Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

31 mars 2011

Gérard Longuet est rattrapé par son passé de conseiller chez GDF-Suez

A peine nommé au ministère de la défense, Gérard Longuet voit les ennuis judiciaires s’accumuler. Alors que l’avocat des familles des victimes de l’attentat de Karachi demande son audition par le juge d’instruction Van Ruymbeke, le nouveau ministre pourrait se voir reprocher une «prise illégale d’intérêts» à la suite des fonctions de conseiller qu’il a exercées dans le cadre d’un contrat avec GDF-Suez entre septembre 2008 et décembre 2009.

Une plainte contre X pour «corruption active et passive, prise illégale d’intérêts, recel, blanchiment, escroquerie, abus de confiance, abus de biens sociaux» va être déposée auprès du procureur de la République par Jean-Marie Kuhn, actionnaire minoritaire de GDF-Suez, comme l’a annoncé en premier L’Express. Elle vise Albert Frère, premier actionnaire du groupe, accusé de gestion de fait, le groupe GDF-Suez et Gérard Longuet (lire le texte de la plainte ici).

«Pendant ces quinze mois, Monsieur Longuet, au Sénat, va défendre les positions favorables à GDF-SUEZ notamment en vue de l’adoption de la loi NOME (Nouvelle organisation du marché de l’électricité). On comprend aisément les véritables motivations de monsieur Longuet qui se trouve dans une situation incontestable de prise illégale d’intérêts sous couvert d’une hypocrisie majeure en faisant miroiter la défense du bien commun alors qu’il est rémunéré par GDF-Suez. On comprend aussi pourquoi ni GDF-Suez ni monsieur Longuet n’ont jamais osé produire le contrat qui les lie, ce qui m’interdit malheureusement de le joindre à la présente malgré son importance majeure», est-il écrit dans la plainte.

Mediapart avait révélé l’existence de ce contrat de conseil passé entre Gérard Longuet, alors président du groupe UMP au Sénat, et GDF-Suez en juillet 2010. Le groupe et Gérard Longuet avaient confirmé l’existence de ce contrat ayant pour objet, selon leurs déclarations, « le développement du nucléaire dans le monde». Ni l’un ni l’autre n’y voyaient le moindre conflit d’intérêts ou détournement de la loi. Ils avaient refusé d’en révéler le montant.Selon nos informations, le montant se serait élevé autour de 450.000 euros, une partie étant payée directement à sa société de conseil Sokrates et une autre directement à l’intéressé. Interrogé, un porte-parole de GDF-Suez nous a déclaré ne pas être en mesure de confirmer ou d’infirmer ces chiffres. Il a assuré, en revanche, que le contrat avait été passé avec la seule société de conseil de Gérard Longuet. Cette dernière n’a pas déposé de comptes depuis 2009 auprès du tribunal de commerce.

Ces informations, publiées au plein cœur de l’été, étaient alors passées assez inaperçues. Le risque judiciaire, cependant, avait paru suffisamment élevé à François Fillon, selon le Canard enchaîné, pour militer contre la nomination de Gérard Longuet au ministère de l’industrie lors du remaniement de novembre 2010. Lors du remaniement de dimanche dernier, Nicolas Sarkozy a décidé d’écarter ces préoccupations, expliquant qu’il avait besoin de ce poids lourd de la majorité au gouvernement. D’ultimes vérifications sur les éventuels conflits d’intérêts de Gérard Longuet auraient, cependant, été entreprises la semaine dernière avant sa nomination au ministère de la défense. Il aurait été jugé qu’il n’y avait aucun risque.

Une vieille connaissance d’Albert Frère
Mais cette promotion a remis en lumière toutes les activités de l’ancien sénateur. C’est ainsi que Jean-Marie Kuhn, semble-t-il, a découvert l’étrange contrat avec GDF-Suez et a décidé, en tant qu’actionnaire minoritaire, de porter plainte.

Jean-Marie Kuhn est une vieille connaissance du groupe et plus particulièrement d’Albert Frère. Un différend commercial oppose les deux hommes depuis des années. Depuis, Jean-Marie Kuhn s’est passionné pour les nombreuses activités de l’homme d’affaires belge. Il a commencé à s’interroger sur la mansuétude dont ce dernier a bénéficié notamment auprès de la Caisse des dépôts.

Albert FrereAinsi, après s’être fait racheter avec une confortable plus-value sa participation dans le groupe de BTP Eiffage, Albert Frère, alors totalement encalminé dans la société de restauration rapide Quick, avait réussi à se faire racheter ses titres par la CDC. Celle-ci avait accepté fin 2006 de lui verser 800 millions d’euros, alors que le groupe de restauration au mieux de sa forme était estimé autour de 300 millions. Depuis la CDC a passé une dépréciation de l’ordre de 500 millions d’euros sur ses titres et est obligée encore de gérer cette ligne qui n’est pas vraiment au cœur de ses activités et qui lui crée plus de déboires que de satisfaction.

A la suite de cette cession, Albert Frère s’était renforcé dans Suez, quelques mois avant la fusion avec GDF,  pour atteindre 9,5% du capital et conforter sa place de premier actionnaire. M. Kuhn soupçonne que ce double mouvement cache un détournement d’argent public au seul profit de l’homme d’affaires belge. Après avoir alerté le ministère des finances, la Cour des comptes, l’Elysée, sans succès, il a déposé plainte pour «corruption, abus de confiance et escroquerie».

La justice française a déclaré sa plainte irrecevable. Mais la justice belge, elle, l’a jugée tout à fait recevable et, depuis juillet 2009, enquête. Le procureur du roi de Charleroi s’est même joint à l’instruction et a ajouté d’autres chefs d’accusation.

La tentation risque d’être grande pour le parquet de classer à nouveau sans suite la plainte déposée par Jean-Marie Kuhn. Mais cette fois-ci, cependant, ce dernier pourrait être rejoint par d’autres actionnaires minoritaires de GDF-Suez, tout aussi curieux de connaître les raisons qui ont pu pousser le groupe à faire appel aux conseils de Gérard Longuet, et le montant qu’il a accepté de lui accorder, afin de vérifier si tout cela était bien dans l’intérêt social du groupe.

ParMartine Orange pour Médiapart

en complément, à lire sur Longuet et ses tripatouillages :

Révélation : quand Gérard Longuet était arrosé par la Poste

Le trésor de Balladur

Les Longuet, une famille formidable

Laisser un commentaire

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons