Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

23 avril 2011

Les statistiques victimes de la défiance : le cas du pouvoir d’achat

Filed under: 01 - Etudes et analyses — iledere @ 6:30

En vue de l’émission Service Public (France Inter) du 8 mars dernier sur le thème « La vérité sur le pouvoir d’achat », j’ai rédigé la petite note que voici – qui reprend assez largement le contenu de la conférence au Café de la statistique du 8 juin 2010 sur le thème « Statistique et sentiment personnel« . La voici.

Pouvoir d’achat, chômage, délinquance, sécurité nucléaire… Les Français semblent de plus en plus méfiants à l’égard des statistiques, et en particulier les statistiques publiques – dans lesquels ils ne se retrouvent pas. Comment interpréter ce décalage entre le mesurer et le perçu ? Les Français sont-ils de mauvaise foi ou bien victimes d’erreurs d’appréciation ? Les statistiques sont-elles manipulées à des fins politiques ou bien sont-ce les méthodologies utilisées qui seraient défaillantes ? Dans une société où tout doit être mesuré, évalué, comparé, ce conflit entre le statisticien et le citoyen revêt une importance considérable comme élément du débat sur le « vivre ensemble », tant celui-ci suppose un consensus sur des constats partagés.

Pour essayer d’y voir un peu plus clair sur cette question, penchons-nous sur la question du pouvoir d’achat. Au cours des années 2000, et en particulier après le passage à l’euros, un fossé s’est installé entre la perception que les Français avaient de l’évolution de leur pouvoir d’achat (qu’une large majorité estimaient en recul) et les statistique de l’INSEE qui mettaient en évidence la persistance d’une croissance – certes, lente – du revenu disponible des ménages. La mise en doute des statistiques a d’abord été engagée par une entreprise de la grande distribution (Leclerc), qui a mis en avant d’autres modes de calcul menant à des résultats plus proches du ressenti de ses clients. La question du pouvoir d’achat s’est trouvée au cœur de la campagne des présidentielles de 2007. Le candidat Sarkozy a alors clairement mis en doute la qualité de la statistique publique, donnant raison à la sagesse populaire. C’est dans ce contexte que le Conseil d’Analyse Economique a demandé à Robert Rochefort (alors directeur général du Crédoc) de plancher sur la question de la mesure du pouvoir d’achat. J’ai travaillé à ses côtés à ce rapport, qui a été remis à la ministre de l’Economie fin-2007[1]. A la suite de ce rapport, une commission a été formée pour suggérer la mise en place de nouveaux indicateurs.

Dans ce rapport, nous examinions trois sources possibles de l’écart entre la perception et la mesure : les biais de perception des consommateurs, le conflit « micro-macro », la défiance propre à notre époque.

Les biais de perception
Les individus portent des lunettes différentes de celles des statisticiens lorsqu’ils appréhendent et interprètent la réalité à laquelle ils sont confrontés. S’agissant de l’inflation, ils ont tendance à généraliser ce qu’ils observent sur un tout petit nombre de prix, ceux des produits ou services achetés quotidiennement : produits alimentaires courants, essence, etc. – une petite dizaine de prix peut-être. Or au moment du passage à l’euro en 2000-2002 un certain nombre de ces prix ont effectivement dérapé, la grande distribution en particulier ayant alors quelque peu « poussé les étiquettes ». Cette tendance à la généralisation, cet effet de « halo » autour de quelques prix explique l’intérêt porté par les ménages à des démarches comme « le prix du caddie ». Dans le même esprit, nous sommes plus prompts à relever les hausses de prix que les baisses : la hausse du prix du petit noir au comptoir a davantage frappé l’opinion que la baisse du prix des ordinateurs, de même que l’épisode inflationniste de 2007-2008 par rapport à la baisse générale des prix intervenue en 2009-2010.

Un autre biais de perception peut résulter d’une divergence d’évolution entre « la capacité à acheter » d’une part, « l’appétence pour la consommation » d’autre part. Si la seconde croît plus vite que la première, on a le sentiment de s’appauvrir. Or les années dont nous parlons ont été marquées par l’arrivée massive sur le marché de nouveaux produits issus des nouvelles technologies de l’information et de la communication : téléphones portables, écrans plats, ordinateurs… Pour satisfaire rapidement leurs envies par rapport à ces nouveaux produits, certains ont dû réduire d’autres parties de leur consommation, parfois même leur budget alimentaire courant, et ont eu le sentiment d’une diminution de leur pouvoir d’achat.

Relève également du biais de perception le refus d’inclure les « dépenses contraintes » dans sa propre consommation. Pour les statisticiens, la consommation englobe l’ensemble les dépenses ordinaires du ménage. Les ménages, quand ils considèrent l’évolution de leur pouvoir d’achat, font plutôt référence aux dépenses pour « ce qui fait plaisir », en excluant les dépenses contraintes comme le loyer, le remboursement des emprunts, voire les produits alimentaires ou l’essence de la voiture. Or, des études ultérieures l’ont montré, la part des dépenses contraintes dans le budget des ménages ont connu une vive croissance.

Le conflit micro-macro
Alors que l’INSEE travaille dans une perspective macro-économique et considère l’ensemble des ménages comme un seul « secteur institutionnel » de la Comptabilité nationale, les consommateurs pensent de manière individuelle. Une source très importante de l’écart entre les deux points de vue réside dans les effets d’agrégation.

Le plus simple d’entre eux est l’effet taille : le « gâteau » consommation peut bien augmenter, si le nombre des consommateurs augmente aussi, la part de chacun pourra stagner, voire diminuer.  Il faut donc diviser l’agrégat par le nombre de ménages, ou le nombre de personnes, ou mieux le nombre « d’unités de consommation ». C’est ce que font de plus en plus les statisticiens, ce qui d’ailleurs n’empêche pas l’évolution du revenu unitaire de rester positive.

Intervient aussi la manière de répartir le « gâteau » : si un convive particulièrement avide en prend une part de plus en plus grande, un grand nombre d’autres convives constateront une diminution, même si la taille totale augmente. Cela renvoie aux « effets de structure » de la population étudiée : ainsi, le revenu moyen des ouvriers augmente au fil du temps, parce que la population des ouvriers compte de plus en plus d’ouvriers qualifiés, sans que nécessairement le revenu de chaque ouvrier ait effectivement progressé. Même remarque sur le revenu des retraités considérés dans leur ensemble : le jeunes retraités sont globalement plus riches que leurs ainés, ce qui conduit l’observation d’une progression du pouvoir d’achat des retraités plus rapide que le rythme auquel progresse la pension de chacun. La résolution des conflits de type « micro-macro » appelle des statistiques de plus en plus finement décomposées, ce qui nécessite des méthodes de collecte et de traitement appropriées, certainement plus coûteuses.

La défiance propre à notre époque
Dans les sondages d’opinion, les indicateurs témoignant de l’installation d’un climat de défiance ont décollé. Ce phénomène est particulièrement accentué en France ; la défiance s’exerce surtout par rapport à tout ce qui « vient du haut » (sous-entendu de la société) et par rapport à ce qui est « abstrait ». Le corps politique (le gouvernement, les partis politiques) est particulièrement touchés, mais aussi les grandes entreprises. A l’inverse, le maire, le petit commerçant… disposent d’un certain capital de confiance.

La statistique officielle relève de ces deux catégories : elle vient d’en haut et est particulièrement abstraite. Le soupçon de « manipulation » s’exprime. Et si les données ne sont pas nécessairement « malhonnête », elles échouent à prendre en compte ce qui compte vraiment pour les vrais gens. Les « gens d’en haut » vivant dans un « autre monde » construisent des outils adaptés à leur monde. Dans la campagne publicitaire par laquelle Leclerc avait fait la promotion de son approche alternative pouvoir d’achat, les affiches avait représenté un milliardaire avec piscine et cigare, et un chien attachés à sa niche sur la lune…

Plus généralement, il est possible d’établir un lien entre cette remise en cause des statistiques publiques et l’émergence d’une « société de personnes » se substituant à la « société de masse ».

Asseoir la statistique publique sur de nouvelles conventions ?
La statistique est un produit de la « modernité » et en particulier des Lumières, pénétrées de l’idée de rationalité : tout est mesurable, explicable par des chiffres y compris l’économie, on peut tout mettre en équation. Et la mesure devient le guide de l’action, elle permet une maîtrise sur les choses, sur la nature, puis aussi sur la société. Réguler par des mesures est un aboutissement de ce « rêve prométhéen ».  Dans cette vision, on peut dire que la statistique publique traditionnelle est un produit du « programme institutionnel » d’une société dans laquelle le social transcende l’individu.

La société de personnes s’oppose à ce programme par l’hyper-individualisation. Chaque individu se conçoit comme un être singulier, non comme le produit d’un milieu. Ses choix sont essentiellement individuels. Il ne peut se reconnaître dans un miroir qui lui renvoie de lui-même l’image d’un « mouton dans un troupeau ». Certes c’est un individu social, et sociable : mais il s’agit d’une sociabilité choisie, d’une mosaïque de réseaux variables dans le temps. Les collectifs qu’elle forme sont à géométrie variable, les appartenances sont choisies et peuvent être remises en cause : on est loin des assignations fixes à des postes de nomenclatures rigides. C’est pourquoi, même quand la statistique se désagrège, elle le fait en utilisant des segmentations étrangères à celles que vivent les individus.

Par ailleurs la raison a reculé, elle a perdu son monopole, et cela se traduit par une crise de la notion de progrès. Les gens ne pensent plus que l’avenir de leurs enfants sera meilleur que ce qu’ils ont connu grâce au progrès technique ou social : au contraire, ils manifestent une énorme crainte de l’avenir, convaincus que demain sera moins positif qu’aujourd’hui. Le recul de la raison et de l’idée de progrès réhabilite les affects, les émotions, la sensation. Toutes choses qui sont absentes de l’esprit de la statistique publique, et qu’elle ne sait pas bien saisir. Les sondages d’opinion le savent un peu mieux.

Peut-être est-il temps pour la statistique d’évoluer dans ses fondements, dans son épistémologie. Comment on mesure : cela est, et restera un problème technique. Mais qu’est-ce qu’on mesure ? Peut-on continuer à le définir à l’aide de catégories dépassées, pures conventions sociales d’un temps révolu ? Le président de la République a mis en place la commission Stiglitz pour ré-examiner la pertinence de l’indicateur PIB – produit intérieur brut. Et celle-ci a ouvert la boîte de Pandore de la subjectivité en consacrant un chapitre de son rapport aux mesures du « bien-être », notion floue s’il en est, et qui pourtant fait l’objet d’une demande sociale de mesure incontestable. Les recommandations pour avancer sur la mesure de cette notion complexe avancent une multiplicité d’indicateurs, et de façons de les combiner ou de les synthétiser.

Faire « du multicritères à dimensions subjectives sur des objets flous », cela peut paraître une gageure, mais n’est-ce pas le défi que doit relever la statistique pour retrouver une légitimité ?

Lu sur le blog de Philippe Moati

[1] Moati Ph., Rocherfort R., Mesurer le pouvoir d’achat, Rapport du Conseil d’Analyse Economique, n° 73, La Documentation Française, Paris, 2008.

2 réponses à “Les statistiques victimes de la défiance : le cas du pouvoir d’achat”

  1. babelouest dit :

    Oui, les statistiques se basent essentiellement sur des critères faussés. Ainsi des voitures : auparavant on réparait, maintenant on change des modules entiers, qui sont recyclés : le recyclage n’est pas gratuit, si l’on tient compte de tous ses éléments comme le temps de démontage. De tels facteurs augmentent le coût global, de façon biaisée et quasi invisible. Même chose pour les réfrigérateurs, qui duraient 15 ou 20 ans, mais dont leurs « enfants » auront par construction une vie 3 ou 4 fois plus courte. On en fait un plat des « écrans plats », mais aujourd’hui ils le sont tous, et ne sont pas plus chers (moins, en fait) que la génération cathodique. En revanche, ils dureront moins longtemps, et on ne pourra pas les réparer. Quant aux ordinateurs, subtilité, ils paraissent en effet moins chers à puissance brute comparable, mais les moins puissants et les meilleurs marchés sont vite remplacés par des machines plus puissantes, donc le prix ne change pas. En revanche, le système d’exploitation le plus connu accapare toujours plus de puissance pour un résultat similaire, donc cela oblige à suivre.

    Quant aux produits de consommation journalière, ils voient leur coût dans le panier de la ménagère grimper (pas forcément chez le producteur, où souvent il baisse ou stagne), alors que l’intensification et l’industrialisation de leur production et de leur collecte provoquent une baisse inéluctable de la qualité. On peut sembler loin des statistiques, et effectivement ce sont les statistiques qui sont loin de ces subtilités. Celles qui comptent réellement. Quant au prix des logements…. là aussi il faut penser sur la base d’une qualité égale. Vu ainsi, c’est encore plus inabordable, d’autant que des normes nouvelles, tatillonnes et souvent mal ciblées grèvent lourdement le marché de la revente et de la location pour les propriétaires. Donc, par contrecoup, pour les nouveaux locataires.

    C’est pourquoi, au vu de ces quelques points abordés parmi tant d’autres, et malgré les chiffres collectés avec précision par l’INSEE, ses résultats sont entachés de dérives qu’il peine à discerner pour en tenir compte. La désadéquation a dû commencer vers le milieu des années 80, quand Monsieur tout le monde a eu sa voiture, son téléphone, sa télévision, son lave-linge…. et que les revenus permettant ce surcoût dans le budget des ménages n’ont plus suivi l’arrivée de ces nouveautés pratiquement incontournables.

  2. La main gauche dit :

    Les statistiques ont leurs limites de par le fait qu’il y a un tas de choses qui évoluent et qui viennent fausser la mesure dans le temps.
    La hi-fi et l’électroménager baisse ? vraiment ?… Prend-on en compte la durée de vie des appareils, le niveau du coût du travail de production de ces appareils est-il recalculé sur la base du pays de la statistique afin de conserver un standard valable ?.. Il y aurait donc lieu d’appliquer des coefficients d’ajustements qui prennent en compte ce genre de chose…
    ça vaut aussi pour la tranche de jambon, comment a évolué dans le temps le panel qualité d’une tranche de jambon, et rapport à ce panel, quelle est l’évolution du coût et du poids dans un revenu moyen/médian ?
    La voiture, quel standard ?… il faudrait expurger tout ce qui n’est pas utile à son fonctionnement (électronique, accessoires, etc..), prendre en compte l’évolution des normes de sécurité, définir le coût de production sur la base d’un coût de travail local, et enfin nous aurions un standard permettant d’évaluer la progression dans le temps…
    Le logement, locataire ou propriétaire ?.. quelle est l’évolution du loyer moyen et médian, quel est le coût énergétique moyen et médian pour un locataire, idem pour un propriétaire, quelles sont l’évolution des normes et leurs poids dans les dépenses ?
    Il faut peut-être segmenter les évaluations à partir d’éléments très concrets qu’il y a lieu de poser et définir de manière précise dans les équations. Notamment, le coût du travail de production doit être pris en compte, car on ne peut pas considérer que le pouvoir d’achat d’un consommateur augmente lorsque le coût du travail pris en compte dans l’indice du prix n’est pas celui du pays du consommateur ! ça, en effet, c’est du pipeau !

Laisser un commentaire

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons