Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

21 juin 2011

Copé veut la peau de la primaire PS, mais sait-il de quoi il parle ?

Filed under: 13 - PS — iledere @ 6:30

Dessin Baudry. Chirac et la primaire PSQui, quand, comment : vous êtes un peu perdu avec la primaire PS ? Ça tombe bien, on vous a concocté un article qui explique tout.

Vous suivez, en bons turfistes politiques, la course de petits chevaux socialistes qui, chacun leur tour, se déclarent / réfléchissent à une candidature / font savoir qu’ils se préparent en silence ?

Vous lisez que Jean-François Copé veut torpiller cette fabuleuse « machine à perdre » ? Claude Guéant exige des « garanties » ? Vous commencez à vous forger un avis sur « les qualités présidentielles » de l’un, « la capacité d’écoute » de l’autre ? Et Montebourg qui prétend ce dimanche : « Quatre millions de votants, c’est possible. »

Mais de quoi s’agit-il exactement ? Vous n’êtes pas seul à n’avoir pas tout compris à la primaire PS. Voici la fiche dont vous avez besoin.

De quoi parle-t-on ?
Du processus de désignation du candidat du Parti socialiste à l’élection présidentielle de 2012.

Le scrutin aura lieu le dimanche 9 octobre 2011. Un deuxième tour sera organisé une semaine plus tard, le 16 octobre, si aucun candidat ne dépasse 50% des suffrages. Le PS voudrait ouvrir environ 10 000 bureaux de vote, au moins un par canton.

Il s’agit d’une seule élection : à Rue89, nous avons donc décidé d’écrire « primaire » au singulier, même si les socialistes affectionnent le pluriel, à peine traduit des « primaries » états-uniennes. C’est leur façon de vivre leur rêve américain.

Qui peut se présenter ?
N’importe quel membre du PS, à condition qu’il parvienne à recueillir des parrainages. Plusieurs possibilités :

  • 17 parlementaires socialistes ;
  • 16 membres du Conseil national (le parlement du parti) ;
  • 100 conseillers régionaux ou généraux, issus d’au moins 10 départements et 4 régions ;
  • 16 maires socialistes de villes de plus de 10 000 habitants, issus d’au moins 4 régions.

Jusqu’à quand peut-on se présenter ?
Selon le calendrier officiel, les candidats à la candidature peuvent se déclarer entre le 28 juin et le 13 juillet 2011.

Qui peut voter ?
Trois conditions générales ont été définies :

  • s’être inscrit sur les listes électorales avant le 31 décembre 2010 ;
  • signer une »charte d’adhésion aux valeurs de la gauche » ;
  • s’acquitter d’un euro au titre des frais de participation.

Pourront également voter à la primaire :

  • les mineurs qui auront 18 ans au moment de l’élection présidentielle ;
  • les mineurs membres du PS ou du MJS ;
  • les citoyens étrangers membres du PS ou du MJS.

Bonus : et la primaire écolo ?
La primaire d’Europe Ecologie – Les Verts a lieu par correspondance. Les votes devront être exprimés avant le 23 juin au matin par Internet, ou expédiés avant le 24 juin au soir par la poste. Le vainqueur sera déclaré le 29 juin ou, en cas de second tour, le 12 juillet.

Les candidats devaient déposer leur dossier le 5 juin au plus tard, appuyé par 200 parrainages d’adhérents ou de « coopérateurs » (les militants non adhérents).

Pour voter, il faut être adhérent ou coopérateur d’EELV. Pour le devenir, il était possible de s’inscrire, jusqu’au 10 juin, sur un site dédié. Frais de participation : 20 euros pour les adhérents, 10 euros pour les coopérateurs.

Par Mathieu Deslandes pour Rue89

A noter : L’UMP n’a pas toujours été vent debout contre l’idée de primaire ouverte aux sympathisants. Au contraire, il fut un temps où elle comptait s’inspirer de l’expérience initiée en Italie en 2004, où pour la première fois l’ensemble de la gauche avait voté pour choisir son candidat.

 

3 réponses à “Copé veut la peau de la primaire PS, mais sait-il de quoi il parle ?”

  1. serge dit :

    @babelouest

    Je suis toujours un fidèle lecteur de tes commentaires, même si je suis souvent en accord avec tes analyses, toutefois, je ne peux te suivre sur ta position souvent négative envers le PS.
    Même si c’est loin d’être parfait, c’est la seule alternance crédible au « menteur élyséen ».
    Quant à l’organisation des primaires, elle a été actée et on ne peut faire « machine arrière ».
    La confrontation des idées dans un même mouvement, préalable à l’élection présidentielle, peut constituer une avancée démocratique dès lors que cela ne débouche sur une opposition frontale mais aboutit à un enrichissement d’un projet politique.
    Il faut espérer que les « candidats » en lice seront se respecter et se mettent en bon ordre de marche derrière celle ou celui qui sera déclaré vainqueur.
    Dans le cas contraire on peut s’attendre à une attaque en règle de Sarko et de son « armée » pour nous matraquer, bien relayée par les médias.
    Il est donc urgent que nous gens de gauche devront être déterminés à mettre tout en œuvre et être unis pour que le pouvoir sarkozien ou sarkozyste ne soit pas reconduit pour 2012.
    Il faut absolument « chasser » en 2012 le pire des présidents de la 5ème république.

  2. revizor dit :

    Je suis contre ce système de primaires qui ne peut qu’induire de la division et de la confusion dans les rangs du Parti concerné avec les conséquences que l’on a vues en 2007.

    En plus on peut se demander à quoi servent les instances du Parti : conseil national, bureau national, secrétariat national, premier secrétaire et à quoi servent les congrés.

    Quand on élit le principal dirigeant du parti il va de soi , à mon avis, qu’on l’adoube pour être le candidat du Parti et être porteur de la politique du Parti devant le pays tout entier.

    Il ne doit pas être seulement le candidat naturel mais le candidat tout court.

    Quant à ceux qui ont des ambitions personnelles ou qui pensent à tort que la France a besoin de leur petite personne ils doivent accepter la discipline du parti ou alors ils vont ailleurs ou font autre chose.

    C’est ce qui se passe d’ailleurs dans nombre de pays occidentaux, tout au moins pour le poste de premier ministre puisque la France est le seul pays à élire un Président de la République.

    A cet égard, pour revenir à un véritable régime démocratique, il faudrait remettre en cause le mode d’élection et les pouvoirs du président de la République, en gros revenir sur la constitution de 1958 et la loi constitutionnelle de 1962.

    Il faut en fait la 6éme République.

    Je voudrais noter une différence entre la primaire socialiste et la primaire des Verts.

    C’est le fait que le Parti Socialiste aura entre les mains les registres électoraux officiels avec tous les risques supposés ou réels de fichage des citoyens et d’utilisation plus ou moins douteuse, comme l’évoquent certains militants UMP.

    Je ne vois pas l’utilité de l’usage des registres électoraux puisque le Parti se constitue lui-même ses listes et fichiers d’électeurs de la primaire à partir de la signature de l’adhésion où doit figurer en principe le nom, le prénom et l’adresse du signataire.

    L’utilisation des registres électoraux ne peut s’envisager que pour le démarchage postal ou l’envoi des documents du Parti aux citoyens dans les communes où il n’ y a pas de militants pour tracter dans les boîtes.

    Je crois que les soupçons de certains, même s’ils ne sont pas désintéressés( mais ne politique tout est bon à prendre) peuvent se comprendre.

    Que n’entendrait-on pas, par exemple si c’était le FN, qui demandait les registres électoraux ou le NPA ou LO?

  3. babelouest dit :

    De pareilles élections primaires ne peuvent être qu’entachées de doute : comment déterminer que celui qui vient de s’inscrire et de voter n’est pas un encarté au FN ou à l’UMP, ou encore plus indécelable, un sympathisant de ces mêmes formations ? Ces votes fausseront tout. Il pourrait bien y en avoir beaucoup, si les partis de droite y voient une opportunité.

Laisser un commentaire

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons