Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

6 août 2009

Trois députés sur 577 détaillent leurs dépenses

Filed under: 13 - PS — iledere @ 7:00

Sur leurs blogs, trois députés de gauche détaillent à l’euro près leurs dépenses de frais de mandat. Une initiative que les autres ne sont pas prêts à imiter, selon des journalistes de Libération.

Alors que le scandale des notes de frais fait rage au Royaume-Uni et que la France s’enfonce doucement dans la récession, certains députés ont décidé de jouer la carte de la transparence en publiant sur leurs blogs le détail de leurs dépenses parlementaires. Pour l’instant, ils ne sont que trois, et tous de gauche. Ils s’agit d’Arnaud Montebourg, René Dosière et de Jean-Jacques Urvoas. D’autres députés comptent-ils leur emboîter le pas? Pas tous, loin de là, selon le quotidien Libération.

5.867 euros d’indemnité mensuelle, en plus du salaire
Dans un article paru mardi 4 août, les journalistes de Libé ont demandé à certains députés ce qu’ils pensaient de cette initiative, et les réponses ne manquent pas de piquant. Même si, période estivale oblige, la plupart des parlementaires sont en vacance, ceux que le quotidien a réussi à joindre semblent plutôt hostiles à ce procédé, surtout à droite.
A l’image du député UMP François Grosdidier qui estime que cette transparence subite n’est « qu’un coup de pub pour se faire mousser« , alors que, selon lui, les députés ont « parfaitement le droit d’aller bouffer au resto sans que cela regarde le concitoyen« . A gauche aussi on s’interroge parfois sur l’utilité de cette initiative. La députée strausskahnienne Sandrine Mazetier (PS) assure par exemple « ne pas sentir de suspicion de la part [des] concitoyens« .
Pourquoi en auraient-ils? Peut-être parce que l’utilisation de l’indemnité représentative de frais de mandat (IRFM) dont le montant mensuel est fixé depuis le 1er juillet 2009 à 5.867 euros et qui vient se greffer au salaire déjà confortable des députés [5.200 euros environ, ndlr], n’est soumise à aucun contrôle. Le site de l’Assemblée nationale est par ailleurs lui-même très vague à ce sujet. Il y est écrit que l’IRFM « sert à payer les frais de voiture, de loyer pour la permanence, frais de réception, d’habillement, de transport, etc« , sans autre précision.

Des « Lords à l’Assemblée »
Une situation qui ne plait guerre à Charles Amédée de Courson (Nouveau Centre). Interrogé par Libération, le député de la Marne, qui siège à la Commission des comptes de l’Assemblée plaide, lui, « pour un contrôle approfondi par la cour des comptes de […] ce système malsain« . Mais, indique-t-il, « depuis des années qu'[il] défend cela, c’est des tirs de barrages à répétition« . Pourtant, dit-il, la situation semble plus que jamais explosive, alors qu’outre manche celle-ci a déjà dégénéré : « si on ne fait rien, je nous donne un an avant un scandale à l’anglaise. Des lords, il y en a plein à l’Assemblée« .
Arnaud Montebourg, René Dosière et Jean-Jacques Urvoas, eux, ont décidé de jouer franc-jeu. Alors que les journalistes de Bakchich.info épinglaient les quelques députés qui n’avaient pas respecté leur engagement de rendre leurs dépenses publiques, ils ont tout détaillé jusqu’au dernier centime. On apprend par exemple que Jean-Jacques Urvoas dépense 2.900 euros de remboursement d’emprunt pour l’achat de sa permanence, ou encore 300 euros de frais de bouche pour ses « déjeuners au sein de l’Assemblée ou au sein de [sa] circonscription« . Arnaud Montebourg, quant à lui, dépense 380 d’indemnité stagiaire, 278 euros de chauffage pour sa permanence, ou encore 551 euros de « frais Arnaud Montebourg ». « C’est ce que j’avance avec ma CB personnelle », indique le député de Saône-et-Loire au post.fr.

Tristan Berteloot pour « Nouvelobs.com »

Revolver « leave me alone »
[youtube=http://www.youtube.com/v/NNp9yDJwLEQ&hl=fr&fs=1&]

2 réponses à “Trois députés sur 577 détaillent leurs dépenses”

  1. louis dit :

    Après tout, ces indemnités sont de l’argent public afin de permettre aux députés d’assurer leurs mandats; il n’y a rien de choquant à ce que ces frais soient connus.
    l’argument du restaurant est bien symptomatique.
    Bien sur ce n’est pas un crime que d’aller au restaurant. J’y vais aussi. Mais je paye avec mes sous qui proviennent d’un salaire.
    Le salaire-somme toute confortable de 5200 € peut surement suffire pour couvrir les frais de bouche d’un député. En aucun cas cela ne relève de IRFM, sauf si ce restaurant s’inscrit dans le « travail » parlementaire (on invite à déjeuner quelqu’un dans le cadre de l’action politique) auquel cas, on est en droit de savoir.
    En fait ce qui est demandé, c’est une distinction claire entre argent publique et argent privé. Dans le premier cas la transparence est de mise, dans le second cas, non.
    merci aux trois députés PS d’avoir pris cette initiative.
    Il serait bien que d’autres s’en inspirent.

  2. La main gauche dit :

    Sandrine Mazetier semble avoir des capacités olfactives limitées, mais peut-être devrait-elle faire moins confiance à son odorat et simplement aller regarder les taux d’abstentions aux divers élections, au pire avec une bonne paire de lunettes ça devrait le faire …
    Espérons que les actes « médiatiques » de transparences vont se multiplier mais ils doivent surtout servir à la promotion d’un système de contrôle (et de sanctions) indépendant et réactif.

    D’une manière générale, dans ce pays, nous avons une armada de caméras, oeils électroniques, commissariats, pour surveiller les faits et gestes d’un boutonneux de 14 piges dans les moindres recoins du territoire mais pas grand chose pour suivre de bout en bout l’achat d’un appartement par Sarkosy, le milliard provisionné par BNP, les p’tits fours servis à l’Elysée, les honoraires versés à Kouchner, les surfacturations des chantiers publics etc, etc…

Laisser un commentaire

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons