Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

20 décembre 2010

Le syndrome du larbin

Filed under: humour — iledere @ 12:00

I) Définition
Chez un individu, le syndrome du larbin est un comportement pathologique visant à prendre systématiquement la défense des classes les plus favorisées au détriment de celles dont il est issu. Ce syndrome diminue les capacités d’analyse du larbin et se traduit par un blocage psychologique l’incitant à agir préférentiellement contre ses propres intérêts au profit de ceux qui l’exploitent.

II) Analyse des symptômes
L’amour démesuré qu’affiche le larbin à l’égard des patrons, des rentiers ou des milliardaires, est l’acte de foi qui structure son discours. Le larbin agit sans discernement de ce qui pourrait être bon pour lui, il intellectualise le débat pour tenter de nous convaincre que piocher chez les riches est toujours la pire des solutions, quand bien même il en serait bénéficiaire. Les arguments économiques qu’il invoque inlassablement n’ont pas servi à forger sa conviction, le syndrome du larbin est malheureusement une vocation qui se trimbale dès le plus jeune âge et contre laquelle il n’existe aucun remède. Le larbin n’a pas choisi d’aimer les riches, il aime les riches parce qu’il est un larbin. De tendance nettement libérale le larbin est celui qui vous vante les bienfaits du bouclier fiscal alors même qu’il ne paye pas d’impôts. C’est encore le même larbin qui voudrait réduire ou supprimer l’impôt sur la fortune même s’il sait qu’il ne sera jamais concerné par la question. Un écervelé victime du syndrome du larbin n’a pas de conscience politique, il vote instinctivement dans l’intérêt de ceux qui l’exploitent pour s’attirer leur bienveillance. Le larbin estime que l’argent qui lui fait défaut, est beaucoup plus utile dans le coffre d’un riche qui pourra ainsi le réinvestir beaucoup plus utilement qu’il ne l’aurait lui même dépensé. Le larbin cautionne tous les sacrifices et les plans d’austérité dont il pourrait être l’objet comme la baisse des salaires, ou encore l’augmentation de l’âge de la retraite même si son travail ne lui convient d’aucune façon et que ses maîtres ne lui offrent aucune perspective d’améliorer sa condition.

III) Hypothèses sur l’origine du syndrome
Deux théories principales s’affrontent pour expliquer l’origine du syndrome : la thèse génétique et la pathologie mentale.
Après des siècles d’esclavage et de féodalité, les larbins pourraient être le produit d’une sélection artificielle des soumis par leurs maitres. La transmission génétique des caractères aurait favorisée la sélection d’une souche vivace de larbins domestiques au profit d’une nouvelle espèce de primates : l’homo larbinus.
Selon cette hypothèse le mécanisme en œuvre serait similaire à la sélection des chiens et des chevaux mais directement appliqué à l’homme.
Pour les tenants de la pathologie mentale le caractère héréditaire n’est pas retenu, il s’agirait plutôt d’un trouble qui se développerait dès l’enfance. Le processus s’aggraverait au passage à l’âge adulte lorsque le sujet prend conscience de la médiocrité de sa condition, le larbin développerait des stratégies inconscientes visant à restaurer un équilibre cognitif pour justifier l’acceptation de sa subordination. Le larbin finit ainsi par s’identifier à ses maîtres en s’imaginant appartenir au corps social qui l’exploite. (more…)

Présidence du FN : Brice Hortefeux favori

Filed under: 20 - UMP,humour — iledere @ 10:28

‘Je veux décomplexer l’extrême-droite et lui rendre ses lettres de noblesse ». C’est avec audace que Brice Hortefeux est parti à l’assaut de la citadelle frontiste. Un Front National qu’il entend bien arracher à la dynastie Le Pen afin d’en faire un « parti moderne ». Aussi, Brice Hortefeux a fait le choix d’une campagne offensive où de déclarations xénophobes en surenchère sécuritaire, il impose ses thèmes.

Au premier rang desquels « l’islamophobie« , où malgré les récentes déclarations de Marine Le Pen, le ministre de l’Intérieur garde toute légitimité fort de sa condamnation pénale. (et une deuxième dans la foulée au Civil.. Un triste record pour un ministre.. Note du Webmestre…)

Une légitimité renforcée par son action gouvernementale. Comme aime à le rappeler Brice Hortefeux, « tout ce que propose Marine Le Pen ou Bruno Gollnish, on l’a déjà fait« . « Lois sécuritaires, expulsions massives d’étrangers, stigmatisation des musulmans, des rom, cadeaux fiscaux, nous avons appliqué à la lettre le programme frontiste » ajoute le ministre de l’Intérieur, avant d’enfoncer le clou comme pour mieux ringardiser ses concurrents : « Il est temps de passer la vitesse supérieure« .

Pour réussir la mue du Front National, le candidat auvergnat entend rénover le logiciel idéologique. « Il ne s’agit pas de tout changer de fond en comble,mais d’opérer quelques changement à la marge pour faire entrer le parti dans le XXIème siècle« . Tout d’abord, le ministre veut que le FN « abandonne cette tradition antisémite surannée » et se consacre entièrement à la « haine du musulman » bien plus rentable médiatiquement. Par ailleurs, Brice Hortefeux entend délester le parti de ses « accents ouvriéristes ». « Il faut assumer ce que l’on est. Un parti au service des puissants« .

Le but avoué de cette rénovation est de sortir le parti de son « ornière médiatique ». Et de gagner en respectabilité. Pour réussir son pari, Brice Hortefeux s’est appuyé sur les écrits d’intellectuels français parmi les plus illustres qui d’Alain Finkielkraut à Claude Imbert ont su populariser le concept de « racisme respectable ». Et qui font de Brice Hortefeux le candidat préféré des médias. A l’image du dernier édito vidéo de Christophe Barbier où on l’entend chantonner :

Elle est à toi cette élection,
Toi l’Auvergnat qui sans façon,
M’a donné quatre coups de pied,
Quand je n’avais pas de papiers

Par Jean-Pierre Martin pour son blog  » un petit cadre dans une grosse boiboite » ou le bonheur d’être banquier, riche et français et de se lever tôt le matin

19 décembre 2010

Philippe Manière explose le mur du çon sur Europe 1

Modern TimesTous les soirs vers 19h10, Demorand fait « s’affronter » sur Europe 1 un invité de « gauche » et un invité de droite. Il choisit en général des sujets assez caricaturaux pour que le papier à cigarettes qui sépare les deux « adversaires » devienne le sujet d’une discussion très animée. Et malgré tous ses efforts, il arrive souvent que les deux « combattants » soient au regret de devoir constater leur accord quasi total sur le sujet du jour. C’est bien révélateur d’une époque où la doctrine capitaliste et libérale a été adoptée par la quasi totalité des partis politiques français (et pas seulement français, hélas),

L’invité de « gauche », c’est souvent Olivier Duhamel, juriste et politologue (Politologue ! Sacré boulot ! On s’inscrit où ?). Beau parleur, intelligent et convaincant. Mais on a déjà vu plus extrémiste… Enfin, on est sur Europe 1, il ne faut pas trop demander, non plus…

L’un de ses « adversaires » s’appelle Philippe Manière. Un journaliste économique. Pour parler clair, c’est une véritable caricature d’homo economicus, cerveau bien huilé, mais totalement bridé par un contexte qu’il considère comme intangible. Vous trouverez l’intégralité de son pédigree par ici . On y apprend avec intérêt qu’en plus de son travail de journaliste dans les torchons les plus réactionnaires, il a été président de l’Iinstitut Montaigne, « think tank » libéral créé par l’assureur multimillionnaire Bébéar (dont la fortune dépasse les 100 millions d’euros, ce qui le prédispose assurément à donner des leçons aux pauvres, et même au Président de la Ripoublique ). Comme tous les « zéconomistes » qui n’ont rien vu venir de la Crise des Subprimes, il ne semble guère avoir tiré les leçons de cet épisode et encore moins fait montre d’un minimum de modestie et d’humilité, bien au contraire,

Le sujet d’hier était « les 35 heures« , au prétexte que ce grand penseur de Xavier Bertrand avait déclaré, en réponse aux exhortations de Longuet, qu’il ne voyait pas l’utilité de les supprimer, puisque dans les faits leurs principes ont été tellement assouplis qu’elles n’existent déjà plus. Bel aveu, au passage.

Mais voilà qui ne fait pas l’affaire de Philippe Manière, qui ferait presque passer Xavier Bertrand pour un gauchiste effronté ! Pour ce type, comme pour Longuet, les 35 heures sont une plaie béante faite au libéralisme, un affront impardonnable, quasiment un viol. (il parle même de « suicide » pour la France) Ca s’est passé il y a 13 ans, mais il continue à ne pas en dormir la nuit, et il reste persuadé que la panne économique dont souffre la France y trouve son origine. Il ne comprend pas que la France soit passée aux 35 heures « au moment où le monde s’ouvrait à des gens qui pédalent comme des fous« . En fait, il aurait voulu que nous pédalions comme des fous, avec lui et ses semblables dans le pousse-pousse, bien au chaud derrière, à débiner ceux qui ne pédalent pas assez, et à leur donner des coups de fouets pour les motiver… (more…)

Agenda social du MEDEF : Les jeunes en « stand by » et les seniors sur la touche !

Filed under: 04 - Emploi formation — iledere @ 6:30

Enchantée par l’offre de la CFDT de « passer à autre chose » après le conflit des retraites, Laurence Parisot vient de communiquer aux syndicats son « agenda social ». Celui-ci, freine des 4 fers sur les jeunes et fait l’impasse sur l’emploi des seniors !

Le MEDEF n’a pas mis longtemps à réagir aux propos de Xavier Bertrand le ministre du travail qui avait indiqué :  » (…) qu’il allait lancer une « concertation spécifique » avec les partenaires sociaux sur l’emploi des jeunes, notamment pour trouver de « nouveaux outils » sur l’alternance (…)  »
Laurence Parisot, s’appuyant sur un courrier envoyé aux syndicats :  » (…) pour leur proposer la « trame » d’un agenda social pour les deux années à venir (… )  » n’a pas retrouvé le ton « aimable », employé sur les plateaux de télévision, nous expliquent Les Echos
 » (…) Le contenu sera borné : « Il n’est pas question d’inventer un méandre de plus dans les usines à gaz des particularités contractuelles », a indiqué hier Laurence Parisot. Le mandat est plutôt d’ « améliorer, optimiser voire créer » des dispositifs « opérationnels », par exemple sur le logement des jeunes, un sujet déjà évoqué ces derniers mois (…)  »
Du côté de l’apprentissage, que Nadine Morano, qualifie : «  (…) d’ objectif national partagé (…)  »
La réponse est nette :  » (…) L’accroissement des effectifs en apprentissage et en contrat de professionnalisation dépend d’abord du carnet de commandes, d’une simplification des procédures et d’une baisse de la durée de la formation en apprentissage (…)  »

En bref, il est urgent de ne rien faire ou alors en revoyant à la baisse la qualification des jeunes !
En ce qui concerne l’emploi des seniors : le dossier est renvoyé … à plus tard, au fait que : (…) Nous sommes prudents et souhaitons avancer pas à pas », a-t-elle indiqué, privilégiant la mise en oeuvre des plans d’action dans les branches et entreprises (…) « 

C’est à dire immobilisme total pour une population que le MEDEF veut faire travailler plus longtemps !
Et pourtant, que déclarait le même MEDEF au sujet de l’emploi des seniors en mars 2006 ?
 » (…) Trop de personnes en France sont écartées du marché du travail en raison de leur âge. Il faut faire changer les mentalités (…) «  Senior Actu

Puis en avril 2008
 » D’une part, et comme l’ont fait l’ensemble des pays européens, il faut relever l’âge légal de la retraite (…) toutes les études et statistiques le montrent en effet chez nos voisins : les salariés restent plus longtemps dans les entreprises (…) Ensuite, il faut supprimer la dispense de recherche d’emploi pour les plus de 57 ans et demi. Cette dispense n’incite pas à rechercher du travail (…)  » – Senior Actu (more…)

18 décembre 2010

Vu d’ailleurs : l’hyperprésident rentre dans le rang

Filed under: 20 - UMP — iledere @ 12:00

Le Premier ministre François Fillon serre la main de Nicolas Sarkozy en quittant l'Elysée le 13 novembre 2010.Le remaniement ministériel du 14 novembre montre à l’évidence que la rupture sarkozyste a vécu, estime la Tribune de Genève. A force de vouloir tout bousculer, le président s’est mis tout le monde à dos, y compris les députés de la majorité.

Il est difficile d’imaginer autobut plus spectaculaire. En annonçant, en juin dernier, la nomination d’un nouveau gouvernement, Nicolas Sarkozy pensait donner un coup de fouet à l’action gouvernementale après les affaires Woerth-Bettencourt et la réforme des retraites. Cinq mois plus tard, voilà le président contraint par les députés de son parti, l’UMP, à reconduire François Fillon à Matignon et à accepter le retour aux affaires d’un poids lourd chiraquien, Alain Juppé [nommé ministre de la Défense]. Le fouet est tombé des mains de Sarkozy. Et le Premier ministre s’en est aussitôt emparé.

Ce remaniement molasson signifie la fin de la rupture sarkozyste et de l’omniprésidence, ainsi que le retour de l’actuel président dans le sillon des institutions. Avant lui, aucun élu suprême de la Ve République – y compris le général de Gaulle – ne s’était transformé à ce point en « super-Premier ministre » décidant de tout et dans tous les détails, ravalant le chef du gouvernement au rang de collaborateur subalterne. A ce jeu, l' »omniprésident » s’est épuisé en multipliant les erreurs sur le plan intérieur, entre la calamiteuse gestion des affaires Woerth, le maintien de l’impopulaire bouclier fiscal et le passage en force, sans aucune pédagogie, de la réforme des retraites. Désormais, les rôles traditionnels seront distribués : au président le soin de représenter la France à l’étranger, notamment à la tête du G20 pendant un an ; au Premier ministre la tâche de mener à bien la politique intérieure.

Enfant de Neuilly, cette banlieue privilégiée de Paris, Nicolas Sarkozy est en train de payer sa méconnaissance de la France qui compte, celle de la province. Sans précaution, il a voulu bousculer ce vieux peuple rebelle et conservateur. Or même la droite qui le soutenait préfère maintenant François Fillon, qu’elle reconnaît pour l’un des siens et qui la réconforte par sa tranquille assurance.

Par Jean-Noël Cuénod pour La Tribune de Genève

Le racisme de l’extrême droite révèle son manque de « modernité »

Filed under: 10 - Chronique de la haine ordinaire — iledere @ 6:30

Maurice Bardèche, le premier propagateur français, avec Paul Rassinier, du négationnisme de la Shoah, aimait se référer à la Révolution française afin de convoquer au service de son abjecte théorie une page glorieuse de notre histoire.

C’est la même mécanique que Marine Le Pen vient d’employer en « associant à l’Occupation » la présence des musulmans dans notre pays. Se référant à la laïcité et en appelant à la République, Marine Le Pen opère un renversement de la pensée qui serait comique s’il n’avait pour but de camoufler, sous la « Résistance » à laquelle elle convie implicitement, une pensée raciste et liberticide.

La ficelle paraît un peu grosse, venant d’une des figures majeures du Front national dont le président, Jean-Marie Le Pen, qualifiait en 2005 l’Occupation nazie que subit la France de « pas si inhumaine que cela ». Le même Jean-Marie Le Pen qui – sans même remonter à ses multiples condamnations pour apologie de crimes de guerre, apologie de crimes contre l’humanité, racisme, antisémitisme et négationnisme, pas plus qu’à l’éloge funèbre qu’il fit de Maurice Bardèche – riait au premier rang du spectacle de Dieudonné lorsque ce dernier offrit au négationniste Robert Faurisson un écrin scabreux au Zénith de Paris.

Désormais lestée de cette sortie au racisme patent, l’extrême droite « respectable » dont Marine Le Pen était censée incarner la naissance vient de se fracasser sur l’autel des ressorts politiques profonds de cette partie de l’échiquier politique. Tout comme elle se fracassa lorsque, en Italie, le magistère institutionnel et la tribune publique qu’offrit Silvio Berlusconi à la Ligue du Nord créèrent dans la Péninsule une ambiance de pogroms et permirent que fussent avancés au niveau gouvernemental des projets – tels que le tatouage des Roms – que l’on croyait ensevelis sous les décombres du mussolinisme. Et l’ambiance créa, comme souvent lorsqu’elle s’abat avec une durée suffisante sur un territoire, des passages à l’acte, en l’espèce des crimes racistes. (more…)

17 décembre 2010

Les très bons comptes de l’immigration

Filed under: 01 - Etudes et analyses — iledere @ 12:00

Les immigrés sont une excellente affaire pour l’Etat français : ils rapportent une grosse douzaine de milliards d’euros par an et paient nos retraites.

Les immigrés sont une très bonne affaire pour l’économie française : ils reçoivent de l’Etat 47,9 milliards d’euros, mais ils reversent 60,3 milliards. Autant dire un solde positif de 12,4 milliards d’euros pour les finances publiques, qui ne représente pourtant que la part monétaire de transferts bien plus importants. Dans ce pays de 64,7 millions d’habitants, 6,5 millions de Français comptent au moins un immigré dans leur famille. Les chiffres de l’immigration légale sont très fluctuants. En France, on recense environ 5,3 millions de résidents étrangers avec leurs familles.

Une équipe de chercheurs de l’université de Lille, sous la direction du Pr Xavier Chojnicki, a réalisé pour le compte du ministère des Affaires sociales une étude sur les coûts de l’immigration pour l’économie nationale. Travaillant sur des chiffres officiels, les chercheurs ont décortiqué tous les grands postes de transfert des immigrés. Il en ressort un solde très positif. Les chercheurs ont remis leur rapport en 2009, au terme de trois ans d’études. Les 47,9 milliards d’euros que coûte l’immigration au budget de l’Etat (2009) sont ventilés comme suit : retraites, 16,3 milliards d’euros ; aides au logement, 2,5 milliards ; RMI, 1,7 milliard ; allocations chômage, 5 milliards ; allocations familiales, 6,7 milliards ; prestations de santé, 11,5 milliards ; éducation, environ 4,2 milliards.

De leur côté, les immigrés reversent au budget de l’Etat, par leur travail, des sommes beaucoup plus importantes : impôt sur le revenu, 3,4 milliards d’euros ; impôt sur le patrimoine, 3,3 milliards ; impôts et taxes à la consommation, 18,4 milliards ; impôts locaux et autres, 2,6 milliards ; contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS) et contribution sociale généralisée (CSG), 6,2 milliards ; cotisations sociales, environ 26,4 milliards d’euros.

A ce solde positif de quelque 12,4 milliards d’euros il faut ajouter d’autres revenus pas toujours monétaires, mais d’une grande importance sociale et économique : les immigrés occupent l’immense majorité des emplois dont les Français ne veulent pas, et 90 % des autoroutes ont été et sont construites et entretenues avec de la main-d’œuvre étrangère. Sans immigrés, les prix à la consommation (produits agricoles et autres) seraient bien plus élevés, la main-d’œuvre étrangère étant bien moins payée. (more…)

La vision particulière de la « gestion de l’argent public » de l’UMP

Filed under: 20 - UMP — iledere @ 6:30

L’UMP ne manque jamais une occasion de fustiger la « mauvaise » utilisation de l’argent public. Cette obsession de la bonne gestion ne s’applique pourtant pas à la sienne depuis 2007.

Sur le site des députés UMP à l’Assemblée Nationale, on peu lire cette profession de foi :  » (…) Attachés à une gestion rigoureuse de l’argent public, les députés de l’Union pour un Mouvement Populaire attendent aussi de l’Etat qu’il montre l’exemple et conduise une politique sérieuse des finances publiques visant à alléger la contrainte que fait peser sur la France et sur ses jeunes générations la persistance de déficits et de dettes publics excessifs (…)  »

Ce qui est vous l’avouerez en parfaite contradiction avec les déclarations de Dominique Dord, le successeur d’Eric Woerth, au poste de trésorier de l’UMP publiée par Le Figaro

«  L’UMP, qui accusait un déficit de 30 millions d’euros après la présidentielle de 2007, table sur un retour à l’équilibre en 2011, a déclaré à l’AFP son trésorier Dominique Dord (…) Et pour ce qui concerne les comptes de 2010, celui-ci prévoit :  » (…) un déficit réduit à 3 à 4 millions d’euros à la fin de l’année, pour un retour à l’équilibre en 2011 (…)  »

«  (…) S’il s’agissait d’une structure privée ne maniant que des fonds privés, on s’en moquerait un peu, voire beaucoup. Mais l’UMP est un parti politique. Et même le parti majoritaire en France. Il bénéficie donc d’un financement public (…) fait judicieusement remarquer le site Aix Hebdo

Qui ajoute :  » (…) Comment l’UMP a-t-elle pu, sous la houlette de son très compétent ministre-trésorier Eric Woerth, passer d’un bénéfice de plus de 10 millions d’euros fin 2008 à un déficit au montant inconnu en 2009 ? (…)  »

Mais, combien l’UMP a t-elle touché d’argent public depuis 2007 ?

Pour connaître ces montants, il suffit de se rendre sur le site de la Commision nationale des comptes de campagne et des financements politiques qui donne le détail des : « Aides publiques directes attribuées aux partis et groupements politiques » depuis 1990

En ce qui concerne l’UMP (montants des deux versements annuels en € :

2007 : 9 788 050,48 + 22 418 985,64 (more…)

16 décembre 2010

APRES LES CARAVANES ROMS, LE KARSHER CONTRE LES YOURTES ET LES TIPIS

Filed under: 10 - Chronique de la haine ordinaire — iledere @ 12:00

Après les caravanes ROMs, le Karsher contre les yourtes et les tipis>Le 14 décembre passera la loi loppsi 2 …

Vivre dans des camions, yourtes, tipis, roulottes, cabanes deviendra illicite ! Une lettre sera envoyée à tous les maires et Préfets qui seront redevables d’une amende de 3 700 € en cas de non-DENONCIATION !!!

Nos habitats peuvent être détruits dans les 48h!!
Cette loi va passer parce que personne n’en a entendu parler!!

LOPPSI 2, Le Gouvernement fait la guerre aux mal-lotis :
* Non à la pénalisation et à l’expulsion arbitraire des habitants de logements de fortune…
o ROMs, gens du voyage, habitants de bidonvilles, de cabanes, de maisons sans permis de construire, et de toutes formes d’habitats légers, mobiles et éphémères, tous sont visés…

A l’heure où le Gouvernement est attaqué de toute part sur sa politique répressive et raciste à l’égard des Roms, des gens du voyage et en règle générale, des populations précaires, il fait adopter en force l’article 32 ter A de la LOPPSI 2 à l’encontre des habitants de bidonvilles, d’habitations de fortune, de campements de sans abris comme dans le bois de Vincennes, et également à l’encontre de personnes ayant choisi d’habiter caravanes, roulottes, camions, tipis, yourtes, auto et éco-constructions.

Toute construction sans permis de construire, comme il en existe beaucoup dans les DOM TOM pourrait aussi tomber sous le coup de cette procédure d’exception, car une construction sans permis est «illicite». Cette procédure menace également les squatters : le Ministère de l’Intérieur a annoncé son intention de l’étendre aux occupants de locaux lors de la deuxième lecture à l’Assemblée Nationale.

L’article 32 ter A de la LOPPSI 2 est une mesure d’exception car elle bafoue les principes de la protection par le juge du domicile, des biens, de la vie familiale et privée, et donne un pouvoir arbitraire et disproportionné au Préfet : en effet, la procédure d’expulsion en vigueur actuellement sur les logements de fortune, nécessite une décision du juge, elle protège d’une expulsion en hiver, elle permet d’être pris en compte dans des dispositifs de relogement voire d’hébergement, elle doit respecter des délais et des actes de procédure délivrés par un huissier, elle prévoit la protection des biens des  personnes expulsées…. (more…)

« Page précédentePage suivante »

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons