Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

27 juillet 2011

Crise en vue ?

Filed under: 03 - Economie — iledere @ 6:30

Laurent Pinsolle a compulsé « Le capitalisme à l’agonie » de Paul Jorion, ouvrage dans lequel il met en exergue les dysfonctionnements des marchés. Selon lui, la prochaine crise pourrait être provoquée par deux innovations: les dark pools et le HFT.

Paul Jorion explique les excès du capitalisme
Assez naturellement, l’auteur complète son analyse des causes de la crise économique actuelle par un regard pointu et passionnant sur les questions financières, qu’il connaît bien.

Un système dysfonctionnel
Paul Jorion classe les acteurs du capitalisme en trois grandes catégories : les capitalistes (actionnaires), les dirigeants d’entreprise et les salariés (la 4ème, les marchants, n’ajoute pas grand chose à l’analyse). Il souligne qu’aujourd’hui, les intérêts des dirigeants ont été trop alignés sur ceux des capitalistes et que les salariés ne sont plus traités comme parties prenantes des entreprises, mais comme un simple facteur de coût, purement substituable, du fait du chômage de masse.

Il souligne de manière extrêmement pertinente la montée des « ententes implicites, sans concertation, qui peuvent émerger spontanément tant elles se révèlent avantageuses pour les vendeurs », citant Marx pour qui « l’armée la moins affaiblie par les bagarres internes (ici, les capitalistes), remportera la victoire ». L’explosion des taux de profits des grandes entreprises, notamment dans quelques secteurs (banques, pharmacie), confirme totalement ses dires.

Il dénonce la « vague ultralibérale libertarienne » qui a conduit à « un excès dans la déréglementation capable de tuer le système capitaliste lui-même bien plus sûrement qu’une intervention excessive de l’Etat, en obligeant celui-ci à intervenir au-delà de ses moyens financiers ». Il dénonce le recourt excessif au crédit, qui hypothèque l’avenir ainsi que l’explosion des inégalités, qui ont retrouvé en 2007 les niveaux de 1929, ce qui devrait conduire à une réflexion sur le système actuel.

Anatomie de l’anarchie financière
Paul Jorion est toujours aussi passionnant quand il raconte le fonctionnement délirant des marchés financiers, dont il dénonce le caractère darwinien, « où les plus petits sont inéluctablement éliminés ou absorbés par les plus gros ». Il rappelle les dérives de la titrisation, qui permet de sortir les créances des bilans et d’enregistrer des gains avant qu’ils ne soient concrétisés. Il souligne que cela déclenche aussi des bonus indus pour les dirigeants des entreprises concernées…

Il dénonce l’aléa moral que représentent les CDS, cette « assurance sur la voiture du voisin » et rappelle tous les cercles vicieux qu’entraînent ces nouveaux outils de la finance, montrant que l’augmentation de la demande d’une assurance sur un risque fait monter son prix sans que le risque ne progresse, introduisant une distorsion dangereuse entre la finance et la réalité. En outre, il rappelle le caractère « auto réalisateur » des marchés, dont les paris créent les conditions de leur réalisation.

Il souligne également le rôle des CDO, ces titres composés d’actifs plus ou moins pourris, qui pouvaient également être purement synthétiques, de purs paris apparentés à un casino. Il revient également sur les dernières innovations, celles qui apporteront sans doute le krach de demain : les dark pools et le High Frequency Trading (HFT). Les « dark pools » sont des marchés non transparents qui permettent au système financier de vendre et acheter en toute discrétion.

Paul Jorion souligne que ces derniers permettent le « front running », système où une banque place un ordre d’achat en son compte juste avant l’exécution de l’ordre important d’un client, qui fait donc monter les cours, pour lui « une variété du délit d’initié ». Le HFT représente plus de la moitié des volumes échangés aujourd’hui à New York. Il permet de manipuler les prix à court terme car « la quasi-totalité des offres d’achat ou de vente est annulée avant de se matérialiser ».

L’auteur y voit la raison majeure du « krach éclair » du 6 mai 2010, où la Bourse a perdu soudainement 10% (dont 5% en quatre minutes !) lors des premières émeutes en Grèce. Officiellement, il s’agirait d’une vente panique à tout prix d’un acteur important qui aurait déclenché l’effondrement. Mais Paul Jorion rapporte les dires du rapport de la SEC pour souligner le rôle du HFT, lié à l’échange virtuel et automatisé de 27 000 contrats en 14 secondes alors que le nombre réel n’était que de 200.

Bref, tout semble d’ors et déjà en place pour la prochaine crise. Celle de 2008 sera venue de la titrisation, des CDS et des CDO. La prochaine sera probablement le produit des dark pools et du HFT.

Par Laurent Pinsolle pour son blog

Source : Paul Jorion, « Le capitalisme à l’agonie », Fayard, Suite demain

Laisser un commentaire

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons