Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

20 décembre 2010

Présidence du FN : Brice Hortefeux favori

Filed under: 20 - UMP,humour — iledere @ 10:28

‘Je veux décomplexer l’extrême-droite et lui rendre ses lettres de noblesse ». C’est avec audace que Brice Hortefeux est parti à l’assaut de la citadelle frontiste. Un Front National qu’il entend bien arracher à la dynastie Le Pen afin d’en faire un « parti moderne ». Aussi, Brice Hortefeux a fait le choix d’une campagne offensive où de déclarations xénophobes en surenchère sécuritaire, il impose ses thèmes.

Au premier rang desquels « l’islamophobie« , où malgré les récentes déclarations de Marine Le Pen, le ministre de l’Intérieur garde toute légitimité fort de sa condamnation pénale. (et une deuxième dans la foulée au Civil.. Un triste record pour un ministre.. Note du Webmestre…)

Une légitimité renforcée par son action gouvernementale. Comme aime à le rappeler Brice Hortefeux, « tout ce que propose Marine Le Pen ou Bruno Gollnish, on l’a déjà fait« . « Lois sécuritaires, expulsions massives d’étrangers, stigmatisation des musulmans, des rom, cadeaux fiscaux, nous avons appliqué à la lettre le programme frontiste » ajoute le ministre de l’Intérieur, avant d’enfoncer le clou comme pour mieux ringardiser ses concurrents : « Il est temps de passer la vitesse supérieure« .

Pour réussir la mue du Front National, le candidat auvergnat entend rénover le logiciel idéologique. « Il ne s’agit pas de tout changer de fond en comble,mais d’opérer quelques changement à la marge pour faire entrer le parti dans le XXIème siècle« . Tout d’abord, le ministre veut que le FN « abandonne cette tradition antisémite surannée » et se consacre entièrement à la « haine du musulman » bien plus rentable médiatiquement. Par ailleurs, Brice Hortefeux entend délester le parti de ses « accents ouvriéristes ». « Il faut assumer ce que l’on est. Un parti au service des puissants« .

Le but avoué de cette rénovation est de sortir le parti de son « ornière médiatique ». Et de gagner en respectabilité. Pour réussir son pari, Brice Hortefeux s’est appuyé sur les écrits d’intellectuels français parmi les plus illustres qui d’Alain Finkielkraut à Claude Imbert ont su populariser le concept de « racisme respectable ». Et qui font de Brice Hortefeux le candidat préféré des médias. A l’image du dernier édito vidéo de Christophe Barbier où on l’entend chantonner :

Elle est à toi cette élection,
Toi l’Auvergnat qui sans façon,
M’a donné quatre coups de pied,
Quand je n’avais pas de papiers

Par Jean-Pierre Martin pour son blog  » un petit cadre dans une grosse boiboite » ou le bonheur d’être banquier, riche et français et de se lever tôt le matin

2 réponses à “Présidence du FN : Brice Hortefeux favori”

  1. Marine Le Pen à l’heure suisse

    Au moment où la course à la présidence du Front national est lancée, la fille de Jean-Marie Le Pen regarde vers la ligne bleue des Alpes pour trouver l’inspiration.

    Les primaires du Front national français (FN), qui ont commencé en septembre, sont presque aussi importantes que celles du Parti socialiste, toutes proportions gardées. Car c’est le visage de la droite – et pas seulement son extrémité – qui peut s’en trouver changé. Entre les deux candidats à la succession de Jean-Marie Le Pen comme président du FN, il y a plus que des différences d’âge et de genre. [Depuis le 14 décembre, les membres du FN sont invités à voter par correspondance. Le nom du vainqueur sera connu le 16 janvier, lors du congrès du parti, à Tours.]

    Bruno Gollnisch veut faire l’unité de l’extrême droite. Sans le dire, mais tout en le suggérant, il est le gardien de ce corpus du fascisme français qui a été illustré par des plumes célèbres, de Céline à Brasillach, en passant par Charles Maurras et Drieu La Rochelle. Son ambition est moins l’accession au pouvoir que la transmission d’un héritage idéologique contenu dans le “nationalisme intégral” de Maurras [qui avait choisi cette formule comme sous-titre à son quotidien, L’Action française]. Son adversaire Marine Le Pen rejette ce corpus idéologique, qu’elle juge encombrant et suranné. Elle ne regarde pas La Colline inspirée de l’écrivain nationaliste Maurice Barrès [roman de 1913, réédité en 2005 par les éditions du Rocher] et préfère tourner ses regards vers nos Alpes et, surtout, l’UDC [Union démocratique du centre, le parti populiste d’extrême droite de Christoph Blocher, à l’origine, entre autres, d’une votation contre la construction de minarets, en novembre 2009]. A l’instar de cette dernière, elle veut peser sur les choix du gouvernement et, à terme, y entrer. Même si elle prétend rejeter – pour le moment – toute alliance avec le grand parti de la droite démocratique, l’UMP.

    Si Bruno Gollnisch l’emporte, grâce aux liens qu’il a tissés avec la base frontiste, l’UMP aura à sa droite un adversaire que son extrémisme affiché rendra peu dangereux pour l’élection présidentielle de 2012. Si Marine Le Pen succède à son père à la tête du Front national, la situation deviendrait alors très inconfortable pour le parti du président Sarkozy. La diaboliser et la rejeter à la marge de l’extrémisme ne sera guère crédible. En s’emparant d’un gros pourcentage de voix en 2012, cette “Marine nationale” risque donc de faire couler le vaisseau UMP.

  2. babelouest dit :

    Grâce au Front Nat, Brice se fera peut-être des cheveux….. Chapeau, bonhomme ! Ils sont sympa, ces bougnats comme lui qui vont au charbon jour et nuit !
    http://data.moviecovers.com/DATA/zipcache/LE%20PETIT%20BOUGNAT.jpg

Laisser un commentaire

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons