Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

11 octobre 2009

Rachida Dati à la tête d’une société de conseil

Filed under: 12 - Brèves — iledere @ 10:10

Alors qu’elle ambitionne d’ être candidate à la Mairie de Paris en 2014, l’ancienne Garde des Sceaux, Rachida Dati, aujourd’hui député européen, a crée en juin dernier une société de Conseil dotée d’un capital de 3000 euros.

Et elle ne l’a pas déclaré aux services du Parlement européen , une négligence qui irrite ses collègues de Bruxelles, d’autant qu’elle avait déjà omis de déclarer sa position d’élue du 7ème arrondissement. Un mandat rémunéré qui doit être impérativement déclaré à Bruxelles. Mais Rachida nous a habitué à ses caprices de stars pour laquelle les lois ne s’appliquent pas.
Quoiqu’il en soit, sa société se fixe pour objet : «En France et dans tous les pays, le conseil en stratégie, la réalisation d’études, la participation et l’organisation de colloques et de conférences…»

La « société par actions simplifiée à associé unique,  « La Bourdonnais Consultants » puisque c’est le très chic nom de cette entreprise, évoquant le nom d’un célèbre amiral français, s’est installée avenue d’Eylau, à deux pas du Trocadéro à Paris, dans un immeuble de bureaux du 16ème arrondissement révèle RTL.
Une journaliste de RTL a essayé d’avoir des informations sur cette structure: elle est tombée sur une standardiste qui lui a indiquée que c’est une simple domiciliation pour cette société qui n’a pas de salariés.
« On ne peut la joindre que par courrier? » demande la journaliste de la radio. « Absolument« , répond la standardiste de cette société qui loue des boîtes postales.

Cette société devrait permettre à Rachida Dati de faire profiter de son expérience les grandes entreprises ou le cabinet d’avocats américain Wilkie Farr et Gallagher pour lesquelles elle a déjà commencé à effectuer quelques missions.Et voilà ce qui choque les députés européens car cette pratique en vogue au USA est formellement interdite à l’assemblée européenne où un député ne peut être en même temps un lobbyiste…

Un mélange des genres qui peut choquer certes, mais qui n’est pas nouveau. Rachida ne fait en cela que suivre les traces de ses ainés, Kouchner en tête, Copé en second.

Le premier vend des conseils en santé aux pays africains qu’il fréquente dans sa fonction de ministre des affaires étrangères tandis que le second utilise son carnet d’adresse de député maire, président de communauté urbaine et président du groupe UMP à l’assemblée, pour son travail d’avocat dans le cabinet d’affaires Gide Loyrette et Nouel.
Toutefois, le ministre des Affaires Etrangères Bernard Kouchner vient de discrètement tirer un trait sur sa société BK Consultants, créée en janvier 2004. Le 15 juin dernier, en tant qu’associé unique, il a décidé la dissolution anticipée de la petite entreprise dont la liquidation amiable a été confiée à l’un de ses proches, Jean-Claude Lafeuillade.
En janvier dernier, après la publication du livre de Pierre Péan «Le monde selon K.» (éd.Fayard), le «French doctor» et BK Consultants s’étaient retrouvés au cœur de la polémique, accusés de «mélange des genres» pour avoir facturé des missions de conseils en Afrique, notamment auprès de l’Etat gabonais. Déjà, en mai 2007, Bernard Kouchner avait dissout son autre société BK Conseil. Confirmé au quai d’Orsay lors du dernier remaniement, il était devenu impossible, pour le ministre, de cumuler ses fonctions officielles avec la responsabilité d’une société de consultants.

N’oublions pas, bien sûr, le chef, Nicolas Sarkozy, dont les liens avec le cabinet d’avocat « Arnaud Claude – Nicolas Sarkozy », récemment rebaptisé Arnaud Claude et associés) dont il est actionnaire restent quelque peu obscurs. Et qui offre des postes prestigieux et bien rémunérés à son fils Jean dont les compétences restent à démontrer…

La petite Rachida qui se fout de l’Europe comme de sa première bague en diamant et qui n’a jamais craché sur le bling-bling, sur les bijoux et les robes de luxe, ne fait donc rien de bien original : comme les copains elle tente d’en croquer le plus possible… Ben oui, c’est ça la Sarkosie…

Alain Renaldini

Source:RTL et Pierre-Alain pour « Le Post« 

8 réponses à “Rachida Dati à la tête d’une société de conseil”

  1. Belgo5.0 dit :

    mmmh « dom » est un prénom que je connais bien puisque j’ai un « dsk » sur notre blog bavaisien…gare aux provocations umpistes !

    Avant toute chose, précisons qu’un militant de l’UMP (ou de l’UPN, cherchez l’astuce ! chez Jean-René Lecerf et de braves « femmes laïques pro-PS » dans le Bavaisis…) ne peut pas comprendre grand-chose puisque ces gens-là sont pilotés par l’égo, l’égoisme et une « vision » forcément violente du monde.

    La question du provocateur « dom » vise à connaitre le degré de cohésion d’un groupe de bloggers autour de la notion de cohérence, ou de section, ou de discipline. Il me semble donc important de préciser ceci :

    La plupart d’entre nous, « à gauche », veulent un changement de société. (J’ai bien écrit « la plupart »). Certes, mais avec quels moyens ? , notamment politiques ? , quand on observe qu’un grand militant comme Hamon, prenant à partie Frédéric Mitterrand en principe au nom des Droits de l’Homme que nous sommes censés juger tous, « à gauche », comme supérieurs à notre action politique, se fait épingler politiquement par les pervers pépère-la-morale d’une génération désenchantée qui nous a compromis, les imprudents avec le National Mitterrand. Et les vieux loups en rut de réclamer la démission du porte-parole du PS, un Benoit Hamon qui a eu le courage de rappeler, implicitement, nos idéaux, et de réclamer la démission du culturel en rut…..Quand on sait la dimension familiale du business culturel chez les élus PS, on mesure leur sincérité.

    Ce n’est pas un hasard si Bernard-Henri Levy (un communautariste) soutient Mme Royal avec Mr Bergé (un communautariste), qu’il critique Mr Hamon, qu’il oratore au théatre devant les militants de Mme Royal, tout en partageant une part de l’actionnariat de Libération avec le même Mr Bergé.
    Voila qui devrait faire réfléchir : Mr BH Lévy parle politique au théatre…Dejazet. Pourquoi pas Dieudonné ? (cherchez l’astuce)

    Ces gens-là se moquent de nous…on croit rêver…

    Il est donc nécessaire, pour développer une action politique crédible, de s’ancrer sur des valeurs prédéfinies comme supérieures, selon la mécanique bien connue par les Républicains, et seulement eux. Cette supériorité nécessite la discipline dans l’action, au nom de ces principes.
    C’est ainsi que ne devrait pas etre reconnu comme militant socialiste, ou comme élu, toute personne qui viole ces principes, notamment d’intégrité. C’est pourquoi nous combattons Dassault, nous combattons Douillet, et nous rejetons les auto-amnisties politiques, même proposées par Urvoas.

    Le PS s’inscrit dans cette tradition républicaine. C’est pourquoi la discipline est une composante du travail politique socialiste.
    Les sections, localement, sont chargées de veiller à l’application de cette discipline politique, qui comprend deux dimensions au minimum :
    – le respect des principes républicains (lutte contre le cumul des mandats, lutte contre l’indignité, lutte contre l’apologie de la pédophilie..)
    – le respect du principe collectif de la lutte politique (rejet des leaders supremes, respect des majorités, souci de l’Union, principe du désistement républicain, etc).

    Le mot « section » comprend donc une dimension disciplinaire et je diras même militaire.

    En effet, plus prosaiquement, il est vain de croire que nous pourrons jeter à bas la Ve République à coups de poèmes.
    Ce qui vient de se passer à Poitiers le démontre. Les plus expérimentés d’entre nous savent que les élites Nationales (antiRépublicaines) de la Ve République disposent d’une TRES LONGUE expérience dans la répression, qu’elles ont d’ailleurs largement exporté.
    Les syndicats ont récemment démontré le caractère partiel, politique, inefficient, bref National et antiRépublicain de leurs mobilisations.
    Le Parti Socialiste, dont les élites Nationales ont largement soldé le fonds de commerce, a démontré son incapacité ACTUELLE à mobiliser les masses, et donc à provoquer PACIFIQUEMENT les mutations nécessaires d’une société qui fonce dans le mur.

    Il est donc concevable de penser que l’absence de discipline est une composante inconsciente développée par ces élites pour empecher le développement d’une alternative politique crédible.

    Le mot « section » comprend bien une dimension disciplinaire, et il serait vain, voire National, de penser qu’on peut changer une société en voie de pinochétisation à coups de fleurs. Cela demande un projet organisé, qui sera nécessairement réprimé par le pouvoir National.

    C’est pourquoi beaucoup de noms de rues portent les noms de militants socialistes célèbres. Ou alors des noms militants d’un pouvoir répressif, et ce, (puisque je ne considere pas que Leon Blum, qui s’est opposé aux débuts du Front Populaire pour le récupérer ensuite, ait été un militant socialiste) depuis 1914 voire 1936. Mais ceux-là savent organiser la discipline : ils le font à la BAC, à la Police Nationale, dans les compagnies de CRS, dans les cercles Nationaux (maçonnerie conservatrice, assos du patronat, collectivités territoriales, groupes parlementaires UMP, etc ).

    N’allez pas croire que vous allez vaincre une armée expérimentée à coups de volontés romantiques.
    C’est ainsi, par exemple, que vous ne revaloriserez pas les métiers de la mer, volontairement dissous dans le tourisme de masse,
    à coups de livres ou de discours.

    Depuis 1914. Voire 1936. Nous avons eu la Réaction sur le Front Populaire, la Ve République, les délocalisations.
    Nous aurons Pinochet : les visionnaires ont besoin de la violence pour piloter l’exploitation.
    Nous, nous avons besoin de discipline pour les affronter. Et donc de « sections », comme préalable.

    Le nom « section socialiste de l’Ile de Ré » est donc un très beau nom.

    Bonne réflexion,
    Pierre Larcin dit « le Belge » de Lille

  2. Merci La Grignette
    Dom, il faut apprendre à respecter le sens que l’auteur donne aux mots et non l’interprétation que tu en fais et qui n’engage que toi.

    respecte la polysémie.

    Dans le parti socialiste, comme dans beaucoup d’autres lieux, le mot section est employé pour désigner une subdivision dans une organisation d’une certaine importance.
    Ni plus ni moins…

    Amitiés socialistes

  3. la grignette dit :

    Ah les jeunes, modernité du langage et de l’orthographe !
    Section pour moi, cela évoque une équipe de gars qui se tiennent les coudes, qui discutent librement sur tous les sujets, sans retenue mais avec une rigueur linguistique, car les mots ont un sens, au parti socialiste surtout. On n’a pas la langue de bois, ni de pute !
    Embrigadement ? Mise au pas ? Tu te crois enrôlé dans une armée de conscription ou dans un centre de redressement pour jeunes dévoyés ?
    Viens nous voir, tu passeras un bon moment et tu apprendras des choses !

  4. dom dit :

    Ce ci dit « section  » socialiste; la modernité d’un parti passe avant tout par la modernité du langage: pour un jeune, section veut dire embrigadement, lavage de cerveau, mise au pat..que du négatif

  5. Belgo5.0 dit :

    Je te remercie Alain de tes réactions politiques. Le travail entrepris sur ton blog montre à tout lecteur ce que c’est véritablement que le régime sarkozyste. C’est TRES DUR de combattre politiquement ces gens-là, et notamment avec nos principes qui sont collectifs. C’est ce que nous faisons dans le Bavaisis, à Roubaix ou ailleurs, et bien sur chez vous en Charente. J’espere que cette discipline de la réussite s’étendra rapidement sur le territoire.

    Je te remercie de montrer sur ton blog, par l’exemple, que notre travail ne pourra réussir que collectivement.
    Ton blog peut aider à ça. En tout cas, il m’aide déjà car c’est un endroit où mon esprit respire. Merci, ne fût-ce que pour ça.

    AS
    « le Belge »

  6. Belgo5.0 dit :

    excellent l’ami.

    La conclusion est tellement naturelle : c’est exactement ce que nous vivons ici, à Bavay, avec des gens qui en profitent pour s’alimenter.
    Incroyable cette République, neh ?

    le Belge

  7. Merci Cpolitic…
    Pour ce qui est du travail, c’est un mot difficile à accordée avec Rachida. Malgré la belle histoire de sa vie qu’on nous a servi lors de son avènement et qui depuis a été mise à mal…

  8. cpolitic dit :

    Excellent billet 😉
    Le plus drôle, ce sont les noms choisis pour maquiller l’appartenance des entreprises. Quelle imagination!
    Si seulement ils avaient la même énergie dans le travail pour lequel ils sont grassement payés.

Laisser un commentaire

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons