Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

29 juin 2009

Trucages et faits divers

Filed under: 05 - Presse, média, Internet — iledere @ 12:00

Le blog de l'île de RéDes élèves des Arts décoratifs de Strasbourg ont mis en scène une série sur la précarité des étudiants, ne révélant la supercherie que le jour de la remise du prix…

«Pour pouvoir étudier le jour, je me sers de mon cul la nuit.» C’est ce genre de phrases choc qui accompagnait les photos de Guillaume Chauvin et Rémi Hubert, étudiants à l’école supérieure des Arts décoratifs de Strasbourg.
Intitulé « Etudiants. Tendance Précaire« , ces quatre photos en noir et blanc ont été publiées dans le Paris Match du 25 juin. A la clé de ce concours, 5 000 euros qui ont été redistribués.

Ces photos étaient accompagnées de légendes poignantes qui étaient supposées dévoiler la précarité dans le milieu étudiant. Les deux élèves, des Arts et Déco à Strasbourg, ont organisé une véritable mascarade, les personnages photographiés sont leurs amis qui se sont eux-mêmes mis en scène sur certains clichés.

Les deux étudiants ont révélé leur duperie devant le jury, lors des remises des prix, en lisant un texte, dans lequel ils décrivent leur « démarche artistique » comme « une tentative de remise en question » des « rouages d’un discours médiatique qui a pour ingrédients la complaisance et le voyeurisme dans la représentation de la détresse », selon le document qu’ils ont transmis à l’AFP.

Le jury après avoir un « peu blêmi » leur a « quand même remis le chèque » en les félicitant, a déclaré Rémi Hubert.

Les étudiants sont surpris de cette récompense, un des jeunes hommes a avoué: « On avait éxagéré les photos, on avait écrit les légendes à la première personne pour bien faire larmoyer. On pensait que ça serait trop mais ils ont quand même aimé. »

Finalement, après réflexion, le jury vient d’annuler le trophée.
Ce jury, qui n’avait rien vu n’a-t-il pas été aveuglé par un miroir médiatique parfait ? Comment imaginer que ce photoreportage n‘était que trucage, quand « le vrai n’est qu’un moment du faux » dans une actualité qui privilégie les émotions, le choc visuel, et développe de plus en plus de formes d’information qui floutent la perception du réel, la téléréalité ou le docu-fiction ?

A mettre en parallèle, les derniers chiffres de l’INA sur la place du fait divers dans l’actualité. Entre 1999 et 2008, les éditions du soir ont évolué jusqu’à consacrer 10% de leur temps d’antenne aux catastrophes et faits divers. Soit une augmentation de 270%… le poids des mots, le choc des photos… de catastrophes et de nouvelles lacrymales, qui nourrissent la compassion. Les médias sont de plus en plus des « entreprises » de presse en concurrence, tant et si bien que, pour certains, la distinction entre le journalistique et le médiatique vaut parfois plus en théorie qu’en pratique…

Alain Renaldini
Source « La bétise économique »

Laisser un commentaire

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons