Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

12 août 2011

Quand Alain Juppé ne croyait « pas trop » à la règle d’or

Filed under: 03 - Economie — iledere @ 8:12

Alain Juppé et Nicolas Sarkozy à l'Elysée, le 6 juillet 2011 (Philippe Wojazer/Reuters).Alain Juppé, le numéro deux du gouvernement, a participé mercredi matin à la réunion de crise convoquée à l’Elysée. Réunion au cours de laquelle Nicolas Sarkozy a rappelé son attachement à la « règle d’or ».

Selon le communiqué officiel,

« Le président de la République a souligné l’enjeu essentiel que constitue l’inscription de cet effort de redressement dans une règle constitutionnelle d’équilibre des finances publiques, comme le font beaucoup de nos partenaires.

Il a appelé à la responsabilité de chacun, au-delà des clivages partisans, pour que l’engagement d’équilibre des finances publiques constitue une priorité partagée par tous. »

L’histoire ne dit pas quelle tête fait Alain Juppé à chaque fois qu’il entend Nicolas Sarkozy marteler sa nouvelle obsession. On sait en revanche ce qu’il en pense : il « n’y croi[t] pas trop » et pense que le vote d’une telle mesure « ne consisterait qu’à se faire plaisir ».

C’est ce que l’on découvre en se plongeant dans « La politique, telle qu’elle meurt de ne pas être », livre de dialogue entre deux anciens premiers ministres, Rocard et Juppé, préparé avant le retour au gouvernement du « meilleur d’entre nous » et publié en janvier.

« Cela ne consisterait qu’à se faire plaisir »
Interrogé, page 158, sur la manière de remettre de l’ordre dans les finances de la France « sans risquer de la plonger dans la déflation », voici ce que répondait Juppé :

« Ce sera extrêmement compliqué. L’une des réponses, dit-on, serait d’inscrire dans la Constitution, comme les Allemands l’ont fait, qu’on n’a pas le droit de dépasser un niveau d’endettement ou de déficit supérieur à un pourcentage donné du PIB. Je ne suis pas contre, mais je n’y crois pas trop.

Cela ne consisterait qu’à se faire plaisir et on expliquera, à la première crise grave, que des circonstances exceptionnelles font qu’il n’y a plus d’autre moyen que de violer la Constitution. La nécessité comme la facilité l’imposeront. Il n’y aura personne ou presque pour s’y opposer et il suffit, pour s’en convaincre, de voir ce qui s’est passé avec le Pacte de stabilité et de croissance au respect duquel tous les Etats qui ont adopté l’Euro s’étaient, pourtant, obligés par traité.

Là aussi, il y avait des pourcentages de déficit et d’endettement au-delà desquels on ne devait pas aller et qu’est-ce qui s’est passé ? Tout le monde s’est affranchi de cette règle sous le coup de la crise financière et même, en réalité, bien avant. On a maintenant beaucoup de mal à y revenir et cette idée d’obligation constitutionnelle n’est donc pas la panacée, même si ça peut faire du bien dans le paysage. »

Photo : Alain Juppé et Nicolas Sarkozy à l’Elysée, le 6 juillet 2011 (Philippe Wojazer/Reuters).

Par Mathieu Deslandes pour Rue89

Laisser un commentaire

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons