Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

10 juin 2009

Pas de quartiers pour Arlette Chabot !

Filed under: 05 - Presse, média, Internet — iledere @ 6:00

le blog de l'île de RéSuite aux propos d’Arlette Chabot, qui a déclaré, le 4 juin, que « la culture banlieue entre dans le débat politique. Tous les coups sont permis », des militant-e-s, artistes et journalistes banlieusard-e-s réagissent.

Après l’enregistrement de l’émission « À vous de juger » du 4 juin, qui a tournée à la mascarade et au pugilat, Arlette Chabot, présentatrice de l’émission, a cru bon de se justifier en ces termes : « C’est la culture banlieue qui entre dans le débat politique. Tous les coups sont permis. »

Ainsi, pour la directrice de la rédaction de France 2, le mensonge, la calomnie, les insultes, les attaques personnelles, les coups bas et les débats abjects seraient typiques de la banlieue. Ces stéréotypes sont malheureusement fréquents dans les grands medias, la classe politique, et symptomatiques du manque de sérieux et de formation de nombre de journalistes.

Pourtant, Arlette Chabot se trompe : ce n’est pas le débat politique qui s’abaisse au niveau de la banlieue. C’est la banlieue que certains veulent détruire et rabaisser au niveau affligeant de ce débat politique du 4 juin. Il y a, pour nous, bien plus de fierté à être banlieusard-e-s qu’à être les témoins d’aussi piètres débats politiques.

Bien sûr, nos quartiers sont des lieux de relégations, mais les pouvoirs publics et la misère sociale en sont largement responsables : manque de services publics, présence policière toujours plus provocante et violente, logements insalubres, malbouffe des supermarchés discounts…

Si Arlette Chabot a jamais franchi le périphérique, ses propos démontrent qu’elle ne comprend pas la politique et qu’elle connait encore moins les quartiers populaires et leurs cultures. Qu’elle vienne à la rencontre de tous les acteurs qui portent des projets innovants, concrets, ce souvent en dépit du manque de soutien des institutions. Qu’elle vienne à Garges-Sarcelles, Saint-Denis, Hérouville, La Courneuve, Lille-Roubaix-Tourcoing, au Mirail,… nous pourrions étendre la liste quasiment à l’infini ; car notre expérience de « la banlieue », c’est une expérience de respect, de solidarité, d’échanges, d’engagement aussi.

Nous qualifions les propos d’Arlette Chabot d’injurieux, méprisants, inadmissibles, à l’égard des habitants des quartiers populaires. Voilà pourquoi nous exigeons de recevoir des excuses.

On refuse la stigmatisation : on se laissera pas faire, on lâchera pas l’affaire.

Eros Sana, Zone d’Ecologie Populaire
Raphäl Yem, journaliste indépendant
Elise Lowy, Fumigène
Dias, Ministère des Affaires Populaires (MAP)
Rokhaya Diallo, militante
Chloé Juhel, Générations 88.2

Ministère des Affaires Populaires « Debout la-dedans« 
[dailymotion=http://www.dailymotion.com/swf/x8sgsk_debout-la-ddans-ministere-des-affai_music&related=1]

6 réponses à “Pas de quartiers pour Arlette Chabot !”

  1. la grignette dit :

    Que Chabot se soit habituée aux débats « questions spontanées écrites » – réponses spontanées écrites » et ai pris dans sa carrière une allure mémère, c’est un peu là son problème, on ne peut pas être et avoir été.
    Mais qu’en plus, elle avait le trouillomètre à zéro en le commençant en face d’un Dany le Rouge en pleine forme, un viconte imprévisible et un béarnais en surpression (on ne sait jamais avec ces faux placides parfois çà explose vite), çà se voyait, au point qu’elle en perdait le fil de ses diversions.
    Sa phrase sur la banlieue ne peut lui être pardonnée, mais si on demandait à tous les journalistes de son accabit de démissionner, en presse écrite comme en presse audio et télé, çà enflerait encore le chiffre du chômage et dans de bonnes proportions.
    Dès le départ de l’émission on sentait le clash arriver, et je trouve heureux que Martine Aubry ait dû quitter l’assemblée à temps.

  2. Serge dit :

    « La Chabote » , il ne faut pas lui en vouloir, elle ne veut pas se retrouver comme Serge Moati : priver de boulot au 1 er septembre.
    ce n’est pas inquiétant pour Moati, il a suffisamment de ressources intellectuelles pour s’en sortir, tandis que la « chef de service  » précitée elle risque se retrouver au chômage sans espoir de voir Sarko pour la sortir du trou.

  3. Chabot avait déjà dans la tête la programmation du clash Bayrou-Cohn Bendit.

    Les répartitions des tables Bertrand-Aubry et Cohn Bendit-Bayrou et surtout les petits poussait à la faute.

    Gros comme du papier à musique…

    Un pastiche chez nous sur Arlette Chapot. Cliquez sur le pseudo…

    Humour

  4. emachedé dit :

    Tout Faux. Ne demandez pas des excuses. C’est sa démission qu’il faut exiger. Ce débat est le symbole de son incompétence. Sa phrase? La cerise sur le gâteau de sa collusion avec le pouvoir en place.

    Chabot Démission!

  5. La main gauche dit :

    histoire d’enfoncer le clou… partant du princpe que la passivité du journaliste est toujours feinte dans ce genre d’exercice, il est forcément acteur et, en tout cas, en vrai journaliste, il devrait l’être…

    Cette membre du club Le Siècle, a démontré, par exemple, toute son adoration pour les franges droitière de l’UMP et ce qui est encore plus à droite, et, à l’inverse, le peu d’intêrét, voire la haine inavouée, qu’elle porte aux Français lambda (banlieue compris) en orientant le débat, par exemple, sur la Turquie, qui est bien éloignée de nos préoccupations d’aujourd’hui… En vrai journaliste, elle aurait dû éluder cette question, ou, du moins, la réduire à sa plus simple expression, et à la rigueur plutôt l’utiliser en démontrant l’ineptie d’un débat public sur la Turquie alors qu’on refuse le moindre référendum aux Français quant il s’agit de leur propre pays… tout ça est ridicule, indigne, et ne fait que creuser le fossé avec la Banlieue dont la frontière est aujourd’hui, non plus au niveau du périphérique, mais du XVIe arrondissement, autant dire que nous sommes nombreux à être en banlieue !!

  6. La main gauche dit :

    Arlette Chabot ne manque pas d’air de critiquer un débat dont elle était le pilote. Elle ferait mieux de s’interroger sur ses propres motivations qui l’ont animées au cours de cet exercice… de réelles motivations journalistiques qui lui auraient conféré l’autorité (dont elle est parfaitement capable) suffisante pour aller chercher les bonnes réponses en posant les bonnes questions avec en ligne de mire la volonté de réduire l’abstentionnisme ou bien, comme ça a été le cas, des motivations de simple dépositaire d’un pouvoir qui s’exerce par l’entremise de ceux qui l’ont choisit à ce poste, et qui n’avaient pour but que d’aboutir alors à ce résultat navrant !!

Laisser un commentaire

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons