Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

13 juillet 2011

François-Marie Banier veut aussi taxer les pauvres !

François-Marie Banier veut aussi taxer les pauvres !L’information est révélée par Le Parisien dans son édition du 6 juillet : François-Marie Banier porte plainte contre un SDF qui n’aurait pas apprécié d’être pris en photo sans son autorisation, ce qui lui a valu une gifle. Pauvre François-Marie, victime, une fois de plus, de l’ingratitude du bas peuple.

Décidément, ce que les pauvres peuvent être ingrats ! Et c’est toujours ce malheureux François-Marie Banier qui en fait les frais. Certes, l’ami de Liliane Bettencourt a bénéficié de ses largesses gatouillantes. Certes, on a appris la semaine dernière qu’il échappe à la justice et qu’il peut dépenser à loisir les quelques centaines de millions d’euros dont elle lui a fait don. Mais que cette anecdote ne fasse pas oublier l’essentiel : François-Marie Banier est un artiste. Quelqu’un qui révèle le monde à lui-même. Et ça, c’est beau.

A peine une semaine après le choc émotionnel de la fin des poursuites contre lui, mu par sa seule passion pour la photographie, François-Marie est reparti sillonner les rues de Paris. Toujours en quête d’un regard vrai ou d’une émotion authentique, l’artiste promène son talent, l’appareil photo en bandoulière. Furetant partout, sondant les âmes, scrutant les visages, le photographe tapi dans l’ombre attend le moment juste pour appuyer sur le déclencheur. Tiens, ce SDF qui fait la manche sur les Champs-Elysées et qui plaisante avec les passants, jouant de son gobelet avec espièglerie, comme il est « vrai » ! « Clic », une photo.

Sauf que le SDF en question n’a pas tellement aimé être photographié sans son autorisation, comme à Thoiry. L’inconscient a même demandé à l’artiste d’effacer le cliché, ce à quoi Banier aurait répondu : « Ta gueule, clochard ! ». Mais le pauvre est un être rêche, et le raffinement de ces mots lui a sans doute échappé. Bref, l’artiste s’est mangé une baffe. N’écoutant que son courage, il a détalé jusqu’à la station de métro la plus proche pour demander de l’aide. Et surtout, il a porté plainte contre l’impudent, qui est convoqué au tribunal le 2 septembre. On ne sait jamais, se dit sans doute l’ami de Liliane, il y a peut-être moyen de grappiller quelques dommages et intérêts.

Rappelons qu’en septembre 2010, François-Marie Banier avait déjà été victime de la barbarie populaire. Lui qui, là encore, avait à cœur de se faire l’écho de la vérité vraie, s’était mis à mitrailler le quidam aux manifestations contre la réforme des retraites -l’amour de l’art confine parfois à l’inconscience la plus totale-. Chose étonnante : il n’a pas fini pendu à un feu tricolore, mais un pauvre ingrat lui a tout de même fait remarquer le caractère incongru de la situation.

Mais entre temps, François-Marie a compris la leçon médiatique de l’affaire Bettencourt : maintenant il taxe aussi les pauvres!
Elodie Emery pour  Marianne2.fr

Laisser un commentaire

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons