Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

22 mars 2010

La vague rose annoncée est au rendez-vous

Filed under: 09 - Evènement,20 - UMP — iledere @ 6:58

Encore une fois, comme en 2004, l’Alsace se sera singularisée en restant à droite, donnant ainsi une petite touche bleue sur cette carte de France tout en rose qu’appelait de ses voeux Martine Aubry. Il n’y aura pas de grand chelem, puisque le centriste Philippe Richert conserve pour l’UMP le conseil régional de Strasbourg. Mais le PS conquiert la Corse (même si le précédent de 2004 doit inciter à la prudence, car tout se joue le jour même de l’élection du président de région). Le parti présidentiel se console avec la conquête de la Réunion – où la gauche était divisée – et peut-être celle de la Guyane.

Il n’en demeure pas moins que ce second tour confirme, quand il n’amplifie pas, les tendances du premier tour : large victoire de la gauche, descente aux enfers de l’UMP, remontée du Front national. Et cela en dépit d’un taux de participation légèrement plus élevé que le 14 mars : 51 % au lieu de 47. C’est néanmoins beaucoup plus bas qu’il y a six ans (66 % au second tour). Et cela n’a pas spécialement profité à la majorité présidentielle. Au plan national, la gauche retrouve grosso modo son résultat de 2004 : 49 % des voix (au lieu de 50). En revanche, l’UMP recule de trois points et demi (33,5 au lieu de 37 %). Et ce revers s’effectue au profit du Front national qui améliore son score de quatre points et demi (à 17,5 %), alors qu’il n’était présent lors de ce second tour que dans douze régions, contre 17 en 2004. Les hiérarques du parti présidentiel ne pourront plus arguer d’un recul du FN, comme ils l’avaient fait après le premier tour. Les scores de Jean-Marie Le Pen (24 %) en Paca et de sa fille Marine (23 %) dans le Nord-Pas-de-Calais sont à cet égard symptomatiques : tous deux améliorent de 4 points leurs résultats respectifs du premier tour.

Douze présidents socialistes sont réélus avec des scores dépassant les 50 %, même en cas de triangulaires. Ils n’étaient que dix il y a six ans. C’est notamment le cas d’Alain Rousset en Aquitaine, mais aussi de Ségolène Royal en Poitou-Charentes, qui passe de 55 à 60 % des voix et peut donc faire valoir qu’il faudra de nouveau compter avec elle dans la course à la présidentielle. De même Georges Frèche, s’il ne retrouve pas le total des voix de gauche du premier tour (60 %), s’offre une réélection confortable, avec 54 % des voix.

Côté ministres en revanche, c’est la Berezina attendue. Non seulement aucun des huit ministres candidats à une présidence de région ne parvient à ses fins, mais plusieurs d’entre eux se retrouvent sous la barre des 40 % : c’est le cas d’Hervé Novelli et d’Alain Joyandet, un temps considérés comme favoris dans leurs régions respectives du Centre et de Franche-Comté, mais aussi de Dominique Bussereau et de Xavier Darcos, ou de Bruno Le Maire en Haute-Normandie. Seule Valérie Pécresse parvient à sauver l’honneur en Ile-de-France, en obtenant 43 % des voix face au socialiste Jean-Paul Huchon (57 %). Et maintenant, que va-t-il se passer ? La semaine s’annonce riche en événements, d’ici à l’élection formelle des présidents de région vendredi prochain. Ceux-ci devraient d’ailleurs se réunir dès demain soir pour signifier – notamment à leur parti – qu’il faudra compter avec eux. Martine Aubry, de fait installée dans le club très restreint des présidentiables, ne leur doit-elle pas une large partie du succès du PS et de sa remise en selle au plan national ?

Mais c’est surtout du côté de la majorité que les yeux se tourneront. Dès aujourd’hui, François Fillon pourrait remettre la démission de son gouvernement ; il sera aussitôt reconduit, moyennant quelques « aménagements » qui pourraient s’avérer plus importants que prévu. Ainsi parle-t-on du départ de Bernard Kouchner que pourrait remplacer Jean-Louis Borloo, mais aussi de celui de Roselyne Bachelot ou de Patrick Devedjian, et de la promotion des franciliennes Valérie Pécresse ou Nathalie Kosciusko-Morizet. Il s’agit en tout cas de désamorcer la tension qui ne manquera pas de régner lors de la réunion du groupe UMP demain. « Les députés vont d’abord regarder le score de la majorité présidentielle dans leur circonscription, analyse un hiérarque du parti. Et cela risque d’en inquiéter beaucoup »…

Brune Dive pour Sud Ouest

10 réponses à “La vague rose annoncée est au rendez-vous”

  1. La main gauche dit :

    Oui, un peu de printemps, l’UMP s’est pris une gauffre..point…factuel… grâce à qui ? , perso je n’en sais rien.. un fait qu’ Aubry est à la tête du PS.. c’est factuel aussi.. la baffe aurait été pour elle … c’est factuel aussi.. mais c’est tout ce qu’il y a dire sur le sujet.. Ségo a gagné haut la main dans sa région.. point.. c’est factuel aussi.. le concours du plus gros %, les filles, ça me rappelle celui qui p. le plus loin, les garçons connaissent bien… et je suis pas sûr qu’en PACA ou ailleurs on en était bien tous sur la même ligne de départ..

    après y a une bulle économique (celle du lambda) qui se réduit au bénéfice du grand casino financier, de même une bulle démocratique poreuse au bénéfice d’un no mans land, à pas lent mais sûr, entre abstention et votes extrêmes,.. et la gauche (PS, EE etc..) versera t-elle dans sécurité, immigration et panneaux solaires pour toute rustine ?.. ou va t-elle se mettre à l’écologie primaire (genre simple hygiène de vie..) logement salubre, salaires décents, plein emploi, quartiers et banlieues juste un peu plus anti-vomitif sur un simple plan esthétique et pratique …

    le printemps reste fragile mais bon profitons du rayon de soleil.

  2. la grignette dit :

    Ben, bon, çà y est la gauche a gagné. Beaucoup de gens « de gauche » sans être affidés au PS ont aidé à cette gagne. Pour l’instant, avant de continuer à couper les cheveux en quatre et à refaire la campagne et a critiquer le système élitiste du PS, lassez donc les nouveaux conseils régionaux s’installer … une dizaine de jours quoi, une bouffée d’air, un peu de printemps, d’air pur et de petits oiseaux, après vous pourrez vous replonger dans vos contradictions et vos « critiques constructives »…..
    Si vous n’êtes pas d’accord avec le système PS, rassemblez vous et dites le « ensemble » çà aura plus de poids, vous n’avez pas besoin d’un appareil déjà constitué pour çà, nommez le « nous, les incompris » pourquoi pas.

    Babelouest, t’inquiètes pas, quoi que tu dises, moi je te comprend !

  3. Serge dit :

    La victoire de Ségolène Royal est incontestable, il faut bien l’admettre.
    Toutefois, sa position pose certaines interrogations au regard de son appartenance au Parti Socialiste.
    En effet, dans le cadre de la campagne des présentes élections, elle a occulté totalement le PS,
    dans le cadre de ses meetings on a pu noter « aucune trace matérielle » (tracts, fanions ou banderole) du PS.
    On peut respecter et admettre son choix, mais, préalablement, à sa désignation comme présidente de la région par le vote des militants, il lui appartenait, en toute honnêteté, de dire aux militants, qu’elle mènerait campagne sans faire référence à son parti.
    J’espère sincèrement me tromper, mais on se rendra compte, dès demain, si elle se considère toujours comme membre du PS en se rendant, comme le souhaite notre Première Secrétaire (élue démocratiquement) à la réunion de l’ensemble des présidents PS élus dans le cadre de ces régionales.

    Serge Marnay

  4. babelouest dit :

    L’abstention, qu’est-ce ? Un président que la plupart des français vomissent, pour ne faire que les réformes dont ils ne veulent pas, et surtout pas celles qui pourraient les intéresser. Mais c’est aussi une pseudo-gauche (PS, EE, et même PC : oui, je vais me faire bien voir) qui entérine les mêmes réformes, on ne sait trop pour quelles raisons.

    La vraie gauche, celle qui ne peut pratiquement pas exprimer ses idées et ses propositions, en raison du blocage des médias, ne bénéficie pas des votes, parce qu’elle est trop mal connue : c’est bien entendu voulu par le système en place.

    Une chose est sûre : si Sarkozy était un homme conséquent, soucieux du bien public et désintéressé, il devrait avoir déjà démissionné depuis longtemps.

  5. Belgo5.0 dit :

    Ségolene a fait un brillant score, mais ce score est toujours aussi ambigu, puisqu’elle triangule à droite.
    Càd qu’elle conforte le nationalisme, ce qui mene à l’élitisme donc à l’abstention.

    Notons que ce brillant score est du à une équipe poitevine, et qu’il contraste avec son score en France. A méditer.
    Quand à Martine Aubry, le PS participant aux mêmes contradictions, j’ai le même schéma d’analyse.

    En bref, je ne pense pas que les discusions interpersonnelles sur Aubry-Royal soient à même de résoudre ce paradoxe territoires-France
    et dans la mesure ou l’abstention vient de l’élitisme du PS (càd de son inscription dans le paradigme politique national)
    je pense que nous aurons beaucoup d’abstentions en 2012 donc que nous risquons de perdre.

    Mais bon, c’est le jeu : la mascialisation du PS comme « gauche » au lieu de socialisme n’aboutit qu’à jouer un role de pansement,
    càd à conforter le jeu du couteau…

    « le Belge »

  6. louisettes dit :

    Il est surprenant de lire à quel point les bons résultats des présidents de région et le dynamisme collectif du PS et de la gauche rassemblée doivent s’effacer devant le score de Ségolène Royal.
    La gauche a su redresser la tête grâce à la somme des efforts de tous.

  7. Asse42 dit :

    Alain ne tombe pas non plus dans le déni. Chacun sait que la seule personnalité d’envergure qui se présentait à ces élections, pour la gauche, était Ségolène Royal. Elle a largement remportée son pari non? Il est donc normal qu’elle en recueille dans le futur les dividendes. Pour cela tu peux compter sur nous.

  8. @ Made
    La photo est celle qui illustre l’article de Sud Ouest…
    Peut-être que le journaliste a estimé que la forte poussée de la gauche dans toutes les Régions (sauf 3…) n’était pas le fait de la seule action de Ségolène…
    Par ailleurs, en terme de déni, j’entends beaucoup dire que Ségolène avait fait le meilleur score au premier tour, et quelle est la deuxième « mieux élue » au second tour… Cela doit faire plaisir à Victorin Lurel qui a été élu au premier tour en guadeloupe…

  9. Belgo5.0 dit :

    à Roubaix nous avons eu 65% d’abstention. La Une de l’Humanité avec ses non-dits me désole (Sarko derriere une vitre blindée étoilée par un coup).
    Avec 20% de FN, les problemes de la société française sont loin d’etre réglés, et encore moins par le pansement régional.

    Nous avons un probleme de logiciel, et notre logiciel est National, élitiste. Ca doit cesser, car la crise va tout mettre à nu.

  10. Made dit :

    IL faut oser mettre la photo d’aubry, mais on est toujours dans le déni au PS…

Laisser un commentaire

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons