Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

2 décembre 2010

FMI es-tu de gauche ? Es-tu de droite ?

Filed under: 03 - Economie — iledere @ 6:30

DSK prétend que son institution impulse des politiques de justice sociale et de progrès. Le plan d’austérité que le FMI a accepté en Irlande est franchement une régression sociale. DSK ment-il ou n’a-t-il pas le pouvoir qu’il prétend ?

Le 15 novembre sur France Inter, Dominique Strauss-Kahn laissait entendre que le Fonds monétaire international  pouvait impulser une politique de gauche. La formule était alambiquée, certes mais assez claire : « Le FMI (qui) n’ a plus grand chose à voir avec le FMI d’avant. Et peut-être faudra-t-il faire évoluer son nom », proclamait le directeur général de l’institution, qui prenait l’exemple de la Grèce pour preuve : « Quant il a fallu couper les dépenses durement. Et c’est toujours les plus démunis, les plus pauvres qui en souffrent dans ces cas la. Les nouveaux programmes du FMI, et je pense à la Grèce en particulier, ont été construit de telle manière qu’on revienne à l’équilibre mais que cela se fasse en protégeant les plus démunis, les plus vulnérable ».

Une semaine plus tard, tombe le plan Irlandais. Là encore le FMI a-t-il joué un rôle de modérateur dans la boucherie sociale ? Il le prétend en tous cas, puisque dans sa déclaration de dimanche 28 novembre, DSK, au nom du FMI, affirme que « le plan national de redressement (…) présente un dosage approprié de mesures liées aux recettes et aux dépenses et préserve le dispositif de protection sociale auquel l’Irlande est attachée ». Une déclaration commune avec le commissaire européen Olli Rehn affirme de son côté que « la mise en œuvre de ce plan (…) obéit à l’objectif d’une croissance stable et génératrice d’emplois ». L’emploi, la protection sociale préservés? Il est pas de gauche le plan irlandais ?

Pour comprendre ce que le plan d’austérité irlandais n’a pas de gauche, imaginons de le transposer en France. Imaginons que la dette de la France soit attaquée par les marchés, qu’elle obtienne un plan de sauvegarde du même type (il faudrait néanmoins y mettre plus de 600 milliards d’euros…) et que le Premier ministre, par exemple Dominique Strauss-Kahn juste nommé par la présidente Ségolène Royal monte à la tribune de l’Assemblée nationale et annonce un train de mesures ainsi constituées :   le SMIC passe de 1344 euros brut mensuel à 1210 euros. Le salaire de tous les nouveaux embauchés de la fonction publique est abaissé de 10% , 200000 emplois publics seront  supprimés, le fonds de réserve de retraite (30 milliards d’euros) ponctionné pour fournir des fonds propres à la BNP-Paribas, à la Société générale ou aux Caisses d’épargne, les indemnités de chômage sont abaissées, ainsi que les allocations familiales, une taxe est appliquée sur la consommation d’eau….

Suggestion à nos amis de France Inter : il serait intéressant de réinviter DSK à s’expliquer sur les ondes françaises pour un droit de suite…

Selon mes informations, le FMI a eu bien du mal avec le gouvernement irlandais. Il n’a pas pu discuter des détails du plan gouvernemental, entièrement orienté vers la sauvegarde de la compétitivité externe, et préparé avant que les équipes de la Commission et du Fonds ne débarquent. Pour une raison de fond :  Dublin inflige à ses citoyens les effets d’une dévaluation qu’il ne peut pas et ne veut pas pratiquer (l’Irlande a beaucoup profité de l’euro, et veut recommencer), à savoir un appauvrissement massif de la population, en attendant le rebond des exportations que devrait produire une baisse des coûts salariaux, au détriment des autres pays de la zone euro et de l’Angleterre..

L’action de DSK et de ses boy’s s’est donc limité à une seule chose : le délai. C’est à la demande du FMI que le retour du déficit public irlandais est fixé fin 2014 et non fin 2013. C’est mieux que rien, mais la victoire de gauche est maigre?  Moralité : avant DSK, le FMI ne faisait que de politique ultra-libérales…Avec lui le Fonds fait des politiques de droite dure avec la droite dure et des politiques de gauche molle avec la gauche molle…

Un pays gagne vraiment à cette négociation, grâce à l’action de DSK : la Grèce. Le FMI a pesé le week-end dernier pour qu’Athènes suive le même calendrier de remboursement des emprunts (110 milliards d’euros)  réalisés sous la garantie des pays européens et auprès du FMI. Athènes et Dublin commenceront à rembourser leurs échéances dans 3 ans, et devront l’avoir achevé le programme dans 10 ans. Pour les Grecs, c’est trois ans de délai supplémentaire, qui porte sur un volume équivalent à la moitié de leur dette publique. Une renégociation des conditions de la dette qui ne dit pas son nom. Sans fausse modestie, nous avions annoncé, Alain Léauthier et moi,  cette négociation très discrète dans Marianne du 6 novembre…

Par Hervé Nathan pour « Antibobards« 

12 réponses à “FMI es-tu de gauche ? Es-tu de droite ?”

  1. babelouest dit :

    Tout-à-fait d’accord, La Main Gauche : si quelqu’un est candidat du PS, qu’on sache clairement tout de suite à quel programme il s’engage totalement, et sans revenir en arrière. C’est pourquoi il est si décevant de ne pas savoir quelle est l’ossature du projet. Une ossature, cela ne demande pas un livre entier : elle peut tenir en deux ou trois pages. Pas de grandes phrases, des idées directionnelles. C’est cela qui n’est toujours pas diffusé, et peut-être toujours pas décidé. Le PS a pourtant eu bientôt neuf ans pour « plancher » là-dessus même si certains facteurs dus à des lois récentes ont changé non la donne, mais la façon de la traiter.

    C’est pourquoi le calendrier prévu par les instances paraît bien tardif. La première secrétaire y tient, et ne semble pas vouloir de changement, même si en y réfléchissant il se peut que l’idée en soit perfectible.

  2. La main gauche dit :

    … ça aurait au moins le mérite de nous occuper les six prochains mois avec de la matière bien de chez nous !

  3. La main gauche dit :

    De post en post, le PS se fait doucement massacré, à croire que certains lui préfère le Sarkosisme… mais bon, entre ceux qui veulent un candidat désigné dans l heure croyant qu après ça tout ira pour le mieux, d autres qui préfèrent laisser trainer jusqu en juin la morosité ambiante, d autres qui préfèrent laisser planer pendant de long mois la question DSK ira ou ira pas et celle qui vient en écho de « est il de gauche ou de droite ? »… des conventions écrites mais qui, finalement, n arrivent pas à donner complètement un éclairage, car elle ne donnent pas la partition concrète de ce qui pourrait se dérouler à partir de juin 2012, et c est peut être cela qui manque, un calendrier d actions concrètes structurelles qui s imposeraient à tous les candidats et qui les installeraient, quelque soit le candidat, dans une réelle politique de gauche… dés juillet 2007 la droite a mis en oeuvre ses réformes en faveur des riches et de l endettement toujours plus élevé de l état en commençant par le bouclier fiscal.. pourquoi ne pas donner quelques signes clairs, comme, par exemple, une réforme fiscale de gauche pour un état riche, que tout candidat, même DSK, devrait appliquer dés les premiers mois… ça n est pourtant pas compliquer de sortir son chewing gum de la bouche et inscrire concrètement ce que toute la gauche réclame sur un certain nombre de point cruciaux.. il ne s agit pas pour autant d inscrire dés maintenant un programme complet et les priorités que tout candidat portera à sa manière et selon ses convictions propres, sauf toutefois, justement sur des priorités structurelles qui font vraiment la différence entre gauche et droite et qui, normalement, ne devraient pas avoir à tenir compte du candidat désigné !?!

  4. babelouest dit :

    hpai, je pense que nos points de vue sont inconciliables. Je parle de la gauche, vous me sortez Delors. Et si vous préférez le terme confiscation pour les banques, qu’importe. Pour Strauss-Kahn, ce n’est pas la gauche, gardez-le avec vous, mais qu’il ne vienne pas à la tête du pays, ce serait aussi mauvais que la situation actuelle. Le meilleur critère pour choisir une nouvelle majorité, est de voir parmi les candidats en présence lesquels sont pour une sortie totale à la fois de l’OTAN et de l’Union Européenne, telle qu’elle existe. Ce sera assez facile, si la langue de bois ne règne pas trop en maîtresse.

  5. hpai dit :

    @babelouest

    Ce n ‘est pas de la nationalisation , c ‘est de la confiscation.
    Rien de bien nouveau sous le soleil c ‘est exactement ce que Lenine a fait en 1917. En France on a déja vu le succes des nationalisations bancaires en 1981. Le Crédit Lyonnais est mort d ‘incompétence. Heureusement que la présence de J.Delors a préservé les interets du pays. Mais il renoncera ensuite à l ‘élection présidentielle car il savait qu ‘il ne disposerait pas de l ‘appui d ‘une partie de son camp. Le triomphe de la gauche en 2012 demande d ‘éviter la meme attitude à l ‘égard de D.Strauss-Kahn. Vous serviriez ainsi les plans du Président sortant.
    Faite un effort et le meilleur choix meme s ‘il n’est que stratégique. La gauche est capable de gouverner et petit rappel le Front Populaire n ‘avait pas nationalisé les banques.

  6. babelouest dit :

    hpai, en Grèce les socialistes ont malheureusement accepté la dictature du FMI. Ce n’est pas en faisant payer les pauvres et la petite classe moyenne qu’on peut résoudre les difficultés monétaires, mais en nationalisant les banques sans indemnité pour les bâillonner et les empêcher de continuer à nuire.

    Je crains la même chose en France, que ce soient les suppôts de la droite dure qui repassent, ou que ce soient la plupart des socialistes de premier plan qui prennent leur place. Pas tous, cependant, mais ceux auxquels je trouve une légitimité seront assurément les moins bien placés en cas de Primaires. Le seul salut ne peut venir que de la vraie gauche, à laquelle comme je disais certains socialistes appartiennent sans aucun doute. Je discutais hier soir avec l’un d’eux, je dois dire que sur nombre de points nous étions d’accord. Sur quelques autres, en particulier au niveau européen, nous divergeons cependant.

  7. hpai dit :

    En Grece nous trouvons des socialistes RESPONSABLES qui appliquent les mesures préconisées par le FMI apres que leur pays ait bien profité du désordre monaitaires. Il y en a qui ne quitte pas le Parti Socialiste en pensant que l ‘argent tombe du ciel quand on leve le bras gauche. Souhaitons nous de ne pas avoir à relever la France de telle gabegie.

  8. La main gauche dit :

    Il y a peu, Nadine Morano et Charles Beigbeder faisait une leçon pédagogique très condescendante à Eva Joly pour lui expliquer, la main sur le coeur, que les revenus colossaux des capitalistes n’était qu’une modique et juste rétribution des énormes risques que ces capitalistes supportaient, puisque ceux-ci pouvaient perdre tout leur capital et se retrouver plus qu’à poil et, a contrario, en argument qui tue, le salarié, lui, a l’assurance chômage qui l’éloigne pour l’éternité de l’infâme scorbut !. autant dire le paradis sur terre, si bien qu’on se demande pourquoi il y a encore tant de gens assez fou pour se lancer dans cette folle aventure qu’est le capitalisme (sûrement un fond diffus d’altruisme génétique qui doit provenir d’un quelconque et lointain rayonnement fossile qui traverse et touche aléatoirement quelques élus !).
    Mais voila qu’un jour de beuverie du club de la « croissance-aveugle-et-contre-tout », est inventé le FMI, joujou américain et, accessoirement européen, l’Assurance des Assurances « tout risque » avec un grand « A » des très grosses entités capitalistes, au point qu’on pourrait presque s’étonner de ne pas voir émerger une lutte des classes entre petits capitalistes (entrepreneurs de PME ou actionnaires lambda d’amuse-gueules locaux) qui mangent la grenouille au moindre tressaillement économique face à ces mastodontes multinationaux et autres groupes bancaires (et sûrement vendeurs d’armes à l’occasion de longues soirées d’hivers mortifères) si ce n’était mal connaitre le farouche et indécrottable écoeurement à la seule prononciation du terme « lutte de classe » qui règne chez tout capitaliste même minusculement microscopique (ça tient certainement aussi du rayonnement fossile, ce genre d’ancrage profond)..
    Alors le FMI, financer par nos impôts pour aider en période de crise de très gros capitalistes en échanges de moins de protections sociales et de baisses de salaires et de davantage d’impôts pour la chair à canon, c’est un peu, pour les extrêmement riches, comme si pour les pauvres, par le biais d’un FM2I (Fond Monétaire International Inversé) le MEDEF devait cotiser auprès de pôle emploi pour, en période crise, financer des revenus d’inactivité aux salariés licenciés et, en plus, en échange de réformes structurelles obligeant le MEDEF a verser moins aux actionnaires pour continuer à embaucher et augmenter les salaires dans leurs entreprises !!… Tiens, voici une bonne idée à glisser à DSK !!

    Ensuite, DSK est-il de gauche ou pas, renvoi à la question que des sondages plus ou moins fabriqués laissent plâner, le Français est-il de gauche ou pas ?

  9. Jean-Marie dit :

    « et que le Premier ministre, par exemple Dominique Strauss-Kahn juste nommé par la présidente Ségolène Royal  »

    Incroyable, la Section de l’Ile de Ré révéle (enfin presque) un scoop :  » La candidature de Ségolène Royal !
    Il est vrai que  » Le courage, c’est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com. »

    Les copains du Conseil Régional sont des petits cachotiers !

    J.Marie

  10. babelouest dit :

    Le plus délicat est très souvent de se retrouver avec le choix entre quelqu’un qu’on ne veut pas et quelqu’un qu’on ne veut pas. C’est pourquoi la « démocratie » est un mythe : on ne choisit pas son représentant, on essaie de choisir le moins mauvais parmi les candidats présentés. Ce n’est pas du tout la même chose.

  11. la pecnaude dit :

    Le socialisme n’est pas un homme ou quelques hommes, mais des millions d’êtres humains qui sont en accords sur les grandes lignes d’une pensée politique …. et il ne faut oublier que si « tant d’autres » vous ont déplus, c’est quand même vous et « tant d’autres » que les avez élus, démocratiquement.

  12. Opaline dit :

    Etonnant comme les socialistes peuvent encore se poser la question sur l’appartenance de DSK. Ce monsieur est l’un de ces personnages, parmi tant d’autres, qui m’ont fait quitter définitivement le PS.

Laisser un commentaire

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons