Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

23 juillet 2009

UMP, parti des repris de justice

Filed under: 07 - Justice,20 - UMP — iledere @ 12:00

Charles Pasqua va être traduit devant la Cour de justice de la République ! Le Monde résume les faits qui lui sont reprochés : « Dans la première affaire, l’actuel sénateur UMP des Hauts-de-Seine est renvoyé pour « corruption passive sur personne dépositaire de l’autorité publique » : il est soupçonné d’avoir autorisé l’exploitation du casino d’Annemasse (Haute-Savoie) par un proche, Robert Feliciaggi, en échange d’un financement politique ultérieur. M. Pasqua a déjà été condamné en mars 2008 à 18 mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Paris dans un autre volet de ce dossier, concernant le financement illégal de sa campagne européenne de 1999 pour son parti, le RPF (Rassemblement du peuple français), à un moment où il n’était plus au gouvernement. La cour d’appel doit se prononcer le 18 septembre. La deuxième affaire concerne un agrément délivré pour le transfert du siège de la branche transport de GEC-Alsthom à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), qui avait généré en 1994 le versement d’une commission de près de 800 000 euros à un proche de M. Pasqua, Etienne Leandri, aujourd’hui décédé. Le renvoi de l’ancien ministre concerne cette fois des faits de complicité et recel d’abus de biens sociaux. C’est sous ce même chef d’accusation qu’il est poursuivi dans la troisième affaire, qui concerne le versement entre 1993 et 1995 de commissions par la Sofremi, une société d’exportation d’armes qui dépendait du ministère de l’Intérieur, à des proches de M. Pasqua. Charles Pasqua a toujours contesté les faits qui lui sont reprochés dans ces trois dossiers dans lesquels certains de ses proches, dont son fils Pierre, ont déjà été condamnés à de la prison ferme. La Cour de justice de la République est la seule juridiction habilitée à instruire et à juger des affaires mettant en cause des ministres, pour des infractions commises dans l’exercice de leurs fonctions. (…) Il encourt jusqu’à dix ans de prison ferme. Elu sénateur des Hauts-de-Seine en 2004 avec l’appui de l’UMP et de Nicolas Sarkozy, Charles Pasqua a été mis en cause dans plusieurs affaires mais n’a jamais été condamné définitivement, ni incarcéré, car il bénéficie d’une immunité parlementaire grâce à son mandat à la Haute Assemblée. »

Gérard Gautier, citoyen fondateur du Mouvement pour la reconnaissance du vote « blanc », commente sur son blog : (devant la Cour de justice de la République) « Il va ainsi pouvoir répondre à la question de savoir pourquoi il s’est toujours abrité derrière son immunité parlementaire de sénateur dont il bénéficie depuis 2004 alors qu’il a toujours dit n’avoir rien à se reprocher ? Il va pouvoir indiquer, également, pourquoi et sous quelles pressions et émanant de qui, 211 « grands électeurs » UMP des Hauts-de-Seine se sont faits ses complices pour lui éviter d’avoir, plus tôt, à répondre aux juges d’instruction qui le sollicitaient après la perte de son mandat européen, et de l’immunité parlementaire y afférent, en 2004 ? Il va pouvoir éclairer tous les citoyens français sur les raisons qui ont fait qu’aucun de ses collègues du Sénat n’a demandé la levée de son immunité pour lui éviter, au minimum, d’avoir à continuer de légiférer au nom de la République ? (…) Si d’aventure, malgré la panoplie de recours qu’il lui sera possible de former, il était réellement condamné et incarcéré, qu’il ne s’inquiète pas trop. Même si sa santé est meilleure, qu’il se souvienne que Papon a été libéré au bout de 4 ans. De plus, Charles Pasqua a, outre un « pouvoir de nuisance certain », d’excellentes relations qui ne manqueront pas de s’activer pour qu’il bénéficie de la même grâce « providentielle » que son ami l’ancien préfet Jean-Charles Marchiani*. Alors prenons le pari que Charles Pasqua fêtera son centenaire au Sénat… »

En attendant, les affaires Pasqua, venant après la condamnation par la justice de Jean Tibéri, dans celle des faux électeurs, et l’inégibilité de Serge Dassault, reconnu coupable par le Conseil d’Etat d’avoir acheté des voix pour se faire élire maire de Corbeil-Essonnes, tout ça commence à faire beaucoup pour l’UMP. Rappelons que Tibéri et Dassault siègent toujours au Parlement sous les couleurs du parti majoritaire ! Sarkozy n’avait-il pas annoncé durant la campagne présidentielle, qu’il voulait « remettre de la morale en politique » ?

jcm* Jean-Charles Marchiani, comme nous l’apprend sa fiche Wikipédia, « est condamné à deux peines de prison ferme (trois ans et un an) et incarcéré, suite à plusieurs affaires politico-financières dans les années 1990 et 2000 concernant des détournements de plusieurs millions de francs[2]. Il est gracié par le président Nicolas Sarkozy en décembre 2008[3] puis remis en liberté en février 2009. » Un Sarkozy qui déclarait pourtant, le 8 juin 2006, « Si un jour je devais avoir des responsabilités, l’une des premières choses que je ferais, c’est de supprimer le droit de grâce et l’amnistie« …

PS : l’illustration Borsaligo provient du blog de Karine Villard.

« Broken flowers « Mulatu Astatke – Yekermo Sew« 
[youtube=http://www.youtube.com/v/UQRziRVmvcg&hl=fr&fs=1&]

Une réponse à “UMP, parti des repris de justice”

  1. Serge dit :

    Heureusement que dans les Hauts de Seine il y a d’autres presonnalités d’une probité exceptionnelle tels que les Balkany et Santini ! (je rigole !)

Laisser un commentaire

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons