Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

16 octobre 2010

Prof-stagiaires: tirons le vrai bilan de la réforme!

Filed under: 02 - Education — iledere @ 12:00

Lâchés dans la fosse au lion sans protection, les professeurs stagiaires demandent simplement à être entendus et encadrés. Leur appel ne semble pas trouver d’écho. Afin d’évoquer ce malaise, Marianne veut leur donner la parole dans le cadre d’une enquête en préparation.

Tout va très bien madame la marquise, les profs stagiaires sont surmenés, tombent malades, jettent l’éponge et il y le feu lac, mais le ministère de l’Education Nationale maintient le cap. Les promoteurs de la réforme affirment qu’en régime de croisière, la suppression de l’année de stage-avec un mi-temps dans les classes, un autre à l’IUFM pour discuter de son expérience – n’aura aucune incidence sur les collèges et les lycées.
Les principaux concernés ne sont pas du tout de cet avis et ils savent de quoi ils parlent. « On ne veut pas faire pleurer dans les chaumières, mais on ne s’en sort pas. Enseigner est un métier qui s’apprend et nous on doit assurer 18 heures de cours. Chaque heure nous demande cinq heures de préparation et plus si nous avons 4 niveaux. Le plus aberrant c’est que certains stagiaires sont professeurs principaux et doivent décider de l’orientation des élèves » explique une de ces débutantes qui n’est pas à la fête mais préfère garder l’anonymat.
Parce que la titularisation n’intervient qu’au terme de l’année de stage qui est en réalité une année de travail à plein de temps. Pour avoir le poste, il faut être bien noté par l’établissement, le rectorat et le tuteur si on en a un. Ce dernier était prévu dans les textes, mais pas tout le monde n’en a un.

Théoriquement, les stagiaires devaient avoir un professeur expérimenté attitré pour suivre leur évolution et les aider à surmonter les problèmes. Dans la pratique, la plupart des profs refusant d’assumer cette charge pour ne pas cautionner une réforme qui leur déplaît, c’est un collègue de bonne volonté qui se dévoue. Souvent, il n’enseigne même pas dans le même bahut et ses horaires ne lui permettent pas de rendre visite régulièrement à son « apprenti » qui, jeté dans le bain, sans bouées, coule à pic.
« Les témoignages se multiplient de débutants  épuisés et déjà complètement découragés, à peine quelques semaines après la rentrée. On a beaucoup de mal à obtenir des chiffres et on ne connaît pas le nombre exact de démissions, mais nos équipes nous signalent des cas d’arrêt maladie « chronique » et beaucoup de ces jeunes collègues viennent nous confier leur détresse » note Thierry Cadart, secrétaire générale du SGEN-CFDT.

D’après le syndicat, cette année de transition est « presque criminelle». Les stagiaires arrivent de la province et découvrent simultanément un établissement et un métier difficiles, avec en prime un rythme scolaire particulièrement lourd au premier trimestre. Pas étonnant que dès la première semaine de septembre, des abandons de postes aient été enregistrés dans  plusieurs ZEP (Zone d’éducation prioritaire, ndlr). Seuls quelques recteurs et membres d’inspection reconnaissent à demi-mot que le nouveau dispositif n’est pas satisfaisant. Les cobayes qui n’ont pas à qui confier leur malaise mais qui pensent que leur mission est impossible se sont réunis dans un collectif indépendant. « Nous voulons alerter sur cette situation qui n’est pas normale. Nous demandons de remplacer des heures de cours par des heures de formation pour pouvoir discuter de notre expérience. Nous aimons notre métier, nous l’avons choisi mais nous ne pouvons pas l’exercer correctement faute de temps » explique une des stagiaires en colère du collectif « stagiaire impossible » qui est soutenu pas tous les syndicats de l’enseignement secondaire.
Une première assemblée générale se tiendra le 20 octobre à 17 heures à la Bourse du travail, 3 rue du Château d’eau, Paris 10. Dès à présent, Marianne ouvre un cahier de doléances dans lequel en toute confidentialité, les stagiaires peuvent raconter leurs déboires (ou au contraire leurs bonnes surprises) et déposer leurs commentaires sur la réforme.

Anna Alter pour Marianne2.fr

2 réponses à “Prof-stagiaires: tirons le vrai bilan de la réforme!”

  1. louis dit :

    Le privé ? Mais les enseignants stagiaires n’y sont pas formés non plus ! Non c’est de l’Éducation qu’on se moque et de la Jeunesse également. Bien sur vous trouverez des vieux maitres , car la plupart d’entre eux sont désormais à la retraite, expliquer qu’eux aussi ont commencé comme maitre axillaire, sans aucune formation, et qu’ils ont appris sur le tas.
    Tout d’abord, il faut reconnaitre qu’enseigner il y a 30 ans était autrement plus facile qu’aujourd’hui, et qu’en général, ces mêmes maitres ne sont pas très fiers de leurs premières années où bien souvent ils ont galéré. La formation apportée dans les IUFM était certes très critiquable, mais elle permettait néanmoins aux stagiaires de faire leurs premières armes dans des conditions assez favorables. Pour avoir encadré assez souvent de jeunes collègues, je peux vous assurer, que cette première expérience leur était d’un grand secours.

  2. babelouest dit :

    On peut s’expliquer cette aberration. Par le biais de « nouveaux profs » qui n’ont pas le temps, tout simplement, d’apprendre leur métier, c’est une façon déguisée d’obliger les parents à mettre leurs enfants dans le privé, même s’ils n’en ont raisonnablement pas les moyens. C’est dans la ligne directe de la marchandisation de tout ce qui se fait, tout ce qui existe. C’est une façon aussi de lutter contre la laïcité de l’État. On peut soupçonner même que l’idée de base vienne directement de l’Élysée.

    Comme pour tous les autres dossiers, la résolution de celui-ci passe par l’éviction la plus rapide possible, par la violence ou non, de la clique infâme qui hante l’Élysée, ses annexes et une partie des autres palais nationaux.

Laisser un commentaire

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons