Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

11 janvier 2011

USA : après la fusillade, les questions…

Filed under: 09 - Evènement — iledere @ 6:30

« Qui sème le vent récolte la tempête« . C’est en quelque sorte le fond de la polémique qui enfle au USA. Le  staff du blog « Culture femme » revient sur la tragédie de la fusillade de Tucson alors que l’élue démocrate, Gabrielle Giffords (notre photo), est gravement blessée à la tête, est toujours dans un état critique. Nul doute que la réflexion ne s’arrêtera pas au Tea Party et que la liberté de possession d’arme sera de nouveau sur la sellette.

Le Tea Party et Sarah Palin mis en cause suite à la fusillade qui a fait 6 morts lors d’un meeting politique
Le Tea Party, mouvement ultraconservateur américain qui a connu une certaine recrudescence depuis l’élection de Barack Obama, est aujourd’hui montré du doigt par la presse américaine. Celle-ci indexe plus particulièrement la rhétorique (discours) violente et souvent raciste du Tea Party, et notamment la rhétorique de Sarah Palin, chef de file des ultraconservateurs. Lors de la campagne de mi-mandat (perdue par les démocrates, désormais minoritaires au Congrès), Sarah Palin n’avait pas hésité à mettre sur son site une carte des Etats-Unis où les circonscriptions tenues par des élus démocrates, étaient marquées comme des cibles. La presse américaine se rappelle aussi que Gabrielle Giffords était publiquement en faveur de la réforme du système de santé, une réforme que les conservateurs et républicains ont tenté par tous les moyens, d’empêcher.

Six morts, plusieurs blessés et une élue démocrate toujours dans un état critique après avoir reçu une balle en pleine tête
Tout s’est passé lors d’un meeting politique à Tucson (Arizona) samedi. Europe 1 écrit : « Le tireur, un jeune homme d’une vingtaine d’années a surgi, armé, en plein rassemblement politique dans une épicerie de la ville de Tuscon. Il a visé Gabrielle Giffords, qui avait annoncé cette sortie publique sur son compte twitter, avant de tirer tous azimuts. Selon les témoignages diffusés sur les chaînes de télé américaines, 15 à 20 coups de feu auraient été tirés créant des scènes de panique. Selon la radio américaine NPR, il a ensuite cherché à s’enfuir mais a été plaqué au sol par un passant avant d’être arrêté. Il aurait agi seul. Son geste reste pour l’instant inexpliqué. »

Parmi les nombreux blessés, se trouve la parlementaire démocrate Gabrielle Giffords , 40 ans. L’élue a dû être conduite en urgence à l’hôpital pour subir une opération, et sa situation est toujours jugée critique, tout comme l’état d’au moins 5 autres blessés.

La classe politique américaine a unanimement condamné cet acte de violence qui demeure encore inexpliqué. Immédiatement après ce drame, Barack Obama a réagi en parlant de « tragédie indescriptible« , et dénonçant « un acte de violence terrible et insensé qui n’a pas sa place dans une société libre. »

Du côté des républicains, leur chef de file, John Boehner, le tout nouveau président de la Chambre des représentants, évoquait « un triste jour » pour les Etats-Unis.

Face à la polémique et au débat désormais ouvert ouvert aux Etats-Unis sur le discours raciste et violent des membres et sympathisants du Tea Party, beaucoup se demandent à présent quelle part ce discours a pu, ou peut avoir sur des esprits faibles. De son côté, Sarah Palin a fait retirer la carte où elle marquait les circonscriptions élus démocrates favorables à la réforme de santé comme des cibles, et a laissé un message de condoléances aux familles des tués de Tucson. Sarah Palin se défend toutefois d’avoir une quelconque responsabilité dans l’acte de Jared Lee Loughner, mais, il faudra sans doute plus d’explications aux républicains et ultraconservateurs, pour éteindre les soupçons.

Par le staff de « Culture femme »

Note : Tea Party (mouvement politique)
Le Tea Party est un mouvement politique contestataire, hétéroclite et populaire aux États-Unis, qui s’oppose à l’Etat fédéral et ses impôts.
Le Tea Party émerge au début de la présidence Obama, dans le contexte de la crise économique de 2008-2010 elle-même liée à la crise financière. Le mouvement critique notamment les dépenses gouvernementales faites sous l’administration Obama, tant celles qui soutiennent le système financier et la relance économique que celles qui fondent une protection sociale commune au niveau fédéral.
Réclamant une restauration de l’esprit fondateur du pays, le Tea Party emprunte à ce titre l’imagerie de la guerre d’indépendance et son nom fait référence à la Tea Party de Boston, un événement historique qui a marqué les débuts de la Révolution américaine contre la monarchie britannique au XVIIIe siècle.
source: Wikipédia, l’encyclopédie libre.

Une réponse à “USA : après la fusillade, les questions…”

  1. babelouest dit :

    Rappelons-nous une chose : les États-Unis ne sont pas la France. Il y a eu des liens très forts, aujourd’hui malgré la passion d’un occupant de l’Élysée ces liens sont nettement plus distendus. Nos citoyens sont bien plus politisés que les leurs, notre notion de la solidarité n’a aucun rapport avec la leur, notre rapport à l’argent est bien plus réticent et ambigu. Au bout de ces quelques remarques, il est difficile de juger nos voisins d’outre-Atlantique, qui ne voient pas les choses de la même façon : je me souviens d’une époque, il y a 6 ou 7 ans, où je participais passionnément à des forums sur un Libé qui a bien changé depuis. Certains intervenants, cela se voyait à leur style et leurs heures de messages, habitaient plutôt la Côte Est : on assistait souvent à dialogues non de sourds, mais de gens qui peinaient à comprendre les motivations de l’autre. L’argent était leur moteur, face à quelqu’un qui abomine le profit il fallait parfois s’entendre sur le sens des mots pour s’expliquer les réactions de part et d’autre.

    En revanche, au niveau des politiciens le dialogue coule de source, les motivations sont les mêmes, avec même un penchant pour le financier bien plus marqué chez un Sarkozy que chez un Obama. Avec le prédécesseur Bush la fusion était complète. L’élu aux 53% doit bien apprécier le Tea Party, et sa fantasque égérie. Il aimerait certainement voir la France devenir aussi sauvage que la Frontier de Pat Garrett et de Custer. « Un bon Indien est un Indien mort ». Programme remarquable, à appliquer d’urgence à toutes les « minorités visibles », l’une après l’autre.

Laisser un commentaire

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons