince.
Comment osent-ils penser cela ?

Alain Renaldini

Rodrigo y Gabriela. Encore ? Encore !!!
[youtube=http://www.youtube.com/v/l-qgum7hFXk&hl=fr&fs=1&]

Une réponse à “Hortefeux : Nicolas, sauve moi de Strasbourg…”

  1. papyloulou dit :

    Les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent.

Laisser un commentaire

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons