Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

12 juin 2009

MODEM, la droite a de l’avenir

Filed under: 18 - UDF-MoDem-Centre — iledere @ 6:00

Le blog de l'île de RéContre toute logique le basculement du paysage politique français vers la droite se poursuit. L’émergence du MODEM après l’élection présidentielle de 2007, sa présence significative deux années plus tard le confirme. Le parti présidentiel de F.Bayrou s’est installé durablement dans le paysage politique français. Et, pas au détriment de l’UMP.

La droite décomplexée a peu de soucis à se faire. La décomposition idéologique a atteint le stade critique du néant politique. L’incompétence par le jeu du marketing et de la stratégie électorale offre maintenant la récompense du pouvoir. Dans la démocratie du moment, grâce aux égos infatués, un bilan exécrable agrémenté de salves quotidiennes de balivernes permet aux hiérarques de l’UMP un accaparement constant du pouvoir. Sept années de gouvernement, trois à venir, et plus si tout s’agence bien. Comme partenaire, l’ambitieux leader du MODEM tient parfaitement son rôle. Exécute admirablement la partition. À la tête d’une armée mexicaine, composée de proto UDF, de frustrés du socialisme et d’opportunistes en tout genre, l’ancien ministre de Balladur vibrionne dans le paysage politique français. Parfaitement certain de son destin, il veut incarner une alternative lors des prochaines présidentielles.
Bien engoncé entre le PS et l’UMP, il a réussi à parachever le discrédit du parti de J.Jaurès. Il lui arrive même, lors de diatribes, de le doubler par gauche. R.Dati déclarait que F.Bayrou était “le meilleur socialiste”. Mais un socialiste de droite.

Le PS a fait beaucoup de chemin en trente ans. Il est allé si loin que personne ne croit en son projet, en ses hommes. La moindre mesure sociale avancée par le parti de M.Aubry fait au mieux sourire. Le leader du mouvement démocrate par son positionnement tactique maintient la prise d’étranglement du PS. Déjà deux années de suffocation sous l’œil amusé de l’Élysée.
Le MODEM n’a pas de programme et se garde bien d’en élaborer un. L’objectif du parti : durer jusqu’en 2012. Ne pas cocufier ouvertement et avant le scrutin les militants et électeurs. Car il y aura des déçus. Beaucoup. Mais la stratégie est payante, stérile de toute proposition, il pèse. Alors pourquoi précipiter la tombée des masques ?

Enrober le discours économique de la mystique “humaniste” parait suffisant aux supporters orange. F.Bayrou manie judicieusement des hochets pour militants à basse intensité : une devanture ripolinée tango, un projet nébuleux, des concepts politiques vaporeux. Les vieux UDF tendance catholique utilisent cet artifice depuis des lustres, ils en comprennent le code, en attendent le pouvoir. Les nouveaux adhérents, exaltés, y voient un nouveau concept prodigieux pour faire “de-la-politique-autrement”. Autrement, avec des nomades idéologiques comme J.L.Benhamias qui siège avec le groupe vert européen ou la jupette C.Lepage de Cap 21, qui veut “dépasser-le-clivage-gauche-doite-en-écologie”. Et des soutiens bigarrés tels J.Peyrelevade ou le libéral démissionnaire C.Saint-Etienne.
Au mieux, le MODEM sera un PS sans l’histoire. Amnésique de la grande Histoire sociale, celle des luttes, des victoires, du progrès.
Le “centre” n’existe pas. En politique, les “sans étiquettes”, les “apolitiques”, “divers”, et les centristes finissent toujours à droite. Un tropisme qui veut qu’invariablement à la fin, entre droite et gauche, le balancier tombe infailliblement à droite.
La dislocation complète du PS rendrait l’élection présidentielle risquée pour N.Sarkozy. Face au béarnais, il serait probablement perdant. Ce dernier, effet répulsif aidant, bénéficierait d’une grande partie des voix de la gauche. Une piètre consolation pour les progressistes, qui, au lieu d’élire un libéral inculte, hériterait d’un libéral modéré.
Le maintien du statu quo, avec un PS exténué, un MODEM à 14% profitera à l’Élysée. La répétition du scenario de 2007 étant plus que probable. A la clef, un tour supplémentaire avec l’UMP.

En tout état de cause, et malgré la déroute idéologique du libéralisme et de l’individualisme comme projet de société, devant la crise dévastatrice qui frappe les plus fragiles, la droite qu’elle soit modéré, conservatrice, décomplexée, de F.Bayrou à N.Sarkozy a un bel l’avenir.

Vogelsong pour son Blog « Piratages« 

Une réponse à “MODEM, la droite a de l’avenir”

  1. la grignette dit :

    Quel bel exercice de style, tout y est à la façon « thriller », (j’en ai lu de mieux). Avec un brin de spychologie, excusez moi, Vogelsong, qui a des senteurs de fond d’écurie.

    Ce que vous prenez pour des adeptes du gourou béarnais ne sont que de pauvres petits français plus obnubilés de finir leur mois en bouffant quand même autre chose que les merveilleuses idées que leur serine à longueur de journée la « lucarne merdique de la télévision ».

    On dirait que vous vous délectez à l’avance d’une hypothétique disparition du P.S, vous être trop jeune, (j’allais dire trop petit, mais la place est prise),
    nous avons un grand défaut, celui de ne pas dire de mots blessants, de mots durs, qui font mal, mais nous apprenons et vite encore.

    Ne vous basez pas sur le score des dernières élections, elles n’ont passionné personne, parce que JAMAIS, que ce soit à l’école, à la Télé, dans les journeaux ou ailleurs on ne leur a expliqué vraiment ce qu’était cette « nébuleuse » Europe. Beaucoup de Français sont grégaires, ils n’aiment pas les changements, alors quand on leur propose un pays qui va de la pologne à l’irlande, il ne s’y reconnaissent plus. On en voit le résultat du Viconte.
    En plus, ils sont assez intelligents pour comprendre que l’exploitation outrancière des produits de la planète était, comme celle des travailleurs au profit des mêmes, d’où leur vote Ecologie. Il est certainement un sentiment ignoré en chacun de nous qui nous oblige à respecter la terre qui nous nourrit. Appellez cela le syndrome du ventre creux si vous le voulez.

    Malgré tout, votre analyse pertinente, je le reconnais quand même, nous redonne du courage, on sait se battre, on a des arguments, on a d’autres hommes, d’autres femmes pour les porter, nous ne sommes pas seuls, le monde nous reste à conquérir et ce n’est pas un homme comme Bayrou qui ne propose rien, qui de toute façon restera de droite malgré sa haine de Sarko (il n’y a que cela qui lui importe au fond) qui nous empècheront en France de recommencer notre travail.

Laisser un commentaire

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons