Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

19 janvier 2011

Alors Quoi ? On Peut Plus Rien Dire ?

Filed under: 10 - Chronique de la haine ordinaire — iledere @ 6:30

On a des fois tendance à (pré)supposer qu’il est sans doute un peu compliqué de poser au dissident, quand on est, sous régime UMPien, si près du manche, qu’on tient même son émolument d’un cacique du parti régimaire – Serge Dassault, pour ne pas le nommer.

Or : non.

Pas du tout.

C’est, au contraire, très facile : il suffit de se camper en victime d’une conspiration, non des blouses blanches (déjà pris), mais de « censeurs » [1] complotant contre « la liberté d’expression » (qui a du bon, mâme Dupont, dès lors qu’on la partage avec parcimonie).

Revenant sur « le procès Zemmour », du nom du salarié de Serge Dassault (de l’UMP) qui fut la semaine dernière jugé pour avoir déclaré, urbi et orbi, comme dans un discours d’Isère du chef de l’État français, que « la plupart des trafiquants sont noirs et arabes, c’est comme ça, c’est un fait » [2] – revenant, disais-je, sur « le procès Zemmour », le prédicateur vendredique du Figaro (de Serge Dassault, de l’UMP), Ivan Rioufol, toujours très investi dans un orwellisme d’époque, dit ainsi que son cher « confrère » – Éric Zemmour, donc [3] – est la proie de « censeurs » [4] fermement décidés à lui étêter « la liberté d’expression », aaaaah, les sales petites crapules « soviétoïdes » [5].

L’intéressant, là, est que chacun(e), dès l’âge de trois ans et demi, peut (très) facilement vérifier ce qu’il en est, dans la vraie vie, de la censure d’Éric Zemmour.
Et si vraiment (et plus généralement) la liberté d’expression des salariés de Serge Dassault (de l’UMP) est menacée.
Et, même, si elle est, dans la réalité, (beaucoup) plus menacée (ou pas) que celle, disons, de Stéphane Hessel.

(Au hasard.)
Doncques : vérifions.

Et consultons, pour commencer, l’emploi du temps d’Ivan Rioufol, ces derniers jours – tel que lui-même le narre, sur son exaltant blog.
Le 3 janvier, il participe à « un débat sur l’islam sur France O ».
Le 4 janvier, il participe à un débat sur LCI.
Le 6 janvier, quelques heures après que son prêche vendredique est paru dans Le Figaro (de Serge Dassault, de l’UMP), il participe à l’émission “On refait le monde”, sur RTL (où son (cher) « confrère » Zemmour a lu le matin sa dissertation quotidienne).

Le week-end : relâche.

(Mais le fan-club d’Ivan Rioufol peut maintenir le contact, en se connectant à son blog, sur le site du Figaro (de Serge Dassault, de l’UMP).)

Le 12 janvier, les affaires reprennent : le gars, de nouveau, participe à l’émission “On refait le monde”, sur RTL (où son (cher) « confrère » Zemmour a lu le matin sa dissertation quotidienne).
Le 14 janvier : Le Figaro (qui n’a toujours pas changé de propriétaire) publie sa rédaction du vendredi.
Le 18 janvier : il participe à « un débat sur Marine Le Pen dans “C dans l’air” », sur France 5 – qui est l’un des plus courus points d’eau de l’éditocratie.
Le 20 janvier : retour à “On refait le monde”, sur RTL (où son (cher) « confrère » Zemmour a lu le matin sa dissertation quotidienne).

Et ainsi de suite.

Pas mal, pour un qu’on fait taire.

(On pourrait presque décider que si des comploteurs ourdissent de museler Ivan Rioufol, ces gens sont des brêles.)
Mais prenons maintenant, si tu veux bien [6], et pour mieux socler notre démonstration, une (petite) semaine, dans l’agenda médiatique d’Éric-Zemmour-le-censuré.

Lundi matin : Éric Zemmour est sur RTL.
Mardi matin : Éric Zemmour est sur RTL.
Mercredi matin : Éric Zemmour est sur RTL.
Jeudi matin : Éric Zemmour est sur RTL.
Vendredi matin : Éric Zemmour est sur RTL, et dans Le Figaro magazine (de Serge Dassault, de l’UMP).
Samedi matin, ravioli aussi : Éric Zemmour est sur i-Télé, dans “Ça se dispute”.

(Mais rassure-toi : ça se dispute gentiment.)

Samedi soir : Éric Zemmour est sur France 2, dans “On n’est pas couché”.
Dimanche : Éric Zemmour reprend des forces – puis, la semaine d’après, tout recommence.

(Et dans les (rares) moments où Éric Zemmour n’est ni sur RTL, ni dans Le Figaro, ni sur i-Télé, ni sur France 2 (ni dans Le Clairon du Tarn-et-Garonne) : Éric Zemmour peut se consacrer pleinement à réceptionner, dans son courageux combat contre la censure, et comme font toujours les authentiques dissidents, l’entier soutien du parti régimaire, et d’un corps préfectoral.)

En somme : c’est un festival.

En somme : il est rigoureusement impossible de rester plus d’un jour, dans ce pays, sans se cogner contre Zemmour à tous les coins de médias dominants.
Dans la vraie vie, donc, nous venons de l’établir : non seulement les salariés de Serge Dassault (de l’UMP) ne sont pas (du tout) censurés – mais ils passent même tant d’heures à donner partout leur avis, qu’on en finit par se demander à quels moments, exactement, ils trouvent le temps de se sustenter.
Pour autant : pouvons-nous pour de bon jurer que « la liberté d’expression » se porte bien – merci pour elle -, dans la France d’après ?

Neuuun, mâme Dupont : dans la France d’après, la censure sévit.
Comme dans une péroraison d’Ivan Rioufol.
Ainsi : de conséquents démocrates se prévalent ces jours-ci d’avoir fait annuler, avec le soutien, semble-t-il, du régime (dans la personne de Valérie Pécresse, qui est dit-on quelque chose dans le gouvernement de la France) et [7], de penseurs de gros niveau, une conférence de Stéphane Hessel.

A-t-on, là-dessus, qui est quand même vaguement préoccupant, entendu ou lu quelque chose, du côté de chez Rioufol ou Zemmour ?
Les valeureux dissidents qu’émolume Serge Dassault (de l’UMP) se sont-ils émus que des « censeurs », dûment soutenus par une ministre (de l’UMP), sautent à pieds joints, et pour de vrai, et d’une assez haute hauteur, sur « la liberté d’expression » de Stéphane Hessel ?

Non point : la seule censure qui pour eux vaille est celle, imaginaire, qu’ils invoquent tous les jours, à tous les micros et sur tous les plateaux (et dans Le Figaro), pour se justifier de réciter, obsessivement, sous le couvert du mal-pensisme, des mantras gouvernementaux d’où ressort que l’immigrance, mâme Dupont, rime fort avec la délinquance – ou que tant que l’Arabo-musulman(e) n’est qu’un(e), tout va bien, mais que dès qu’il y en a plus d’un(e), méfiance, mâme Dupont, méééfiance.

Mais quant à la vraie censure, dirait-on : ils y consentent.
D’enthousiasme.
Puisqu’ils n’en disent mot.

Par Sébastien Fontenelle pour « Vive le feu »

Notes
[1] Jamais nommés, il va de soi, car cela montrerait que leur emprise médiatique est absolument nulle, rapportée à celle de leurs prétendues victimes.
[2] J’ai le droit de le dire, oui ? Ou si ayé, le NKVD va m’emparer ?
[3] Ils ont en commun de n’avoir que peu commenté les pratiques électorales de leur employeur, vu que l’iconoclasme, c’est comme la rousquille : goûteux, mais à condition de pas en abuser.
[4] Qui « règnent par l’intimidation ».
[5] Ne ris pas, s’il te plaît : ce n’est pas tous les jours facile, pour Ivan Denissovitch Rioufol, de lutter seul contre Staline.
[6] Et si tu veux pas c’est pareil.
[7] Mais d’aucuns démentent.

4 réponses à “Alors Quoi ? On Peut Plus Rien Dire ?”

  1. babelouest dit :

    Revizor, d’autres n’ont pas la chance d’Éric Zemmour, et se trouvent de fait censurés. Stéphane Hessel entre autres, justement.

  2. revizor dit :

    Quoiqu’on pense de Eric ZEMMOUR, queles que soient ses opinions politiques il a le droit comme tout citoyen à la liberté d’expression.
    C’est vrai qu’il n’est pas politiquement correct, mais enfin il n’y a pas que le PS et l’UMP qui doivent donner le ton.
    Sinon, à quand la censure et quand brûle-t-on les livres « pas bien pensants »?

  3. La main gauche dit :

    Mauvais joueur Sébastien Fontenelle, ton indicateur de liberté d’expression est erroné… pour la bonne mesure, il ne faut te fier qu’à tes seules oreilles et mesurer alors la portée et la résonance des paroles. Alors, tu devras admettre, malgré tes impressions à chaud, qu’un seul mot d’Hessel suffit pour censurer définitivement les bruitages cacophoniques de Zemmour !

  4. babelouest dit :

    La censure, la hideuse censure est là, cherchant qui dévorer. Il faut bien le dire, pendant qu’Internet n’est pas encore trop bloqué « contre les pédophiles » (hein ! hein ! hein ! rire hystérique), l’Europe, ce petit bout d’USA dont le noyau secondaire est à Bruxelles, n’est plus qu’une tyrannie « à visage modéré », mais aux méthodes musclées. Rappelons que désormais existe un organisme de choc européen contre les manifestations trop voyantes (je ne retrouve plus son nom), et que cet organisme a le droit de tuer ! Merci Lisbonne…..

    Hum…. les élus du PS se sentent à l’aise, à cette pensée ?
    http://www.futurquantique.org/?p=13839

Laisser un commentaire

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons