Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

17 septembre 2010

Un état irréprochable ?

Filed under: 07 - Justice,10 - Chronique de la haine ordinaire — iledere @ 6:30

La promesse du candidat Sarkozy n’aura valu que le temps de se faire élire puisque Sarkozy président a ensuite multiplié les mauvaises manières en matière de favoritisme, népotisme, largesses aux amis, promesses non tenues … Avec, bien sûr, dans le même temps un discours de rigueur et de fermeté d’une démagogie qui ferait sourire si cela ne s’appliquait exclusivement à ceux qui n’ont pas les bonnes relations ou la fortune leur permettant d’accéder au premier cercle.

La France et devenu une république bananière, les français s’en sont rendu compte…

Dés lors,  pourquoi se gêner ? Pourquoi, à l’instar des membres de ce gouvernement de copains et de coquins, ne pas profiter de son petit pouvoir pour faire comme les autres ?

Le Directeur général de la police nationale (DGPN) Frédéric Péchenard l’a parfaitement compris et  serait intervenu en 2009 pour éviter des poursuites à l’encontre de son fils de 16 ans, interpellé à Paris pour état d’ivresse et outrage à agent, affirme jeudi 16 septembre le Parisien.

Le quotidien, qui publie des extraits de deux procès-verbaux et d’une note de service pour appuyer ses affirmations, souligne que la plainte déposée par un gardien de la paix parisien pour outrage à agent n’a engendré aucune poursuite judiciaire.

Selon le Parisien, le fils du DGPN a été interpellé sur les Champs-Elysées pour conduite en état d’ivresse (avec le scooter de Jean Sarkozy ?) et outrage à agent dans la nuit du 17 au 18 février 2009. Il a été conduit au commissariat du VIIIème arrondissement de Paris « avant d’être rapidement libéré« .

D’après un procès verbal publié par le Parisien, le fils de Frédéric Péchenard aurait notamment dit au brigadier qui l’avait verbalisé pour conduite d’un scooter en état d’ivresse: « tu fais qu’un métier de con, je vais te muter à la circulation ».

On sent que ce garçon à été élevé dans le respect de l’autre et la politesse. De mon temps, on appelait cela un « jeune trou du cul« .. Une sévère remontée de bretelles leur rabaissait le caquet…

Plus maintenant !!!  O tempora O mores : « peu après les policiers sont sommés d’oublier l’évènement et les différentes procédures sont effacées », assure le journal qui cite un extrait d’un rapport interne au commissariat concerné. « J’ai reçu pour consigne de Monsieur (nom masqué) de ne pas placer l’interpellé en GAV (garde à vue ndrl), de ne pas aviser la permanence de nuit du Parquet, ne pas auditionner le mis en cause (…)« , déclare notamment un fonctionnaire de permanence dans ce rapport interne.

« Monsieur Péchenard s’est déplacé dans nos locaux pour récupérer son fils« , précise-t-il, ajoutant que le DGPN a alors rencontré le Gardien de la paix outragé seul à seul.

Interrogé par le journal, l’entourage du patron de la police nationale a démenti toute intervention pour faire retirer la plainte ou « enterrer » la procédure.

Hélas, dans les affaires Tapie, Woerth, Bettencourt, sur les explusions des roms, (la liste complète pousse à l’écoeurement…)… les français savent la valeurs des démentis de nos élites…

Alain Renaldini
Sources : Nouvel obs.fr

4 réponses à “Un état irréprochable ?”

  1. Serge dit :

    Quelle rupture pourrions-nous être d’accord avec ce « pseudo président » sans scrupules?

    J’en connais une seule mais je ne peux en parler !

  2. Belgo6.0 dit :

    ça a toujours été « une République bananière » (aka « une Nation ») mais le vrai problème c’est qu’il fallu CINQUANTE-DEUX ANS pour s’en rendre compte.
    Et pourtant De Gaulle le disait : « les Français sont des veaux », quoi de plus méprisant ???

  3. babelouest dit :

    @ Exec T
    Parmi les 18 983 138 bulletins qui se sont portés sur un seul nom, combien ont correspondu à une vraie opinion politique ? Combien n’ont été que le résultats de peurs, de lâchetés, de pressions, de bêtise aussi parfois ? Cela n’enlève aucune responsabilité à ceux qui ont osé ce choix, délibéré ou non. Je veux dire que parmi ceux-là, à part les fanatiques, il y avait des tas de raisons qui ont conduit à cette proclamation funeste où un homme s’assit par malice sur un trône qui n’était pas pour lui. Il a ainsi satisfait une lubie de gamin, cela n’allait pas plus loin pour lui. Je ne saurais trop conseiller à ce propos de lire l’excellent roman de Jean-Jacques Reboux chez Après la Lune, Je suis Partout : les Derniers jours de Nicolas Sarkozy : http://jesuispartout2010.blogspot.com/

    Quand on a les moyens financiers ET les moyens médiatiques, on peut tout se permettre. C’est ce qui est arrivé, la propaganda a été énorme, et ceux qui ont mis ce bulletin-là dans l’urne ont souvent été trompés. Paradoxalement, beaucoup de ceux-là ne l’ont pas encore compris, tant le battage médiatique a entretenu l’illusion d’un faux pays, complètement irréel, à la fois bisounours et attaqué de toutes parts par de méchants estrangers prêts à outrager et massacrer les fils et les compagnes de gens simplement mal renseignés. C’est horrible, pitoyable, mais c’est ainsi.

    Qu’en penses-tu, n’est-ce pas ainsi que cela s’est passé, et continue à se passer ?

  4. Exec T dit :

    Tu es terriblement démodé, cher webmestre.
    Ce qui compte (aujourd’hui seulement?) ce n’est pas d’avoir une éthique et une ligne de conduite en harmonie avec les valeurs républicaines ; non, c’est d’être à la mode.

    Je sais que cela ne te rassureras pas pour autant mais dis toi que tu n’est pas le seul à percevoir cette déliquescence dans la conduite de la chose publique.

    Pour mémoire, combien d’irresponsables un certain mois de mai 2007?

Laisser un commentaire

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons