Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

8 juin 2011

L’arnaque des 17 000 recrutements à l’Education Nationale

Filed under: 02 - Education — iledere @ 6:30

L’arnaque est flairée à des kilomètres par les gens qui s’intéressent un peu à l’éducation nationale.
Pour les autres, ça paraît un peu bizarre, sans doute, mais ça donne quand même l’impression qu’on embauche pour l’école et que les profs qui râlent tout le temps sont juste des chieurs.

Rappelons un peu de quoi il s’agit : en fait, les 16 000 postes de profs supprimés, ce sont les 1/2 fonctionnaires qui ne sont pas remplacés. L’année prochaine, pour faire vite, il y aura donc 32 000 départs en retraite et seulement 16 000 remplacements.

Dans le même temps, le ministère va donc poser 17 000 petites annonces à Pôle Emploi pour trouver des profs.

Le premier constat qu’on peut faire, c’est que le ministère démontre par A+B que jusqu’à l’année dernière, il manquait (au moins) 1000 profs pour tourner correctement.

Le deuxième constat, c’est que les profs ont raison : on n’est pas assez nombreux sur le terrain pour faire le boulot.

Le troisième constat, c’est que malgré ce recrutement, la qualité de l’enseignement ne va pas s’améliorer. Car on va perdre 32 000 profs expérimentés et qu’on va les remplacer par 16 000 profs jeunes et non formés (ceux qui auront obtenu le concours) et 17 000 profs amateurs recrutés à Pôle Emploi.

Profs amateurs sur les deux tableaux, donc. Amateurs ou pas, d’ailleurs, parce qu’il y a de grandes chances que ces enseignants, très vite, se mettent à détester le métier.

En fait, les profs recrutés par Pôle Emploi (et l’ANPE, avant) c’est loin d’être nouveau. C’est même monnaie courant : la pénurie de profs est tel qu’il arrive bien souvent que l’on n’ait pas assez de remplaçants, pour les congés maternités (ou les congés longues maladies : les dépressions sont nombreuses dans le métier).

Dans mon collège, cette année, c’est ce qui s’est passé. Une prof de français est tombée subitement enceinte de 9 mois. Non, je plaisante pas : le rectorat a découvert la chose comme ça, subitement. Il a donc mis du temps à réagir. Ce qui est normal : 9 mois, c’est un délai très court. Donc, il a fallu trouver d’urgence une remplaçante. L’urgence, au rectorat, ça se calcule en semaines…3 ou 4. Il a bien fallu 2 ou 3 semaines, sans doute pour se rendre compte qu’il n’y avait plus de TZR disponible, alors on s’est tourné vers Pôle Emploi.

On nous a trouvé quelqu’un. Quelqu’un qui possède un master de langue. Elle avait fait un remplacement de deux semaines il y a 5 ou 6 ans. Elle n’avait plus vu d’élèves depuis. Et puis elle ne connaissait pas le programme, elle n’avait aucune notion de progression pédagogique. Elle n’avait aucune expérience en matière d’autorité. Avec la classe de 6ème, ça passe encore. Avec les deux classes de 4èmes, c’est l’enfer. Elle sort de sa classe, le soir, en pleurant.

Les parents des 4èmes commencent à râler sévère sur le programme qui n’est pas fait et les élèves qui sont en danger…

Et puis quoi ?

On a essayé d’aider la collègue en perdition. On a tenté de lui donner quelques conseils, on lui a donné des cours…Mais c’est trop dur. Et dans sa classe, on se retrouve toujours tout seul.

C’est à cela que nous expose le Luc Chatel et ses recrutements pourris à Pôle Emploi, alors que chaque année, il y a des gens qui tentent les concours et qui échouent faute de places.

On marche sur la tête.

Mais l’opération de com’ n’est pas là pour être logique…Sans compter que ces 17 000 futurs vacataires, menacés d’être virés tous les ans en juillet, repris, peut-être chaque année en septembre, on les paiera éternellement au SMIC, 10 mois par an. Ce qui fait de belles économies…Et beaucoup de précarité…

Par CC pour son blog « Bah !? by CC« 

3 réponses à “L’arnaque des 17 000 recrutements à l’Education Nationale”

  1. […] par an. Les témoignages sont abruptes, mais clairs, comme celui de CC, repris par Alain Renaldini […]

  2. babelouest dit :

    Oui, Serge moi aussi je suis très inquiet à propos de ces échéances électorales (surtout ne pas oublier les députés) où précisément ces querelles d’ego paraissent bien constituer l’essentiel des déclarations et polémiques. A part Valls, qui ne cesse de montrer ses sympathies pour la politique actuelle, et Royal dont la couverture médiatique est minimaliste en rapport à ses efforts, où entend-on parler du fond ? Qui ose dire « Ce gouvernement nous entraîne sur une pente néfaste, faisons de façon complètement différente » ? Qui dénonce les inféodations aux Marchés, aux agences de notation, à la spéculation, pour dire C’est assez, maintenant dehors ! ? Qui ose avouer : cette Europe que d’autres nous ont imposée, et que les élus même socialistes ont avalisée, cette Europe n’est plus tenable, trouvons vraiment autre chose ?

    J’ai appris hier que François Asselineau, qui milite justement pour une sortie de l’Europe, s’est fait tirer dessus à boulets rouges par celle qui a pris pour pseudo Marie-Anne Boutoleau, la même qui a fustigé Le Grand Soir et d’autres vrais sites de gauche. Il a déposé une plainte en diffamation. Les ennemis de la gauche réelle ne reculent devant rien pour démolir celle-ci.

    Beaucoup d’éléments se conjuguent pour que nous nous sentions légitimement inquiets pour l’avenir.

  3. serge dit :

    Si par malheur pour la France et les Français, Sarko et sa clique devaient être reconduits au pouvoir pour 5 ans, on ne peut craindre que le pire, il faut espérer que nos dirigeants du PS seront se conduire avec sagesse pour les primaires.
    Qu’ils débattent c’est sain pour la démocratie mais à une condition que cela n’aboutisse pas à des querelles d’égos.

Laisser un commentaire

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons