Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

25 juin 2010

Guillon, Porte et Morel à la trappe: applaudissements à l’Elysée

Filed under: 05 - Presse, média, Internet,20 - UMP — iledere @ 6:29

Le PDG de Radio-France, Jean-Luc Hees et le directeur de France Inter, Philippe Val, auront beau avancer tous les arguments de la terre et jouer de toutes les contorsions, les limogeages consécutifs de Stéphane Guillon, Didier Porte et François Morel seront forcément interprétés comme une capitulation en rase campagne.

Jamais responsables de l‘audiovisuel public, depuis l’installation de Nicolas Sarkozy à l’Elysée, n’auront cédé avec autant de zèle aux oukases d’un pouvoir, et plus largement d’une classe politique, excédés par les billets au vitriol d’un trio de saltimbanques que l’on exécute aujourd’hui, sans ménagement.

On peut tout reprocher aux trois intéressés – le caractère délibérément provocateur et souvent pyromane de leurs interventions, l’outrance, la vulgarité de certains propos et les franchissements de ligne jaune – mais quels que soient les débordements, ce tir groupé de licenciements est une faute inexcusable. La liberté d’expression, même quand elle devient l’argument moteur des pires provocateurs, est un bien trop précieux pour qu’on la bafoue…

En aurait-il été exactement de même, si le PDG de la Maison Ronde ne devait pas son mandat au chef de l’Etat et le directeur de France Inter son fauteuil à la première dame de France, Carla Bruni? Je ne le pense pas. Bien évidemment, on ne peut faire qu’une lecture politique de cet épisode désastreux qui jette forcément un voile de suspicion sur le mode de gouvernance d’une entreprise où règne depuis ce matin un certain malaise. Ne parlons pas de maladresse, de décision inévitable ou de précipitation: toute interprétation autre que politique relèverait de la farce.

Certes, les dirigeants de Radio-France auront beau jeu de rappeler que les bornes ayant été franchies et les trois zigotos avertis à de multiples reprises, il fallait que la sanction tombe et que les saltimbanques payent. On rétorquera que les millions d’aficionados d’Inter n’ont jamais semblé choqués, au point d’exiger ces trois têtes que s’empresse d’offrir à leur actionnaire une équipe dirigeante décidée à faire place nette.

Tout cela nous renvoie à des pratiques et à une époque que l’on pensait ensevelies à jamais. Et tout cela augure assez mal de ce qui s’annonce à France Télévisions, où Nicolas Sarkozy s’apprête à installer une nouvelle équipe. Le limogeage de Stéphane Guillon et de ses deux comparses est en tous les cas la première démonstration, in vivo, que la loi Sarkozy réformant le mode de nomination des PDG de chaînes de service public comportait bien en son sein les gènes malsains d’une reprise en main. Et Radio France en est le laboratoire.

Ironie du sort, mais pas fait du hasard, Canal+ a profité aujourd’hui de l’officialisation de l’éviction de Guillon de France Inter pour annoncer qu’elle reconduisait le contrat de ce dernier, pour la huitième année de suite, au sein d’une chaîne dont le PDG, Bertrand Méheut, n’est pas nommé par le chef de l’Etat

Par Renaud Revel pour son blog « Immédias »

[youtube=http://www.youtube.com/v/TcPPowz7G_Q&hl=fr_FR&fs=1&]

8 réponses à “Guillon, Porte et Morel à la trappe: applaudissements à l’Elysée”

  1. […] et dont je suis. Là il m'a franchement déçu et écœuré. Je ne reviendrais pas sur l'affaire du licenciement de Porte et Guillon, d'autres l'ont […]

  2. pierrej dit :

    Eh bien! Personne n’a donc lu Le Monde sur l’île de Ré? Bravo Stéphane, tu les a vraiment enc…. ! … mais nous aussi, c’est vrai, pauvres contribuables… http://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2011/01/28/radio-france-condamnee-pour-le-licenciement-de-stephane-guillon_1471734_3236.html

  3. La main gauche dit :

    La répression est le dernier rempart derrière lequel se réfugient les incapables

  4. Roselyne dit :

    Eh oui, doucement et sûrement, on y arrive !!! Le billet de François Morel est « criant de vérité », quel gâchis !!!

  5. Fabien Grandjean dit :

    J’apprends ce soir le remue-ménage à France Inter, et le coup de balai qui chasse de la matinale Guillon, Porte et maintenant François Morel ! Quelle tristesse. Il n’est pas rare qu’à 7h 56, de ma voiture je voie dans d’autres voitures des gars ou des filles rirent seuls; je sais qu’ils sont occupés comme moi à se laisser réjouir pour la journée par l’un ou l’autre. Et ça aussi ils nous le prennent? Non seulement on doit bosser à n’en plus finir, mais on n’a même plus le droit de hurler de rire dans sa bagnole! S’immiscer jusque dans la sphère intime de la pensée, n’est-ce pas le propre d’un Etat totalitaire?

  6. Mutuelle dit :

    Superbe travail, je vous remercie pour votre aide, et notez dans un 1er temps que je « plussoie » moi aussi entièrement votre positon ! J’insiste, oui votre article est vraiment bon, je reviendrai régulièrement vous lire… Je vais avoir besoin d’un peu de temps pour réfléchir à tout ça.

  7. babelouest dit :

    Pour un chef d’État bien dans sa tête, se faire brocarder par les humoristes, les chansonniers, les empêcheurs de tourner en rond, relève de la très bonne santé, à la fois du pays et de celui ou ceux qui le dirigent. C’est au point qu’autrefois, la place du Fou du Roi était enviable, et enviée, tant elle avait d’importance pour l’équilibre de chacun. Quand un général romain avait droit à ce qu’on appelait « un triomphe », une fête en l’honneur de ses hauts faits, sur son char, juste derrière lui se tenait un esclave qui lui sussurait constamment « Souviens-toi que tu es mortel ».

    Fi de toutes ces précautions : autour du monarque n’ont désormais droit de cité que les courtisans les plus vils, et les « amis » pourris d’argent qui utilisent ce monarque à leurs opérations pas souvent délicates. Situation plus que dangereuse, catastrophique à court et à long terme si aucun remède n’est apporté à la situation. Ah si seulement la moitié des Français encore convaincus de vivre dans un pays idyllique changeaient d’avis, si seulement la moitié de ceux qui ont déjà compris étaient prêts à faire tout changer quoi qu’il en coûte ! Disons qu’au point où nous en sommes déjà, la facture de toute façon sera chère. Tout retard ne peut qu’en augmenter le montant. Je pense surtout en pertes humaines. L’argent est moins important, et de loin malgré l’opinion qu’on en a « là-haut ».

  8. Roselyne dit :

    Superbe !!! Tout est dit avec « tant d’humour » ! mais voilà, l’occupant de l’Elysée n’en a pas beaucoup, lui …. Continuez Messieurs les humoristes à dénoncer les scandales de toute cette « clique », en espérant qu’il restera des médias pour vous diffuser, car la chasse aux sorcières continue !!!

Laisser un commentaire

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons