Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

21 août 2009

Exclusif : Karachi, l’esquisse d’un crime

Filed under: 07 - Justice,12 - Brèves — iledere @ 12:00

Jacques Chirac se recueille sur les cercueils des français tués lors de l'attentatEn exclusivité, Jeune Afrique vous dévoile le croquis des enquêteurs retraçant les conditions de l’attentat de Karachi, dans lequel 14 personnes ont trouvé la mort en 2002. en toile de fond de ce drame, une affaire d’Etats qui implique le Pakistan et l’ancien gouvernement Balladur.

La justice française continue de travailler sur l’attentat-suicide du 8 mai 2002 à Karachi (Pakistan) qui a coûté la vie à 14 personnes, dont 11 techniciens employés français de la Direction des constructions navales de Cherbourg (DCN). Le bus militaire qui les transportait a été pulvérisé devant l’hôtel Sheraton de Karachi par un kamikaze au volant d’une voiture.

L’attentat, initialement attribué à Al-Qaida, est depuis juin 2009 relié par les enquêteurs à la vente par la France de sous-marins Agosta 90 B. Le gouvernement Balladur (1993-1995) avait signé le 21 septembre 1994 un contrat portant sur la vente au Pakistan de trois sous-marins Agosta, pour un montant de près d’un millaird d’euros. Fin 2008, les juges d’instruction parisiens Yves Jannier et Marc Trévidic ont réorienté l’enquête sur d’éventuelles représailles effectuées à l’encontre de la France, en raison de l’interruption du versement des commissions occultes qui devaient accompagner ce contrat et dont une partie pourrait avoir servi à financer la campagne présidentielle d’Edouard Balladur en 1995.


Jeune Afrique s’est procuré le croquis des enquêteurs sur les circonstances de l’attentat. Ce document exclusif relève la distance anormale (72 mètres) du véhicule kamikaze de l’autocar des techniciens français. Il comporte par ailleurs une inscription manuscrite rédigée en anglais autorisant le versement du croquis à la justice française. Une précision importante car ce croquis ainsi que l’essentiel de la contribution de la CIA à l’enquête (notamment des photos) ont été annulés de la procédure en avril 2003 à la demande de l’ex-juge antiterroriste Jean-Louis Bruguière, aujourd’hui en voie de reconversion dans la politique sous les couleurs de l’Union pour un mouvement populaire (UMP).

Paul Maniglier pour « Jeune Afrique »

Laisser un commentaire

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons