Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

19 octobre 2009

L’actualité de la crise: Qui va payer (suite)?

Filed under: 09 - Evènement — iledere @ 12:00

Le FMI et la Commission européenne viennent de dire tout haut ce que les gouvernements pensent tout bas. Le premier a adressé hier mercredi une véritable mise en garde aux pays avancés afin qu’ils agissent pour réduire leur dette. « Cela implique des réformes pour maintenir les dépenses de santé et de retraite à un niveau constant par rapport au PIB », dans le cadre d’un gel des dépenses publiques par tête. C’est ainsi que Carlo Conttareli, directeur du départements des affaires budgétaires, voit les choses, ouvrant accessoirement deux autres pistes pour être dans l’air du temps : la lutte contre l’évasion fiscale et une taxe contre les émissions de carbone.

Parlons chiffres : en 2014, les pays avancés devraient voir leur dette publique atteindre en moyenne 120% de leur PIB. Donc, « afin de ramener la dette publique à environ 60% du PIB dans les 20 ans à venir » ils devront passer de déficits budgétaires représentant en moyenne 3,5% du PIB, à des excédents de l’ordre de 4,5%. Il se profile comme principale justification aux efforts et sacrifices qui devraient être demandés le « choc démographique » que représente le vieillissement de la population européenne. Une raison réelle, mais qui n’a rien à voir avec la gigantesque augmentation des déficits publics occasionnée par le sauvetage en cours du système financier.

S’inquiétant également de « la viabilité à long terme des finances publiques », la commission ne s’est pour sa part pas contentée de moyennes. Elle est entrée dans le détail pays par pays, distinguant les meilleurs élèves (la Bulgarie, le Danemark, l’Estonie, la Finlande et la Suède), les moyens (la Belgique, l’Allemagne, la France, l’Italie, la Hongrie, le Luxembourg, l’Autriche, la Pologne et le Portugal), et les mauvais (République tchèque, Chypre, Lituanie, Malte, Pays-Bas, Roumanie, Slovénie, Slovaquie, Irlande, Grèce, Espagne, Lettonie et Royaume-Uni).

Critère principal d’analyse : le vieillissement de la population. Remèdes préconisés : mener « à la fois des programmes de consolidation budgétaire ambitieux, qui réduisent la dette et les déficits dans les années à venir, et des réformes profondes de la protection sociale ».

Si l’on en croit Angela Merkel, la chancelière allemande qui est engagée dans de difficiles négociations avec la CSU, son allié bavarois, ainsi qu’avec le FDP qui veut obtenir un infléchissement libéral prononcé de l’action gouvernementale, « la remise en question de la législation sur les licenciements n’est pas très judicieuse en période de crise ». Elle a promis aux syndicats de ne « rien changer à la cogestion ». Trois grands dossiers de réforme sont en discussion entre les formations de la future coalition : droit du travail, baisses d’impôts et système de santé. L’évolution de ces négociations allemandes risque d’avoir valeur d’exemple et de signal en Europe, alors que les gouvernements sont à la recherche de solutions politiquement et socialement jouables.

Dans un autre domaine, incontestablement lié, les commentateurs continuent d’être un peu embarrassés pour expliquer la hâte avec laquelle les banques françaises vont rembourser l’Etat. Début novembre, cinq banques devraient avoir restitué 16,8 milliards d’euros sur les 19,8 apportés par l’Etat, après l’annonce faite hier par le Crédit Agricole qu’il allait suivre l’exemple de ses consoeurs. L’idée que les fonds que les banques vont lever pour opérer ce remboursement seraient moins onéreux que ceux de l’Etat ne se confirmant pas dans les faits. Ce serait même plutôt le contraire, en tout cas dans le cas du Crédit Agricole. Un deuxième niveau d’explication, selon lequel les banques seraient désormais tirées d’affaire, ne résiste pas d’avantage à l’examen. Il faut en effet s’attendre à ce que de nouvelles importantes provisions liées aux portefeuilles de crédit soient passées, alors que le ménage des titres financiers complexes (comme préfèrent dire désormais les banques) se poursuit dans la plus grande discrétion. Reste, pour expliquer ces restitutions, a évoquer un besoin de se débarrasser de l’aide de l’Etat, une volonté d’indépendance, alors que celle-ci était pourtant totale. Rien de bien convaincant, ce qui nous renvoie à une autre explication : celle des livres de compte que les banques voudraient fermer une fois pour toute, afin de ne pas être mises à contribution par l’Etat, au titre de leur participation aux faux frais qu’elles ont suscités.

Sans qu’un chiffrage de cette mesure ait été communiqué, il est à noter que la commission des finances de l’Assemblée nationale a hier adopté un amendement de son président, Didier Migaud, prévoyant une taxe additionnelle de 10% pour l’impôt sur les sociétés des banques. Il appartiendra à l’Assemblée d’en discuter, dans le cadre de l’adoption de la loi de finances 2010. Avec cette taxe, on est certes plus dans le symbole que dans la vérité des chiffres, mais son adoption pourrait créer un précédent. Raison pour laquelle le lobby bancaire va se déchaîner en coulisses (et peut-être même sur le devant de la scène).

Par François Leclerc pour le blog de Paul Jaurion

Pour les copines et lescopains qui se demandent pourquoi j’aime tant le Kitesurf : la réponse est là
[youtube=http://www.youtube.com/v/i7IqnwyIN9s&hl=fr&fs=1&]

12 réponses à “L’actualité de la crise: Qui va payer (suite)?”

  1. Tout à fait d’accord avec le post d’Alain. La TVA représente la majeur partie des revenus de l’Etat et concerne toutes les couches sociales, sans distinction.

  2. Belgo5.0 dit :

    la philosophie économique de Strauss Kahn c’est précisément une méthode cyclique qui fait « tourner » la France grace à l’activité…de tous…et surtout des salariés.

    Ce ne sont pas les riches qui font la France mais les Français qui font les riches. C’est d’ailleurs toute l’idée qui sous-tend l’idée de « Nation », càd d’une élite qui vit au dépend d’un peuple, ce mécanisme trouvant ses racines fort anciennes dans les systemes juridiques d’OCCUPATION qui prévalent sur ce territoire depuis au moins le 8e siecle : noblesse avant 1790, occupant Francs, jacobinisme vécu dans les campagnes, razzias par les bandes mercenaires et la noblesse au 14e, droit romain primant sur les traditions celtes, etc.

    Ce pays a TOUJOURS vécu dans un tel systeme, et soi dit en passant les nazis n’ont fait que pousser le modèle (pour rappel : tribut français à payer au Kaiser après 1870, mécanismes de réparations après 1914-18, bases charbon-occupation de la Rhur précédant de la CECA-CEE, etc)

    Le fait que « les riches » comme Taittinger ou Tapie, voire la nébuleuse Auchan, voire les fonds de pension américains (affaire Molex, affaires Alcatel) tirent des revenus de la France tout en bénéficiant du parapluie américain ou du parapluie fiscal belge, ne sont qu’une exagération du modele National ou une élite tire ses revenus de tout un pays.

    Tant que vous ne comprendrez pas que la Ve République n’est qu’un village Potemkine pour le régime National (antirépublicain) de l’élite gaulliste, he bien yaura pas moyen de combattre les dérives politiques ou juridiques.

    La France prétend donner des leçons au Monde, mais la vérité est que notre alliance avec les pires régimes élitistes (télégramme de Giscard à Brejnev, visite de Chirac dans les usines avec Saddam Husssein, alliance entre de Gaulle et les staliniens, solidarité entre les militaires français, la CIA et les régimes sudaméricains), avec les affaires (Total, frégates, avions renifleurs, françafrique, diamants de Bokassa, compte japonais de Chirac), tout cela montre que notre pays est une vraie « république » bananières. Soyons lucides : on a les élites qu’on mérite (c’est ce que vient de dire Eva Joly)

    Donc, prétendre que les pauvres vivent de subventions, c’est ne pas comprendre que les pansements ne sont qu’un voile que l’élite remet ad vitam sur nos yeux. Les pansements, ce sont les SALARIES qui les paient, notamment via les cotisations (manque de salaire).
    C’EST NOUS qui finançons la France…et ça Jaurès l’avait bien compris…c’est d’ailleurs pour ça qu’ « ils » l’ont tué…
    (personne ne me fera avaler que la remise en liberté de son assassin est un effet du hasard…)

    « le Belge »

  3. la grignette dit :

    Et on s’étonne des scores de l’UMP dans certains endroits ?

  4. @ mutuelle
    Je réitère mon propos, votre vision de l’économie mérite d’être appronfondie… Croire que les smicards ne participent pas à la richesse du pays est un non sens inquiétant. Ne serait-ce que par la TVA qui représente 50 % des recette fiscale de l’état et qui frappe sans distinction de revenus tous les français. Or cette TVA est payée sur la consommation et non sur la thésaurisation.
    D’autre exemples abondent. Prenez le temps d’approfondir vos connaissances sur le sujet plutôt que de tomber dans une argumentation populiste et hélas répandue consistant à dire que les riches nourrissent le pays et les pauvres et qu’il convient donc de les protéger.

  5. mutuelle dit :

    ne voyez pas dans mon precedent commentaire une provocation , j ai voté sego ( mais j aurais prefere strauskhan ) , je suis socialiste ( je n est pas ma carte ) mais je trouve cela incroyable que l on me soutienne que c est le smicar qui finance la france , c est inconsevable , c est pas avec sa paye , qu on p[eut payer tout cela , surtout que dans le temoignage du belge on ne compte pas les aides ,
    allocation familliale , apl
    primes diverse , cmu , credit sante , aide au logement , cantine solaire
    alors que le riche meme avec sa niche fiscal , va payer bonbon , et la tva il en lache enormement surtout si il est chef d entreprise , ou profession liberal , bref je suis de gauche mais assez anti besancenot , les riches ont doit les garder en france , car c est eux qui la finance , si vous soutenez le contraire c est absolument faux , mais ne voyez silvousplait pas en mon commentaire une quelquonque provocation , et je tient a feliciter l administrateur du blog pour ne pas avoir censure mon commentaire

  6. David C. dit :

    La Dette de la France n’existe pas !
    « La réalité est que la dette publique française est d’abord due aux intérêts payés aux établissements financiers auxquels nous avons emprunté. Pourquoi ? Parce que la loi Pompidou-Giscard du 3 janvier 1973, puis l’article 104 du traité de Maastricht, ont ôté le droit de création monétaire à la Banque de France et livré la monnaie aux banques et sociétés d’assurance. La dette fin 1979 était de 239 milliards d’euros, fin 2008 elle s’établit à 1327 milliards d’euros, soit une hausse de 1088 milliards en 30 ans, pendant lesquels nous avons payé 1306 milliards d’intérêts ! » Cheminade oct 2009
    Les citoyens doivent dire NON à l’austérité sociale que la pensée dominante veux nous imposer!
    Afin de faire face à la colère qui vient! Afin de faire face à la logique destructrice du système ! Afin de faire face au mépris de la classe dirigeante, en montant sur la scène de l’histoire! Afin de rompre avec la règle du jeu!
    Je vous invite à lire et à partager le dernier tract de Solidarité et progrès :
    http://www.solidariteetprogres.org/article5871.html
    Il est temps que toutes les révoltes particulières donnent naissance à un projet commun révolutionnaire!
    David C.
    david.cabas.over-blog.fr

  7. Belgo5.0 dit :

    (sans rapport)

    chère « Ile de Ré », tu trouveras sur le « fil » de nouvelles Reuters la dernière idée des Jeunes Socialistes.
    Ils écrivent à Sarkozy pour leur demander de les adopter.

    j’en ferais bien autant, tiens…

  8. la grignette dit :

    Il n’y a pas que l’économie qui s’apprend, et mutuelle nous sommes quand même plus habitués à une tournure de phrase et une orthographe plus élaborée…

  9. @ mutuelle
    Non, vous n’êtes pas censurée sur ce blog. Sans doute en avez vous l’habitude sur les blogs de droite que vous fréquentez habituellement…
    Pour autant je ne partage pas votre « analyse » qui me semble bien loin des fondements de l’économie réelle. Ce ne sont absolument pas les riches qui financent la France et je vous renvoie à quelques travaux en économie pour vous convaincre du contraire.
    L’économie est une science que vous gagneriez à étudier.

  10. Belgo5.0 dit :

    chaque smicard paie bien plus que 400e de taxes par an.

    Chaque ménage paie la taxe d’habitation (400e) disons 200 euros….
    Ensuite chaque smicard paie 20% de TVA sur chaque produit acheté, et 5.5 % de taxes sur l’alimentaire.
    Comme les smicards ne font pas d’économie, ça représente 12*1500*5.5% de taxes indirectes soit 990 euros.
    Et je passe sur la TIPP, disons 300 euros par an….

    Chaque travailleur modeste paie un minimum de 1700 euros…
    Soit au minimum 10% de son revenu. Chaque CSP paie moins que ça : exonérations et niches fiscales multiples,
    et je passe sur l’effet proportionnel au revenu des taxes indirectes…

    La France une Nation « égalitaire », via l’impot et les services publics, pour les pauvres ?
    Vous rêvez…Les riches vont à l’école privée !

    « le Belge »

  11. mutuelle dit :

    faut arreter impeu , c est les riches qui finance la france , je suis sure que vous allez me censurer ce message , mais faut etre realiste , c est pas les 400 euros d impots par ans que va payer un salarie moyen ( 1352 euros mensuel ) donc c est les riches qui finance la france , alors merci les riches et partez pas en belgique ou a monaco on a besoin de votre argent et on vous maudirat toute l annee .

  12. Belgo5.0 dit :

    QUI VA PAYER ?
    si on en croit la logique de la pratique Nationale dans le PS, ou encore la logique « social-démocrate » (et c’est ici qu’on s’explique pourquoi DSK fricote avec Sarkozy) eh bien C’EST NOUS qui allons payer.

    Comme pour les banques sauvées du naufrage.
    Comme pour LCL
    Comme pour le Tunnel
    Comme pour le bouclier fiscal
    Comme pour Le Grand Emprunt
    Comme pour les élus
    Comme pour la pollution, la sécurité sociale-filet pour naufragés du capitalisme, etc.

    Depuis 1870, c’est nous, les salariés, qui avons payé. Vous avez une autre logique à faire prévaloir ? Tant mieux : organisez vous.

    le Belge

Laisser un commentaire

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons