Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

29 juin 2011

Dernière ligne droite pour le remaniement

Filed under: 09 - Evènement,20 - UMP — iledere @ 6:30

Après l’élection de Christine Lagarde à la tête du Fonds monétaire international, préalable à sa démission, l’Elysée doit procéder à un remaniement. Il pourrait intervenir dès mercredi. Le nom de son successeur à Bercy, toujours incertain, n’est pas facile à choisir.

Christine Lagarde a fait mardi ses adieux aux députés UMP. Sans attendre son élection à la tête du FMI, intervenue dans la soirée. « Ce qui serait super, c’est que ce soit annoncé avant le journal de 20 heures » pour partager les images télévisées avec Martine Aubry, a plaisanté la ministre de l’Economie et des Finances, suscitant l’hilarité des troupes. Les députés lui ont réservé une ovation. « Un accueil très, très chaleureux », a rapporté Christian Jacob, le chef de file des députés UMP. Succédant à DSK à Washington, Christine Lagarde devait quitter rapidement le gouvernement, ouvrant la voie à un nouveau remaniement. Il pourrait intervenir dès mercredi, avant que François Fillon ne s’envole pour l’Asie. Avant, surtout, la réunion de l’Eurogroupe, ce dimanche à Bruxelles.

Pécresse, Baroin, Le Maire…
C’est peu dire que le poste laissé par Christine Lagarde a suscité des convoitises. C’est peu dire, aussi, que le choix de son successeur n’a pas été facile à faire. Valérie Pécresse, qui a l’avantage d’être une femme et de bien parler anglais ? François Baroin, la solution la plus logique, souhaitée par de très nombreux députés UMP et par François Fillon lui-même ? Ou Bruno Le Maire, qui semblait hors course il y a quelques jours encore, mais éviterait d’avoir à trancher entre les deux premiers ? Ou bien une improbable surprise ? En milieu d’après-midi mardi, la décision n’était, selon des proches de Nicolas Sarkozy, toujours pas prise, malgré une nouvelle réunion à l’Elysée lundi au soir. « Il sera difficile d’éviter des mécontents », s’inquiète un fidèle.

Même au sein du gouvernement, beaucoup en étaient réduits à scruter le moindre signe. Lundi, lors de la conférence de presse sur les investissements d’avenir, le chef de l’Etat avait dressé les louanges à sa ministre de l’Enseignement supérieur. Mardi, dans la Sarthe, il a loué « le travail remarquable » du ministre de l’Agriculture. Et ne tarit jamais d’éloges, en privé, sur son ministre du Budget, reçu à Matignon, mardi, pendant vingt minutes. Sans que rien ne filtre, là encore, de leurs discussions.

Faire entrer des centristes au gouvernement
Seule certitude : le remaniement sera l’occasion de faire entrer des centristes au gouvernement. Pour afficher l’unité de la majorité à l’approche de la présidentielle. Et étouffer encore un peu plus dans l’oeuf une candidature de Jean-Louis Borloo à la présidentielle, dont Nicolas Sarkozy ne veut pas entendre parler. L’Elysée a approché ses fidèles, notamment le radical Laurent Hénart et le Nouveau Centre Jean-Christophe Lagarde. A défaut, le chef de l’Etat devra se contenter d’élus centristes un peu moins proches de l’ancien ministre de l’Ecologie, comme Jean Leonetti, François Sauvadet ou le secrétaire général adjoint de l’UMP et ancien ministre de la Jeunesse Marc-Philippe Daubresse. Au sein de la majorité, le retour de ce dernier au gouvernement est depuis longtemps déjà donné pour acquis.

Pierre-Alain FURBURY pour « les echos »

2 réponses à “Dernière ligne droite pour le remaniement”

  1. Roselyne dit :

    S’il suffit d’être une femme et de bien parler anglais pour prétendre entrer à Bercy, sûr qu’il peut y avoir pléthore de candidates !!! cette nomination, tout de même, a un « petit goût » de cuisine interne avec les states, de tractations engagées bien avant la démission de DSK !!! Quant à la candidature de Martine Aubry, j’ai trouvé sa déclaration très touchante, sans triomphalisme mais empreinte de l’espoir de retrouver « la France qu’on aime » , tout en sachant que « tout » ne sera pas possible !!!

  2. babelouest dit :

    Çà s’agite…. Tout-à-coup l’un d’eux va lever la main – le Bouillon* : » Tu as la réponse, élève Crabounet ? – Non, M’sieu, c’est Crabinet Noir qui me pince ! »

    Loin des cohues mini-sérieuses (s’cusez, ministérieuses), la Grande Voix du Nord s’est élevée pour annoncer sa candidature à la candidature, mais le cœur n’y est pas.

    * http://www.gulli.fr/Encyclopedie-et-dictionnaire/Cine/Le-petit-Nicolas/Personnages/Les-grands/Le-Bouillon

Laisser un commentaire

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons