Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

27 mars 2010

Qui est caricatural  : 
Guillon ou Besson  ?

Filed under: humour — iledere @ 12:00

[youtube=http://www.youtube.com/v/WHn2JZEo5V4&hl=fr_FR&fs=1&]

Le ministre de l’Identité nationale s’en prend à l’humoriste, après une chronique, lundi matin, sur France Inter.

Sacré Besson. Toujours pas remis de la chronique de l’humoriste de France Inter Stéphane Guillon (voir ci dessus) qui l’accusait lundi avec ses mots et son style d’avoir fait le jeu du Front national en organisant un débat sur l’identité nationale  ! Et voilà le ministre des charters qui traite Guillon de « lâche » et réclame un « face-à-face avec lui à la radio ».
Le ministre ne s’est visiblement pas satisfait des « excuses » de Jean-Luc Hees, PDG de Radio France. Commentant la chronique de Guillon, il a jugé que « ce sont les propos et les méthodes de facho déguisés derrière un look bobo et un prêt à penser supposé gaucho ». Pour lui, « ça en dit long sur les dérives que de telles outrances et de telles attaques puissent être portées sur une radio de service public à une heure de grande écoute sans que ça soulève autre chose que des excuses dites par le président de Radio France à un site Internet ».
Des excuses qui, du reste, passent mal. « Ces menaces proférées contre le droit à la caricature, contre le droit d’expression et de critique sur cette radio et contre sa rédaction sont scandaleuses et dangereuses », avait, dès lundi, estimé le SNJ-CGT. Mardi, la Société des producteurs et la Société des journalistes de France Inter ont jugé que « d’autres “victimes” de l’humoriste, également malmenées sur leur physique, n’ont pas eu droit à la même compassion de la part du PDG. Parce qu’elles ne faisaient pas partie du gouvernement  ? Ce genre d’attaque peut ne pas faire rire, mais le droit à la caricature existe ».
Le Syndicat national des journalistes de France Inter a de son côté jugé « inquiétantes et disproportionnées » les excuses de leur PDG. « À trop avoir le doigt sur la couture du pantalon, on finit souvent par se retrouver sans pantalon du tout », tranche-t-il. Qu’on apprécie ou pas l’humour de Guillon – il ne manquerait plus que l’humour soit consensuel –, la caricature politique existe depuis Daumier.

Sur Inter, on se souvient des saillies percutantes de Desproges sur l’invité du jour dans le Tribunal des flagrants délires. Stéphane Guillon, comme Laurent Gerra sur RTL ou Nicolas Canteloup sur Europe 1, tous s’appuient sur l’actualité pour leurs chroniques matinales respectives. « On n’a pas entendu M. Éric Besson s’exprimer bruyamment sur la plaisanterie d’Hortefeux, le ministre de l’Intérieur, sur les Arabes et les Auvergnats », relève, solidaire, l’humoriste Patrick Timsit. Celui-ci, hasard du calendrier, se produira lundi prochain, à Bobino, dans une Carte blanche lors du festival Paris fait sa comédie, sur le thème du « Politiquement correct et des limites de l’humour ». Sur scène sont annoncés Guy Bedos, Didier Porte et… Stéphane Guillon. On ne sait pas si Besson a pris des places.

Claude Baudry pour l’humanité.fr

3 réponses à “Qui est caricatural  : 
Guillon ou Besson  ?”

  1. la grignette dit :

    J’aime bien l’idée de Besson en virus, comment le représenter ? On peut faire un concours de dessins ?

  2. babelouest dit :

    Bah ! L’important, ce sont les idées, celles que les militants peuvent apporter en vue d’une nouvelle donne quand enfin la majorité aura changé de camp, et le combat aura changé d’âme. La gauche, ce sont des idées au bénéfice de tous, pendant que la droite, c’est la mesquinerie et le chacun pour soi au pouvoir.

    Besson s’était collé une étiquette : on peut bien écrire MIEL sur un bocal de cornichons ! Un jour où l’autre on ouvre le bocal, et on découvre ce qu’il y a réellement.

  3. louis dit :

    Que Monsieur Besson se rassure, ses propres paroles, et plus encore ses actes, plaident pour lui. En sa défaveur.
    Et l’UMP doit être fière d’avoir un tel membre.
    Pour ma part, je n’ai qu’un seul regret : qu’il ait pu être un jour membre du PS, ce qui autorise certains à continuer, malgré tout, à le présenter sous l’appellation « ministre d’ouverture ». Qu’il aille au diable.

Laisser un commentaire

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons