Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

1 septembre 2010

L’Etat a refusé de vendre l’hippodrome de Compiègne en 2003

Filed under: 20 - UMP — iledere @ 12:00

Le Canard Enchainé publie une lettre dans laquelle l’ex-ministre de l’Agriculture Hervé Gaymard refuse la vente du domaine de 58 hectares, estimant qu’elle « n’est pas possible » du point de vue légal.

La vente du domaine de 58 hectares comprenant l’hippodrome de Compiègne, dont les conditions de vente ont suscité une polémique, avait été refusée en 2003 par un précédent gouvernement, selon une lettre publiée dans le Canard Enchaîné à paraître mercredi 1er septembre.

L’hebdomadaire avait accusé en juillet Eric Woerth d’avoir bradé pour 2,5 millions d’euros une parcelle de la forêt de Compiègne (Oise) comportant un golf et l’hippodrome, lorsqu’il était ministre du Budget. Eric Woerth avait alors vivement contesté l’interprétation du Canard enchaîné.

Le journal satirique publie désormais une lettre de l’ex-ministre de l’Agriculture Hervé Gaymard, refusant la vente sollicitée par la société locataire du lieu.

Une vente illégale
Dans ce courrier daté du 13 août 2003 et adressé à l’ex-président de la Société des courses de Compiègne, Armand de Coulange, Hervé Gaymard refuse de vendre le domaine, estimant qu’elle « n’est pas possible » du point de vue légal.

La SCC « souhaiterait devenir propriétaire du terrain d’une superficie d’environ 58 hectares, qu’elle occupe en forêt domaniale de Compiègne« , écrit alors Hervé Gaymard.

« Compte tenu de la législation concernant les forêts domaniales, je vous informe qu’une cession par vente n’est pas possible. En revanche, un échange serait envisageable si la Société des courses de Compiègne offrait un terrain forestier de la même importance et d’une valeur suffisante« , ajoute-t-il.

« Or la Société des courses de Compiègne ne dispose pas actuellement d’une tel patrimoine foncier. C’est pourquoi une telle opération ne peut être réalisée, sauf bien sûr, à trouver une offre équivalente au regard de ce type de transaction« , ajoute le ministre de l’époque.

Selon le journal satirique, la lettre a été authentifiée par Hervé Gaymard.
Eric Woerth, actuel ministre du Travail et ancien trésorier du parti présidentiel UMP, est depuis plusieurs semaines au coeur de la tourmente de l’affaire Bettencourt. Il est sous la menace d’une procédure devant la Cour de justice de la République, juridiction d’exception qui juge les crimes et délits commis par les membres du gouvernement « dans l’exercice de leurs fonctions ».

(Nouvelobs.com avec AFP)

6 réponses à “L’Etat a refusé de vendre l’hippodrome de Compiègne en 2003”

  1. La main gauche dit :

    .. et de son nid podrome, il pourra toujours pondre la réforme de « l’oeuf traitre » des « canes à son » ami Armand de Coulange… houlà ! j’sais pas c’qu’il y avait dans mon café ce matin !

  2. Serge dit :

    @ lamain gauche

    « l’alpinisme réputé » dit « ministre du travail » a intérêt à faire attention à l’avalanche!
    Il deviendra peut-être « footeux » et il pourra crier « Oh!real »

  3. La main gauche dit :

    … et ça tourne vraiment à l’affaire Bettenbassecourt !

  4. Serge dit :

    Il va finir par être une « bête en Cour de justice », sacré Eric.

  5. BA dit :

    Avancées vers une possible saisine de la Cour de Justice de la République contre Eric Woerth.

    Le ministre du Budget François Baroin a annoncé au procureur général de la Cour de cassation Jean-Louis Nadal qu’il lui transmettrait le rapport de l’Inspection générale des finances sur la gestion du dossier Bettencourt, a-t-on appris jeudi au cabinet du magistrat.

    Le parquet général de Versailles a confirmé à ce même magistrat que lui seraient également transmis les éléments de l’enquête pénale conduite par le parquet de Nanterre sur ce même dossier, qui éclabousse le ministre du Travail Eric Woerth.

    « Le procureur Jean-Louis Nadal pense pouvoir disposer de l’ensemble du dossier vers le 15 septembre », a déclaré à Reuters le cabinet de Jean-Louis Nadal.

    Jean-Louis Nadal souhaite étudier la possibilité d’une saisine de la Cour de Justice de la République, seule compétente pour poursuivre des faits commis par des ministres, où seraient engagées des poursuites contre Eric Woerth.

    Jean-Louis Nadal s’est saisi spontanément de l’affaire, après une lettre de l’élue écologiste Corinne Lepage.

    Les faits éventuellement imputables au ministre Eric Woerth sont l’attribution de la Légion d’honneur au gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt, Patrice de Maistre, ainsi que la gestion du dossier fiscal de proches de ce dernier et de l’héritière de L’Oréal elle-même.

    Liliane Bettencourt finançait l’UMP via Patrice de Maistre, qui a embauché fin 2007 l’épouse d’Eric Woerth.

    http://fr.reuters.com/article/topNews/idFRPAE6810FE20100902

  6. BA dit :

    Maître Antoine Gillot est l’avocat de Claire Thibout, l’ex-comptable des époux Bettencourt.

    Vendredi 9 juillet 2010 :

    Maître Antoine Gillot dénonce l’ »acharnement » du parquet contre sa cliente, l’ex-comptable des époux Bettencourt. Parce que « c’est un témoin crédible et qu’elle sait beaucoup de choses ».

    Maître Gillot affirme encore que sa cliente « ne s’est aucunement rétractée et a maintenu mot pour mot » ce qu’elle avait déclaré au journaliste de Mediapart. Notamment les « espèces demandées » par Patrice de Maistre « pour la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy » et le versement de ces fortes sommes en liquide à Eric Woerth.

    Claire Thibout confirme également les visites de Nicolas Sarkozy chez Liliane Bettencourt, comme d’autres hommes politiques de droite. Et qu’à l’occasion de ces visites de politiques, « il lui était demandé de préparer des enveloppes avec des espèces », explique l’avocat.

    Monsieur et Madame Bettencourt « se montraient très généreux avec les personnels politiques de droite », a-t-elle réaffirmé aux enquêteurs. Tout en concédant que Claire Thibout n’avait jamais assisté personnellement à des remises d’enveloppes.

    « Je crois que la vérité va sortir », pronostique l’avocat, évoquant les documents produits par le site marianne2.fr (près de 400.000 euros sortis en liquide dans les mois qui ont précédé l’élection présidentielle, ndlr).

    http://www.france-info.com/france-justice-police-2010-07-09-bettencourt-l-avocat-de-l-ex-comptable-denonce-le-harcelement-464014-9-11.html

    Jeudi 2 septembre 2010 :

    Bettencourt : les carnets Banier désignent Nicolas Sarkozy.

    Dans l’un des carnets intimes du photographe François-Marie Banier, qui ont été saisis par la police, le protégé de Liliane Bettencourt mentionne une confidence faite par la milliardaire, au printemps 2007. Liliane Bettencourt aurait évoqué devant lui la remise d’argent à Nicolas Sarkozy, au moment de l’élection présidentielle.

    (Mediapart.fr)

Laisser un commentaire

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons