Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

12 juin 2010

Sarkozy ne veut pas d’une offre « de gauche » pour le rachat du Monde

Filed under: 05 - Presse, média, Internet — iledere @ 12:00

Nicolas Sarkozy a reçu cette semaine le directeur du Monde pour lui dire son opposition à une offre de reprise d’un trio d’investisseurs catalogués à gauche, a-t-on appris vendredi de source interne au groupe de presse.
L’Elysée n’a pas confirmé la rencontre entre le président français et Eric Fottorino, qui a eu lieu en début de semaine.
Les repreneurs potentiels avaient officiellement jusqu’à la mi-journée vendredi pour déposer leur offre.
Le groupe Le Monde, qui comprend le quotidien et son site internet, les magazines La Vie, Télérama, Courrier international et Le Monde diplomatique et une filiale imprimerie, est étranglé par les dettes et doit trouver d’ici la fin du mois plusieurs dizaines de millions d’euros pour assurer son avenir.
Le groupe de presse espagnol Prisa , déjà actionnaire du groupe Le Monde, a exprimé son intérêt de même qu’un trio composé du banquier de Lazard Matthieu Pigasse, du mécène Pierre Bergé et du fondateur de Free , Xavier Niel.
Claude Perdriel, PDG du Nouvel Observateur, a confirmé vendredi à Reuters avoir déposé une lettre d’intention pour la reprise du Monde visa une holding spécialement créée et dotée de 80 millions d’euros. Il contrôlera cette holding qui accueillera des partenaires minoritaires.
Les groupes suisse Ringier et italien L’Espresso ont jeté l’éponge cette semaine. (Voir )
Jeudi, le directeur général d’Orange , Stéphane Richard, a déclaré que l’opérateur était prêt à consacrer si nécessaire quelques dizaines de millions d’euros au Monde. )
Selon une source interne, lors du rendez-vous entre Eric Fottorino et Nicolas Sarkozy, ce dernier « a clairement affiché son opposition à l’offre de Pigasse, Niel, Bergé ».
Le chef de l’Etat « a menacé de ne pas donner des aides de l’Etat pour le sauvetage de l’imprimerie du Monde si le trio était choisi », a ajouté cette source.
L’ÉCHÉANCE POUR LES OFFRES REPORTÉE ?
Des commentateurs voient dans cette offre une machine de guerre pour le parti socialiste en vue de l’élection présidentielle de 2012.
Matthieu Pigasse, 41 ans, directeur général de Lazard France et propriétaire du magazine les Inrockuptibles, a travaillé dans les cabinets de Dominique Strauss-Kahn et Laurent Fabius au ministère de l’Economie.
Pierre Bergé, connus pour ses sympathies socialistes, finance en partie, entre autres, les bureaux de Ségolène Royal à Paris.
Selon le site internet des Echos, Claude Perdriel a envoyé jeudi une lettre d’intention pour la reprise du Monde, via une holding spécialement créée et dotée de 80 millions d’euros.
Il aurait demandé à la banque Calyon un délai jusqu’au début de la semaine prochaine pour déposer une offre ferme.
Claude Perdriel n’a pas souhaité faire de commentaires. Faute de temps pour évaluer les offres, les décisions sur le calendrier et la date des offres finales pourraient être prises lundi lors de la réunion du conseil de surveillance du Monde.
La Société des rédacteurs du Monde a proposé de repousser la date-butoir pour les offres jusqu’au 21 juin, la direction penche pour le 18 juin, a dit une source interne au Monde.
Pour l’instant, la SRM, qui s’est réunie en assemblée générale jeudi, n’a pas exprimé de préférence entre les offres annoncées.
Certains commentateurs s’interrogent sur les motivations de France Télécom pour un groupe de presse abritant un quotidien aussi influent que Le Monde.
Ancien directeur de cabinet de la ministre de l’Economie Christine Lagarde, Stéphane Richard dirige un groupe dont l’Etat détient toujours directement et indirectement près de 27% du capital.

Les Echos.fr

2 réponses à “Sarkozy ne veut pas d’une offre « de gauche » pour le rachat du Monde”

  1. la grignette dit :

    Ne sois pas si défaitiste.

  2. babelouest dit :

    Les interventions de l’occupant de l’Élysée pour imposer ses volontés sont de plus en plus fréquentes. Qui osera lui de que maintenant çà suffit, sa place est celle d’un arbitre, non d’un chef de parti en campagne ? Il ne sera jamais président, cela lui est impossible. Il est trop partisan, trop autoritaire, trop de mauvaise foi, trop habitué à ce que personne ne lui résiste, trop égotiste enfin. Présider un pays ne l’intéresse pas. Seul le côté pompes républicaines lui donnait l’envie de la place, non du poste. Comme un enfant beaucoup trop gâté, il se rend compte maintenant que cela ne lui suffit pas.

    Et en 2012 il repassera. Je crains fort que le candidat mis en avant par Solférino n’en soit qu’un faire-valoir. Fort de sa réélection, il sera pire. Donc, Le Monde, en prévision de cet événement, il le veut dans sa poche. Craignons le prochain quinquennat.

Laisser un commentaire

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons