Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

17 octobre 2009

De plus en plus évident…

Filed under: 13 - PS,15 - Fédération 17 — iledere @ 6:30

Dominique Bussereau n’a toujours pas dit qu’il y allait. Mais tout indique que ça ne devrait plus tarder

On semble s’acheminer vers un duel entre Dominique Bussereau et Ségolène Royal, pour les régionales de mars prochain.
On est vraiment entré dans le vif du sujet pour les régionales de mars prochain.

Côté UMP, tout d’abord, où l’on sait que le président de la République en personne suit le dossier des investitures avec un regard tout particulier sur Poitou-Charentes. Allez savoir pourquoi mais, depuis son accession à l’Élysée, Nicolas Sarkozy s’intéresse énormément aux faits et gestes de Ségolène Royal. Les psys vous diraient qu’il fait une « fixette ».

Donc, il regarde ce qui se passe dans notre belle région, il reçoit, il consulte. Ainsi, Dominique Bussereau a-t-il été invité à passer par son bureau cette semaine. Qu’un jour ou deux plus tard, Xavier Bertrand, le secrétaire général de l’UMP, vienne dire, sur une grande radio, que « Bussereau ferait un bon candidat face à Ségolène Royal » ne tient pas du hasard.

Il devient désormais évident que le secrétaire d’État aux Transports va devoir se coltiner une campagne électorale contre la présidente de Région sortante, même s’il a tout fait pour l’éviter.

Pour l’heure, il convient d’utiliser un prudent conditionnel puisque le « chef de file » élu par les militants, Henri de Richemont, est injoignable et puisque Dominique Bussereau, hier en déplacement en province, explique qu’il n’y a « pas vraiment de neuf », « peut-être un de ces jours, mais pas pour l’instant », et qu’il ne manquera pas d’appeler « dès qu’il y aura quelque chose de solide ».

Pour qui connaît bien son Bussereau, le pieux mensonge prend parfois des allures de vertu cardinale. D’autant plus qu’à Paris, certaines sources ne prennent pas autant de gants pour affirmer que l’ordre a été donné à celui qui se qualifiait dans ces colonnes, voilà peu, de « bon soldat ».

Le général Sarko n’ayant pas voulu parachuter son fils Jean contre la dame du Poitou, c’est au vieux grognard Bubusse qu’il aurait fait appel. Pas sûr que si cette décision devient effective dans les jours à venir, ce soit, politiquement, le meilleur choix qui ait été arrêté. Les réalités des Hauts-de-Seine sont une chose, celles de Poitou-Charentes en sont une autre.

Le PS comme s’il était seul
En tout cas, le rendez-vous est pris pour le lancement de la campagne UMP sous la houlette d’Henri de Richemont, dimanche matin, à Poitiers, en présence de MM. Raffarin et Bussereau.

Côté PS, même si elle a décidé de partir le plus tard possible, Ségolène Royal organise beaucoup de réunions. L’une des dernières en date regroupait les « grands » élus, parlementaires, maires des villes d’importance, dans le fin fond de la campagne deux-sévrienne. La nouvelle d’importance, c’est la désignation du chef de campagne, à savoir le Rochelais Denis Leroy, un habitué puisqu’il a rempli ce rôle pour les régionales de 2004 et la présidentielle de 2007.

Le choix fait tousser chez certains socialistes qui reprochent son côté « présentateur de la  » Star Ac  » » à M. Leroy. « Mais n’est-ce pas ce qui nous attend dans cette campagne ? » ajoute, perfide, un élu ; « ces régionales, ce sera Ségolène Royal contre le reste du monde ! ».

Le PS fait comme s’il devait partir seul, ce qui, pourtant, ne va pas lui éviter les problèmes liés à la constitution des listes. C’est déjà le cas en Charente-Maritime…

Il semble évident que samedi, lors de leur assemblée de Niort, les Verts voteront pour l’autonomie au premier tour.

Du côté du PC, après de multiples consultations, les militants trancheront dans la seconde quinzaine de novembre. Pas sûr qu’à cette date, leurs éventuels partenaires soient encore sur le quai à les attendre…

Patrick Guilloton pour Sud Ouest.com

6 réponses à “De plus en plus évident…”

  1. Anasapup dit :

    clomid mechanism of action when should i take my clomid Motinvizh

  2. la grignette dit :

    Les Verts veulent aller seuls au casse-pipe, soit. Ils se sentent forts d’un résultat du scrutin des européennes, et oublient soigneusement le nombres des absents à ce vote, leur résultat est statistiquement tronqué. Leur sentiment de victoire leur a provoqué une euphorie qui efface le propre du fond du raisonnement charentais : faut voir à voir !
    De plus, ils auront face à eux l’excellent résultat écologique de la règion que nous allons faire connaître de multiples façons aux électeurs.
    Bien sûr, il y a toujours des relents d’antagonisme au sein des candidats de Charente Maritime, bien sûr les militants ne sont pas tenus au courant, bien sûr ils seront comme d’habitude la cinquième roue de la charette, mais ils le savent et n’en pensent pas moins !
    Reste l’adversaire, solide tintinophile sous Giscard, croqueur de pomme sous Chirac, et bouffeur de quoi sous Sarko ? Lui son plus grand défaut sera Raffarin et les braiements de son Vicomte, là ausi : faut voir à voir !
    De toutes façons en Charente Maritime, la campagne sera une campagne de terrain, de proximité, de présence, d’explications, et pas avec des réunions décentralisées à La Rochelle ou à Saintes, il faudra être présents dans chaque commune et pas seulement la semaine précèdant le scrutin ! Ne pas se contenter d’un panneautage une semaine avant et une distribution de bulletins sur les marchés les plus importants…..
    Messieurs et Dames à vos recrutements …..

  3. Belgo5.0 dit :

    les Verts jouent sociologiquement leur rôle de casseurs du mouvement socialiste.

    Tout militant PS ancien sait qu’ils sont issus d’une convergence entre les trotskystes (casseurs de PS) et les sociaux chrétiens.
    Les trots’ ont disparu (et CohnBendit a bien changé, l’excellent exemple….), devinez le reste….

    « le Belge »

  4. Sud Ouest dit :

    Les Verts partiront seuls aux régionales

    250 inscrits, 170 votants, 158 pour une liste autonome, et seulement 12 pour une alliance avec le Parti socialiste comme ce fut le cas en 2004… Le résultat de la consultations des militants, ce samedi, à Niort, est sans appel.

    Grisés par les bons résultats d’Europe-Ecologie aux européennes, les Verts de Poitou-Charente partiront donc seuls au premier tour des élections régionales de mars prochain.

    « Cette stratégie est de loin la plus crédible. L’autonomie, c’est l’occasion de montrer que notre approche politique est différente », témoigne Françoise Coutant, maire-adjoint à Angoulême.

    Vendredi, à Poitiers, Ségolène Royal (PS) avouait avoir jusqu’au bout « plaidé pour l’union ».

    « Avoir à faire face à un représentant de Nicolas Sarkozy en la personne de Dominique Bussereau justifie d’autant plus l’union des forces progressistes dès le premier tour », ajoutait-elle, estimant que ce qui avait été réalisé au cours de cette mandature « allait au-delà du programme des Verts ».

    Mme Royal avait proposé aux Verts 11 places en position éligible sur sa liste (contre 7 siège, aujourd’hui, dans l’exécutif régional). Au sein de ces 11 places, elle promettait une première vice-présidence.

    « Qui nous dit que cela ne sera pas encore mieux ? » s’interroge Mme Coutant, qui croit dur comme fer à un excellent score de la liste Europe-Ecologie au premier tour, à de bonnes négociations entre les deux tours, et à une victoire des « forces de progrès » au deuxième tour.

    Parmi les écologistes qui pourraient mener la campagne, les noms de Françoise Coutant mais aussi de Serge Morin (conseiller régional sortant) sont souvent cités. Les Verts choisiront leur tête de liste à la mi-novembre.

  5. Ben oui, Sarko transpire pour trouver un concurrent « la dame du Poitou ».

    Ce qui est amusant c’est, tout d’abord, que Bussereau ne souhaite pas y aller ! En général, lorsque l’on se présente, c’est sur la base d’une volonté, d’une motivation, d’un projet et d’une vision.
    Rien de tout celà chez Bubusse, : il y va sur ordre du chef, en trainant les pieds. J’espère que ses électeurs traineront autant les pieds que lui.

    Deuxième chose rigolote (lorsqu’on est pas militant UMP) : c’est De Richemont qui a été désigné par les militant et qui est désavoué par le Chef !
    Dur pour lui ! D’autant que souvenez vous : lorsque Raffarin a été appelé à Matignon par Chirac, il a laissé son poste de président de Région. De Richemont aurait du devenir le président puisqu’il était le N°2. Et on lui a préféré Elisabeth Morin. Un désaveux qu’il avait déjà été prié d’accepter et d’avaler…

    J’espère que De Richement a l’estomac solide. Ou qu’il est masochiste…

  6. La main gauche dit :

    Surprenant non ? à quel point Kim Jong Sarko sue sang et eau pour rechercher le plus qualifié à mettre en face de Ségolène, il ne s’est pourtant pas posé tant de difficultés dans les Hauts de Seine, là où l’électorat est pleinement acquis à l’UMP, un simple bac +1,5 en 4 ans dont la seule « qualité » est d’être le rejeton de sa majesté fait l’affaire, à croire que l’électorat des Hauts de Seine est bien conditionné pour encaisser l’insulte de lui servir de la merde en boîte.., à moins que nous soyons là devant deux risques démocratiques différents, l’un certain, l’autre plus aléatoire, avec d’un côté une véritable élection, et de l’autre, ce qu’on pourrait définir comme une simple nomination élective… ah, ah, ah, bof (on essaye d’en rire mais c’est pathétique !!)… Sarko et courage, voilà bien 2 mots dont les chemins ont bien peu de chance de se croiser un jour…

Laisser un commentaire

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons