Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

19 août 2010

Europe écologie: Lepage dénonce «la reprise en main des Verts»

Filed under: 11 - société — iledere @ 8:39

Pour la présidente de CAP21 et ancienne vice-présidente du MoDem, Cohn-Bendit a échoué à faire d’Europe éco un rassemblement de l’ensemble des écologistes. Elle accuse les Verts d’avoir «repris en main» la ligne politique et jamais «lâché» la structure.

A l’origine était une idée. Celle de Daniel Cohn-Bendit de construire avec Europe écologie un rassemblement large et ouvert de toute la mouvance écologiste. Sans exclusive. Mais pour la présidente de CAP21 Corinne Lepage qui interviendra, demain, à Nantes lors des Journées d’été des écolos, il a échoué. La faute, selon elle, à des Verts qui insuffleraient un « virage à gauche » voire à « l’extrême gauche » contraire à l’idée originelle d’EE. La faute à des Verts qui tiendraient les cordons de la bourse écologiste et l’ensemble de la structure et se contenteraient, seulement, de déléguer la candidature à la présidentielle à un « non-Vert ». Duflot et ses proches, avec qui elle a un sérieux contentieux depuis les Journées d’été de Coutances, devraient apprécier sa sortie. Et sa venue à celles de Nantes…

Marianne2 : Dans une interview donnée à 20 Minutes vous dites craindre « un virage trop à gauche d’Europe écologie ». Il n’en reste pas moins qu’Eva Joly apparaît aujourd’hui comme la présidentiable la plus probable. Le discours social ancré à gauche qu’on lui prête désormais lui a été soufflé par les Verts, mais n’a pas encore valeur de ligne politique ?

Corinne Lepage : Ce qu’est en train de devenir Europe écologie m’inquiète. La démarche de Daniel Cohn-Bendit était de faire émerger un grand pôle, une grande force politique, rassemblant toute la diversité de l’écologie. Depuis plusieurs mois — ça n’aura échappé à personne — se joue une bataille entre Europe écologie et les Verts. Et l’on assiste à une vraie reprise en main de la part des Verts. Les propositions qu’ils portent sont proches de l’extrême gauche, sur les retraites par exemple. Moi ce qui m’intéresse, c’est avant tout le projet. Un projet d’écologie politique que je souhaite réaliste et qui doit aller jusqu’au centre. Alors, bien sûr, il y a une montée en puissance d’Eva Joly. Mais quand je vois Jean-Vincent Placé (numéro deux des Verts, ndlr) lui demander de se présenter comme « anticapitaliste » et « antilibérale », tout cela m’inquiète au plus haut point sur la possibilité de voir naître ce grand arc écologique et démocratique que je souhaite.

Et selon vous Daniel Cohn-Bendit aurait cédé du terrain ? Il y a un recul, c’est indéniable. Encore récemment, il a fait savoir sa lassitude. Et ce recul, pour moi, est un aveu d’échec.

Au final, vous voyez une sorte de répartition des rôles entre Europe écologie et les Verts…On voit bien qu’il y a eu un arrangement. À Cécile Duflot et aux Verts qui lui sont proches, la structure. À Europe écologie, ce que l’on pourrait appeler la tête de gondole, la candidature à la présidentielle. À mon sens, il n’y a aucune urgence à savoir quel candidat ira à l’élection. L’urgence est ailleurs. Il s’agit de savoir qui parviendra à se mettre d’accord et sur quel projet ? Nous devons travailler à un projet de transition partant de la réalité du quotidien. Nous devons avoir des propositions sur la dette, la sécurité mais aussi les problèmes de compétitivité. C’est pourquoi quand je vois Yves Cochet — avec qui je me réjouis de débattre à Nantes — dire que l’écologie doit être porteuse de la décroissance et prône la semaine de 28 heures, je ne m’y reconnais pas du tout.

«Ce sont les Verts qui ont l’argent et la structure. Et ils ne veulent surtout pas lâcher »
Je vais être un peu trivial, mais il faut être réaliste : ce sont les Verts qui ont l’argent. Ce sont eux qui ont la structure. Et ils ne veulent surtout pas lâcher. Tous ces débats internes sont très biens, très intéressants. Mais ils n’intéressent à vrai dire qu’une minorité. Aujourd’hui la France risque de perdre sa note AAA, nous devons faire face à un président qui se “droite extrémise”, les crises se cumulent. Ce qu’attendent de nous les Français, ce sont des propositions. Ils se foutent du reste. Il nous faut être à la recherche d’un projet qui leur donne des pistes d’espoir et de justice. Si nous n’en sommes pas capables, alors la messe est dite.

Mais le coup de barre à gauche des Verts que vous décrivez, en un sens, est compréhensible. Ils voient débarquer des personnalités d’horizons très différents. Vous, par exemple. Une candidate potentielle à la présidentielle, qui plus est. Cette inquiétude est naturelle…
Évidemment, c’est logique : je suis dans la politique depuis trente ans, j’ai déjà été candidate à la présidentielle, j’ai été ministre. Mais la présidentielle n’est pas le sujet. Il le deviendra dans un an. Aujourd’hui, la question, c’est le projet.

Puisque le projet prime, pourriez-vous leur donner des gages sur vos ambitions futures ?
Des gages ? Pourquoi je leur donnerai des gages plus qu’ils ne m’en donneraient ? Le seul gage que je peux leur donner, c’est mon ouverture et ma bonne volonté.

Gérald Andrieu pour Marianne

10 réponses à “Europe écologie: Lepage dénonce «la reprise en main des Verts»”

  1. fabrice ecolo de gauche contre dcb dit :

    Je suis tout à fait d’accord avec babelouest, europe écologie est bel et bien un parti politique de droite molle, c’est d’ailleurs parceque ce parti est identifié comme de droite qu’il a connu le succès aux régionales. Je pense d’ailleurs qu’à long terme les écolos se tirent une balle dans le pied en s’accollant au chantre du libéralisme qu’est Daniel CBendit, quant à Mme Lepage ses progrès son notable, puisqu’au bout de 20 ans « d’écologie » elle s’est enfin rendue compte de l’impossibilité de mettre en place une véritable politique écolo de droite, elle s’est donc repkacer aux centre et il lui sera donc necessaire de quelques années avant d’accepter d’admettre que l’écologie ne peut en aucun cas se placer ailleurs qu’à gauche… Imposteurs que vous êtes DCB et Mme Lepage, integrez l’UMP au lieu de vous mentir à vous-même ainsi qu’à tous en essayant de faire croire que vous êtes de vrais écolos!

  2. Denis dit :

    @babelouest

    Totalement D’accord sur Europe Ecologie : il s’agit d’une enseigne électorale.

  3. L’écologie politique existera non seulement au travers de nos élus qui feront entendre leurs voix, mais aussi par notre investissement et notre présence sur « le terrain ». Nous serons aux côtés des structures qui se battent pour protéger notre environnement, soutenir les plus démunis, faire avancer l’égalité, informer la population des risques que nous encourons par le développement d’une économie toujours plus gourmande et plus polluante.

  4. babelouest dit :

    @ Denis
    Juste un détail. D’accord pour l’essentiel sur les motivations et le fond du mouvement écologiste « spontané ».

    Cependant, Europe Ecologie n’est pas une prise de conscience profonde des vrais problèmes de la planète, mais un simple groupement politique qui veut s’appuyer sur des écologistes pour en faire sa niche. Les propositions d’EE sont tout, sauf révolutionnaires et résolument tournées vers les vrais enjeux : quid des OGM, des plantes anciennes et non bénites par les grands producteurs de graines qui deviennent interdites par la loi (un paradoxe intolérable), des cultures de « pétrole vert » qui mettent à mal la rotation des emblavures et souvent amènent la famine chez les producteurs pris au piège, etc ?…..

  5. Denis dit :

    @babelouest et @la main gauche

    L’écologie n’est pas réductible à la gauche. D’ailleurs, l’imaginaire écologiste s’est construit contre le productivisme de la pensée dominante et l’idée de la croissance. Prenez le temps de lire Thoreau, Gorz, Dumont, Guattari, Ivan Illich, Jacques Ellul, Serge Latouche notamment.

    Vous y comprendrez notamment que l’écologie politique n’est pas réductible à la gauche et à la question sociale.

    Ancien membre du Ps, je tiens à préciser que je suis de gauche et à gauche. Pour ma part, j’appelle au grand rassemblement – utopique – de la grande famille écolo : de Corinne Lepage à Paul Ariès, en passant par Nicolas Hulot, Antoine Waechter, Eva Joly, Dany Cohn-Bendit, José Bové.

  6. babelouest dit :

    La vraie écologie n’est-elle pas nécessairement du même bord que la politique sociale ? Le capitalisme ne s’assoit-il pas allégrement sur ces deux notions à la fois ? Corinne Lepage se trompe, en ce sens qu’Europe Ecologie n’est pas un mouvement écologique ; qu’il n’ait aucune propension sociale dans ses statuts n’étonne pas. En fait, ce n’est qu’une formation politique de droite molle, une de plus. C’est pourquoi il ne faut pas s’étonner de trouver un DCB parmi ses dirigeants, bien que ses postures soient toujours un peu à part.

    Ceci dit, il serait bon que le PS se ressaisisse, au moins sur le plan national, tant à part quelques déclarations plus musclées de Martine Aubry on sent le centre s’emparer des sentinelles. La sociale-démocratie n’est qu’un leurre. N’oublions pas que nous ne sommes pas, ou plus, en démocratie, puisque la volonté du peuple est bafouée chaque jour, et que les médias font tout pour le manœuvrer vers d’autres rives, celles de l’individualisme, de la haine, de l’emprise religieuse, en somme du servage.

  7. La main gauche dit :

    De même, et pour finir, je ne comprends pas très bien pourquoi, chez ces gens là, il y a tant d’acharnement à cliver l’écologie du social, en faisant croire que le social était un combat du siècle dernier et l’écologie du siècle futur.. je crois pourtant que nous avons les deux devant nous, sauf à avoir passé ces 3 dernières années sur un bateau en solitaire et sans communication radio avec la France.. heu.. la Sarkosie…

  8. La main gauche dit :

    Son analyse est certainement excellente, mais il y a quelque chose qui me questionne chez cette femme, qui, au demeurant semble avoir la tête bien pleine et bien tenir son petit cap… 21.. depuis pas mal de temps,… c’est sa définition de « la gauche » qui me semble réductrice, associer l’image de la gauche aux seules 28 heures c’est un raccourci un peu bref…, au point qu’elle s’efforce de faire croire partout qu’elle est au dessus des clivages « droite / gauche » et insiste sur un positionnement « centriste », ce qui me semble d’ailleurs contradictoire (soit elle veut décliver et se positionne hors ou au dessus de tout clivage, soit elle clive encore un peu plus en se positionnant au centre,… il faudra choisir !). Pourtant à regarder rapidement son parcours, ses combats me semblent être plutôt bien de gauche, et pourtant elle complexe au point qu’elle va de temps en temps rouler avec la droite ( Juppé, Bayrou, etc..), histoire de tromper son monde… Autant, de la part d’un nombriliste ambitieux Bayrou, créer une sorte de sanctuaire virtuel qu’il place lui-même au centre et s’y accrocher telle une sangsue, alors qu’il est le seul à ne pas savoir que le centre n’existe pas durablement, condamner à finir tôt ou tard à droite ou à gauche, on peut comprendre,… mais de la part de Madame Lepage, qui me semble plus accrochée à des idées précises, à son indépendance (et à tenir accessoirement un micro de temps à autres), elle pourrait très bien oeuvrer ainsi en se reconnaissant sans complexe de gauche sans rester sur cette virtuelle planète centre qui la condamne d’ailleurs à balloter sans cesse comme une barque en pleine mer…
    Bon, je ne suis peut-être pas très clair..
    A tchao

  9. Pazmany dit :

    Europe écologie doit s’ancrer à gauche et non lorgner sur le centre pour appuyer la formation de Bayrou. Le mouvement a réussi a s’unir avec le Front de gauche et les socialistes entre les deux tours des régionales, il doit garder le cap mais pas forcément le CAP21 de Madame Lepage qui ne sait où poser ses valises pour faire vivre son mouvement et trouver la future majorité de 2012 !

    http://www.jeune-garde87.org/2010/08/19/europe-ecologie-sous-tension-avant-ses-journees-dete/

  10. Denis dit :

    En complément de l’excellente analyse de Corinne Lepage, pour comprendre la nature de ce qui se passe aujourd’hui au sein d’Europe Ecologie, je vous incite à consulter deux pages d’information relatives aux statuts d’Europe Ecologie. La première (officielle) est vide. La seconde en publie plusieurs extraits.

    -> http://statutee.europe-ecologie.net/
    -> http://www.voie-militante.com/politique/ecologie-politique-2/les-statuts-europe-ecologie/

    Vous y découvrirez notamment que les militants n’ont statutairement aucun droit de vote.

Laisser un commentaire

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons