Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

22 avril 2011

2012 : des primaires pour toute la gauche

Filed under: 09 - Evènement — iledere @ 6:30

A près de 20%, nous appelons à une insurrection civique contre le Front national et ses alliés de rencontre. La situation est extraordinaire. Le microcosme politique suit son cours ordinaire réduit souvent, hélas, au choc des ambitions personnelles, des carrières, des concurrences stériles, déjà vues. Ce n’est pas à la hauteur. Nos engagements diffèrent. Certains votent socialistes, d’autres écologistes, communistes, NPA. Certains dirent «oui» au traité instituant la Communauté européenne, d’autres «non». Certains viennent de la deuxième gauche, d’autres s’y opposèrent. Le passé doit être dépassé.

Le vote FN augmentera si ne sont pas traitées ses causes : le chômage de longue durée, la réclusion en HLM délabrées, les fins de mois qu’on ne boucle plus, l’échec scolaire, l’impossibilité d’échapper à une condition plus dégradée qu’hier qui avive la guerre des pauvres contre de plus pauvres qu’eux. Rien ne se fera sans déplacer vers les salaires et les services publics la richesse produite détournée vers les profits et le privé.

Les forces de transformation écologiques, sociales, politiques doivent, avant 2012, prioritairement redonner espoir aux milieux populaires. Elles ne le feront et ne feront, par là, reculer le FN, qu’en se dépassant toutes, grâce à un dispositif inédit. Il ne s’agit pas de gommer les différences voire les vraies divergences. Il s’agit de les traiter afin qu’elles ne deviennent pas destructrices. La situation l’exige.
Nous suggérons une procédure pour éviter à la gauche tout risque de ne pas figurer au second tour en 2012. Il s’agirait d’organiser après le choix de leurs candidats et programmes par les différentes familles socialiste, écologiste, communiste, alternatives…
Une série de débats communs destinés à cerner les objets d’accord et de désaccords. Puis d’offrir la possibilité lors de «primaires communes» sur le contenu des programmes, en décembre, à tout le peuple de gauche de hiérarchiser les propositions qui vaudraient programme d’action sur le quinquennat.
Il faudrait ensuite choisir une procédure pour désigner un ou une candidat(e). Mais d’abord le programme décidé tous ensemble puis le ou la candidat(e) qui le porte !

Il y a, en même temps, ce qui dépend de nous. Directement. Sans déléguer. Pour faire reculer la peur et l’isolement qui alimentent le FN, nous allons partout en France, chaque semaine, monter des apéros «pour vivre ensemble», des banquets pour vivre ensemble, des barbecues pour vivre ensemble.
C’est «cucul» ? La peur vient de l’éloignement. Quand nous sommes au plus près, partageant soucis et craintes, nous nous sentons vite semblables et s’évanouissent les fantasmes. Il s’agit banalement de «prendre un pot». Chacun de ces pots sera pour le FN, un pot de départ.

Par SUSAN GEORGE Ecrivain, STÉPHANE HESSEL Ambassadeur de France, corédacteur de la Déclaration universelle des droits de l’homme., PIERRE KHALFA Syndicaliste, WILLY PELLETIER Sociologue, PATRICK VIVERET philosophe

5 réponses à “2012 : des primaires pour toute la gauche”

  1. babelouest dit :

    Allons ! Des primaires de la gauche ? Et qui empêchera les militants UMP, à l’instar de leurs candidats aux dernières élections cantonales, d’enfoncer dans leur poche bien profonde leur pommier bleu et rouge, et de « faire comme si » ils en étaient, de la gauche ? Ils n’ont pas de code barre à l’oreille, çà se saurait. Sachant que, avec la meilleure volonté du monde, de nombreux sympathisants de gauche ne se déplaceront pas pour cet acte citoyen, il sera impossible de savoir qui est quoi, quelle est la valeur de telle voix et de telle autre. Même un vote des encartés peut parfois être sujet à caution, c’est vous dire combien cette présélection peut avoir une valeur.

    Déjà, essayons de savoir combien, parmi les têtes d’affiches du PS, ceux qui entrent sans frapper rue Solférino, sont réellement de gauche. Qui osera un seul instant considérer (c’est un exemple parmi bien d’autres) le maire d’Évry comme un digne successeur de Briand, Blum ou Salengro ? Il faudrait définir, à partir de leurs déclarations, discours et prises de position, dans quel camp ils se trouvent réellement, et n’admettre parmi les prétendants que ceux qui satisfont aux critères nés de principes d’égalité, de fraternité, de laïcité, de liberté aussi à la lumière des trois premiers.

  2. revizor dit :

    Je pense que les primaires qu’elles soient pour le PS simplement ou pour toute la gauche( et dans la gauche qu’englobe-t-on outre le PS, le PC, le PG le PRG(mais c’est un satellite du PS) Europe-Ecologie Les Verts( mais leur positionnement à gauche ne me apraît pas très clair) les restes du MODEM et pourquoi pas aussi la LCR-NPA et Lutte Ouvrière ne feront pas de miracle.
    Au mieux elle m’apparaissent comme un gadget au pire elles risquent d’afficher encore plus les divisions et les suspicions.
    Il est clair que pour les organisations autres que le PS ce sera un marché de dupes car ce sera automatiquement le candidat du PS qui sera désigné pour des raisons évidentes et une formation ne peut exister nationalement que si elle présente un ou une candidate à la présidentielle.
    Même si on leur accorde des compensations (députés, ministres, finances) elles ne sont pas toutes prêtes à se laisser appâter car certaines veulent faire entendre un message autre que celui du PS.
    Il me semble donc que ce n’est pas sur des questions de procédures plus ou moins bureaucratiques ou artificielles mais sur des questions fondamentalement politiques que se jouera l’élection présidentielle, à savoir la gauche sera-t-elle capable de présenter un programme vraiment alternatif et vraiment opposé à celui des libéraux( de droite du centre et même de gauche) ou vise-t-elle seulement à l’alternance tout en pratiquement à quelques nuances près la m^me politique voulue non seulement par la droite française maism ise ne oeuvre par l’Union Européenne, le FMI, (cf Portugal, Grèce, Espagne).
    Cela ne me semble pas contradictoire avec le droit , reconnu par la loi électorale et dans les conditions restrictives que l’on sait, pour chaque formation politique de présenter son candidat, étant entendu que pour moi le candidat naturel est le chef du Parti.
    Et que le meilleur gagne!

    PS : si Jospin a perdu en 2002 ce n’est pas à cause de la présence des autres candidats de la gauche.
    De même en 2007 le vote utile a joué à plein en faveur de Royal au 1er tour.Cela ne l’a pas empêché de perdre le second tour

  3. La main gauche dit :

    A noter que ce sont les mêmes schémas qui ont conduit à l’élection de Sarkosy et que ça aurait pu marché pour lui s’il n’avait pas versé si tôt dans des actions trop évidentes pour les riches.
    En sus d’un programme sérieux et réaliste, de sa capacité d’indignation reconnue, la gauche aura aussi à créer la rupture par des actes clairs et évidents pour combattre ce « sentiment » de corruption… organisation hors de tout soupçon favorisant l’indépendance intellectuelle des élus et, en parallèle, reconstruction de contre-pouvoirs.

  4. La main gauche dit :

    A noter que le chômage et la pauvreté conduisent aussi bien, dans certains cas tel en France actuellement, à se rapprocher d’une sorte de totalitarisme (dans une sorte de syndrome de stockholm), qu’à s’en séparer (cf la Tunisie, par exemple).. ça n’est donc pas, à mon avis, un facteur systématique d’extrême droitisation… par contre l’isolement en est un, ou, du moins le sentiment d’isolement..
    L’isolement…
    Les grands médias… rien qu’à regarder claire Chazal sur TF1, le grand journal de C+ et son navrant et quotidien JM Apathie, celui de France 2, BFM et les autres, de même les grands journeaux qui tournent en boucle dans l’inconsistance, et les millions de spectateurs/lecteurs ont vite compris qu’il n’y a rien à attendre de ce côté pour jouer un rôle de contre-pouvoir sérieux capable de faire basculer, reculer réellement.. tout y est devenu superficiel, on pense et on oublie, aucune continuité ni expertise ni profondeur sauf lorsqu’il y a qu’il y a de l’audimat à faire sur les peurs primaires, quelques cadavres coupés en morceaux ou quelques burqa qui hantent nos sanctuaires institutionnels en toute impunité…
    Les syndicats… ceux dit « d’oppositions » dont on ne voit leur capacité à faire plier les barrières seulement dans un rayon qui ne dépasse pas les enceintes du port de Marseille mais dont on voit le peu d’enthousiasme à s’ingérer là où les salariés n’ont pas pris leur carte au préalable (PME, grande distribution, etc..), et ceux dit « réformistes » qui ne cessent de souffler un chaud et froid incompréhensible et qui donnent l’impression d’être prêt à vous abandonner au milieu du guet au nom de leur propre et obscure version de « l’essentiel et du raisonnable »…
    La justice… dont on voit trop bien qu’elle peut encore faire son boulot sauf que c’est limité aux affaires courantes pour le quidam, au delà, il y a le secret défense, la commission spéciale « Bernard Tapie », le parquet et ses courroi(y)es de transmissions, etc… autant d’embûches providentielles au service de…
    Les institutions politiques bien plus accessibles, en terme d’oreilles tendues, au laboratoire Servier, Mosanto et Monsieur Margerie qu’à son mandant original (pour une république), dit « le peuple », qui met sans illusion et de moins en moins des bulletins dans une urne/poubelle à « rangement vertical » !
    .. et enfin,.. l’alibi suprême, la soupape devant l’éternel, le truc extra qui fait crac boum huuuu, qu’on garde juste assez éloigné du peuple (qui a vu sur les écrans ou dans les journaux un seul syndicats Européen venu défendre les salariés européens dans leur ensemble, un juge Européen venir parler de justice Européenne, un débat d’Européens, etc.. sauf peut-être et au dernier moment d’une élection européenne, mais on y pense et on oubli..) et qu’on ressort pour cristaliser et justifier l’incompétence et l’immobilisme des acteurs politiques !
    On peut dire que tout ça c’est du cliché mais c’est du cliché qui marche pourtant pour le FN.

  5. VEINBERG VERONIQUE dit :

    Belle idée ! si elle se concrétise, je vote pour que Jean Luc Mélenchon incarne la résistance populaire.

Laisser un commentaire

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons