Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

19 décembre 2009

Conférence de Copenhague: les principaux points en suspens

Filed under: 09 - Evènement — iledere @ 6:43

Les plus gros pollueurs de la planète n’ont pas réussi à se mettre d’accord. Après deux ans de préparation et deux semaines de négociation, c’est l’échec : la montagne a accouché d’une souris. Un accord en forme de lettre d’intention sans mesure contraignante. Une déclaration politique de bonnes intentions qui n’est même pas paraphée par tous ! Le pire scénario imaginable…
Pourtant, alors que tous parlent se sauver la planète, on oublie un peu vite qu’il s’agit de sauver l’humanité ! La planète se remettra toujours des outrages subis. L’humain non !!! Mais qu’est ce l’humanité face au profit ?

Voici les principaux points de désaccord à la conférence onusienne de Copenhague sur le réchauffement climatique, qui doit s’achever ce vendredi:

EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE
Le sommet de Copenhague est censé trouver un accord prenant la suite du Protocole de Kyoto sur la lutte contre le réchauffement climatique, qui expire en 2012. Les 192 pays participants espéraient vendredi parvenir à un accord politique, à défaut d’un texte juridiquement contraignant. La conférence de Copenhague ne constituerait ainsi qu’une étape, et la conclusion d’un accord légalement contraignant interviendrait lors d’une nouvelle rencontre, en 2010.

L’objectif principal, reconnu par la plupart des pays, est une limitation du réchauffement mondial de deux degrés Celsius, seuil au-delà du quel les conséquences pour la planète pourraient être irréversibles selon les climatologues. Certains d’entre eux estiment que les promesses actuelles des pays industrialisés concernant la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) sont largement insuffisantes: elles représentent une baisse globale de 8% à 12% par rapport à 1990, année de référence du protocole de Tokyo, alors que le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) recommande une diminution de 25% à 40% d’ici 2020.

Les Etats-Unis, qui n’ont pas ratifié le Protocole de Kyoto, n’ont proposé qu’une baisse représentant une diminution de 3 à 4% par rapport à 1990, tandis que l’UE a promis de réduire ses émissions d’au moins 20% d’ici 2020. La Chine, un des principaux pays pollueurs de la planète, se dit prête à fournir des explications et des éclaircissements sur les mesures qu’elle entend prendre pour maîtriser ses émissions.

AIDE AUX PAYS EN VOIE DE DEVELOPPEMENT
La secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton a annoncé jeudi à Copenhague que les Etats-Unis étaient disposés à contribuer, aux côtés d’autres pays développés, à un fonds de 100 milliards de dollars (69,5 milliards d’euros) par an destiné à aider pendant trois ans (2010-2012) les pays en développement à faire face au réchauffement climatique. Elle a conditionné l’offre américaine à la conclusion d’un accord sur la « transparence », allusion à la demande américaine d’un mécanisme international pour vérifier la manière dont la Chine contrôle ses émissions.

Le montant des 100 milliards, avancé pour la première fois par le Premier ministre britannique Gordon Brown, est toutefois jugé sous-évalué par les experts. La Banque mondiale estime notamment que la facture climatique pour les pays pauvres pourrait s’élever à plusieurs centaines de milliards de dollars par an à partir de 2020. La Chine et d’autres pays en développement avancent le chiffre de 350 milliards de dollars (243,2 milliards d’euros).

CADRE LEGAL
Pour l’Europe, le Japon et d’autres pays développés, une réduction supplémentaire des émissions de GES prendra la forme d’une extension des dispositions négociées dans le cadre du protocole de Kyoto. Les Etats-Unis, qui n’ont pas ratifié ce texte, pourraient être inclus dans des accords séparés prenant également en compte les principales économies émergentes. Des pays comme la Chine et l’Inde ne veulent pas d’un texte les contraignant à respecter leurs engagements.

FORETS
La question d’un programme de réduction des émissions pour empêcher la déforestation (REDD) a été évoquée, sans avancées concrètes. Des désaccords persistent sur la question du financement et les pays présents à Copenhague n’ont pas dégagé de budget ni d’objectifs précis pour aider les pays les moins riches à préserver leur forêts.

Source : the Canadian Press

Cowboys fringuants : 8 secondes
[youtube=http://www.youtube.com/v/yUBWVPyiDQo&hl=fr_FR&fs=1&]

2 réponses à “Conférence de Copenhague: les principaux points en suspens”

  1. Serge dit :

    Ses déclarations qui pouvaient en « apparence » satisfaire les écolos, se sont avérées « un bide  » auprès des nations qui pèsent lourds.
    Ce qui démontre qu’il est le seul à se croire « le maître du monde ».
    Il n’aura aucun complexe à s’arroger les quellesqu’avancées de cette conférence.
    Je suis convaincu qu’il se fout comme de « sa première liquette » de la protection de l’environnement de la planète .
    Il faudra qu’il s’habitue que ces gesticulations oratoires finssent par nous lasser et on n’en n’a plus rien « à cirer » !

  2. la grignette dit :

    Depuis deux ans notre président élu a dépensé et s’est dépensé (avec notre argent bien sûr) pour dire : je serai le roi de Copenhague !
    En fait, combien de CO2 a-t-il fait émettre par ses déambulations incantatoires ?
    Faut-il lui suggérer que s’il n’est pas réélu, il se retrouvera lui-aussi sans immunité ?
    Quels pays sans accords d’extradition restent-ils encore ? Cà c’est comme les paradis fiscaux…

Laisser un commentaire

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons