Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

10 mai 2011

Journée de l’Europe : les nouveaux défis de l’Union

Filed under: 13 - PS — iledere @ 12:00

Unir les peuples autour de valeurs communes et conférer à leur union une force, capable de porter des politiques communautaires conjuguant production et protection, tel était le projet fédérateur de l’Union européenne. Les élargissements successifs, les difficultés d’organisation de l’Union, un budget européen trop faible et sujet de conflits permanents, conjugués aux défis posés par la mondialisation, ont ramené cette ambition européenne à un marché dans un espace démocratique. C’est déjà beaucoup, mais ce n’est plus le projet fédérateur que les socialistes avaient porté.

Le principal défi aujourd’hui, c’est donc la capacité des pays européens à décider ensemble. La solution passe par une union politique. C’est la seule voie possible pour vaincre les marchés et redéfinir la question des parités des monnaies à l’échelle du monde.Cette gouvernance européenne passe par un rééquilibrage du couple franco-allemand. Pour cela, la France devra être exemplaire sur la tenue de ses comptes publics, sans quoi nous ne serons pas écoutés.

Le second défi est de donner à l’Europe les moyens de ses ambitions. Certes à l’heure où les Etats font des économies et relèvent des prélèvements, ce choix n’est pas facile, mais a-t-on vu une union vivre avec un budget qui ne dépasse pas 1% de son PIB ?

Il faut que l’Europe se dote d’un budget à la hauteur des ambitions des politiques qu’elle souhaite conduire. Et c’est pourquoi je juge nécessaire, avec le Parti Socialiste Européen, que le budget de l’Union soit abondé par une taxe sur les transactions financières. Cette taxe sera en effet un instrument puissant de réappropriation par les peuples des orientations données à l’économie européenne, et c’est bien dans ce sens que je souhaite aller.

De même, l’Union Européenne – au moins dans sa version de zone euro – ne peut plus être la seule entité souveraine à s’interdire de lever des emprunts. Ces emprunts européens permettront d’imposer un rapport de force face aux marchés tout en veillant à l’assainissement budgétaire des Etats membres ainsi qu’au financement de projets communs.

par François Hollande

2 réponses à “Journée de l’Europe : les nouveaux défis de l’Union”

  1. babelouest dit :

    Rectification… J’ai dit : entre 30 et 60 ans. Soyons plus justes : les choses ne se sont vraiment gâtées que depuis une quinzaine d’années, mais elles paraissent longues, si longues !

  2. babelouest dit :

    D’accord avec François Hollande bien sûr. Sauf sur un point qui me paraît essentiel : comment peut-il affirmer tout de go que nous sommes dans un espace démocratique ? C’était plutôt vrai il y a entre 30 en 60 ans (à la louche), cela ne l’est plus. Qui dit démocratie, dit que quand un peuple décide, des autocrates autoproclamés et/ou des « représentants du peuple » qui ne représentent plus que leur clique ne mettent pas en application l’exact inverse de la volonté du demos. C’est vrai dans notre pays, c’est aussi vrai chez nos voisins.

    Faut-il donc que pour qu’existe une certaine Europe, elle se fasse contre la volonté, et contre les intérêts de ses habitants, ou du moins de la très grande majorité de ceux-ci ? Dans ce cas, cassons l’Europe. Elle n’a plus raison d’être.

    L’Europe sera celle des peuples, avant celle des États, et bien encore plus avant celle des financiers et des firmes internationales. En inversant la préférence, nos politiciens (y compris certains parmi le PS) ont tué l’Europe.

Laisser un commentaire

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons