Section socialiste de l'île de Ré
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. Jean Jaures – Psiledere@aol.com

15 août 2011

Monsieur le Président : Et si vous nous reparliez du « capitalisme familial » ?

Filed under: 03 - Economie,20 - UMP — iledere @ 6:30

La France a décidé de restreindre les ventes à découvert, l’un des outils financier préféré des spéculateurs. Elle sera limitée à 15 jours. Un coup d’épée dans l’eau qui ne mettra pas fin à l’hégémonie du « capitalisme financier » sur le « capitalisme familial » cher à notre Président !

En septembre 2007, alors qu’on ignorait l’impact réel de la crise des subprimes, Nicolas Sarkozy et Angela Merckel s’affirmaient : « partisans de la moralisation des marchés» Notre Président très en verve ajoutait : « (…) Il faut moraliser le capitalisme financier (…) On ne peut plus laisser quelques dizaines de spéculateurs mettre par terre tout un système international, emprunter dans n’importe quelles conditions, acheter à n’importe quel prix, ne pas savoir qui prête (…) »

Auparavant, le 30 août 2007, devant un parterre de chefs d’entreprises réunis pour l’Université d’été du Medef, Nicolas Sarkozy déclarait, sous les ovations être : « (…) Favorable à « un capitalisme d’entrepreneurs » plutôt qu’à un « capitalisme purement financier »

Or, on apprenait hier que : « L’Autorité des marchés financiers (AMF) a décidé d’interdire la vente à découvert de onze valeurs financières pour quinze jours ». Il s’agit de : Axa, April Group, BNP Paribas, CIC, CNP Assurances, Crédit Agricole, Euler Hermès, Natixis, Paris Ré, Scor et Société Générale

Pour mémoire : « la vente à découvert avait été interdite le 19 septembre 2008 sur le marché parisien par l’Autorité des marchés financiers (AMF) » cette mesure s’appliquait uniquement pour : « quatorze actions du secteur financier comme Axa, BNP Paribas, Crédit Agricole, Scor, NYSE Euronext et Société Générale (…) » et autorisée à nouveau … le 1er Février 2011.

Et, bien que l’AMF avait expliqué avoir instauré un régime d’encadrement plus strict, force est de constater que l’utilisation de cet outil hautement spéculatif a montré entre temps, à nouveau, sa nuisance !

Mais au fait, c’est quoi la « vente à découvert » que les gouvernements sont incapables d’interdire définitivement ?

« S’il est une technique qui laisse toujours très impressionnés les observateurs amateurs de la Bourse c’est bien la technique de la vente à découvert, aussi qualifiée de « Short Sale », qu’on retrouve dans les stratégies de gestion d’actifs (long/short strategy). S’il est une technique emblématique de toutes les déviances, les errements et les maléfices de la Finance c’est bien cette technique ! » écrit le banquier Pascal Ordonneau qui précise : « Vendre à découvert, c’est fondamentalement vendre une chose qu’on n’a pas (…) Comment une telle opération est-elle possible (…) Très simple, Docteur Watson ! emprunter cette chose à quelqu’un qui en possède (…) »

Un exemple ancien ?

« (…) la fois où George Soros a  » fait sauter la Banque d’Angleterre  » en 1992. Il a risqué 10 milliards $ sur une chute éventuelle de la livre anglaise et il a gagné. La nuit suivante, Soros empochait 1 milliard $ grâce à cette opération. Il a finalement réalisé un bénéfice de presque 2 milliards $ (…) » – Orientation Finance

Un exemple plus récent ?

Les conseils donnés par ABC Bourse pour devenir un utilisateur avertit « (…) La valeur Alcatel est cotée 6 euros fin janvier 2011. Vous pensez que la conjoncture est mauvaise et que le titre va baisser. Dans ce cas, vous n’allez surtout pas en acheter mais vous allez faire une vente à découvert pour parier sur la baisse de cette action. En mai 2011, l’avenir vous a donné raison et l’action Alcatel est cotée 3,5 €. Votre scénario s’est donc réalisé, la valeur a baissé. A ce moment, vous souhaitez prendre vos bénéfices et pour cela il vous suffit d’acheter Alcatel afin de solder votre position de vente à découvert. Dans cet exemple, vous avez encaissé : 6 euros – 3,5 euros = 2,5 euros par action (…) »

A noter au passage les conseils avisés d’Axa, provisoirement protégé par l’AMF, pour vous lancer dans la vente à découvert si : « (…) détenez pas encore les liquidités nécessaires (…) »

Mais ce qui est le plus grave dans cette affaire, c’est que les analystes sont unanimes. Le Monde nous explique que : « (…) en limitant la spéculation à la baisse, elle maintient artificiellement le cours d’un titre et risque de provoquer sa sous-évaluation. Sans compter le signal qu’elles envoient aux opérateurs de marché, qui risquent d’en déduire que la situation est grave (…) » Christian Parisot, chef économiste chez Aurel BGC indique : « (…) il n’est pas sûr que ce type de mesure résolve tous les problèmes. Ca peut limiter un petit peu les mouvements, mais il y a d’autres techniques pour spéculer à la baisse (…) »

Vous avouerez qu’on est bien loin du capitalisme familial tant vanté par notre Président sur le plateau de TF1 en février dernier ou lors du rendez_vous OSEO de mars de 2011 où il expliquait : « avoir fait ce choix »

La réalité, c’est que l’économie de marché dérégulée dont notre président fut un farouche défenseur, est en train de manger ceux qui l’ont nourrie et aider à croître. Et que tous les propos et déclarations sur la moralisation ou la régulation ne sont que des leurres !

Durant des années, les marchés financiers ont salué les états qui saccageaient leur fonction publique et les entreprises qui licenciaient ou délocalisaient massivement pour améliorer leurs bénéfices. Aujourd’hui plus que jamais libres de toute contrainte, ils peuvent exiger : le report de l’âge de la retraite, des coupes dans les budgets sociaux ou de santé, la flexibilité du marché du travail, et la libéralisation de l’ensemble des services publics, sans que les dirigeants des pays ne puissent s’y opposer.

Car le but final, c’est bien de récupérer des rentes que les pays leur concèderont sous peine de subir les assauts de la spéculation. Et oui, c’est ça la mondialisation Coco !

Alors, Monsieur le Président : Et si vous nous reparliez du « capitalisme familial » ?

Par Slovar pour son blog « Les nouvelles-Expressions libres »

2 réponses à “Monsieur le Président : Et si vous nous reparliez du « capitalisme familial » ?”

  1. La vente à découvert consiste à vendre à terme un titre que l’on ne détient pas le jour où cette vente est négociée mais qu’on se met en mesure de détenir le jour où sa livraison est prévue.
    Si la valeur du titre baisse après la vente à découvert, le vendeur peut racheter les titres au comptant et dégager une plus-value.
    Si, à l’inverse, elle monte, le vendeur s’expose à un risque de perte illimitée, tandis qu’un acheteur ne peut pas perdre plus que sa mise de fonds.

    C’est cet « outil » qui permet de spéculer sur la baisse d’une valeur et donne la possibilité de gagner de l’argent quand les actions baissent !!!

  2. La main gauche dit :

    Désolé, je ne comprends toujours pas ce qu’est une vente à découvert et surtout, à quel besoin ça répond !?.. étonnant de voir des « libéraux » hurler à la complexité administrative dans le souci de populariser l’acte d’entreprendre et ouvrir l’économie au plus grand nombre ne pas être choquer par la complexité de cet outil de l’économie qu’est la finance !
    Quand je regarde ma brosse à dent, je me dis qu’heureusement qu’elle reste d’une utilisation simple, sinon on serait nombreux à puer de la gueule !… pour la complexité, il reste les mathématiques, les échecs.. ça ne leur suffit pas ?!

Laisser un commentaire

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons